Le livre des étoiles 3 , Le visage de l’Ombre , de Erik l’homme

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Guillemot s’est fait enlevé par l’Ombre, voilà ce dont tout le monde parle à Ys. L’Ombre, qui est son pire ennemie et plus grand adversaire, veut accéder au livre des étoiles grâce à sa magie . Guillemot réussira t-il à s’en sortir ?

Ce livre a été un grand coup de cœur,  avec une fin très émouvante et exceptionnelle, plein de suspense et d’aventure. Je n’ai vraiment pas été déçu de lire la trilogie en entier ! N’hésitez pas à venir  le découvrir au CDI !

Chloé, 13 ans – classe de 4ème, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Le livre des étoiles 2 , Le Seigneur Sha , de Erik l’Homme

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Le livre des étoiles 2 , Le Seigneur Sha , de Erik l’Homme

De retour à Ys, après son voyage dans le Monde Incertain, Guillemot reprend son apprentissage. Mais les sorciers de la Guilde sont désespérés car  l’ombre est plus forte qu’eux, ce qui les conduit à un échec qui sera mis sur le compte de maître Quadehar. Sa seule solution, s’enfuir, alors que pendant ce temps le Seigneur Sha s’introduit à Gidfu et poursuit Guillemot. Que lui veut -il ? Et que sait -il au sujet du livre des étoiles ?

Ce livre est INCROYABLE ! Le premier tome m’avait plu -malgré une petite difficulté, au départ à entrer dans l’histoire,  mais celui-là est vraiment palpitant, plein d’aventures, de suspense avec des personnages très touchants et j’espère que le tome 3 le sera tout autant  !

Chloé, 13 ans – 4ème, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Une passion, une vie

Billy Elliot, de Melvin Burgess

billy.jpg

L’histoire se passe en Angleterre, dans une ville minière. La vie est rude et le gouvernement ne favorise pas le quotidien des ouvriers. Les grèves sont nombreuses. Dans la famille de Billy, on est mineur de père en fils. Le jeune garçon de 12 ans vit avec son père et sa grand-mère depuis le décès de sa maman. La famille est pauvre mais le père finance néanmoins des cours de boxe à son fils en espérant que celui-ci réussisse dans cette discipline, pour avoir un meilleur avenir. Mais Billy Elliot a d’autres projets. Il va quand même aux entraînements qui ont lieu dans une salle que partage un professeur de danse. Pas vraiment brillant sur le ring, il ne se lasse pas d’observer les chorégraphies. Il les imite mais se rend compte que c’est difficile. Il garde alors l’argent de la boxe pour accéder en cachette aux cours de danse. Il s’acharne pour y arriver mais ce n’est pas du tout du goût de son père et de son frère qui tenteront de faire obstacle à son projet. Pourtant, Billy Elliot est très doué, son professeur croit en lui. Mais sa persévérance va-t-elle payer ? Qu’en sera-t il des relations avec sa famille ?

Un beau roman qui casse les préjugés. Pourquoi un garçon ne se tournerait-il pas vers la danse ? Pour beaucoup, la danse est une affaire de fille donc le garçon qui s’y colle n’est pas vraiment masculin. Billy a une grande force de caractère, il s’obstine malgré la réputation que lui vaudra sa passion. En marge de cette histoire, l’auteur nous décrit les dures conditions de vie des ouvriers qui luttent pour leur survie et qui s’insurgent contre le gouvernement en place, en l’occurrence celui de madame Margaret Thatcher, dans les années 80. L’ambiance terne et révolutionnaire des quartiers ouvriers est très bien traitée.

Le roman a été adapté au cinéma en 2000 par le réalisateur Stephen Daldry.

 

L’histoire d’Helen Keller , de Lorena A . Hickok

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

L’Histoire d’Helen Keller, de Lorena A. Hickok

Résultat de recherche d'images pour "l'histoire d'helen keller"Voici l’histoire d’Helen Keller, une jeune fille sourde, muette et aveugle à cause d’une congestion cérébrale qui l’a frappée à 2 ans.

La jeune fille est donc murée dans le silence et l’obscurité.

Ses parents eux, ont fait beaucoup de visites à de grands médecins qui, face à Helen, sont impuisants. Le Docteur Bell, un scientifique spécialisé dans l’audition des enfants sourds, leur avait conseillé Michael Agnagnos, directeur de l’école  » Pekins  » qui avait réussi à communiquer avec une femme nommée Laura Brigman, elle aussi sourde, muette et aveugle. Celui-ci leur envoie à leur domicile Ann Sullivan, qui deviendra la maîtresse d’Helen.

Ann réussira-t-elle à sortir Helen du silence et de l’obscurité ?

Et que fera celle-ci de sa vie future ?

Une histoire vraie et très touchante qui est une biographie d’Helen Keller, personnage qui a réellement existé, né à la fin du 19e siècle. Helen Keller a également écrit son autobiographie en 1954 et qui est  « Sourde, muette et aveugle : histoire de ma vie  » disponible au CDI.  J’aimerais bien la lire car cela serait très intérressant e de connaître en plus son avis personnel, ses propres sentiments et ressentis.

Le Dr Bell est un remarquable savant. C’est en essayant de mettre au point un appareil pour redonner une certaine acuité auditive aux enfants sourds, qu’il a inventé le téléphone.

Chloé, 4ème – 13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

Céleste, ma planète, de Timothée de Fombelle

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Dans un monde futur. Un garçon solitaire, délaissé par sa mère qui travaille beaucoup, décide de ne jamais être amoureux car cela ne lui cause que des problèmes. Mais, quand il la voit, c’est le coup de foudre : Céleste. Il sait que c’est elle qu’il aime… Mais un jour, elle ne revient plus au collège. Il décide de la retrouver, mais ne sait pas encore dans quelles aventures il s’embarque…

Ecrit à la première personne, un peu comme un journal, le garçon, dont on ne sait pas le nom, raconte cette histoire incroyable. Un livre très facile à lire, qui fait beaucoup réfléchir sur l’écologie et l’avenir de notre planète.

Chloé, 5ème – 12 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Et l’avis de mumu58 :

Une planète qui saigne

La planète est polluée. L’air devient étouffant, à la limite du respirable. Les gens habitent dans des tours de plus de 300 étages, en espérant avoir un meilleur oxygène. Ils évitent d’avoir un contact avec l’extérieur donc chacun prend les ascenseurs pour se déplacer d’une tour à l’autre. Dans la tour Immencity, à deux blocs de l’école vit le narrateur. Un jeune garçon de 14 ans dont la mère trop occupée par sa vie professionnelle reste distante. Il vit seul. Le jour de ses 14 ans, Elle lui est apparue un matin, dans l’ascenseur. Une jeune fille qui vit au sommet de la tour 330. Elle sent bon la terre chaude. Elle intègre le collège du narrateur mais, au moment du déjeuner, elle disparaît. Elle, qui fait tourner la tête à notre jeune collégien, s’appelle Céleste. C’est un véritable coup de foudre, lui qui s’était juré de ne plus tomber amoureux. Elle le hante, son absence lui est insupportable, sa présence est pour lui plus que vitale. Pourquoi un tel ressenti ? Celui-ci décide alors de partir à sa recherche mais découvre qu’elle est malade.

Allongée sur le sol, grelottante, le visage rongé de petites taches, les bras et les jambes enveloppées dans des bandelettes, Céleste me regardait.

Ce qui est troublant, c’est qu’elle porte sur son corps les stigmates du mauvais traitement infligé à la planète bleue. A chaque fois que l’environnement est malmené, son corps est meurtri et se couvre de taches. Elle souffre de la maladie de notre Terre. Ca veut dire que si on soigne la Terre , Céleste guérira ?

Céleste, ma planète est une belle histoire d’amour qui est un réel combat écologique. Un roman futuriste qui fait prendre conscience des conséquences catastrophique de la mise à mal de la planète. Céleste est le miroir de la Terre. On ressent sa fragilité, son impuissance. Le narrateur mène un dur combat mais ne veut pas s’avouer vaincu. Il prend le problème à bras le corps et se jette dans la bataille. 

si un humain souffrait autant que la planète, on ferait tout pour le sauver !

L’auteur nous transporte dans une intrigue troublante et pleine de mystère. Les jeunes lecteurs ne pourront pas rester indifférents à ce conte plein poésie.

Enregistrer

Un amour de cochon

Babe le cochon devenu berger, de Dick King-Smith

babe.jpg

En général, quand vous gagnez un poulet ou tout autre animal de ferme vivant, celui-ci va finir en pâté ou rôti. Je vous entends déjà réagir mais c’est vrai, il faut reconnaître que rare sont ceux qui le mettent dans leur jardin…Mais l’avenir de notre petit cochon sera autre, je dois même dire qu’il va être hors du commun.

Petit point à préciser : en Grande-Bretagne, l’élevage de moutons est très répandu et le savoir-faire des chiens de berger est très reconnu . Il y a même des concours pour récompenser les meilleurs !

Une nouvelle journée commence à la ferme de monsieur et madame Hogget. Une journée particulière toutefois pour ce couple de berger car aujourd’hui c’est la foire au village . Monsieur Hogget est intrigué par des cris puissants et peu communs qui remontent de la vallée. On dirait ceux d’un cochon ! Poussé par la curiosité, il décide d’aller voir ça de plus près. Et il a raison ! Monsieur le curé a organisé un petit jeu. Il faut deviner le poids du cochon contre 10 pences et le gagnant remportera l’animal. Monsieur Hogget se lance et … remporte le concours. Il ramène le porcelet à la ferme et il ne pense qu’à le transformer en un beau gros jambon.

A peine arrivé, Babe fait la connaissance des animaux et surtout de Ficelle le chien de berger qui va très vite le prendre sous sa coupe. Tout ce petit monde va vite adopter leur nouvel ami. Mais Babe est intrigué par le travail de Ficelle et remarque très vite la manière qu’elle a de s’occuper des moutons. C’est décidé, Ficelle va initier Babe pour le transformer en chien de berger. Une mission pas très évidente il faut le dire ! Ficelle arrivera-t-elle à ses fins et que va en penser monsieur Hogget ? Sa nouvelle utilité lui permettrait sans aucun doute d’échapper à un destin tragique.

Une histoire drôle où l’auteur donne vie à des animaux qui parlent et qui ont du caractère. King-Smith nous dépeint le côté humain des personnages. Ce récit est un conte avec une morale dont les protagonistes principaux sont des animaux. Le lecteur y tire un enseignement : rien n’est impossible. Quand on veut quelque chose, il faut se battre, croire en ses capacités et aller au-delà des préjugés. Un cochon chien de berger ! Mais c’est impensable  ! Un cochon ne peut pas devenir gardien de moutons ! Et pourquoi pas ?

Un récit qui met en avant le respect de l’autre et la tolérance. Le cochon est  très poli et donne toujours de sa personne pour réussir. La persévérance va payer et va bouleverser les idées reçues. Il n’y a pas que les chiens qui peuvent garder les moutons, preuve en est !

 Babe me fait penser aux contes de Marcel Aymé qui lui aussi donnait la parole aux animaux, aux fables de La Fontaine qui utilisaient les bêtes pour se moquer de la société. Beaucoup d’auteurs se sont  essayer à cet exercice et le résultat est plutôt très distrayant.

Une adaptation cinématographique de ce récit a été réalisée avec succès.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Destin doré

Cul- Blanc, de Dick King-Smith

cul blanc.jpg

Le destin n’a pas été très gentil avec Cul-Blanc puisqu’à sa naissance, Cul-Blanc avait une tâche sur les fesses alors que tous les membres de sa famille en ont une sur le dos. Cul-Blanc est devenu le vilain petit canard. Même sa maman l’ignore, le rejette. Il doit partir de la ferme puisque personne ne l’aime. Il trouve refuge dans la forêt auprès d’un chat. Mais quand l’hiver arrive, le chat part en ville et Cul-Blanc le suit. Sur le chemin, les animaux croisent des soldats qui l’emmènent à la caserne. Est ce que c’est la fin de l’aventure pour ce porcelet, va-t-il se retrouver transformé en rôti ?

C’est l’histoire d’un petit cochon pas comme les autres qui aura un incroyable destin.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer