Je vais souffler… souffler… et… éternuer !

La vérité sur l’affaire des trois petits cochons, témoignage recueilli par Jon Scieszka et illustré par Lane Smith

91cyhdp2b8tl

Tout le monde connaît l’histoire du loup et des trois petits cochons… Mais qui a déjà entendu la version du loup lui-même ? Léonard Eugène Loup, que l’on peut appeler par son petit nom Léo va donc nous livrer son point de vue sur toute cette affaire, qui fait scandale dans les chaumières depuis la nuit des temps !

Je ne sais pas comment cette affaire de Grand méchant Loup a démarré, mais c’est des salades.

Enfin, peut-être pas tant que ça, finalement !

Drôle et merveilleusement illustré, un album parodique et riche, à savourer dès le début de l’école primaire et jusqu’en 6ème sans problème (moi personnellement, j’adore !) avec des personnages qui n’ont pas leur langue dans leur poche

Et ta vieille grand-maman peut aller se faire voir !

Idéal  pour travailler avec les plus jeunes la notion de point de vue, le fait divers, la presse, le témoignage.

La petite femme du père Noël, de Kochka

A chacun son étoile…

pere.jpg

Rose d’Hiver est une auteure à succès, qui va dans les écoles à la rencontre de son jeune public. A quelques jours de Noël, elle va parler de son nouveau roman Vanille, fraise et praliné à des élèves de primaire. Elle est accueillie par maîtresse Barbara et très vite son regard est attiré par Noëlle, une fillette handicapée. Celle-ci dit être la femme du père Noël et quiconque ne l’aimera pas sera privé de cadeaux. Cela fait bien rire ses camarades de classe notamment Max et Gaspard très crédules sur l’existence du vieil homme en rouge. Rose d’Hiver va alors leur raconter une histoire pour leur démontrer qu’il faut croire parfois à l’impossible pour voir ses rêves se réaliser. La journée s’achève et Rose doit repartir mais Noëlle la rattrape en la suppliant de l’emmener voir le père Noël. Elle caresse l’espoir d’aller un jour en Finlande pour  rencontrer celui qui, dans la nuit du 24 au 25 décembre, distribue des cadeaux dans le monde entier. Rose pourra-t-elle aider la petite fille ? Un pari fou mais fermons les yeux et pensons très fort à ce moment si féérique et peut-être verrons nous les petits lutins s’activer auprès du Père Noël pour que la magie de Noël opère.

Kochka nous livre un beau conte sur la force de l’imaginaire. Nos petits héros vont vivre une folle aventure qui va leur donner un regard neuf sur ce qui les entoure, sur leur existence. C’est un récit plein de magie, de tolérance et d’amitié. N’avons-nous pas besoin, par moment, de croire en nos rêves pour donner un sens à notre existence ?

Le drôle de Noël de Scrooge, de Charles Dickens

Un Noël inoubliable

scrooge.jpg

Scrooge, riche marchand vivant à Londres, est un vieil homme solitaire, peu charitable, avare et méprisant. Sa méchanceté est légendaire. Noël approche avec l’effervescence qu’on connaît. Chacun s’affaire dans la joie. Mais Scrooge ne comprend pas que les gens puissent éprouver du bonheur pour une fête qu’il déteste. Pour lui, la joie n’apporte rien. Il préfère donc rester chez lui, seul, plutôt que d’accepter l’invitation de son neveu. Mais la nuit venue, il entend du bruit. En ouvrant la porte, il est surpris de voir le visage de son associé, Marley, mort 7 ans auparavant. C’est l’incompréhension totale quand cette apparition prend la forme d’un spectre. Ceci sonne comme un avertissement. Si Scrooge ne change pas, il finira enchaîné, enchaîné comme l’est sa vie. Il ne trouvera jamais le repos même dans la mort. Scrooge ne regarde jamais autour de lui, égoïste qu’il est ! Il rabaisse les plus pauvres. Le fantôme de Marley le met donc en garde et l’informe qu’il aura la visite de trois esprits qui le mèneront successivement dans le Noël de son passé, le Noël de son présent et le Noël de son futur. Ils vont lui montrer ce qu’il va devenir s’il s’obstine à dire que le bonheur n’existe pas. Les esprits sont là pour sauver son âme d’un destin tragique, pour lui faire comprendre qu’à l’aube de sa vie il est temps de se repentir. La surprise passée, Scrooge se dit que tout ceci n’est que sottise et va se recoucher. Et pourtant, il ne va pas tarder à se retrouver face à un visiteur surnaturel qui va l’emmener vers le Noël de son enfance. Ainsi commence pour lui un long voyage vers les différentes étapes de sa vie. Va t-il prendre conscience qu’il faut qu’il change pour que le bonheur frappe à sa porte, pour être mieux apprécié ?

Une histoire magique à l’approche des fêtes de Noël qui fait du bien. Le lecteur appréciera la progression du personnage de Scrooge qui rassure, qui prouve que l’être humain peut changer de belle manière. Une nuit de Noël qui sera inoubliable pour notre héros. Mais Noël, est aussi une période où se côtoient pauvreté et richesse, où la différence sociale est accentuée. Ce récit nous fait réfléchir sur le sens de cette fête, sur la notion de générosité et surtout met l’accent sur le fait qu’il ne faut pas forcément être aisé pour passer une bonne nuit de Noël. Etre entouré des gens qu’on aime est le meilleur des cadeaux. Charles Dickens a écrit un très beau conte basé sur le partage, l’entraide. De belles morales pour une histoire pleine de féérie.

Une histoire de dragons, d’Edvin Sugarev – ill. Sylvie Kramer

Une histoire de dragons, d’Edvin Sugarev – ill. Sylvie Kramer

Réveiller le dragon qui sommeille en nous…

Une histoire de dragonsLorsque Vlad n’obéit pas, sa famile le menace de l’arrivée d’un dragon qui l’emmènera…

-Papi, pourquoi le dragon ne veut venir que dans ma maison, alors qu’il y a plein  d’enfants chez qui il pourrait aller ? demanda Vlad un jour.

Papi caressa sa barbe et répondit :

– Non, mon petit, il ne veut pas venir seulement dans ta maison. En vérité, chaque enfant a son propre dragon qui vient le voir à chaque fois qu’il se montre désobéissant.

Alors, Vlad devint sage et obéissant. Il arrêta de sauter dans les flaques d’eau, il se coucha à l’heure… Mais un jour, sous un buisson, Vlad découvre une petite créature, chétive, triste, maladive… Son dragon va vraiment mal…

Nous, les dragons, il n’y a que les bêtises des enfants qui nous font vivre. Plus l’enfant fait de bêtises et désobéit, plus son dragon croît et embellit. Ah ! si seulement tu avais été vif et entêté, je serai devenu énorme et ailé […]

Un conte bulgare superbe, idéal pour dédramatiser les bêtises des enfants. Car, en fait, la plupart d’entres elles sont sans conséquences et permettent juste de se sentir libre et soi-même. Les illustrations reflètent parfaitement cet univers merveilleux dans lequel évolue Vlad et son dragon… à l’insu de sa famille, naturellement ! Famille représentée de manière finalement bien plus monstrueuse que notre gentil dragon. Mais elle, y croit-elle seulement, à ce dragon ?

Ce petit livre à couverture souple, de la taille d’un catalogue d’éditeur (je dis ça car je viens de le découvrir au milieu des catalogues ramenés par mes élèves du Salon du livre de jeunesse de Montreuil parmi lesquels il était passé inaperçu jusqu’à hier !) est publié par une petite maison d’édition ELITCHKA, créée en décembre 2013, spécialisée dans la publication de contes et nouvelles d’auteurs bulgares. Une très jolie découverte et un grand merci à eux pour cet exemplaire spécialement dédicacé pour nous par le traducteur, Eli.

Histoires de chevaux et poneys illustrées, ouvrage collectif.

Au galop !

Voici le tout nouveau sorti de la collection de contes et de mythes des éditions Usborne. Cette fois-ci, le recueil réunit 17 histoires différentes mettant en scène des chevaux, pour le plus grand plaisir de nos lecteurs. Cet animal si populaire auprès des enfants, domestiqué il y a 6000 ans et qui apparaît dans de si nombreuses histoires ! Bien sûr, vous retrouverez des mythes connus, comme Pégase, le cheval ailé, mais ce recueil va surtout vous permettre de voyager à travers le monde, à la découverte de contes grec, norvégien, russe, écossais, chinois, italien, etc… A la fin de l’ouvrage, nous retrouvons la liste des textes avec les références des histoires dont ils se sont inspirés (par exemple, le premier : Le cheval qui parlait vient d’un conte allemand recueilli par les frères Grimm sous le nom de la Gardeuse d’oie).

L’édition est toujours de qualité, avec son marque-page ruban et sa couverture matelassée. Les textes proviennent de plusieurs auteurs différents et les illustrations sont originales.

A découvrir dans la même collection :  Mythes du monde entier illustrés et  Récits de l’Inde illustrés

La verluisette, de Roberto Piumini

De l’ombre à la lumière…

Résultat de recherche d'images pour "la verluisette"Madurer, 11 ans, est un enfant malade condamné à rester dans sa chambre. Le soleil, la poussière nuisent à sa santé, il ne peut donc plus sortir. Son lieu de vie doit également être dépourvu de fenêtres. Son père, le vizir Ganouan, est désespéré et décide de faire appel à un peintre, Sakoumat, pour embellir d’images et de couleurs les murs du palais. Madurer n’est pas un enfant triste, il est, malgré tout ce qu’il vit, plein de vitalité. Sakoumat va l’ouvrir sur un monde extérieur merveilleux qui va prendre vie du bout de ses pinceaux. L’artiste va faire entrer le côté de l’existence dont ne peut plus profiter l’enfant.

La Verluisette est un beau conte d’amitié entre un enfant dont la vie se résume aux murs de sa demeure et un peintre qui dévoilera toute sa magie d’artiste pour lui offrir un monde qui lui sera propre. Une belle leçon de vie pleine de poésie. Aujourd’hu , il existe une maladie rare qui contraint les enfants à ne sortir que la nuit car la lumière directe leur brûle la peau. La sortie de jour est un vrai parcours du combattant car ils doivent porter une combinaison comme celle des cosmonautes, seul moyen efficace de lutter contre les rayons ultra-violets. Comme Madurer, leur vie est compliquée mais ils font preuve d’une énergie et d’une volonté qui forcent l’admiration.

L’école du bien et du mal. 3. Le dernier conte, de Soman Chainani

L’école du bien et du mal. 3. Le dernier conte, de Soman Chainani

Couverture du livre : L'école du Bien et du Mal, tome 3 : Le Dernier ConteEn embrassant le Grand Maître, Sophie décide de rester à l’école, alors qu’Agatha et Tedros doivent retourner à Gavaldon où la magie des contes les abandonne. Tandis que Sophie devient la reine de l’école du bien et du mal, le soleil magique devient de plus en plus terne. Eh oui, le conte de Sophie et d’Agatha, en étant inachevé, empêche l’écriture d’autres contes ! Agatha va donc devoir sacrifier beaucoup de choses pour pouvoir récupérer Sophie et sauver le monde par la même occasion !

Même après plusieurs tomes, le suspens et l’action sont toujours présents. Cet univers des contes de fée revisités est vraiment original et ce tome est pour moi le plus réussi pour l’instant car les émotions y sont plus fortes et l’action encore plus présente. Ce n’est plus ici véritablement l’Ecole du Bien et du Mal, mais plutôt l’école des Anciens et des Nouveaux. Le Grand Maître, personnage machiavélique donne toute son intensité au récit.  On n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer malgré un nombre de pages conséquent. Je suis pressé que le tome 4 sorte en français pour pouvoir le « dévorer » à son tour !

Guillaume, 3°- 13 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène.