Les nombrils, tome 1. Top model, sinon rien, d’après Delaf et Dubuc

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Les nombrils, tome 1. Top model, sinon rien, d’après Delaf et Dubuc, adapté par Camille Gautier et et Marie Caillet

Voici l’histoire de Karine, la « moche », et de Vicky et Jenny, les « bombes ». quand, un jour, Vicky va trouver sur facebook l’annonce pour un casting de pub, elle va tout faire pour le réussir, et pour cela, demandera de l’aide à Karine, et non à Jenny. Pourquoi ? Quelles sont ses véritables raisons ? elle devrait faire attention, car l’histoire pourrait se retourner contre elle !

J’ai trouvé ce livre bien, j’adore la tournure que prend le livre; Le résumé de 4e de couverture m’a donné envie de lire  ce livre et je n’ai pas été déçu par la lecture. J’ai hâte de lire le tome 2, d’autant que la fin du tome 1, inattendu, laisse beaucpoup de suspens. Les caractères très différents des personnages et les petites illustrations qui ponctuent le texte rendent cette histoire très vivante.

Chloé, 12 ans – classe de 5ème, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Et l’avis de Mu :

Aucune pitié dans ce trio d’amitié ! Karine pense avoir de la chance d’être amie avec les superbes Vicky et Jenny, mais elle ne se rend pas compte qu’elle est constamment rabaissée et exploitée par ses camarades. Bientôt, elle sera mise dans la confidence du casting que souhaite passer Vicky pour une pub et deviendra le larbin de la « star »… Pourtant, les choses ne vont pas du tout se passer comme prévu !

Un monde où  le superficiel est roi, où le but est juste d’être le centre de l’intérêt, quitte à écraser les autres. Explicable vu le contexte familial de Vicky et Jenny décrit dans ce livre… Mais est-ce pour autant excusable ? Un revers de situation et l’intelligence d’un garçon laissent néanmoins l’espoir d’un monde meilleur… Jusqu’à quand ? Caricatural et cynique. En tout cas, une série qui porte bien son nom !

La 3ème vague est toujours la plus dangereuse

La Vague, de Todd Strasser.

9782266186971

Lorsqu’il traite l’Allemagne nazie durant son cours d’Histoire, le professeur Ben Ross se heurte à l’incrédulité de ses élèves : bien que ceux-ci soient touchés par les images d’époque, ils restent incrédules à l’idée que de telles choses aient pu se produire sans résistance. L’enseignant décide alors de leur faire vivre une expérience autocratique de quelques heures, mais comment résister à l’appel du pouvoir ?

Inspiré de faits réels, ce livre est servi par une écriture fluide, des personnages humains qui retranscrivent très bien la complexité des adolescents et de l’esprit humain en général. Très court et facile d’accès, je le recommande à tous nos lecteurs, dès la 4ème.

Si le récit a bien sûr eu besoin d’être romancé, le texte prend une certaine liberté avec les faits. Il ne nous reste malheureusement que très peu de traces historiques de cette expérience, la plupart des preuves sont des témoignages, reste 3 éditions du journal du lycée qui en parlent. Le sujet, chacun de nous pourrait-il s’engager dans une action totalitaire? touche tout le monde, ce qui explique sûrement le succès de ce livre. Le roman a été lui-même adapté en film et en BD,  trois œuvres qui poussent à la réflexion.

TL;DR :

  • Points forts :
    • Un style facile à lire, accessible à tous.
    • Un sujet important, qui pousse à la réflexion.
  • Points faibles :
    • Trop romancé, certains faits sont trop éloignés de la réalité, sûrement pour que le lecteur puisse s’identifier à un personnage.

Si ma chronique ne vous convainc pas, je suis sûr que ces quelques avis le feront:

Démontrer le harcèlement et ses conséquences

Blacklistée, de Cole Gibsen

Résultat de recherche d'images pour Regan, lycéenne de dix-sept ans, vit dans l’Illinois. Sous ses airs de fille sûre d’elle, n’hésitant pas à rejeter les autres qu’elle et ses amies jugent inintéressants ou bizarres, Regan cache un secret susceptible d’être lourd de conséquences auprès de ses camarades. Celle-ci souffre de troubles de l’anxiété. Il faut reconnaître que psychologiquement elle n’est pas aidée par sa mère, femme politique, députée, centrée sur les prochaines élections. Considérant que les images sont primordiales en politique, sa mère lui fait porter de lourdes responsabilités tant sur son apparence que sur ses résultats scolaires. Regan fréquente un lycée privé où tout se passe bien jusqu’au jour où un matin, alors qu’elle arrive au lycée, elle découvre ses messages privés placardés sur les murs du lycée. Insultes, mensonges, manipulations, toutes les personnes qu’elle a insulté par SMS avec Payton ou encore Amber sont dévoilés. Regan devient une paria et va commencer à vivre un enfer au lycée. Elle ne sait pas qui se cache derrière cette trahison mais soupçonne son amie Amber. Mais Regan ne sera pas complètement seule, Nolan, mystérieux garçon, caméra à la main, va se trouver constamment sur son chemin. Pour quelles raisons ? Comment la vie de Regan a-t-elle pu basculer de cette manière du jour au lendemain sans qu’elle s’en aperçoive ? Personne ne sortira indemne de cette épisode sombre et douloureux touchant une grande partie des lycéens.

Écrit à la première personne du singulier, Blacklistée est un roman américain ayant connu un véritable succès. A travers les propos de la narratrice, Regan, le lecteur est immergé dans la vie d’une lycéenne de dix-sept ans vivant dans un milieu ultra-aisé. Mais pour autant, Regan n’a rien d’une fille complètement épanouie, au contraire. Cole Gibsen, l’auteure de l’ouvrage, traite les tenants et les aboutissants du harcèlement scolaire. La force de l’histoire réside dans le fait qu’elle n’épargne personne, de la victime à l’assassin, du harcelé au harceleur, des personnels du lycée aux parents, de l’établissement à la société. Le scénario de ce roman fait comprendre que l’origine du harcèlement va bien au-delà de simples disputes ou querelles entre camarades, il reflète entre autre l’image d’une société intolérante où certaines différences restent jugées de façon négative. La pression que subit Regan à cause de sa mère l’ayant éduquée aux règles d’or de la politique fait d’elle une fille d’abord hautaine et sûre d’elle en apparence puis d’une lycéenne anxieuse et isolée, vivant sous pression en continue.

Regan souffre par ailleurs d’un mal-être permanent dû à ses troubles de l’anxiété qu’elle ne peut dévoiler au risque de voir sa réputation s’effondrer. Cependant, elle n’est pas la seule du lycée à vivre cette situation. Plusieurs personnages du roman vivent avec une menace permanente, une peur bleue de voir leurs secrets dévoilés : des troubles du comportement à l’orientation sexuelle. Cette crainte pousse ces derniers à se tourmenter les uns les autres.

Cole Gibsen ne se contente pas de montrer uniquement les effets néfastes du harcèlement  et ne tombe jamais dans le pathos. Elle sensibilise et porte une réflexion pertinente et efficace, des origines du harcèlement à la manière d’y remédier. L’histoire va plus loin, elle montre l’inconscience des jeunes face au harcèlement, car avant d’être victime, Regan a été coupable de harcèlement sans savoir qu’elle faisait du mal. Cole Gibsen semble surtout centrer son propos autour des origines du harcèlement, la manière dont celui-ci se construit et les raisons pour lesquelles il a lieu et s’amplifie. Car avant de résoudre un problème, il faut toujours puiser à la source et comprendre la manière dont celui-ci s’est formé.

Blacklistée, au-delà du sujet traité, est un roman addictif, où le suspens demeure au fil des pages. La fin offre une parfaite démonstration du harcèlement et des ses conséquences et montre que bien que les choses s’arrangent au fil du temps ou par des actions engagées, le harcèlement laisse indéfiniment des traces visibles ou invisibles. A l’image des personnages, le lecteur sort grandit de cette expérience.

Une lecture que je conseille vivement à partir de la troisième et aux lycéens. La situation des personnages, le style littéraire et le scénario font que ce roman semble destiné à des adolescents de plus de quinze ans. N’ayez pas peur, vous ne serez qu’enrichis lorsque vous aurez fermé ce roman tantôt rose, tantôt noir.

Enregistrer

Double jeu

Les collégiens mènent l’enquête, de Chrystine Brouillet

les collégiens...jpg

Alexandra est québécoise et vient de faire sa première rentrée scolaire dans un collège en France. Plus tard, elle veut devenir professeur de gymnastique. Elle se fait tout de suite des amis : Antoine, Gabriel et Too-hi-li. Elle adore le hockey et veut d’ailleurs faire partager sa passion à ses nouveaux camarades.

Très vite, les quatre amis vont être intrigués par le comportement de leur professeur de chimie, monsieur Jolivet. Il est aveugle. Il remplace madame Tournier, en congé maternité. Gabriel, le petit génie féru de sciences trouve que monsieur Jolivet ne sait pas toujours répondre aux questions des élèves, ses cours sont plutôt bizarres. Ils décident d’en savoir plus sur lui.

Les quatre amis vont se trouver embarqués dans une enquête digne des plus grands détectives. De filature en filature, nos policiers en herbe vont découvrir des choses très curieuses sur ce fameux professeur Jolivet.

Too-hi-li va même apercevoir leur enseignant parler avec un monsieur étrange et dévisser sa canne pour tendre un sachet à son interlocuteur. Est-il réellement aveugle ?  Que cache cette étrange rencontre ? En quoi consiste ce trafic ? Plus motivés que jamais, les enfants vont se jeter aux trousses de leur suspect quitte à prendre de grands risques…

Un roman policier bien mené, plaisant à lire. Les personnages sont des enfants drôles, attachants, dynamiques. Une histoire rythmée pleine de suspens qui plaira sans aucun doute à nos jeunes lecteurs.

Et si… , de rebecca Donovan

 Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Et si…. , de Rebecca Donovan

Et si...Cal, un jeune adolescent poursuivi par ses souvenirs d’enfance, se fait plaquer à une fête d’Halloween pourrie, un soir d’été. Il va alors rencontrer la fabuleuse et fougueuse Nyelle Preston, qui va bizarrement lui rappeler Nicole, une amie du passé, aujourd’hui disparue de sa vie. Mais Nyelle cache un lourd secret… Un trop lourd secret que Cal et Rae, la meilleure amie de Nyelle, vont essayer de percer. Mais qu’est devenue la jeune Nicole Bentley et son amie Richelle ?

Ce livre est rempli de suspense, même si l’univers qui entoure les personnages n’est peut-être pas assez développé. C’est une belle histoire d’amour, mystérieuse, du passé ou du présent ? La lecture est assez simple et  ce livre peut être lu par des élèves de 4ème/3ème. Le personnage Cal est attachant, alors que d’autres peuvent paraître énervant parfois. On accroche vraiment car on veut forcément savoir ce qu’il va arriver dans les deux mondes parallèles du passé et du présent. C’est ainsi qu’est construit ce roman : les chapitres concernant le passé succèdent à ceux relatant le présent, cette alternance étant signifiée par le nom du personnage qui donne le nom de chaque chapitre : par exemple, Nicole pour le passé, Nyelle pour le présent. Cela peut compliquer la lecture pour certains lecteurs mais c’est cette construction qui donne en même temps tout le piment à l’histoire !

Johanne et Chloé, 3ème – 14 ans

Et le point de vue de mumu58  :

Apparition troublante…

Cal Logan croise Nicole Bentley. Nicole, son amie d’enfance dont il a toujours été amoureux. Ca fait plus d’un an qu’il n’a pas eu de nouvelles  et elle serait là à des milliers de kilomètres de sa ville natale ? Cette femme qu’il pense être Nicole affirme s’appeler Nyelle. Elle est tout son contraire , audacieuse, impulsive, elle croque la vie à pleines dents. Elle s’habille de friperie, ne suit aucun cours alors que Nicole est calme, travailleuse, toujours soignée. Et surtout elle ne se souvient pas de Cal.

Nyelle serait-elle qu’un sosie, une sœur jumelle, ou aurait-elle tout simplement perdu la mémoire ? Cal est troublé et ne cesse de la tester pour trouver une réponse à ses interrogations.

Plus l’histoire avance, plus les deux jeunes se rapprochent. Les moments qu’ils partagent rappellent souvent à Cal ce qu’il a vécu avec Nicole. Il est persuadé que Nyelle lui cache quelque chose, mais savoir lui fait peur. D’un autre côté, il est prêt à tout pour découvrir ses secrets sans la faire fuir.

Cal est attachant, c’est lui qui nous raconte ce qu’il traverse. On partage son désespoir et comme lui on veut savoir ce qui est arrivé à Nicole. Quelquefois, on aimerait aussi le secouer pour qu’il se livre plus à Nyelle qu’il risque de voir partir… Le lecteur s’accroche aux pages dans l’espoir de trouver un indice qui lui fera comprendre qui est véritablement Nyelle. Le livre fait beaucoup de flashback. On revoit Cal avec ses amis d’enfance, Nicole, Richelle, Rae. Le temps où tous étaient unis, le temps où ils ne faisaient qu’un. On ressent alors la place qu’avait Nicole dans le cœur de Cal. Mais petit à petit, le groupe prend ses distances. Nicole change et se tourne vers d’autres amis. Seule Rae a gardé contact. Elle joue le rôle de confidente.

Nyelle nous apparaît comme distante avec le passé et indifférente au futur. Elle attise la curiosité, elle se sent bien avec Cal mais donne l’impression d’avoir peur de s’attacher. Elle n’a pas de limites et ne s’embête pas avec des règles de vie.

Au fur et à mesure, Cal est persuadé qu’il s’agit de Nicole mais n’est-il pas victime de ses regrets et les similitudes qu’il trouve avec des situations passées ne sont elles pas le fruit de son imagination ou tout simplement de la tristesse d’avoir laissé passer un amour ?

Je me suis vraiment régalée. J’ai eu du mal à faire des pauses dans ma lecture car c’est un roman qui m’a beaucoup intrigué. Même si progressivement, le lecteur peut se faire une idée de l’intrigue, c’est un beau roman. Et si… met en avant le problème de l’identité. Faire les choses pour faire plaisir aux autres ou parce qu’on nous les impose nous dépersonnalise. Tout le monde est différent et chacun prétend au bonheur suivant une ligne de conduite qui lui est propre. Trouver sa place, être soi-même est alors difficile. On prend conscience également que d’une décision l’avenir peut se jouer. Alors saisir sa seconde chance quand elle se présente est important, surtout ne pas reculer, se battre !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Deux coeurs en souffrance

Nos cœurs en désaccord, de Krystal Sutherland

CVT_Nos-Coeurs-en-Desaccord-Our-Chemical-Hearts_3686.jpg

Henry Page, 17 ans, rêve de rencontrer l’amour de sa vie, d’avoir le coup de foudre. Il n’a jamais été amoureux. Rien, jusqu’au jour où lui est apparue Grace Town. Et pourtant, elle n’a rien d’extraordinaire. Elle a l’allure d’un garçon manqué avec des vêtements trois fois trop grands, elle marche avec une canne… Mais Henry sait que c’est elle l’amour de sa vie. Il tombe sous son charme. Il va vite se rendre compte qu’elle est meurtrie, qu’elle cache un passé douloureux. Il veut l’aider mais elle le repousse. Elle a beaucoup de sautes d’humeur mais cela ne décourage en rien Henry. Intrigué, il décide de consulter les réseaux sociaux dans l’espoir de trouver un profil correspondant au nom de Grace Town. Mais quelle n’est pas sa surprise quand il tombe sur des photos de Grace postées quelques mois auparavant. Photos d’une jeune femme souriante, belle , soignée loin de l’image actuelle de la jeune fille. Il a même du mal à la reconnaître. Que s’est-il passé durant ces derniers mois pour qu’elle ait changé de manière si radicale ?

 Nos cœurs en désaccord  est racontée par Henry qui nous confie ses sentiments sincères et touchants :

« Parce que je n’ai jamais rencontré personne que je veuille bien faire entrer dans ma vie. Sauf toi. Je pourrai faire une exception pour toi. »

Le lecteur mesure alors à quel point il est attaché à Grace. Il devient vite accro. Celle-ci ne se dévoile pas, au contraire, elle a une sorte de carapace derrière laquelle elle se mure. Néanmoins, on ressent au fil des pages qu’elle est bien avec Henry. Les moments où ils se retrouvent contrastent avec les moments que partagent Henry et ses amis. D’un côté la douceur, la timidité et de l’autre l’euphorie, l’esprit déjanté des potes qui donnent de l’ éclat et du dynamisme à son quotidien. A noter que lorsque Henry avoue son penchant pour la jeune fille, aucun d’eux ne fait de remarques. Au contraire, ils encouragent leur copain et sont heureux pour lui.

Les deux jeunes apprennent à se connaître notamment quand ils se partagent la rédaction du journal du lycée. Ils sont ensemble aux cours de théâtre et ont une même passion pour le cinéma. D’ailleurs lorsqu’ils se parlent, c’est souvent à coups de répliques de film. Mais ça ne suffit pas. Henry se projette et considère Grace comme la femme de sa vie. Il ne lâche pas prise mais la jeune fille ne répond pas à ses attentes, elle déstabilise Henry. En effet, l’adolescente est en retrait le jour, mais la nuit, l’alcool aidant, elle se lâche et se donne à Henry. D’ailleurs depuis qu’ils ont échangé leur premier baiser, Henry veut plus, il lui crie son amour mais elle reste muette.

A aucun moment, Henry ne lui pose de questions, il est bien avec elle, ils sont devenus amis.

Henry est un personnage très attachant que le lecteur voudrait aider. Il a de l’humour, des copains, une famille et se moque du reste. Et bizarrement malgré ses fêlures, on a envie de secouer Grace, de lui dire de parler à Henry, de ne pas le laisser espérer si elle ne partage pas ses sentiments. On se sent aussi perdu que le jeune homme. A un moment du récit, Henry stagne, ne sait plus quoi faire, il souffre. Et là, contre toute attente, Grace lui raconte son histoire, enfin elle se révèle… Elle est meurtrie dans sa chair, une écorchée vive qui s’interdit le bonheur. L’histoire prend alors un tout autre tournant. Le lecteur va enfin pouvoir la comprendre et d’une certaine manière l’apprécier. Tout le mystère qui entoure ce personnage fait qu’on a d’yeux que pour Henry et on a du mal à s’attacher à Grace. Mais là, on la découvre et le dénouement n’en sera que plus logique.

On a quand même le sourire grâce à l’auteur qui insère de-ci de-là des références de films, de chanteurs ou de séries. On aime les dialogues entre Henry et ses parents qui sont parfois étonnants (surtout quand ils parlent de sexualité avec leur fils) et les sms humoristiques entre les deux adolescents.

Ce livre nous offre un récitnéanmoins réaliste, parfois sombre et pas simplement une banale relation entre deux jeunes gens. On peut tous être Grace à un moment de notre vie. Le passé est si lourd, si douloureux que le simple fait de vivre est une souffrance. L’existence est parfois une malheureuse errance. On ne sait en fait qui, de Henry ou de Grace, souffre le plus. Ils sont meurtris tous les deux. On ne peut pas juger Grace. C’est difficile de parler de ce livre sans évoquer la fin. Mais entrevoir ce qui va arriver enlèverait tout le charme au récit !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La mort nous raconte…

La voleuse de livres, de Markus Zusak (2005) -réédité en format poche, janvier 2017, PKJ

La voleuse de livres, c’est la petite Liesel. Et cette histoire, c’est la Mort elle-même qui la raconte. Il faut dire qu’elle va la croiser à plusieurs reprises…

On est en Allemagne et le parti nazi est au pouvoir. Sur fond de guerre et de peur (le contexte historique est très clairement explicité), cette fillette découvre le pouvoir des mots que les livres renferment comme des trésors. Ils vont l’aider et en quelque sorte la sauver. Son chemin de vie sera jalonné de rencontres qui seront de véritables rayons de soleil. Mais le prix de la Mort est lourd ; Liesel perdra presque tous ceux qu’elle aime… presque !

Un roman exigeant, déconcertant, qui vaut la peine d’être lu, mais il faut accepter de forcer la lecture des premiers chapitres afin d’entrer pleinement dans l’histoire. Des scènes dures de guerre peuvent heurter la sensibilité des lecteurs non avertis de collège. Les adultes en revanche, sauront apprécier ce roman au cynisme féroce, qui défend la solidarité contre la barbarie à travers le pouvoir des mots.

Une adaptation cinématographique de ce roman au succès international est sorti sur grand écran en 2014.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer