Les mystères de Dundoodle Tome 1-Le fantôme de la chocolaterie – de David O’Connell

Au pays des caramels

Suite à la mort de son grand-oncle Archibald, Archie Mcbudge et sa maman ont rendez-vous chez le notaire. Le jeune garçon est très surpris, il s’interroge sur la raison de sa présence car il n’a jamais entendu parler de cet oncle. Par contre, quand il apprend que celui-ci était l’illustre propriétaire de l’entreprise Caramels et confiseries, il n’en croit pas ses oreilles ! Qui ne connait pas cette société qui fabrique des caramels à tomber par terre ! D’ailleurs, il s’était toujours félicité d’avoir le même nom qu’une entreprise célèbre mais la comparaison s’arrêtait là.

Quand le notaire lui annonce qu’il est le seul héritier de la fortune de son grand-oncle, il ne réalise pas tout de suite. Lui, Archie Mcbudge à la tête d’un empire de confiseries, d’une fortune colossale !! C’est incroyable !

« Oui mais Archie, descends un peu de ton nuage car ton grand-oncle t’a laissé une lettre dans laquelle il révèle que tu dois prouver que tu es à la hauteur de la réputation du nom que tu portes. Ainsi tu dois être capable de résoudre une énigme pour devenir le digne héritier de la famille. »

Pour l’instant, rien de gagner, surtout qu’une autre difficulté se pointe. Alors que Archie visite l’usine, il apprend que la recette secrète de fabrication du célèbre caramel est introuvable. Seul, le défunt Archibald la connaissait. Sans cette recette, plus de fabrication, et plus de fabrication plus de ventes, plus de ventes plus d’héritage…..C’est la catastrophe. Décidément, le jeune garçon n’est pas au bout de ses peines et il lui faudra être perspicace pour mener à bien  une enquête qui va s’avérer dangereuse et difficile. Avec ses amis, il mettra un point d’honneur à sauver tout ce patrimoine.

Le fantôme de la chocolaterie résonne un peu comme Charlie et la chocolaterie : le héros est un jeune garçon pauvre, en quête d’un trésor, avec une histoire de recette introuvable. Pure coïncidence ou petit clin d’oeil de l’auteur ? Mais rassurez-vous on oublie très vite Charlie et on suit volontiers Archie dans son aventure acidulée, pleine de magie, de suspense et de trahison. Des bonbons comme s’il en pleuvait, des lieux secrets, des énigmes, des créatures sorties de nulle part, une histoire qui se dévore sans modération.

Une couverture gourmande qui donne envie, des illustrations en noir et blanc accrocheuses, une aventure hors du commun, tous les ingrédients pour passer un super moment de lecture. Hâte de découvrir le tome 2 !

Karaoké in London- Jeanne chante for the climate- de Stéphanie Benson et Claudine Aubrun

Chanson pour le climat

Nous retrouvons avec plaisir  Jeanne, prête à partir pour Londres avec sa meilleure amie Agathe. Elles souhaitent se rendre dans la capitale anglaise afin de participer à un grand rassemblement pour le climat, dont l’ambassadrice sera Freja Wilmsberg, la célèbre et  jeune activiste norvégienne. Mais il faut penser d’abord à l’hébergement et peut être aussi réviser un peu son anglais !

Nous allons partir pour un périple amusant et mouvementé, qui va se décliner sous la forme d’un journal intime tenu par Jeanne et Agathe.

Une lecture qui va lier l’utile à l’agréable puisque nos jeunes lecteurs vont pouvoir s’initier de façon ludique à la langue de Shakespeare.

Un début en douceur en français, avec au fil des pages l’apparition du vocabulaire anglais, des notions de grammaire, mais toujours de façon amusante.

Les illustrations colorées, pétillantes et pleines de fantaisie donnent le rythme au récit.

Tip Tongue journal est un bon moyen pour aborder et comprendre l’anglais. A tester sans modération !

Le jour où mon père a disparu, Benoît Séverac

15 ans. Le plus bel été de ma vie. Ou pas. Depuis que je suis tout petit, moi et mes parents avons toujours été des parias. Reniés par notre propre famille. Mais pourquoi me direz-vous ? Eh bien justement … mes parents n’ont jamais voulu me le dire. Alors, je faisais comme si de rien n’était. Je sais que mes parents ont milité au sein du Front de libération occitan, mais je ne vois pas en quoi c’est mal. Un ancien membre s’évade. Je ne me sentais pas concerné, jusqu’à ce que mon père disparaisse…

J’ai beaucoup aimé ce livre, qui est assez court, mais qui représente assez fidèlement les pensées d’un adolescent. Je le conseille, c’est un livre idéal pour des lecteurs qui n’ont pas l’habitude de lire de gros livres. C’est une véritable quête de vérité. L’adolescent va mener sa propre enquête et chercher des réponses à tous ces secrets de famille… Un cocktail qui mêle enquête, voyage, vengeance, secret, sacrifices et qui se lit d’une traite !

Je me suis dit qu’un jour, moi aussi, plus tard, dans très longtemps, quand nous serons adultes, avec nos vies, nos conjoints et nos enfants, je lui ferais signe comme elle venait de le faire, juste pour lui dire que cet été-là, je l’avais aimé pour de vrai et pour toujours, comme je n’avais jamais aimé.

Ou bien, peut-être que je deviendrai écrivain comme j’en rêvais, et j’écrirai un roman qui racontera notre histoire.

L’histoire du plus bel été de ma vie.

Eléa, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

La bobine d’Alfred, de Malika Ferdjoukh – ill. Nicolas Pitz

« J’avais rendez-vous avec un fantôme. C’était l’Ecosse après tout. »

Cinquante ans auparavant… Paris, 1964. 

Le père d’Harry est cuisinier dans un restaurant. Grand cinéphile, il reconnaît parmi les clients une vedette du cinéma muet : Lina Lamont. Cela lui vaut une altercation avec son patron et il perd son travail. Lina Lamont lui propose alors de devenir son chef cuisinier personnel à … Beverly Hills. Voici Harry et son père embarqués aux Etats-Unis dans un monde inconnu et fastueux où ils vont côtoyer tout le beau monde du milieu du cinéma. Un jour, le père d’Harry va être embauché confidentiellement sur un tournage secret… Notre curieux Harry va chercher à en savoir plus… Ce sera le début d’une étrange aventure. 

Le titre et la couverture permettront aux plus cinéphiles d’entre vous de comprendre qu’il y a du Alfred Hitchcock (grand réalisateur de cinéma, « maître du suspense ») là-dessous. Cette bande dessinée est une adaptation du roman du même nom de Malika Ferdjoukh, publié à l’Ecole des loisirs . On y croise des personnages fictifs qui côtoient de grands noms du cinéma hollywoodien ayant réellement existé : Fred Astaire amateur de champs de courses, Alfred Hitchcock bien sûr, ou Lina Lamont qui est le nom d’un rôle dans le film Chantons sous la pluie. De nombreuses références  à la cinématographie de Hitchcock peuvent également être découvertes tout au long de l’intrigue par les plus adeptes d’entre nous, prouvant bien que l’auteur connaît ses classiques (Mais qui a tué Harry, les Oiseaux, etc) ! L’intrigue part d’un fait réel (le souhait non réalisé de Hitchcock d’adapter une pièce de théâtre de J. M. Barrie, l’auteur de Peter Pan) mais tourne gentiment au rocambolesque, faisant de cette bande dessinée une histoire hitchcockienne humoristique. 

Une bande dessinée entraînante et pleine d’énergie, qui mêle intelligemment action, mystère et amour sous le soleil de Californie. 

Rendez-vous avec M. X, Marie-Aude Murail

7ème et dernier tome de la série des Nils Hazard.

Nils, professeur d’étruscologie à l’université, reçoit un jour une étrange lettre : « Monsieur, suite au décès de votre fille A, nous vous informons que A’ est à votre disposition aux laboratoires Vorillon. M. X »
Est-ce une simple blague ? Qui est ce M. X ? Peut-il y avoir un lien avec la mise à sac de son appartement ? Il n’en faut pas plus pour que Nils commence à enquêter sur ce mystère. S’attendait-il à découvrir de sombres affaires de fécondation in vitro et de clonage humain ? Lui qui justement va être père et dont la paternité future torture l’esprit : être ou ne pas être père…

Une aventure trépidante qui s’apparente au polar. Le sujet est sérieux, le danger indéniable et le suspense bien présent. Et tout au long du récit, l’humour de Nils, ce héros immature et attachant qu’on a plaisir à retrouver. Un Nils que l’on découvre aussi pour la première fois sous les traits d’un papa. À lire d’une traite !

Qui veut la peau de Maori Cannell ? de Marie-Aude Murail

6ème tome de la série des Nils Hazard.

Comme toujours malgré lui, Nils se retrouve embarqué dans une enquête trépidante. Cette fois, il s’agit de trouver qui envoie des poupées Bardy piégées à des top models célèbres. Jusque-là ont été visées Claudia Fisher, Estelle Sunday, Maori Cannell… Un contexte tendu alors que sa petite amie Catherine a justement décidé de se lancer dans le mannequinat. Nils découvre l’univers des agences de mode. Il fait la connaissance de cet Ange, jeune mannequin androgyne qui n’a pas froid aux yeux. Mais attention, Nils risque que tomber sous le charme de la jeune fille, et il n’est pas exclu qu’elle soit le démon responsable des envois piégés…

Dans cette aventure de Nils Hazard, l’intrigue évolue dans une ambiance plutôt pesante. En effet, sont abordées des notions telles que le terrorisme, la drogue, on croise des « fachos », des gens meurent. Un environnement plus dur peut-être que dans les précédents opus, et qui pourra déstabiliser le jeune lecteur. En revanche, l’humour est là, fidèle à la plume de Marie-Aude Murail. Une plume que je retrouve toujours avec autant de plaisir !

L’assassin est au collège, Marie-Aude Murail

Tome 2 de la série des Nils Hazard, chasseur d’énigmes.
C’est l’inspecteur Berthier qui vient chercher Nils et Catherine, sa petite-amie, pour résoudre une affaire préoccupante. Le collège de Saint-Prix est le théâtre d’étranges événements : des lettres anonymes envoyées au directeur au bord de la folie, des copies dérobées dans les casiers des profs et corrigées à l’encre de sang humain, une élève qui se jette par la fenêtre… C’est ainsi que Nils se retrouve professeur d’histoire-géo pour infiltrer les lieux et enquêter sous couverture… Mission qu’il regrette d’avoir acceptée au bout d’une journée de cours ! Pas facile d’enquêter au milieu des adolescents tout en restant crédible dans sa tenue de prof

Une enquête qu’on dévore d’un trait. L’écriture de Marie-Aude Murail est si limpide ! On se laisse porter jusqu’au dénouement. En dosant savamment le suspense, elle maintient le lecteur en haleine et donne le tempo au récit. Attention, il est impossible de refermer ce livre avant de savoir ce qu’il se passe réellement dans ce collège !

Les voleurs d’histoires, de James Riley

De l’autre côté du miroir…

voleurs.jpg

Andie adore lire. Dès qu’elle peut, elle se laisse transporter avec délice dans des histoires imaginaires. Mais au-delà de ce plaisir, elle a le pouvoir de voyager dans les livres. Dès qu’elle en ouvre un, elle est comme happée, comme aspirée. Elle rencontre les personnages et voyage au fil des pages. Andie a cependant une règle : ne rien toucher au récit, ne pas modifier le cours de l’histoire. Laisser tout intact, comme l’auteur l’a écrit. Mais tout change quand Finn découvre par hasard son pouvoir. Il est ahuri quand il voit Andie s’extirper de  Charlie et la chocolaterie. Il croit rêver mais quand son amie l’emmène à l’intérieur d’une histoire, il est bizarre, en proie à de curieux sentiments. La jeune adolescente lui fait promettre de ne rien révéler, de garder le secret. Mais Finn a soudain plein d’idées en tête. Sa vie va peut-être prendre un nouveau tournant. Et si elle devenait un petit peu plus palpitante ….

Les voleurs d’histoires est en fait une histoire dans l’histoire. D’abord, il nous entraîne dans l’univers merveilleux des livres, des personnages imaginaires. Ensuite on apprend qu’Andie a un secret de famille. Donc tout au long de cette histoire, elle va mener en parallèle une quête.

Ce roman nous fait réfléchir aussi sur le danger du pouvoir. Des personnalités se révèlent et la crainte est dans ce qu’ils vont en faire ! Changer leur vie, modifier celle des autres, mais à quel prix…

.

Le chien des Baskerville, d’Arthur Conan Doyle

Résultat de recherche d'images pour "le chien des baskerville"Dartmoor, situé au sud-ouest de l’Angleterre, est une lande sauvage, un paysage désolé propice aux légendes… On dit qu’un chien démoniaque y rôde, poursuivant la famille Baskerville de sa malédiction. Le fait est que Sir Charles Baskerville vient de mourir dans des conditions troublantes. Son médecin et ami, le Dr Mortimer, a trouvé près de son corps des empreintes de pattes de chien d’une taille inhabituelle. Diablerie, hasard ou machination ? Or l’héritier du domaine, le jeune Henry Baskerville, doit arriver d’Amérique et le Dr Mortimer est inquiet pour sa sécurité. A qui faire appel sinon au célèbre détective Sherlock Holmes, esprit rationnel et maître dans l’art de la    déduction ?

Mon avis : Voilà un livre qui se lit très facilement et nous tient en haleine d’un bout à l’autre. L’histoire est racontée à la première personne par le Dr Watson, ami de Sherlock Holmes qui l’accompagne dans toutes ses enquêtes. On nage en plein mystère quand Sherlock Holmes a déjà tout compris grâce à des détails qui nous semblent insignifiants. C’est un personnage tout à fait fascinant, à la fois génial et imbu de lui-même, parfois amusant, parfois un peu énervant, et au final très sympathique.

Pour lecteurs confirmés, à partir de la 6ème .

Marion, parent d’élève

Dix petits nègres, d’Agatha Christie

Image associée

Dix personnes reçoivent une lettre les invitant à passer quelques jours sur l’île du Nègre.

Plus tard, sur cette île isolée et inhabitée, les invités se mettent à table et font connaissance. Quand soudain, un gramophone se met en route. Il les accusait d’avoir chacun commis un crime. Ils s’expliquèrent, affirment que ces révélations sont fausses. Seul Anthony Marston prend ces accusations à la légère. Quelques temps après, celui-ci est empoisonné…

J’ai bien aimé même si ce roman était un peu dur à comprendre à mon âge. Je vous le conseille fortement. J’ai aimé car c’est un roman policier et le fait que ça se passe sur une île déserte rend l’ambiance un peu bizarre et angoissante. Et je ne m’attendais pas du tout à ce dénouement !

Mina, 6e – 11 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène