Qui a tué Archimède ?, de Sophie Séronie-Vivien

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

De long mois après le début du siège de Syracuse, la ville tombe enfin aux mains des Romains, commandé par le consul Marcellus. Cependant, le consul n’est pas aux réjouissances : alors que celui-ci avait demandé qu’on l’épargne, un légionnaire a tué Archimède, le grand savant, physicien, mathématicien et inventeur de génie ! Il suspecte un complot par un fonctionnaire de haut rang et il charge son fils, Publius, de l’enquête. A sa demande, il autorise l’élève préférée du savant, Myrrha, à y participer. En échange, elle devra apprendre à Publius les sciences et les découvertes de son maître adoré. Ils découvrent alors de sombres affaires… Ils découvrent aussi que les gens les plus estimés ne sont pas toujours les meilleurs…

J’ai beaucoup aimé ce livre, historique et mystérieux. Je le conseille aux petits lecteurs, mais aussi aux dévoreurs de livres ! Ce n’est parce que le livre est petit qu’il n’est pas bien ! Il parle d’un grand savant grec du IIIème siècle av. J.C. : Archimède et on y apprend beaucoup de choses de manière ludique. 

Archimède n’était pas qu’un ingénieur capable de fabriquer des machines de guerre, lui avait-elle révélé. Il était également maître dans l’exercice de la géométrie. […] A force de calculs, il est parvenu à démontrer que le volume de la sphère est égal aux deux tiers de celui du cylindre qui la contient. Obtenir cette preuve lui a valu tant d’efforts qu’il a demandé que l’on grave sur sa tombe ce schéma et la formule reliant les deux volumes.

Eléa, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Thésée, Ariane et le Minotaure, de Evelyne Brisou-Pellen

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Élevé par son grand-père et sa mère, tout jeune adolescent, Thésée découvre qu’il est le fils du roi Égée, le roi d’Athènes. Il part alors dans une épopée dangereuse, combattant et débarrassant les paysans des géants, brigands de grand chemins, monstres, comme par exemple Periphétès, la truie Phaïa, ou encore Sciron. Mais, une fois auprès de son père, un autre problème se pose : tous les neuf ans, le roi d’Athènes doit envoyer 7 jeunes filles et 7 jeunes garçons se faire dévorer par le Minotaure comme sacrifice. Mais cette année, Thésée fera partie du voyage. Il est déterminé à tuer le Minotaure avant de s’enfuir. Mais, la douce Ariane va perturber son plan…

Je suis fan de mythologie, j’ai complètement dévoré ce livre. Je le conseille, il n’est pas très long et est vraiment passionnant.

 

Eléa, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Cette édition propose le texte intégral complété d’un dossier pédagogique à destination des collégiens. 

,

Les histoires de Louise-1936- de Catherine le Quellenec

louise.jpg

De  Bretagne à Paris….

Louise est née en 1926 et vit en Bretagne. A l’âge de 10 ans, elle déménage à Paris avec ses parents. Son père y a trouvé un emploi aux usines Renault., et sa mère y fera des ménages. Louise est triste de quitter sa région mais très excitée à l’idée de découvrir la capitale ! Nous sommes en 1936, l’année des réformes sociales dans une France marquée par les grèves. Les mois passent et la révolte des ouvriers est de plus en plus grande. Arrive enfin la victoire du front populaire.

Un beau petit roman qui dépeint les combats quotidiens d’hommes et de femmes pour obtenir des droits, pour améliorer leurs conditions de vie. Les yeux de Louise nous guident à travers ce marasme social et montrent que, ensemble, on peut obtenir de belles choses. A cette époque, la solidarité a fait fléchir les plus grands.

Je suis un verdadero argentino ! de Laurence Schaack

A l’issue d’un repas de famille, les parents de Saul lui réservent une surprise : accepterait-il de partir avec son père à 10 000 kms de Paris pendant les vacances de la Toussaint ? Et comment ! Encore plus pour prendre la direction de Buenos Aires, capitale du football.

Dès le décollage, l’adolescent pressentira que leur sport favori – à son père et à lui- ne sera pas le seul motif de ce voyage argentin, pendant que Saul dévore le guide touristique pour ne rien rater de la ville, son père, soucieux et pensif, lit et relit un morceau de papier vieilli, une lettre qui n’aura de cesse de l’intriguer au point que Saul se l’appropriera dans le dos de son père. La découverte de son contenu incompréhensible pour lui  n’en sera que plus étonnant, énigmatique voire inquiétant… Au fur et à mesure de rencontres susceptibles de lui venir en aide, Saul apprendra que la lettre jaunie renferme un lourd secret de famille dans un contexte historique aux lourdes conséquences sur de nombreuses décennies.

Avant le soulagement, l’apaisement et la légèreté de la fin, Saul connaîtra bon nombre de doutes, de craintes, de questionnements, d’angoisses.

Un roman bilingue intéressant à découvrir d’un point de vue linguistique et historique.

 

A l’aube du D-Day, de Nathalie Le Cleï

En mai 1944, les alliés préparent le débarquement. En Normandie, Hans, Allemand, aide à l’édification du « mur de l’Atlantique » (un système de fortifications destiné à empêcher l’invasion des Alliés depuis la Grande Bretagne). Robert, Américain, quant à lui, est en Angleterre pour participer au débarquement.

Hans et Robert ont 16 ans et sont déjà soldats. Ils  sont cousins mais ne se connaissent pas, ne se sont jamais rencontrés, mais vont participer à un moment historique, chacun dans son camp. 

 

On apprend beaucoup dans ce roman sur les dix jours qui ont précédé le D-Day. C’est passionnant de voir comment les rouages de cet événement historique se sont mis en place, dans les deux camps. A travers les deux personnages, on apprend beaucoup de détails et d’anecdotes qui nous font mieux appréhender l’importance de cette page de l’Histoire. A la fin du roman, comme pour chaque titre de cette collection des éditions Oskar « 10 jours pour changer le monde », l’auteur propose une fin autre : « Et si le jour J avait été différent  ? L’Histoire n’est jamais écrite d’avance… »

Le D-Day, ou Jour J en français est le jour du débarquement allié en Normandie, le 6 juin 1944, premier jour de la bataille de Normandie, durant la Seconde Guerre mondiale. Cette opération militaire avait été baptisée Overlord.

Pour des élèves de 3ème ou de lycée qui ont déjà des notions sur la Seconde Guerre mondiale.

Nathalie, maman d’une ex-dévoreuse de livres d’Arsène

Le mystère du donjon – Collectif

Innocenter un troubadour accusé d’un meurtre, aider un écuyer qui bégaye lorsqu’il veut déclarer sa flamme, aider un homme en vacances en l’an mille ( ou à peu près), résoudre l’amour impossible entre un bergère et un prince, et aider Jean de Noël à découvrir ses origines mystérieuses. Amour, humour, enquête, histoire vraie, fantastique et science fiction, il y a de tout dans ce livre !

 

Ce livre contient 6 nouvelles : -Le mystère du donjon, de Marie Bertherat – « Ô cruel est l’amour », de Barbara Castello et Pascal Deloche -Un secret bien gardé, de Pascale Védère d’Auria -Destination l’an mil, de Johan Heliot – Ceux de Roche Diable, d’Emmanuel Viau -Un impossible amour, de Giorda.

J’ai aimé ce livre car j’aime beaucoup les récits historiques, même si on peut se perdre un peu dans les histoires. Car chaque ouvelle adopte un genre différent : humour, fantastique, etc… Mais sinon c’est très bien et ça se lit très vite. Je le conseille aux détectives et fans du Moyen-Age. 

Dorothy Counts -affronter la haine raciale- de Elise Fontenaille

Le courage contre l’injustice…

d counts.jpg

1957 dans l’état de Caroline du sud, aux Etats-Unis. Dorothy Counts, une adolescente noire âgée de 15 ans, va faire sa rentrée dans un collège de Blancs. C’est l’une des premières étudiantes noires admise dans une université ségrégationniste. Dès le premier jour, le collège devient pour elle un lieu de souffrance, de maltraitance physique et morale. Une haine indescriptible va se déchaîner sur Dorothy et sa famille. Comment une Noire peut-elle fréquenter la même école qu’un Blanc, partager les mêmes repas, assister aux mêmes cours. Impensable, inimaginable, on ne se mélange pas et gare à ceux qui voudraient l’aider… Et pourtant, malgré sa souffrance, Dorothy ne va pas flancher. Il lui faut trouver la force de tenir, de résister. Mais à quel prix et pendant combien de temps ?

Elise Fontenaille nous livre le portrait poignant d’une adolescente courageuse et obstinée, qui gardera toujours la tête haute, impassible malgré les brimades, les menaces et les mauvais traitements. Sa persévérance portera ses fruits et lui permettra de tenir tête à tous ceux qui voulaient perpétuer la ségrégation.

Dorothy Counts rejoint les Harriet Tubman, les Rosa Parks qui se sont toutes battues pour que les Noirs aient leur place dans une société blanche qui le leur refusait. L’image de couverture du roman est la photographie qui a fait la uUe des journaux du monde entier : l’entrée de Dorothy au collège. Un témoignage fort, le courage contre la haine.