Boulard le rebelle flegmatique

Boulard en mode surdoué -tome 4- de Mauricet, Erroc

boulard.jpg

Thierry Boulard est un ado mais aussi le plus mauvais des lycéens. Il n’arrive pas à avoir son bac donc refait sans cesse une année. Une catastrophe ambulante, avec une dégaine atypique : casquette rouge à l’envers vissée sur le crane, mèche blonde rebelle. Mais ce qui étonne tout le monde c’est qu’il a été diagnostiqué surdoué par la psychologue scolaire! Surdoué de quoi, on se le demande ! Mais difficile d’assumer ce nouveau statut de génie, lui qui est la honte  de ses parents, qui ne supporte pas son petit frère. Boulard est au bord du gouffre mais il tient grâce à l’amour qu’il porte à Chloé, sa petite amie qui a quitté le lycée pour la fac.

Boulard en mode surdoué est une succession de petites scénettes « gentillettes ». Les illustrations colorées et déjantées donnent du rythme aux histoires. Une couverture amusante. Je ne connais pas les tomes précédents mais ce tome 4 me laisse quelque peu sur ma faim. Les gags sont bien construits mais m’ont fait juste sourire. Je n’ai pas accroché. On suit Boulard en dehors de son lycée ça rappelle un peu la série Soda avec Kev Adams qui incarne cet ado fâché avec les études. Mais je n’enlèverai pas le plaisir de retrouver cette bande dessinée aux fans de Boulard.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Donjon, 3. La princesse des barbares, de Sfar et Trondheim

 

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Les finances vont mal ! Alors que le Gardien et le personnel du Donjon se réunissent pour parler affaires, Herbert notre canard, critiquant les dessins réalisés par le Gardien, se fait virer de la salle. En sortant, il lance à l’assemblée que ça ne l’étonne pas que moins de gens risquent leur peau pour trois sacs d’or… ce n’est pas comme s’ils avaient une princesse à sauver ! Ces derniers mots réjouissent le gardien : voilà la solution à ses problèmes ! Il charge Herbert de faire courir le bruit qu’une princesse est détenue dans le Donjon : des lettres sont écrites par Herbet et Marvin, se faisant passer pour la princesse Isis de Céphalonia qu’il faut délivrer contre une grande récompense ! Un bon moyen d’attirer du monde au Donjon…mais l’affaire va prendre un tour inattendu !

J’ai trouvé ce livre toujours aussi bien que les précédents, avec des personnages hauts en couleur ! Vous aussi, vous voulez tenter votre chance et sauver la princesse ? Alors lisez ce livre pour savoir comment vous y prendre !

Bruno,5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Marée noire

Bleu pétrole, de Gwénola Morizur, ill. Fanny Montgermont

bleu-petroleAvez-vous déjà entendu parler du naufrage de l’Amoco Cadiz ? C’était en 1978. Ce pétrolier s’échouait sur les plages de Bretagne et déversait 220 000 tonnes de pétrole brut sur près de 400 km de côtes… Une catastrophe écologique sans précédent.

Cette bande dessinée retrace cet événement à travers les yeux de Bleu, la fille du maire. A l’histoire d’actualité se mèle l’histoire familiale, une famille de paysans dont le père est devenu maire d’une petite commune bretonne, Ploudalmezau, et a décidé de se battre jusqu’au bout contre les autorités, contre la firme américaine, propriétaire  du chargement du pétrolier. Un procès qui dura 14 ans et qui fut le premier grand procès en environnement « et se solde par une victoire historique, même si les indemnisations perçues quinze ans après la pollution ne sont pas à la hauteur des dommages subis. Ce combat démontre surtout l’intérêt de l’action collective et met fin à l’impunité des pollueurs ».

Une histoire légèrement romancée mais qui prend appui sur des témoignages forts d’une famille  qui vécut les événements de l’intérieur, recueillis des années plus tard par la petite fille, scénariste de cette bande dessinée. Un point de vue intéressant et un parti pris de mélanger sciemment l’Histoire avec l’histoire des hommes.  La détermination, le courage sans faille de ce jeune maire qui fit de ce combat le combat de sa vie est exemplaire et donne une vraie leçon de vie mais ce point de vue est également mis en parallèle avec l’histoire du fils parti en Afrique dans l’humanitaire et qui ne comprend pas forcément l’intérêt de cette bataille, ce qui apporte une nouvelle profondeur au récit. Les illustrations tout en douceur  et très réalistes sont tout à fait adaptées à cette histoire et une très belle double page sur le naufrage du navire attire particulièrement l’attention. Un dossier très intéressant « Aux origines de l’histoire » sur l’élaboration de l’ouvrage et sur les faits  et les étapes du procès  complète le récit.

Depuis, il y eut deux autres très grosses marées noires : l’Erika en 1999 et le Prestige en 2002.

Enregistrer

Le cri d’une mandragore

Alienor Mandragore, 1. Merlin est mort, vive Merlin, de Séverine Gauthier

« La légende dit qu’au moment où l’on déterre une racine de mandragore, elle pousse un cri si puissant qu’il tue le premier être vivant qui l’entend ». C’est ce que raconte Merlin à sa fille Aliénor lors de leur leçon de mycologie (sur les champignons) dans la forêt de Brocéliande. Mais Merlin ne pense pas être concerné : jamais un tel sortilège ne pourrait toucher le grand magicien… Et pourtant, c’est son fantôme qui raccompagne Aliénor à la maison… qui, elle-même, doit tirer le corps inanimé. Mais Merlin ne compte pas rester mort bien longtemps, malgré l’Ankou qui attend pour l’emmener dans sa charrette dans le royaume des morts.   Il faut trouver une solution pour le ramener à la vie… Ne peut-on pas la trouver chez la fée Morgane, l’ennemie jurée de Merlin, mais grande magicienne. Aliénor va devoir trouver un moyen de pénétrer dans sa grande bibliothèque…

Un récit truculent dont la série compte plusieurs tomes mais dont le tome 1 relate une histoire complète en elle-même. En fin d’ouvrage un fac simile de l’Echo de Brocéliande, le journal d’information des « bruits de la forêts » :  interview exclusive de la fée Morgane, recette de la potion du philtre de Mandragore qui seule peut ramener à la vie l’imprudent tué par le cri de la mandragore, ainsi que la légende du Val sans retour, cet endroit mystérieux situé aux confins de la  forêt de Brocéliande.

Des dessins colorés et dynamiques et un personnage très attachant : Aliénor qui, bien qu’étant la fille de Merlin, ne soupçonne pas posséder de réels pouvoirs… Peu attentive aux leçons données par son père, elle a tendance à gaffer un peu…

Un premier opus qui met en scène des personnages directement tirés des légendes de la mythologie celtique : la forêt de Brocéliande elle-même, la fée Viviane (ou Dame du Lac), Merlin, la fée Morgane. Quel est le lien qui unit ces trois-là ? Le mystère n’est pas dissipé, mais on soupçonne des révélations futures (dans les prochains tomes peut-être ?). En tout cas ça se chamaille, ça médit, et  ça jalouse fort dans la forêt !

Enregistrer

Dans les entrailles de la planète rouge

Le château des étoiles, vol 3 : les chevaliers de mars, de Alex Alice

chateau.jpg

Nous avons quitté Séraphin, Sophie et leurs amis qui avaient fait une découverte importante sur la lune. De retour sur terre, ils racontent ce qu’a été leur voyage spatial et se réfugient dans un manoir breton. En effet, leur engin fait des envieux… il est donc plus que prudent de le mettre à l’abri. Le père de Séraphin, Archibald, est en voyage à Londres pour une réunion qui rassemble les savants de tous les pays. Il est question de persuader toutes les puissances du monde d’adopter l’éther pour l’évolution de la science. Mais Archibald est victime d’un attentat, le manoir est déjà menacé. La course à l’éther est relancée et la paix sur terre est compromise. L’ éthernef doit décoller avec des invités à bord mais parmi eux se trouve un clandestin.

Ce nouveau tome va nous conduire sur la planète Mars. Un beau voyage dans l’espace où se mêlent actions, émotions, de beaux combats sur mer et dans les airs. Nous nous laissons entraîner à merveille dans les aventures de nos héros. Le scénario est fort.

Quant aux illustrations, elles sont toujours aussi envoûtantes, superbes. Le lecteur plonge dans cette nouvelle histoire où les scènes sur Mars sont d’une grande beauté. Un très bel album, une couverture qui donne envie et qui invite à découvrir sans modération cette nouvelle aventure. Vivement le tome 4 !

L’homme est un animal pour l’homme

Les ogres, Christophe Blain – ill. David B.

ogres.jpg

Nous sommes en 1881. Monsieur Lowatt, un journaliste scientifique et son ami indien monsieur Placido, sont en Alaska pour une série de conférences. A leur arrivée, ils sont pris en charge par le juge Dunbar, chef des colons d’Alaska. Mais un cauchemar les attend. Là-bas se trouve une tribu d’indiens les « Coeurs de bêtes » dirigée par le chef « le Glouton » que les habitants veulent exterminer. D’après le juge Dunbar, ils seraient anthropophages. Est-ce la vérité ? Celui-ci va leur déclarer la guerre. Le journaliste et son collaborateur vont voir là un bon sujet d’article mais ils vont se trouver confrontés à des hommes pris de folie dès qu’ils ont fini d’avaler de la chair humaine.

Une histoire fantastique qui oppose le monde sauvage au monde civilisé.  Les ogres sentent la mort, c’est un récit sur fond de cannibalisme. Le lecteur découvrira la vraie nature des hommes, jusqu’où l’être humain peut aller.

Dans ce récit, il y a deux meneurs, le chef Glouton et le juge Dunbar qui vont s’affronter. D’un côté, un chef sanglant, inhumain et de l’autre, le représentant de la justice et de la sagesse. Mais on va rapidement se rendre compte que les rôles vont s’inverser. Le juge va être en réalité un vrai barbare. Avec ses hommes, ils sont de vraies bêtes, intraitables. La tribu qui vit de la nature, quant à elle, contrainte d’agir ainsi pour sa survie n’est pas si horrible. En effet, les colons perdus d’Alaska seront les vrais monstres de  cette histoire  car ils essaient de maîtriser la nature alors que les Indiens vivent de cette nature. Ces derniers vont se revêtir de peaux de loup pour combattre la bestialité du juge.

Le journaliste Lowatt qui combat cette sauvagerie, va se perdre dans cette nature hostile et sombre. Seul et séparé de Placido, il va rejoindre les Indiens et succomber lui aussi à la barbarie. Par curiosité scientifique ? Par instinct de survie ? Ou par concurrence amoureuse ? Il devient alors une victime.

Un renversement des valeurs qui fait apparaître dans le coeur des bêtes la vraie humanité et dans le cœur des hommes la barbarie.

Un scénario noir, des illustrations très vivantes. Certaines scènes nous donnent l’impression d’être au Far West. L’atmosphère fantastique est rendue aussi par les silhouettes noires des personnages à peine réalistes. Cette bande dessinée est une histoire sanglante et sauvage .

On suit la montée de la folie des hommes tout au long du récit. La fin rejoint le début. Le roman a commencé dans le silence sur un bateau et après toutes ces horreurs, ce sang répandu, on se trouve de nouveau confronté à ce silence pesant. Un retour à la civilisation que l’histoire nous avait fait oublié.

Cette bande dessinée peut paraître difficile mais on s’immerge bien dans cette histoire noire et intrigante.

L’espèce humaine peut se montrer aussi bestiale que généreuse, toujours en quête de pouvoir et de supériorité! Je finirai par cette citation d’un auteur latin Plaute qui a dit « l’homme est un loup pour l’homme ».

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La Bourgogne, terre de légendes

lc3a9gendes-et-mystc3a8res-de-bourgogneLégendes et mystères de Bourgogne, de Amani, Gondy, Grivaud, Editions du Belvédère

Découvrez, à travers ces huit légendes illustrées, les mythes & mystères bourguignons.

Cet album est le fruit d’une collaboration entre 3 illustrateurs du terroir, se relayant pour illustrer ces courts récits, le livre est marqué par l’alternance des styles graphiques, une note originale.

Je tiens à remercier Romain Gondy, qui a dédicacé ce livre au collège.