C’est écrit sur ses lèvres, de Brigitte Aubonnet

Maman, laisse moi vivre…

sourd.jpg

C’est écrit sur ses lèvres est une belle rencontre. C’est l’histoire de Valériane et Ludo, deux adolescents de quinze ans, fous amoureux. Banale comme histoire ! Ah oui mais j’oubliais, ils sont sourds. Et alors ? Ils font avec et s’en sortent très bien. Mais pour la mère de Valériane, ce handicap est un obstacle au bonheur. C’est en grande partie la source des conflits qui opposent Valériane et sa mère. La jeune fille veut vivre, ne pas avoir de chaînes aux pieds, la surdité étant déjà un enfermement en soi. Les deux ados s’aiment, ils ne font qu’un. Leurs mères respectives, qui ne s’entendent pas, s’opposent à cette relation. Mais les adolescents plein de ressources n’ont pas dit leur dernier mot.

Etre parents n’est pas toujours chose facile. Il faut composer avec les caractères, gérer les conflits et malgré l’éducation qu’on essaie de transmettre à nos enfants, on n’est à l’abri de rien. Un dérapage, de mauvaises fréquentations et tout peut basculer … sans même parler de la période de l’adolescence !

Mais quand on est parents d’enfants à handicap, la vie est bouleversée, on se demande que sera leur avenir, leur place dans une société qui a du mal avec le «vivre ensemble», avec la différence. Alors on veut les protéger et parfois on dresse un mur tout autour d’eux en pensant que c’est mieux ainsi. C’est humain, car le regard des autres qui jugent une différence qu’ils ne connaissent pas, peut faire beaucoup de dégâts.

Le point commun à ces deux situations est qu’on veut toujours le meilleur pour nos enfants, on veut qu’ils réussissent, qu’ils se construisent, qu’ils soient heureux tout simplement. Mais faut-il pour autant les «enfermer» dans une bulle, les isoler pour mieux les protéger ?

A travers le regard de Valériane, le lecteur part à la découverte du monde des sourds. Détermination et combat sont les mots clefs de ce roman. Ce livre fort et émouvant nous parle de l’adolescence, de l’exclusion, des doutes, des relations humaines et de la vie. Souffrance et acceptation de soi cohabitent mais là encore, pour exister, il faut persévérer, ne pas lâcher prise. Une dure bataille pour pouvoir voler de ses propres ailes… Et puis il y a tous les autres, ceux qui jugent, qui regardent la personne à handicap avec mépris, qui la snobent. La différence naît dans le regard des autres, de ceux qui ne savent pas, qui ignorent toute la difficulté à être différent. Mais heureusement, il y a encore des gens qui font preuve d’empathie et de tolérance, qui acceptent que la personne à handicap puisse vivre, travailler. Le chemin vers l’égalité des droits et des chances est encore bien long…

Un hymne à la tolérance, à lire !

A fond les manettes, de Gép et Edith Chambon

Les dévoreurs de livres d’arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

A fond les manettesA l’école, Elodie rêve du prince charmant ! Lorsqu’elle rencontre Adrien,elle est séduite, sauf que lui, adore les jeux vidéos contrairementà elle. Elle se sent un peu seule ; mais sa copine Sonia, qui adore aussi les jeux vidéos,  lui conseille de s’y mettre pour lui plaire ! Est-ce qu’Elodie va vraiment réussir à séduire Adrien. et Adrien, quant à lui,  va-t-il redescendre un peu sur terre,  décrocher des jeux vidéos et  se préoccuper de son « couple »  ?

Mon avis :

Ce livre est très bien ! Il n’est pas très long, et j’ai beaucoup aimé le style des illustrations. J’aime bien aussi les histoires d’amour, donc le sujet me convient parfaitement … Je recommande vivement ce livre à tout le monde … surtout pour ceux qui ont tendance à jouer un peu trop aux jeux vidéos pour leur rappeler de ne pas risquer de passer à côté de la vraie vie !

Lenny, 12 ans – 5ème, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

 

Petites histoires des expressions de la mythologie, de Brigitte Heller

Petites histoires des expressions de la mythologieDécouvrons avec plaisir l’histoire de certaines expressions de la langue française à travers les mythes grecs dont ils sont à l’origine. C’est notre richesse, c’est notre histoire. Cet ouvrage est divisé en quatre parties (expressions issues de récits sur les dieux ; expressionstirées des textes d’Homère ; les expressions tirées tirées d’histoires de simples mortels : et quelques autres expressions). En tout, 22 petites histoires qui nous font mieux apprécier les mots que l’on utilise parfois souvent et qui prennent leur source dans l’héritage grec. Comme le nom même de notre continent « Europe » qui se révèle être le nom d’une jeune princesse dont était amoureux Zeus et qu’il enleva après avoir pris l’apparence d’un taureau blanc. « Sortir de la cuisse de Jupiter », « être paniqué », « être riche comme Crésus », « être médusé », « la pomme de discorde » ou le « talon d’Achille », « tomber de Charybde en Scylla » ou « poursuivre une chimère »… Toutes ces expressions n’auront plus de secret pour vous. Sous forme d’histoires et d’aventures extraordinaires de quelques pages seulement à chaque fois, ce livre nous transporte dans un voyage merveilleux dans le passé et dans la langue.

Un ouvrage vraiment plaisant et très instructif au format poche.

Le chat, série de Philippe Geluck

Chat alors !

10620991lpw-10621058-article-francebelgiumartcartoongeluckportrait-jpg_4611841_980x426.jpg

Le chat est une série de dessins humoristiques de presse et de bandes dessinées, créée par Philippe Geluck, artiste belge. Le 22 mars 1983, ce personnage fait sa première apparition dans un journal belge dont il deviendra vite la mascotte. En octobre 1986, le premier album du Chat paraît aux éditions Gallimard. Un succès immédiat en Belgique, un peu plus discret en France. Trente ans après et 21ème album plus tard, Le Chat est en pleine forme et fait toujours un carton.

Cest un chat gris, aux oreilles pointues, au gros nez, vêtu et ayant les mêmes comportements qu’un homme : il conduit une voiture, va au bistrot et s’adresse directement au lecteur. Sa bouche reste toujours fermée, sa gestuelle simple.

Geluck s’est inspiré d’un chat qu’il avait dessiné sur les faire-parts de son mariage, il lui a ajouté une cravate, un manteau et lui a fait commenter l’actualité. Voilà comment est né le personnage. Ce anti-héros par excellence se nourrit du quotidien qu’il commente avec un humour décapant, jouant parfois avec le feu. Il porte également un regard tranchant sur les dérives de la société. C’est un gros matou dont les griffes très aiguisées n’hésitent pas à égratigner les bonnes manières. Geluck s’amuse, manie le gag et les jeux de mots à la perfection. Le chat est tellement célèbre qu’un musée va être construit à Bruxelles en 2020.

Le CDI possède 5 titres de la série :

Le Chat / Le top du chat / La vengeance du chat / Le 4e chat / Le retour du chat

Ma vie en smiley, 5. Tout roule ! (plus ou moins…), de Anne Kalicky

C’est avec un immense plaisir que nous vous annonçons la sortie le mois dernier du tome 5 de notre série à grand succès Ma Vie en Smiley ! 

Ma vie en SmileyTout roule !

Un titre qui continue à faire l’unanimité au CDI, du CM2 aux élèves de 3ème, des excellents lecteurs aux lecteurs les plus faibles !

Présentation des l’éditeur : 

« Cher humain du futur,

Si tu as suivi mes aventures jusqu’ici, tu sais que cette année a été plus qu’éprouvante au collège… Je mérite bien une pause, si tu veux mon avis ! Ca tombe bien, parce que mes parents nous réservent une surprise de taille : des vacances pour « resserrer les liens entre Cropin » et « passer du temps en famille ». Autant te dire, je redoute le pire ! Mais tu connais mon génie, pas question de me laisser abattre. 
Moi, le grand Maxime Cropin, je vais faire en sorte que le séjour se passe bien. Tu verras, mon cinquième carnet te donnera plein d’astuces de folie pour passer des vacances réussies ! Enfin, plus ou moins… »

A découvrir sans plus tarder aux éditions Les livres du Dragon d’Or !

 

La lande ensorcelée de Ellen Steiber

Seule ou presque contre tous

la-lande-ensorcelee-606007-264-432

Que de mystères et d’événements effrayants au milieu de la lande anglaise…

Tout le monde en est victime et/ou témoin y compris la famille d’Elizabeth, une jeune fille de 12 ans issue d’une famille nombreuse qui a déjà connu bien des malheurs. Cette jeune artiste n’aime pas l’école ni les tâches domestiques imposées par son père, elle n’aime que le dessin et ne dessinent que des chats qu’elle peut observer pendant des heures. Ses talents d’artiste lui vaudront d’être mal vue par les gens du village, à tel point que le jour où il faudra trouver un responsable à tous les événements morbides et surprenants qui s’enchaînent dans la lande, Elizabeth sera montrée du doigt et désignée comme coupable car considérée comme l’incarnation du Mal à cause de ses dessins maléfiques.

Rejetée jusque par sa proche famille, elle n’aura d’autre choix que de fuir pour échapper à la traque organisée contre elle ; aidée par un ami qui d’ailleurs tiendra une place très importante dans sa vie, elle finira par se cacher là où, sauvée par ses fidèles amis félins, son cauchemar prendra fin.

Une histoire qui inquiète, qui émeut et donne des frissons, une lecture très rapide qui conduit vite au dénouement heureux mais non moins surprenant.

Thomas et le misterio Dalí

Thomas, un jeune parisien, est sur le point de partir en vacances avec son père professeur ; sa mère, une spécialiste d’art, est contrainte de rester à Paris pour finir la préparation de l’exposition consacrée au célèbre peintre surréaliste Salvador Dalí.
Direction donc Cadaquès, un village du Nord de l’Espagne cher à Dalí d’ailleurs, où Thomas a l’habitude de se rendre surtout en été pour se reposer dans la maison familiale; dans le calme de l’hiver cette fois, il aura tout loisir de se reposer, de redécouvrir ce village qu’il aime tant mais sans tous les touristes qu’il croise habituellement. Alors que son père sera beaucoup pris par son travail, Thomas qui ne restera pas enfermé fera des découvertes et aussi des rencontres, ses deux nouveaux amis Francesc et Clara lui feront découvrir des endroits méconnus, rencontrer des membres de leurs familles, des amis chez qui il retrouvera souvent une œuvre du peintre surréaliste qu’il connaît très bien, cette œuvre dans laquelle le temps qui passe est représenté par des montres molles, un détail très important finira par le perturber et le mystère restera entier jusqu’à ce qu’une explication soit trouvée et que la divulgation du secret de Cadaquès soit évitée de justesse…. Un roman « muy interesante » y un misterio total; está bien leer esta novela.