Super espions (malgré nous), de Christine Saba

Nathan est  invité pour les vacances en Angleterre chez sa cousine Juliette. Il vient de Paris en Eurostar. Mais en sortant du train, un curieux incident se produit : de la fumée s’échappe du train et la gare doit être évacuée. De loin, Juliette croit reconnaître son chauffeur, Joe. Alors le doute s’installe… Que faisait Joe avec une casquette sur la tête et des lunettes noires dans ce drôle d’accident ? Puis, Nathan et sa cousine découvrent de mystérieuses enveloppes dans les poches de la cuisinière, du chauffeur et de la nourrice Edith qui garde « Boulou ». Par hasard, ils découvrent dans la cave un repère d’agents secrets !!!! Les enfants décident alors de mener l’enquête et d’arrêter l’étrange bande des « Black Shadows » .

Vont-ils y parvenir ???

Ce livre se lit très vite, et est très simple à comprendre.  Il est agréable sans être particulièrement original, et  je le recommande plutôt aux élèves de CM1-CM2 ou pour les 6ème. Les événements s’enchaînent bien et permettent en même temps de réviser quelques notions d’anglais-puisque Nathan est venu à Londres pour améliorer son accent- mais aussi de visiter Londres à travers ses lieux les plus connus  comme Buckingham Palace ou le British Museum. Le texte est illustré par des dessins en noir et blanc ce qui est agréable particulièrement pour les plus jeunes ou les plus faibles lecteurs.

Judith, 6ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

 

Astérix et Cléopâtre, de René Goscinny

Une reine d’Egypte aussi belle que rebelle

asterix.jpg

Ne supportant plus les critiques de César sur son peuple égyptien, sa culture, Cléopâtre fait le pari que son peuple peut faire de grandes réalisations. Elle ordonne donc à Numérobis, l’architecte, de construire un palais, en moins de trois mois. Mais celui-ci s’avère être un piètre entrepreneur. Il risque d’être jeté en pâture aux crocodiles si sa mission n’est pas remplie. Il va donc demander de l’aide à Astérix et Obélix pour ne pas être réduit en bouillie.

Astérix et Cléopâtre, publié en 1965, est le 6ème album de la série de bandes dessinées de René Goscinny et Albert Uderzo (illustrations). Un scénario plein d’humour, avec jeux de mots et situations comiques. C’est le début des histoires d’Astérix, les personnages, les illustrations vont évoluer au fur à mesure du temps. Quatre personnages vont former le pilier de chaque album, Astérix, Obélix, Panoramix et Idéfix qui seront systématiquement présents dans tous les albums.

Astérix est apparu en 1959. Après la mort de Goscinny en 1977, Uderzo continue seul puis passe la main en 2013 à Jean-Yves Ferri et Didier Conrad. La série met en scène un petit village gaulois qui poursuit seul la lutte contre l’envahisseur grâce à une potion magique préparée par le druide. A ce jour, on dénombre 37 albums.

L’incroyable histoire de l’humanité, de Catherine Barr et Steve Williams

Cet ouvrage a relevé le pari de résumer l’histoire de l’évolution de l’Humanité en une trentaine de pages, avec quelques courts paragraphes par page  et de très jolies illustrations, colorées, gaies, fourmillant de petits détails ! De la présence des dinosaures il y a des millions d’années à l’invention des robots, machines au cerveau artificiel, tout – ou presque – y passe : la découverte du feu, les premières peintures, la naissance de l’agriculture, le travail du bronze, la naissance de l’écriture, le développement du commerce, de l’art, la découverte de l’Amérique, les recherches sur l’univers et la gravité, la révolution industrielle, les progrès de la médecine, l’accélération des communications, la notion de développement durable, etc.

C’est condensé, c’est express, c’est très riche sans grand discours.

Très intéressant pour une toute première approche de l’histoire de l’humanité pour commencer à comprendre ce qu’est la chronologie et comment et vers quoi notre monde a évolué.

Un bel album documentaire, simple et efficace, pour donner envie aux enfants dès 6 ans de voir plus loin que le bout de leur joli petit nez.

 

Einstein vu par un ado et par ses potes !, de Natacha Quentin

Lucas Strønomh, un ado passionné et bavard, monte avec ses copains une chaîne youtube 100% bio.

Il  va choisir de nous présenter Albert Einstein, un immense scientifique du début du XXème siècle.

Lucas et ses « potes » nous le présentent dans un style dynamique et drôle. Ils nous expliquent la science de façon ludique et simple avec des anecdotes amusantes : sa vie, sa science avec de l’humour et plein d’illustrations rigolotes.

Lucas et son équipe sont très attachants et « très ados ». Ils arrivent à rendre la biographie d’Einstein des plus captivantes.

Je  conseille vivement ce livre aux fans de science mais aussi aux amateurs.

A partir de la 6ème.

Un coup de cœur pour moi, amatrice de sciences.

Le saviez-vous ?

Albert Einstein n’aurait sans doute pas fait toutes ses découvertes sans Mileva Marič sa femme pendant longtemps, qui l’a aidé dans ses recherches.

Judith, 6ème – 11 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

 

Cet ouvrage mêle intelligemment illustrations style BD et images d’archives, contenu scientifiquement fiable et humour. Le fait de faire parler un ado pour relater la biographie d’un homme célèbre est ingénieux car beaucoup plus vivant.  Très instructif et plaisant.

A découvrir aussi au CDI, sur le même principe  les biographies de : Léonard de Vinci ; Molière

 

Les contes du chat perché, de Marcel Aymé

 La ferme enchantée…chat

Je ne peux pas commencer cette chronique sans vous faire part du sentiment qui m’enveloppe rien qu’à l’évocation du titre. Me revoilà plongée dans mes années collège, en 6ème. Les contes du chat perché a été la première œuvre étudiée en classe, une belle rencontre avec Delphine, l’aînée, et Marinette, la blonde. Deux sœurs qui ont «le pouvoir» de discuter avec des animaux dotés de la parole. Et ce petit détail n’a l’air d’étonner personne. Les parents détestent les bêtes et sont très sévères avec leurs progénitures. Les deux fillettes ont un chat Alphonse, qui sera une carte maîtresse pour elles dans les moments difficiles. Alors qu’elles ont cassé un plat, elles sont envoyées chez leur tante, une femme odieuse, méchante. Alphonse, qui d’un passage de patte derrière les oreilles déclenche la pluie, va provoquer un véritable déluge pour qu’elles repartent chez elles. Mais ce changement de temps va détruire les récoltes et les parents qui rendent le chat responsable, veulent le noyer. Alphonse va souvent mettre en garde les fillettes mais elles soupirent en se disant qu’à l’écouter, elles ne feraient jamais rien. Parfois, il est de bon ton de tenir compte des conseils. Tous ces animaux qui peuplent la ferme, vivent dans la crainte de passer à la casserole. Ils changent au fil des contes, certains partent, meurent ou sont mangés. Ils n’hésitent pas à aider Delphine et Marinette et vont même les remplacer dans leurs taches. En effet, les enfants vont à l’école mais doivent participer activement aux travaux de la ferme. Pourtant, elles préfèrent s’amuser avec les animaux, ce qui n’est pas du goût des parents.

Les Contes du chat perché regorgent d’humour. Les animaux parlent et peuvent dialoguer avec les humains. Les situations sont cocasses dès que les parents s’absentent. La ferme familiale devient alors un terrain de jeu, un vrai théâtre. Delphine et Marinette sont pleines d’imagination, ce qui parfois leur joue des tours. Marcel Aymé, sans être moralisateur, transmet des messages sur la justice, la différence, la nature, la tolérance envers les animaux, avec des enfants plus à l’écoute que les adultes. On notera aussi que souvent dans les contes, tout est beau, mais là l’auteur montre aussi que la vie n’est pas si simple. L’écriture est facile à comprendre, amusante et s’adresse autant aux enfants qu’aux adultes.

Ces nouvelles réunies dans ce recueil sont parfois divisés en deux tomes : Les contes rouges du chat perché et Les contes bleus du chat perché.

Paris Afrique, de Yves Pinguilly

afrique.jpg

Un billet pour l’inconnu…

Yves Pinguilly séjourne régulièrement en Afrique qui est devenu tout naturellement sa source d’inspiration, pour de nombreux romans. Dans Paris Afrique, Yves Pinguilly raconte l’histoire de Bo, un Africain blanc, qui va à Paris pour passer du temps avec sa mère, Solange, une statisticienne. L’adaptation est difficile, pour lui qui a toujours vécu en Afrique, avec son père Marcel. Il y a trop de béton, trop d’immeubles qui cachent le ciel, il fait froid, les gens sont toujours pressés, trop pressés. Bo a la nostalgie de son pays et l’écrit à sa meilleure amie, Ayoko, restée au pays. Il va dans une école multiculturelle dans laquelle beaucoup de choses le surprend. Il peut travailler sur un ordinateur, il va à la cantine, pour lui, c’est côtoyer le luxe, lui peu habitué à ce genre de vie à Batitingou. Sa correspondance avec Ayoko dévoile sa mélancolie mais Bo reconnaît qu’il est bien avec sa mère et son beau-père, qui mettent tout en oeuvre pour qu’il se sente comme chez lui…Mais les nouvelles du pays ne sont pas bonnes, un coup d’état se prépare, visant le président en place. Les vacances de Noël approchent. Bo va revenir avec sa mère et son beau-père à Batitingou, pendant quinze jours. Le retour au pays va être mouvementé, mettant en danger la vie des nouveaux arrivants.

Paris Afrique, une belle histoire qui met en opposition deux pays, des habitudes de vie différentes, ressenties de l’intérieur par un Africain blanc, un jeune garçon né d’un noir et d’une blanche. Deux civilisations peu semblables mais que Bo va rapprocher. Vivre avec deux cultures est une chance et un enrichissement. Le lecteur s’amuse en découvrant l’étonnement et la fascination de Bo en arrivant à Paris et part à la découverte de l’Afrique, de ses couleurs, de ses senteurs.

Contes pour enfants pas sages, de Jacques Prévert

Et si les animaux prenaient le pouvoir ?

jacques p.jpg

Contes pour enfants pas sages est un recueil de petites histoires d’animaux. Jacques Prévert met en scène des animaux qui n’ont pas peur de parler. Ils crient haut et fort pour dénoncer la cruauté du monde adulte et défendre les enfants. Chaque conte fait réfléchir et malgré un ton léger, le lecteur découvrira des sujets graves et sérieux comme l’esclavage, l’abandon des enfants, le racisme… Jacques Prévert attaque les hommes à travers la parole des bêtes. L’humour et la fantaisie restent néanmoins présent pour dresser le tableau d’un monde de folie, un monde pas sage du tout !