Les tours du bois-Maury, 1. Babette – de Hermann

Aymar, le chevalier au grand coeur

babette.jpg

Avec Hermann, le lecteur se retrouve au Moyen-âge, période de souffrance où on se bat, on torture, on meurt de faim. Aymar de Bois Maury est un chevalier, dépossédé de ses terres, qui erre et qui n’a de cesse de se battre pour récupérer son domaine et connaître ses origines. C’est un homme bon, courageux qui combat l’injustice. Il est accompagné de son fidèle écuyer Olivier, tout dévoué à sa cause. De l’Europe à la Palestine, tous deux font un long voyage à travers le monde, côtoient la misère, font de belles rencontres, apportent leur aide à ceux qui en ont besoin.

Aymar de Bois Maury va notamment voler au secours de Germain, un maçon dont la belle, Babette, une paysanne, a été violentée par un chevalier, grossier et loin des codes de la chevalerie. Celui-ci va trouver la mort, un épieu planté dans le dos. Germain est accusé de meurtre et remis au Jugement de Dieu : sa main plongée dans la braise devra guérir au bout de 3 jours sinon ce sera la pendaison. Qui a tué le chevalier ? Aymar arrivera-t-il à prouver l’innocence de Germain avant l’exécution de la sentence.

Aymar de Bois Maury va traverser un Moyen-âge tourmenté, rude, noir, plein de désespoir. Il a conscience de son rang mais sera toujours du côté du faible qu’on méprise, qu’on accable. Il rêve d’un avenir meilleur.

Vous aimez l’Histoire, l’aventure, cette bd est pour vous. Hermann nous fait entrer dans un Moyen-âge de sang où la violence est omniprésente. Les paysans sont malmenés par des seigneurs sans scrupules et exploités par une Eglise, au pouvoir absolu, qui profite de leur ignorance. Dans ce volume, Hermann décrit des personnages proches de la terre dont le seul but est de survivre.Toutes les vies n’ont pas la même valeur à cette époque. Les illustrations traduisent très bien cette ambiance, ces moments durs et parfois tragiques.

Garfield, de Jim Davis

C’est l’histoire d’un chat….

garfield2.jpg

Jim Davis a grandi dans une ferme, entouré de félins. Après s’être essayé à la création d’une première série qui fut un échec, Jim Davis se met alors à réfléchir à une bande dessinée qui pourrait plaire au public américain. C’est ainsi qu’en s’inspirant de son enfance, il crée Garfield avec les traits de caractère de son grand-père James A. Garfield. La bande dessinée sera publiée pour la première fois le 19 juin 1978.

Garfield est un chat roux, gros, gourmand et égoïste. Il adore manger, surtout les lasagnes. Mais ne lui présentez pas de la nourriture pour chat, il déteste ! Il est friand de ce qu’on appelle la «malbouffe», hamburgers, pizza, bonbons…Manger et dormir sont d’ailleurs ses activités préférées. C’est le félin le plus paresseux de l’histoire de la BD. Il est parfois à la limite de l’énervant et du politiquement incorrect.

Il fait souvent enrager son maître Jon, qui l’adule, et attaque souvent Odie, le chien de la maison. Garfield se sent supérieur à tout le monde, il a un humour cynique. Il a horreur du lundi, du facteur et des anniversaires. Eh oui, Garfield a peur de vieillir et chaque année c’est le drame.

La famille de ce gros chat qui compte près d’une quarantaine de membres est très délirante.

Jim Davis multiplie les gags qui tournent autour de ce chat orange et, à travers lui, critique nos modes de vie.

Garfield a fait l’objet d’adaptations au cinéma et en romans parus dans la bibliothèque rose. A ce jour, 63 albums ont été publiés. Grand succès pour Garfield qui est traduit en 28 langues, dans 111 pays. En France, il est publié chez Dargaud.

Le CDI possède 4 albums : Tiens bon la rampe ; Garfield est  un drôle de pistolet ; Garfield se prend au jeu ; Ma soupière préférée

 

 

Astérix et Cléopâtre, de René Goscinny

Une reine d’Egypte aussi belle que rebelle

asterix.jpg

Ne supportant plus les critiques de César sur son peuple égyptien, sa culture, Cléopâtre fait le pari que son peuple peut faire de grandes réalisations. Elle ordonne donc à Numérobis, l’architecte, de construire un palais, en moins de trois mois. Mais celui-ci s’avère être un piètre entrepreneur. Il risque d’être jeté en pâture aux crocodiles si sa mission n’est pas remplie. Il va donc demander de l’aide à Astérix et Obélix pour ne pas être réduit en bouillie.

Astérix et Cléopâtre, publié en 1965, est le 6ème album de la série de bandes dessinées de René Goscinny et Albert Uderzo (illustrations). Un scénario plein d’humour, avec jeux de mots et situations comiques. C’est le début des histoires d’Astérix, les personnages, les illustrations vont évoluer au fur à mesure du temps. Quatre personnages vont former le pilier de chaque album, Astérix, Obélix, Panoramix et Idéfix qui seront systématiquement présents dans tous les albums.

Astérix est apparu en 1959. Après la mort de Goscinny en 1977, Uderzo continue seul puis passe la main en 2013 à Jean-Yves Ferri et Didier Conrad. La série met en scène un petit village gaulois qui poursuit seul la lutte contre l’envahisseur grâce à une potion magique préparée par le druide. A ce jour, on dénombre 37 albums.

Angelot du lac- volume 1 le temps des loups- Yvan Pommaux

lac.jpg

Au royaume des loups,

Yvan Pommaux nous plonge au beau milieu du Moyen-âge, plus exactement dans sa période noire avec les pillages, les bandits, les maladies. Les guerres font rage, dévastant les villages, tuant les paysans qui laissent des orphelins voués à eux-mêmes. La nature envahit les maisons désertées, offrant ainsi un excellent refuge aux loups. L’auteur sait très bien décrire cette page de notre histoire mais, pour la rendre un peu plus douce et accessible, il a créé ce personnage de Angelot. Angelot est en fait le prénom d’un jeune enfant retrouvé un jour, par hasard près d’un lac, par un groupe d’orphelins occupés à multiplier les larcins pour vivre. Ils n’ont pas hésité un seul instant à le protéger des loups et à le recueillir. Ils seront aidés par un couple Coline et Ythier. Angelot sera initié aux petites combines qui l’aideront à se nourrir, à se défendre, à survivre. En grandissant, il apprendra même à manier la fronde. Mais un jour, pris entre deux armées, le groupe va être séparé et Angelot va se retrouver seul sur les routes. Commence alors pour lui un long chemin plein d’aventures.

Angelot du lac – le temps des loups fait partie d’une série de bandes dessinées publiées entre 1995 et 1997. L’intérêt premier sont toutes les références qui y figurent. Tout d’abord les références historiques avec la guerre de cent ans, Jeanne d’Arc, les références sociales de l’époque, puis les références culturelles avec les spectacles existant et enfin les références sur le mode de vie. Un volume complet qui joue sur l’espace temps puisqu’on débute avec Angelot bébé et on termine avec Angelot enfant. Les illustrations sont réellement parlantes, elles explosent sur une double page pour souligner un événement et sont plus ou moins colorées selon les situations. Un bon volume pour les fans d’aventures et de chevaliers.

Le chat, série de Philippe Geluck

Chat alors !

10620991lpw-10621058-article-francebelgiumartcartoongeluckportrait-jpg_4611841_980x426.jpg

Le chat est une série de dessins humoristiques de presse et de bandes dessinées, créée par Philippe Geluck, artiste belge. Le 22 mars 1983, ce personnage fait sa première apparition dans un journal belge dont il deviendra vite la mascotte. En octobre 1986, le premier album du Chat paraît aux éditions Gallimard. Un succès immédiat en Belgique, un peu plus discret en France. Trente ans après et 21ème album plus tard, Le Chat est en pleine forme et fait toujours un carton.

Cest un chat gris, aux oreilles pointues, au gros nez, vêtu et ayant les mêmes comportements qu’un homme : il conduit une voiture, va au bistrot et s’adresse directement au lecteur. Sa bouche reste toujours fermée, sa gestuelle simple.

Geluck s’est inspiré d’un chat qu’il avait dessiné sur les faire-parts de son mariage, il lui a ajouté une cravate, un manteau et lui a fait commenter l’actualité. Voilà comment est né le personnage. Ce anti-héros par excellence se nourrit du quotidien qu’il commente avec un humour décapant, jouant parfois avec le feu. Il porte également un regard tranchant sur les dérives de la société. C’est un gros matou dont les griffes très aiguisées n’hésitent pas à égratigner les bonnes manières. Geluck s’amuse, manie le gag et les jeux de mots à la perfection. Le chat est tellement célèbre qu’un musée va être construit à Bruxelles en 2020.

Le CDI possède 5 titres de la série :

Le Chat / Le top du chat / La vengeance du chat / Le 4e chat / Le retour du chat

Gaston Lagaffe, de André Franquin

gaston.jpg

M’enfin !

Personnage créé par le dessinateur belge André Franquin, apparu pour la première fois en 1957 dans Le journal de Spirou. Au départ, Gaston est une pure invention de l’auteur pour animer le journal et non pour créer une nouvelle bande dessinée. Une sorte de héros sans emploi, qui ne sait pas trop quel rôle il va jouer. Mais au fil du temps, Franquin se prend au jeu et Gaston deviendra un personnage majeur d’album.

A ses débuts, il est en costume et nœud papillon qu’il a vite troqué pour un jean, pull-over et espadrilles. Gaston a l’image d’un anti-héros, gaffeur par excellence, d’où son nom de famille. Gaston la Gaffe est employé à la rédaction de Spirou, il est mince, avec une tête ronde et un nez généreux. Ses cheveux sont très courts mais au fil du temps ils seront plus longs, son physique va évoluer, ses yeux et sa bouche seront plus expressifs. C’est un personnage qui a 18 ans, il est rêveur et timide, passionné de musique et grand défenseur de la nature. Franquin en a fait également un personnage engagé.

A chaque fois qu’il entreprend quelque chose, il déclenche une catastrophe. Les gags se succèdent à la fois comiques, burlesques, absurdes.

Les Editions Dupuis vont accueillir ce héros pendant 25 ans, avec 19 albums et sa réplique culte «M’enfin ?!?».

En 1996, le personnage disparaît avec la mort de son créateur et laisse un vide immense dans le milieu de la bande dessinée. En 2017, Gaston a fêté ses 60 ans et fait toujours autant délirer les lecteurs.

Le CDI possède 8 albums à découvrir !

Le Grand Fleuve, série de bandes dessinées de Hettre et Ailery

La Nièvre, à travers les canaux…

Une série de bandes dessinées qui nous plonge au cœur de la Nièvre, dans le Morvan au XIXème siècle.

Le grand Fleuve, 1. Jean Tambour, de Hettre et Ailery

jean.jpg

Jean Tambour, un flotteur sur bois, revient dans la région, à Clamecy plus exactement. Mais rien n’est comme avant, il trouve que les hommes sont tendus, l’atmosphère pesante. Tous ces hommes ont une profession pénible. Ils acheminent du bois jusqu’à la capitale par les canaux, bravant ainsi les caprices du temps. Ils sont forts, résistants. Mais quelque chose ne va pas, que leur arrive-t-il ? Jean Tambour va découvrir un trafic de bois qui causera la perte de ses compagnons s’il ne fait rien pour le démanteler.

 

Le Grand Fleuve 2. Vent de mar

mar.jpg

Jean Tambour et son ami Gustave sont à bord d’un grand bateau, le Grand Fleuve et naviguent sur la Loire. Mais il n’y a pas que le bois qui flotte. Dans ce deuxième tome, nos héros vont se trouver mêler à un trafic d’armes.

 

 

 

Le Grand Fleuve 3. L’île aux Canes

canes.jpg

Le progrès est en marche et les voiles vont se trouver concurrencées par les fumées noires des bateaux. Une rivalité va s’installer. L’avenir de la navigation pour Jean Tambour et ses compagnons est compromise.

 

 

 

 

Le Grand Fleuve 4. Hussards en galerne

hussards.jpg

Jean Tambour et ses compagnons vont se battre contre des hussards qui se sont retrouvés, seuls, sans chef, après que Napoléon ait perdu la bataille de Waterloo. Des pirates provenant de l’armée en déroute qui se sont retrouvés sur les bords de Loire. Ils piègent les gabarres, dans le seul but de les piller et de ramener un trésor de guerre à leur empereur.

Une série de bandes dessinées historiques qui met en avant le métier de flotteur. C’est l’histoire de la Loire en BD. Quatre volumes qui se lisent indépendamment.