Voyage au bout de la Loire – une histoire de mariniers -, de Jean-Luc Defromont

La Loire en gabare

Lucas dit «Moineau» et Marco 12 ans, vont embarquer à bord d’une gabare de la Loire, le Moïse, comme apprentis-mariniers. Nous sommes en 1856, époque à laquelle nombreux sont les enfants de cet âge qui travaillent déjà. Les deux jeunes garçons sont excités à l’idée de découvrir la vie sur l’eau. Ils vont apprendre à connaître la Loire, le travail sur les bateaux, les hommes et les chants. Malgré leur jeune âge, ils vont aider les mariniers dans les besognes les plus difficiles comme les manœuvres ou les chargements.

Voyage au bout de la Loire dépeint les difficiles conditions de vie et le dur labeur des mariniers. On apprend également qu’à cette époque, les mariniers se mettaient également à disposition des municipalités pour évacuer les familles et les ravitailler au moment des crues. Le lecteur navigue au gré des méandres de la Loire, la Loire réputée pour être le plus traître des fleuves. Un joli récit mettant en lumière un métier méconnu, assorti d’un lexique retraçant l’histoire de la batellerie de la Loire.

100 infos insolites à travers l’histoire – Collectif

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des livres du comité de lecture du blog   100 infos insolites à travers l'Histoire Un documentaire à lire dès 10 ans – 128 pages. Ce livre contient donc 100 chapitres consacrés à un sujets spécifique : l’Histoire et nous délivre des informations insolites sur différents sujets, du passé jusqu’à nos jours  :  Quels sont les deux présidents américains qui furent arrêtés pour leur conduite dangereuse à cheval ? Pourquoi certains souverains africains avaient-ils peur des perroquets ?    On peut apprécier la mise en page des livres de cette collection. Il y a beaucoup de couleurs, des encadrés, des fonds à motifs, des tas d’illustrations sur chaque pages.. C’est à la fois bien rempli mais pas brouillon. C’est un livre que l’on peut lire ou  feuilleter en prenant une page au hasard. Chaque info commence d’abord par un titre accrocheur puis viennent les explications et les précisions accompagnées d’illustrations colorées qui rendent les faits plus clairs. C’est un livre complet, diversifié et drôle.  A la fin de l’ouvrage on retrouve une table des matière ainsi qu’une carte du monde légendée pour bien situer les événements. Une nouvelle façon d’aborder et d’apprécier l’Histoire autrement que scolairement, à partir d’anecdotes rigolotes, tout en s’instruisant. On trouve vraiment  des réponses à de nombreuses questions dans ce livre original. Les explications sont simples. Un livre à lire pour approfondir ses connaissances en Histoire pour grands et petits. Il existe plusieurs titres de la même collection sur les sciences, le corps humain, les aliments, l’espace… 

Mai 68 de A à Z : 100 mots pour comprendre le bouleversement de la société, de Danièle Ohayon et Patrick Fillioud

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques du comité de lecture du blog

Mai 68 de A à Z : 100 mots pour comprendre le bouleversement de la société, de Danièle Ohayon et Patrick Fillioud

Pages : 143 pages
A partir de 13 ans

L’introduction commence par le refrain d’Imagine de John Lennon.

Cet ouvrage commence par une introduction sur les origines du mouvement de mai 1968 et les changements auxquel il a conduit. Il se poursuit ensuite par un abécédaireMai 68 est un événement historique qui a changé la société et notamment permis de faire évoluer la place des femmes et des jeunes dans la société. C’est aussi un mouvement ouvrier et étudiant. .  Ce mouvement aura eu pour conséquence un profond bouleversement de la société française et du monde.
Ce petit ouvrage détaille intelligemment par thème les événements et les changements radicaux survenus. Les 100 sujets sont à la fois brefs et complets, cet ouvrage permet de prendre conscience de l’importance de ce mouvement sans précédent et de l’actualité des revendications portées par les manifestants comme l’écologie, les inégalités, l’éducation, l’indépendance des médias, les conditions de travail ou l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

MON AVIS :

Une analyse qui a été faite cinquante ans après est très instructive, C’est clair et concis grâce à l’alphabet et à une chronologie qui est insérée en fin d’ouvrage. Ce dictionnaire est illustré par des affiches de l’époque C’est un livre complet tout à la fois sociologique, politique et historique à lire !

Avis de Mme COQUILLAT : Professeur d’histoire au collège Arsène Fié
Un Livre qui s’adresse aussi bien à la jeunesse qu’aux adultes, qui rend abordable un soulèvement populaire qui pourrait sembler complexe.  A travers le vocabulaire, tous les sujets sont abordé, il se lit très rapidement et donc ne pas hésiter à l’utiliser comme outil pour comprendre les causes et les conséquences de ce mouvement.

Axel – 14 ans, 3ème – membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Alcatraz Indian land, d’Elise Fontenaille

Alcatraz Indian land par FontenailleMarilyn Miracle, de son nom indien Little Bird, vit une vie misérable dans une réserve indienne paumée, aux côtés d’une mère alcoolique. Depuis ses treize ans, elle ne va plus à l’école et pour oublier le suicide de sa meilleure amie, elle sniffe de la colle toute la journée… Mais un jour, Richard Oakes, un Indien parti en Californie faire des étues est venu la chercher.

Faut que tu t’en ailles, Little Bird… Déploie tes ailes, fous le camp d’ici

l’encourage sa grand-mère, Dana, la seule personne qui ne se soit jamais occupée d’elle et l’ait jamais aimée.

Alors, Little Bird part avec Richard et est accueillie dans sa famille auprès de sa femme Alicia et leur fille Yvonne.

On est en 1969 et Richard Oakes est le leader d’un groupe d’activistes qui se bat pour la défense des droits des Indiens d’Amérique. Leur rêve : créer une université pour les Indiens. Leur projet : investir l’ancienne prison d’Alcatraz, désertée depuis 5 ans. Ils choisiront la journée symbolique de Thanksgiving, jour où l’Amérique commémore l’aide que les Indiens ont apportés aux premiers colons. Alicia, Little Bird et Yvonne seront de la partie mais pas seulement… Tous les jour, un nombre de plus en plus important d’Indiens de toutes les tribus arriveront et s’installeront sur l’île… Ce roman retrace cette action, ce combat.

Ce récit est construit sous la forme d’un flash-back, raconté par Little Bird, âgée, qui écrit à sa petit-fille Eden pour partager avec elle les souvenirs de ses seize ans. C’est une lettre envoyée par la mairie de San Francisco l’invitant à revenir sur les lieux de l’occupation et de repeindre les graffitis  du château d’eau dans le cadre de la célébration pour l’anniversaire de l’occupation d’Alcatraz qui fera remonter ses souvenirs et lui donnera envie de témoigner pour perpétuer cet héritage pour la génération future. Un court roman très intéressant qui met à la portée de tous une page d’Histoire pas forcément connue du grand public et des adolescents en particulier. On prend conscience de la force de l’engagement et des dérives que toute action, même pacifiste au départ peut déclencher lorsque l’intérêt personnel prend le pas sur le collectif. A lire.

Je suis Juan de Pareja, de Elizabeth Borton de Treviño

"Je suis Juan de Pareja", d'Elizabeth Borton de TrevinoSéville, 17ème siècle. Juanito, jeune esclave, se retrouve seul après le décès de son maître, puis de sa maîtresse, qui a succombé à la peste. Il fait partie de l’héritage et doit rejoindre son nouveau maître à Madrid, le neveu de sa maîtresse, le peintre Vélasquez. Après bien des péripéties, le voici donc qui  entre au service du grand peintre de la cour. Il va devoir préparer les pigments, les toiles, nettoyer l’atelier. Juan admire le travail de son maître et apprend en secret, en regardant celui-ci travailler. Son rêve : devenir peintre lui aussi… Mais les esclaves n’ont pas le droit de toucher aux arts.

Tiré d’une histoire vraie, ce texte est écrit à la première personne, comme une autobiographie de l’esclave. Même si l’écriture est romancée, on y apprend beaucoup de choses historiques sur la condition des esclaves, sur la vie de Vélasquez et la cour d’Espagne au 17e siècle. Vélasquez était un maître bienveillant, simple, austère, qui n’a pas été épargné par les épreuves de la vie. Il est l’un des plus grands peintres de son temps. La première de couverture de cette édition est une reproduction du véritable tableau qu’il a peint de son esclave  Juan de Pareja.

Cette histoire nous fait voyager dans cette Espagne de cour du 17e siècle mais aussi jusqu’en Italie, avec les trajets sans fin  et les problèmes de communication avec les proches restés sur place qui en découle. On rencontre aussi d’autres artistes connus à l’époque comme Rubens.

Ce texte est écrit de manière assez descriptive qui ne laisse pas passer les émotions de manière vive et en cela pourrait peut-être rebuter certains de nos lecteurs, -si on y ajoute le nombre de pages assez conséquent. Ecrit en 1965, peut-être le texte a-t-il un peu vieilli ? En tout cas, l’histoire reste malgré tout  passionnante et très instructive, véritable petite histoire de l’art.

20 ans pour devenir … Louise Michel, de Rolande Causse et Nane Vézinet

Au nom des femmes

louisem.jpg

Louise Michel, née en 1830, est fille d’une femme de chambre et de père inconnu. Sa mère est au service d’une famille de châtelain, les Demahis, et même si elle tait l’identité du père, tout porte à croire que le géniteur soit le fils de cette famille. Louise grandit auprès de sa mère au château de Vroncourt-la-Côte, en Champagne. Elle reçoit une bonne éducation, égaie la maison pour le bonheur du maître et de la maîtresse du château. Chacun de ses anniversaires donne lieu à une fête. Louise est élevée comme une princesse, elle est curieuse et apprend vite. Dès son plus jeune âge, elle se tourne vers les autres et s’insurge contre l’injustice. Adolescente et consciente de son confort, elle consacre déjà son argent de poche à nourrir les plus démunis. Elle ne supporte pas la méchanceté, la sottise. A la mort des Demahis, Louise et sa mère sont contraintes de partir, elles hériteront d’un petit pécule. En 1851, Louise réussit le brevet de capacité qui va lui permettre de devenir institutrice. Elle ouvre de nombreuses écoles où elle exerce ses fonctions avec une passion sans bornes. Elle fonde l’école libre selon les principes républicains. C’est elle qui crée la première école pour filles. Louise adore écrire. Ainsi, elle met sa plume au service de journaux d’opposition. Elle écrit de nombreuses œuvres engagées. Elle aide les femmes à vivre par le travail, une sorte d’émancipation. Très engagée dans une politique radicale, elle intervient lors de meetings, défend les ouvriers, les chômeurs, s’insurge contre la peine de mort. Elle devient anarchiste, est acclamée par le peuple de Paris. Elle s’installe un temps à Londres, jugeant que la France prend en otage la liberté d’expression. Ses prises de positions font l’objet de nombreuses arrestations. Elle finit par être emprisonnée. Elle en sort au bout de trois ans, grâce à Clémenceau. Elle décède d’une pneumonie en 1905. Toute sa vie, elle restera fidèle à ses convictions, livrera ses batailles jusqu’à son dernier souffle.

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »
Louise Michel – 1830-1905 – Extrait d’une Plaidoirie – 22 Juin 1883

« La tâche des instituteurs, ces obscurs soldats de la civilisation, est de donner au peuple les moyens intellectuels de se révolter. »
Louise Michel – 1830-1905 – Mémoires – 1886

Le nom de Louise Michel est associé dans notre mémoire au combat pour les femmes et la Commune. Cet engagement va d’ailleurs causer sa déportation en Nouvelle Calédonie. Grande militante, elle a consacré sa vie à défendre l’éducation et les plus pauvres. Une station de métro parisien porte d’ailleurs son nom ainsi que de nombreuses écoles. Ce fut une femme généreuse, ouverte aux autres, cultivée qui prônait l’école pour tous. Comme Louise Michel à son époque, une autre grande dame, ancienne déportée, très engagée politiquement, défendant la cause des femmes, a marqué l’Histoire de son nom : Simone Veil qui a fait son entrée au Panthéon dimanche 1er juillet 2018. S’ajoutent à elles, Marie Curie ( une scientifique XIXème siècle), Rosa Park (lutte contre la ségrégation XXème siècle), Lucy Stone (féministe engagée XIXème siècle), et bien d’autres, qui ont marqué l’Histoire dans différents domaines, qui ont écrit l’Histoire. Par leur courage, elles ont combattu les clichés et forcent l’admiration.

Rolande Causse et Nane Vézinet ont su parfaitement montrer la forte personnalité de Louise Michel, en un texte court et accessible. L’essentiel est dit, on mesure la grandeur de son engagement.

 

Les enquêtes de Ninon et Paul – Des voleurs à Versailles, de Chantal Cahour

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Des voleurs à VersaillesNinon, 11 ans, et Paul, 10 ans, sont frère et sœur. C’est Ninon qui raconte cette histoire qui se passe à notre époque et en 1676.
Ninon et Paul vont rendre visite à leurs grands-parents qui viennent de déménager à Meudon, en banlieue parisienne.
Leurs grands-parents décident de leur faire visiter le château de Versailles. Ils partent donc, en visite guidée, à la découverte de ce célèbre monument.
Dans la galerie des glaces, Paul trébuche à cause de ses lacets défaits et entraîne sa soeur dans sa chute : tous les deux se cognent la tête contre le pied d’un guéridon et perdent connaissance…
Lorsqu’ils reviennent à eux, ils se rendent compte très vite qu’ils sont en 1676 ! Dans leur voyage dans le temps, ils rencontrent deux enfants du même âge qu’eux et c’est le début d’une aventure extraordinaire.

J’ai bien aimé le côté fantastique qui nous emmène dans une autre époque et nous apprend des choses sur la vie au château de Versailles.
Le romans est court et donc très vite lu. On s’attache vite aux personnages et on ne s’ennuie jamais car il y a de l’aventure.

a la fin du livre, il y a un petit quizz pour tester ses connaissances sur Louis XIV et sa cour et le château de Versailles (avec les réponses très détaillées) mais aussi la recette traditionnelle de l’époque à la poudre d’amande : le massepain des belles dames de Versailles.

A lire dès le CM1

Cloé, 6ème – 11 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène