Momo, de Michael Ende

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog. 

Momo est le personnage principal de cette histoire. C’est une jeune orpheline qui s’est enfuie de son orphelinat et a trouvé refuge dans un lieu étrange oublié de presque tout le monde : « au sud de cette ville, là où commencent les champs, où maisons et baraques se dégradent, un petit amphithéâtrre en ruine se cache dans un bois de pins ». Elle rencontre un vieux balayeur de rues, Beppo et un jeune homme très bavard, Gigi.  » On peut avoir beaucoup d’amis, mais ceux qui vous sont vraiment proches, ceux que vous aimez le plus sont en général peu nombreux ». Pourtant, bientôt, elle devra fuir des hommes habillés de gris, des agents de la « Caisse d’épargne du Temps ». Va-t-elle réussir à les semer et les empêcher de faire du mal  ? 

La seule chose qui importe dans la vie, poursuivit l’homme, c’est de réussir, de devenir quelqu’un, de posséder quelque chose. Quand on va plus loin que les autres, quand on devient plus important et plus riche qu’eux, le reste vous vient naturellement : amitié, amour, considération.

Momo va-t-elle croire en ces paroles ?

 

J’ai beaucoup ce livre car on suit l’histoire de l’héroïne, on la suit dans ses aventures. Je me suis vraiment attachée aux personnages. C’est une aventure pleine de rebondissements, une très belle histoire sur l’amitié qui permet de prendre conscience de la notion du temps et qu’il est plus important d’aimer les autres que d’avoir du pouvoir sur eux. 

Un livre que j’avais lu et que j’ai demandé à faire acheter au CDI tellement il m’avait plu. 

Mina, 5ème – membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Une sorte de conte philosophique à lire à plusieurs niveaux, adolescents ou adultes car les thèmes de réflexion sont riches et nombreux. Une jolie histoire originale qui, malgré sa date d’écriture – 1973, n’a pas pris une ride.

Qui a tué Archimède ?, de Sophie Séronie-Vivien

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

De long mois après le début du siège de Syracuse, la ville tombe enfin aux mains des Romains, commandé par le consul Marcellus. Cependant, le consul n’est pas aux réjouissances : alors que celui-ci avait demandé qu’on l’épargne, un légionnaire a tué Archimède, le grand savant, physicien, mathématicien et inventeur de génie ! Il suspecte un complot par un fonctionnaire de haut rang et il charge son fils, Publius, de l’enquête. A sa demande, il autorise l’élève préférée du savant, Myrrha, à y participer. En échange, elle devra apprendre à Publius les sciences et les découvertes de son maître adoré. Ils découvrent alors de sombres affaires… Ils découvrent aussi que les gens les plus estimés ne sont pas toujours les meilleurs…

J’ai beaucoup aimé ce livre, historique et mystérieux. Je le conseille aux petits lecteurs, mais aussi aux dévoreurs de livres ! Ce n’est parce que le livre est petit qu’il n’est pas bien ! Il parle d’un grand savant grec du IIIème siècle av. J.C. : Archimède et on y apprend beaucoup de choses de manière ludique. 

Archimède n’était pas qu’un ingénieur capable de fabriquer des machines de guerre, lui avait-elle révélé. Il était également maître dans l’exercice de la géométrie. […] A force de calculs, il est parvenu à démontrer que le volume de la sphère est égal aux deux tiers de celui du cylindre qui la contient. Obtenir cette preuve lui a valu tant d’efforts qu’il a demandé que l’on grave sur sa tombe ce schéma et la formule reliant les deux volumes.

Eléa, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Thésée, Ariane et le Minotaure, de Evelyne Brisou-Pellen

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Élevé par son grand-père et sa mère, tout jeune adolescent, Thésée découvre qu’il est le fils du roi Égée, le roi d’Athènes. Il part alors dans une épopée dangereuse, combattant et débarrassant les paysans des géants, brigands de grand chemins, monstres, comme par exemple Periphétès, la truie Phaïa, ou encore Sciron. Mais, une fois auprès de son père, un autre problème se pose : tous les neuf ans, le roi d’Athènes doit envoyer 7 jeunes filles et 7 jeunes garçons se faire dévorer par le Minotaure comme sacrifice. Mais cette année, Thésée fera partie du voyage. Il est déterminé à tuer le Minotaure avant de s’enfuir. Mais, la douce Ariane va perturber son plan…

Je suis fan de mythologie, j’ai complètement dévoré ce livre. Je le conseille, il n’est pas très long et est vraiment passionnant.

 

Eléa, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Cette édition propose le texte intégral complété d’un dossier pédagogique à destination des collégiens. 

,

Wiggins et la ligne chocolat de Béatrice Nicodème

Wiggins, un jeune détective sans notoriété car sans clients, vivant dans un quartier pauvre car sans un sou, et quasi sans expérience finit un jour par se voir confier une mission qu’il ne peut refuser et pour laquelle il ne peut échouer car sa cliente n’est autre que sa mère. Celle-ci travaille au service d’une famille noble et se retrouve accusée de vol; des objets précieux ont disparu et les soupçons se sont très rapidement voire trop rapidement portés sur elle alors que l’accusée a une toute autre idée quant à l’identité de la vrai coupable.

Wiggins prendra à coeur d’innocenter sa mère dont l’intégrité et l’honnêteté ne font aucun doute. Ses recherches, concentrées sur le trajet de la ligne chocolat, le conduiront sur le chemin du célèbre détective londonien  et de son second, le docteur Watson. Avec la ténacité qui le caractérise, il suivra à la trace un trio de bandits – aidés par des personnes insoupçonnables à la base-  qui au final avait des plans bien plus lourds de conséquences que le simple recel d’objets volés.

Parviendra-t-il à accomplir sa mission? Aura-t-il tiré des enseignements de cette filature riche en rebondissements?

 

Diablesse, de Claire Ubac

L’incomprise…

diab.jpg

Pourquoi Lucie se sent-elle si différente des autres, pas à sa place, même au sein de sa famille ? Elle se sent rejetée, mal comprise. Alors elle se crée une amie imaginaire, «Lucie deux», qui sera en quelque sorte son double intime. Mais quand sa grand-mère la traite de « diablesse », Lucie décide de réagir et de devenir une véritable petite diablesse puisque tout le monde la voit ainsi.

Diablesse est un roman qui s’étend sur un mois, un mois durant lequel Lucie, la narratrice, va nous faire partager ses émotions, ses doutes et ses révoltes. Elle a du mal à trouver sa place dans sa famille, à l’école. Elle a l’impression d’être toujours en décalage avec les autres. Lucie est très attachante avec un petit grain de folie qui lui est propre et qui nous amuse. Une histoire plaisante avec des situations pleines d’humour surtout lorsque Lucie entre en conflit avec son amie imaginaire. Chaque enfant, chaque adolescent traverse une période où les relations avec l’extérieur, avec la famille restent compliquées, avec ce sentiment de ne jamais être compris. C’est un peu la quête d’une identité que Claire Ubac traite avec des mots simples à travers le quotidien de Lucie. Un moment de lecture agréable.

Les filles au chocolat, 5 ½. Cœur Sucré, de Cathy Cassidy

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chronqiues des élèves du comité de lecture du blog

1. L’étoile de la Saint-Valentin : Tommy Anderson, le petit ami de Summer, rêve de trouver un cadeau de Saint-Valentin à la hauteur de l’amour qu’il porte pour la fille qu’il aime depuis la maternelle. Le problème, c’est que Summer est anorexique, elle n’a plus goût à rien. Puis, l’idée ultime arrive…

2. Dans l’ombre des projecteurs : Jodie Rivers a réalisé son rêve : entrer dans la célèbre école de danse, la Rochelle Academy. Mais un terrible sentiment de culpabilité l’oppresse : si elle est là, c’est uniquement parce que sa meilleure amie, Summer, est tombée malade. De plus, elle n’a pas le talent de celle-ci. Mais Sébastien, le filleul de la directrice, créatrice de l’école, va l’aider à surmonter sa peine…

J’ai beaucoup aimé ce livre, qui se passe en même temps que « Cœur Vanille« , sauf que celui-ci se passe en Angleterre et non en Australie. Passionnant, ce livre est à deux voix. Je le conseille vivement, il n’est pas très épais, parfait pour les petits lecteurs. 

Eléa, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

Les filles au chocolat, 5. Cœur Vanille, de Cathy Cassidy

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Les filles au chocolatLes filles au chocolat - tome 5 Coeur vanilleHoney est partie rejoindre son père en Australie. Mais là, surprise ! Elle qui s’attendait à avoir son père pour elle toute seule et une école pour filles, elle découvre une belle-mère parfaite, une école mixte très stricte et un uniforme horrible ! Sa « nouvelle vie » commence très mal ! Lorsqu’elle commence à se faire des amis et à s’habituer à son nouveau pays, une mystérieux personne commence à pirater son compte SpiderWeb.

J’ai adoré ce livre, que j’attendais avec impatience, enfin disponible au CDI ! Je le conseille vivement, tout comme les premiers tomes de cette série  « les filles au chocolat ». Ce livre est un très bon exemple du harcèlement sur les réseaux sociaux. On découvre la suite de « Cœur Vanille » dans « Cœur Sucré », du même auteur.

Eléa, 5ème – membre des dévoreurs de livres d’Arsène