Simon Thorn et le sceptre du roi animal – tome 1, d’Aimée Carter

 

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Titre du livre  Simon Thorn – tome 1 Et le sceptre du roi animal

Auteur : Aimée CARTER

Pages : 330 pages

A partir de 10-11 ans

L’HISTOIRE :

 Simon Thorn a 12 ans et fait sa nouvelle rentrée scolaire. Il va subir les harcèlements du caïd du collège. Car Simon a une particularité, il a le pouvoir de parler et de comprendre les animaux. Bryan, le caïd l’a surpris un jour et depuis le traite de fou, et s’en sert comme souffre-douleur. Simon est un jeune garçon qui souffre de l’absence de sa mère. Il vit avec son oncle , Simon apprend qui il est : un Animalgame, un être capable de se transformer en animal. Alors que sa mère réapparaît après une longue absence, Simon pense que tout va s’arranger. Jusqu’à ce que tous les rats de la ville se décident à les pourchasser ! Très vite, sa mère sera enlevée et Simon fera tout pour la sauver, quitte à se mettre lui-même en grand danger. Il ignore qu’il est l’héritier du roi des aigles et de la reine des loups, deux peuples en conflit.  Simon va devoir savoir sur qui il peut compter !


MON AVIS SUR LE LIVRE

La couverture que j’ai trouvé parfaitement illustrée retrace bien l’ambiance du livre dont la lecture se révèle facile et agréable. Ce livre est rempli  d’aventures, d’amitiés naissantes et de suspens. On va de surprise en découverte, de rebondissements en retournements de situation. Simon est un personnage très attachant.  La fin est très surprenante et donne vraiment envie de lire la suite ! 

Axel – 4ème, 13 ans – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène 

Kamo, l’idée du siècle, de Daniel Pennac

Kamo et sa bande de copains sont en CM2… Et autour d’eux, tout le monde ne parle déjà plus que de ça : leur future entrée en 6ème… Tous, sauf M. Margerelle, leur « Instit Bien -Aimé ». Alors Kamo, suivi d’une délégation, décide d’aller lui parler et lui demander de les préparer comme il faut à cette épreuve… Et l’idée du siècle de Kamo ? Que M. Margerelle change de personnalité en fonction des matières enseignées, comme un collégien changerait de prof… Et si M. Margerelle acceptait ?

Un texte court mené tambour battant. On découvre ici la première histoire de la série des Kamo qui fonctionne sur le principe suivant : ce n’est pas Kamo le narrateur, mais son meilleur ami, qui raconte à travers toutes ces histoires sa relation d’amitié avec un Kamo plein de vie et d’idées saugrenues. Dans ce premier tome de la série se dessinent d’ailleurs les personnalités de chacun, et on y rencontre furtivement le personnage atypique de la mère, Tatiana. Malgré le fait qu’il ait été écrit en 1993,  ce texte n’a pas  pris de ride sous la belle plume d’un grand auteur, qui sait décrire le milieu scolaire avec tendresse et humour, lui qui se considérait comme un « mauvais élève ». Un texte qui peut tout à fait encore parler aux élèves de CM2 d’aujourd’hui afin de dédramatiser leur entrée au collège. Très plaisant et très vite lu.

Wonder, de R.J Palacio

Une belle dose de bonheur…

Wonder,  de R.J Palacio

wond.jpg

Jaimerais bien que ce soit tous les jours Halloween. On porterait tous des masques. Comme ça, on pourrait prendre le temps d’apprendre à se connaître avant de dévoiler nos visages.

En effet, ce serait bien d’arrêter de juger sur les apparences. Apprendre à se connaître, à se faire une opinion sur quelqu’un en le côtoyant et non sur une image qu’il peut renvoyer. On existe à travers le regard de l’autre mais parfois ce même regard tue. August Pullman est un petit garçon de 10 ans, que la vie n’a pas épargné, je devrais dire que la naissance n’a pas épargné. Il est né avec une malformation faciale qui a nécessité de nombreuses opérations pour rendre à son visage une apparence plus humaine. Il n’a jamais été scolarisé et cette année il franchit le pas, il entre en 6ème. Un grand débat au sein de la famille : faut-il qu’August aille à l’école ? Que va-t-il se passer quand les autres élèves vont le voir ? Des moqueries, de la compassion ? August a peur, il appréhende. Comment va-t-il affronter les réactions qu’auront adultes et adolescents en voyant son visage ?

Je suis tombée sous le charme d’August, oui, sous son charme. C’est un petit garçon doux, très attachant, courageux, conscient de son handicap. Il est regardé comme un monstre et au sein du collège, les avis à son sujet sont très partagés. Il a des amis sincères et des ennemis qui n’hésitent pas à le harceler. Mais August ne se démonte pas. Il aime assister aux cours et adore  les matières scientifiques. Il fait preuve de beaucoup d’humour. Il comprend les réactions qu’il suscite mais s’arme sans cesse de courage pour les affronter.

L’auteur met en avant les difficultés de la famille à assumer un enfant différent, les craintes des parents qui ont tendance à le surprotéger alors que lui ne demande qu’à exister parmi les autres. Beaucoup d’amour entoure August. La famille fait bloc mais malgré tout, sa sœur a honte de lui. Elle entre au lycée et essaie de le tenir éloigné pour ne pas entacher son image aux yeux de ses amis. Et pourtant elle l’aime tellement ! Le jeune garçon va nous livrer une description de son visage qui glace. Paradoxalement, je n’ai pas pu imaginer à quoi il pouvait ressembler. C’est bizarre, mais je pense qu’il transmet une image de lui tellement belle, il est tellement touchant que son visage ne peut pas être hideux. L’être humain est égoïste et méprisant. Cette méchanceté cause plus de dégâts que le handicap lui-même. La solidarité et l’amitié facilite l’acceptation de soi. Wonder est un roman très émouvant mais qui ne se veut pas larmoyant. L’auteur n’a pas hésité à décrire toute la violence dont est victime August, tant dans les gestes que dans les paroles. Elle va droit au but et met le lecteur tour à tour dans la peau d’August, de ses parents, de ses amis, de ses ennemis. Wonder nous remue, nous chamboule. A noter que R.J Palacio a écrit ce roman après une mésaventure qui lui est arrivée alors qu’elle achetait des glaces à ses deux garçons. Ils ont croisé une petite fille qui souffrait de malformation faciale. Ses fils ont eu peur, ils ont pleuré. R.J Palacio est alors partie, emmenant précipitamment ses enfants. Elle s’en est voulue. Elle n’aurait pas dû réagir ainsi, elle n’a pas donné le bon exemple à ses enfants. Elle a alors décidé d’écrire Wonder , une sorte de mea culpa.

WONDER, c’est des larmes, des sourires, de merveilleuses émotions.

Cette histoire a été adaptée au cinéma. Sortie prévue le 20 décembre. Découvrez également le tome 2 au CDI Auggie et moi.

Projet 3ème B, 1. Journal de Rose, Catherine Kalengula

L’adolescence, pas facile !

Résultat de recherche d'images pour "projet 3eb journal de rose"Monsieur Goldstein, professeur d’histoire-géo, propose un projet aux élèves de troisième B. Chacun doit écrire son quotidien dans un journal et le déposer ensuite dans une boîte en métal enterrée devant le collège. Cette boîte contiendra plusieurs témoignages pour les générations futures ! C’est surtout le début d’une série littéraire avec un thème qui est au plus près des préoccupations des adolescents : le journal intime où chacun partage ses émotions, ses rêves, ses secrets. Le premier tome est Le journal de Rose. Rose vit avec ses parents qui vont bientôt divorcer mais n’osent pas lui dire par peur de la blesser. Elle est amoureuse de Swann, le plus beau mec de la classe, doux et gentil, mais qui a déjà une petite copine. Adèle est la meilleure amie de Rose, mais leur relation à tendance à zigzaguer, surtout quand Adèle décide de sortir avec Gabriel uniquement pour rendre jaloux Yannis. Les préoccupations d’Adèle et de Rose ont souvent tendance à être opposées. Heureusement, le voyage à Londres approche, Rose adore cette ville par dessus tout ! Elle ne sait pas encore que ce voyage lui réserve des surprises et surtout des aventures inoubliables qui vont lui permettre de révéler sa vraie personnalité.

Journal de Rose relate le quotidien, les émotions, les sentiments, les rêves et les secrets de Rose. Rose livre dans son journal ce qu’elle ressent et ce qu’elle vit. De son amour pour Swann à Zoé et Delphine, la harcelant au quotidien, en passant par sa meilleure amie Adèle n’ayant des yeux que pour Yannis ! Difficile d’être adolescente, surtout lorsque l’on pense différemment des autres. Compliqué aussi de savoir qui on est, ce journal intime permet de mettre en avant cette quête d’identité qui s’étend du collège au lycée.

Rose est une adolescente banale et manque, comme beaucoup, de confiance en elle. Les garçons du collège ne l’intéressent pas plus que ça, à l’exception de Swann. Et pour elle, pas question de sortir avec n’importe qui. Rose est attirée par le mystère et tente de déceler les secrets de chacun.

Frais et simple à lire, Projet 3ème B. Journal de Rose saura séduire les collégiennes ! A lire dès la classe de sixième !

Quart de frère, quart de soeur, 3. Mission spectacle, de Sophie Adriansen

Que le spectacle commence…

Arthur et Viviane, nos quart de frère quart de soeur,  font leur entrée en 6ème, et maintenant qu’ils s’entendent bien et vivent sous le même toit, ils ont bien décidé de ne plus cacher leur amitié ! Arthur va, bien entendu, se présenter aux élections de délégués de classe… et est sûr de gagner … mais ce qu’il souhaite par dessus tout, c’est faire duo avec sa quart de soeur… N’y a-t-il pas moyen de soudoyer un peu les camarades ? Seulement, quand le pot aux roses va être découvert, nos deux amis vont tout faire pour se racheter : retrouver Gaëtan qui a disparu, ou aider à monter un spectacle inoubliable pour le Noël du collège…

Retrouvez avec plaisir nos deux attachants personnages de cette famille recomposée pleine de vie !  Ils n’ont pas du tout le même caractère mais profitent bien de leurs différences pour se compléter et s’entraider… C’est gai, c’est frais.

Un petit bémol cependant sur le message donné au sujet des sapins artificiels qui seraient plus écolo que les véritables… Le débat a lieu chaque année, et rien n’est encore moins sûr. Pour être rentable d’un point de vue émission de carbone, un sapin artificiel devrait être gardé 20 ans, ce qui est loin d’être le cas pour la plupart des familles. D’un autre côté, les producteurs de sapins véritables utilisent souvent le glyphosate, un herbicide reconnu comme probablement concérogène… Bref, si vous souhaitez un Noël au sapin écolo, l’histoire est donc assez compliquée  : préférez une production locale et qui est sensible à l’utilisation modérée des pesticides et herbicides (ça existe près de chez nous, dans le Morvan, avec l’utilisation de moutons de race Shropshire pour le contrôle de l’enherbement !)…

Bon Noël et bonnes fêtes de fin d’année à tous  !

 

 

Florian Bates enquête, 2. Mystère au collège, de James Ponti

Florian Bates à la Maison Blanche

Résultat de recherche d'images pour "mystère au collège ponti"Alors qu’ils sont en sortie scolaire au Kennedy Center pour les arts et spectacles, Florian et Margaret sont témoin de la disparition mystérieuse d’un de leur camarade dans la salle, lors d’un concert de musique classique. Aucun signe visible d’enlèvement ! Les indices sont maigres,  et les mènent, à bord d’un zodiac, au pont Francis Scott Key, reliant Washington à Rosslyn en Virginie…

Mais revenons neuf jours plus tôt pour bien comprendre comment on en est arrivé là… Etre à la fois collégiens et consultants pour le FBI, ce n’est pas toujours facile pour Florian et Margaret… Mais quand ils sont infiltrés dans un collège prestigieux où est scolarisé la fille du Présient des Etats-Unis et que celle-ci semble être mise en cause dans une affaire de canulars, la mission est d’autant plus délicate pour eux… Le faux pas n’est pas permis ! Mais grâce au GRATIN (méthode utilisé par Florian pour résoudre les mystères et signifiant, tout simplement : GUIDE de RECHERCHE et d’ANALYSE de TOUT INDICE NEGLIGEABLE), les chances sont de leur côté…

Un deuxième tome toujours aussi rythmé, dans le style des romans d’espionnage où tout ne semble pas forcément crédible mais où les rebondissements ne laissent pas de temps mort. On s’attache à nos deux héros, agents secrets en herbe, mais aussi aux personnages secondaires qui sont suffisamment esquissés pour que l’on comprenne leur histoire : la fille du Président, Lucy, qui ne peut faire un pas sans être surveillée, Yin, le jeune Chinois, le prodige, envoyé loin de sa famille  pour devenir soliste de violoncelle mais qui est avant tout un enjeu politique pour son pays, et des thèmes fort coùmme l’adoption, l’amitié, etc. On en s’ennuie pas !  La couverture indique comme tranche d’âge : 9-12 ans, mais il faut savoir tout de même que le roman compte 380 p. et qu’il est donc destiné à de très bons lecteurs.

Auggie et moi : trois nouvelles de Wonder, de RJ Palacio

A tous les Auggie du monde …

aug.jpg

Loi de 2005 sur le handicap : intégration des enfants à handicap en milieu scolaire. Une très bonne chose. Mais aurait-il fallu également voter une loi sur l’acceptation de la différence ? Nul doute. L’école pour tous ? Encore faut-il que le regard des autres changent, que les mentalités évoluent et que tous acceptent cet état de fait. Mettons-nous un instant à la place de ces familles isolées, perdues, de ces enfants subissant railleries, moqueries, rejets ! Attention, tout le monde n’a pas ce comportement égoïste, certains se montrent touchés et n’hésitent pas à épauler, à accompagner ces êtres dont la seule erreur est de ne pas être «normaux». Alors lisez Auggie et moi, un roman qui traite le thème du handicap du point de vue de trois enfants. Le premier Julian, le dur du collège, le second, Christopher l’ami d’enfance et le troisième, Charlotte, la camarade de classe. Chacun va raconter dans quelles circonstances il a été amené à côtoyer Auggie. Les situations sont différentes mais partagent une chose importante au final : la tolérance et l’acceptation de l’autre. Les trois enfants se trouvent en 6ème dans le même établissement scolaire qu’Auggie.

Le jeune garçon souffre d’une malformation faciale qui choque et il le sait. Aucun trait de sa figure ne se trouve à la bonne place. Son visage ressemble à un masque. Les réactions sont violentes de la part de certains enfants et des adultes. Auggie n’a rien demandé, il aurait voulu être un petit garçon comme les autres. Mais malheureusement, il faut qu’il apprenne à exister avec sa différence, à composer avec elle. Il se retrouve au centre de réflexions malveillantes et de regards aiguisés.

Le roman est réaliste et émouvant. Auggie est surprotégé par ses parents qui ont peur pour lui et c’est normal. Ils craignent surtout son exposition au monde extérieur qui peut se montrer si cruel. Exploiter ce que provoque cette malformation sur un entourage étranger à l’enfant, fait prendre conscience au lecteur que toute cette méchanceté est lourde de conséquence. L’impact est fort. Ce qui est intéressant ici est que l’auteur soumet au lecteur trois points de vue différents qui sont les clés de Auggie et moi. J’ai été attendrie par l’écriture de R.J Palacio. Le point de départ est Auggie et son handicap mais le jeune garçon hante les pages du roman sans vraiment être présent. Il est comme une ombre qui plane. Auggie est le moteur de l’histoire tout en étant le personnage secondaire. On sait qu’il est bon, sa présence a chamboulé la vie au sein du collège et notamment a permis à Julian, Christopher et Charlotte de changer leur vision du monde. La fin du roman m’a charmé parce que Auggie s’adresse à nous. Pour la première fois, on sait ce qu’il ressent et on imagine mieux le calvaire qu’il vit au quotidien. Il est courageux, touchant et fait preuve de beaucoup de maturité. Je suis contente d’avoir croisé la route d’Auggie et je suis sûre que si je l’avais rencontré, je l’aurai aimé. Je dédie ma chronique à tous les « Auggie » du monde et aux autres.  Je pense aussi à toi Clément, si bon, que la vie n’a pas épargné et qui se bat au quotidien contre l’intolérance. Chacun de nous peut en tirer une leçon et j’espère que ce livre aidera à changer les comportements et les idées pré-conçues.