Le refuge des ptits-tout-seuls, de Marie et Joseph

Des nouveaux amis…

petits.jpgLes ptits-tout-seuls, c’est une bande de copains qui ont bâti un refuge pour chiens abandonnés. Tous les jours après l’école, les enfants vont les nourrir, les sortir. Mais quand Sarah est allée au refuge ce midi, l’enclos était ouvert et il ne restait plus aucun chien. Un garçon de la classe est vite soupçonné : le Hibou. On l’appelle ainsi car il porte des lunettes énormes. Ayant un souci à un pied, il est obligé, en plus, de porter une grosse chaussure. Il est tout le temps tout seul et quand il a voulu faire partie des Ptits-tout-seuls , il s’est fait rejeter. Il a été menaçant en disant qu’il se vengerait. Alors forcément, il est pointé du doigt. Mais prudence, les soupçons ne suffisent pas, il faut des preuves. Un membre de la bande décide de mener son enquête et à la surprise générale, il demande à «Hibou» de l’aider à démasquer le ou les coupables. Le binôme est prêt à se lancer aux trousses des malfrats à la manière de  Starsky et Hutch, les célèbres détectives. Une course contre la montre va commencer. Nos deux héros vont-ils réussir à remonter la piste des malfrats qui ont kidnappé les chiens ? L’enquête parait déjà difficile car les indices sont très maigres.

Une intrigue policière qui va mener notre jeune public au sein d’un vaste trafic de chiens. Le lecteur est sensibilisé au fait que des animaux sont sacrifiés pour des tests en laboratoire. Triste réalité ! Un moment de lecture qui met aussi l’accent sur la différence. Hibou se prénomme en réalité Wladimir. Il porte de grosses lunettes et une malformation handicape un de ses pieds. Alors, on lui donne un surnom. Les soupçons se portent sur lui simplement parce qu’il n’est pas comme les autres. Et pourtant c’est lui qui va mettre tout en œuvre pour retrouver les chiens. Au final, il va gagner sa place au sein du groupe et forcer le respect. Hibou a disparu, Wladimir est né.

Une petite place sur cette Terre de Hélène Montardre

Un coin de paradis

place.jpg

Rudy et sa maman Stela, vivent dans le grenier d’un immeuble. Ils doivent se faire discrets, ils sont étrangers, sans-papiers, sans famille. Mais un jour, la concierge les chasse, ils sont alors contraints de se trouver un autre endroit. Peu importe où ils vont, Rudy ne veut pas quitter son école qui constitue pour lui un refuge où il se sent bien. Malgré les difficultés qui se multiplient, une mère épuisée qui s’effondre, Rudy ne perd jamais l’espoir d’avoir une vie meilleure. Surtout lorsqu’il écoute une histoire mythologique racontée par les dames du bibliobus. Une histoire qui l’emmène loin, loin, sur une île qui flotte, une île qui se promène sur la mer. Alors, comme aucune terre n’est prête à l’accueillir, Rudy se met en tête de trouver cette île pour se mettre en sécurité. Un rêve fou qui va le rendre plus fort et qui sait, finira peut être par se réaliser.

Un roman qui traite du sujet des migrants, des sans-papiers qui fuient leur pays en quête d’un Eldorado. Ils n’ont plus rien et se battent pour survivre. Une petite place sur cette terre évoque toutes ces difficultés à travers les yeux d’un enfant qui croit en sa bonne étoile, prêt à vaincre tous les défis d’une vie qu’il n’a pas choisie.

Le rat célibataire, de Manfeï Obin

La course au bonheur…

ra.jpg

C’est l’histoire d’un rat, d’un rat bûcheron. Il vit seul, sans femme. Un jour, alors qu’il est dans la forêt, une belle jeune fille s’approche de lui, un panier plein de provisions. Elle dit être envoyée par son oncle pour le nourrir. Mais ce n’est pas tout. Elle se présente comme étant sa promise mais pour cela, le rat doit remporter une épreuve. Une fois rassasié, celui-ci doit courir derrière la jeune fille. Elle deviendra sa femme si le rongeur arrive à la rattraper. Le rat étonné par ce procédé peu commun s’exécute. Mais la jeune fille va vite, très vite, puis plonge dans l’eau. On connaît la peur des rats pour l’eau. L’animal la suit malgré tout et se trouve propulsé dans un monde sous-marin merveilleux. Mais son accès lui est interdit car il n’a pas ses papiers. Légalement, un sans-papier est expulsé, mais lui va être présenté à la reine des fonds des eaux qui lui laissera la vie sauve, à une seule condition… Quel sort va t-elle lui réserver ? Le rat arrivera t-il à se marier ?

Un joli conte ivoirien sur le partage, la bonté et la générosité. La bienveillance entraîne toujours quelque chose de positif. L’égoïsme et l’indifférence mènent toujours à sa perte. Ce récit met en avant un fait qui est toujours très présent : le destin des sans-papiers. La place de la femme est également évoquée. On s’aperçoit que la femme ne décide pas de son destin. On lui désigne un futur mari, certes qui devra faire ses preuves pour la conquérir mais qui  n’aura pas été choisie par elle.

Le loukoum à la pistache, de Catherine Zarcate

Saveur d’Orient…

loukoum.jpg

Un jour, le Grand Vizir se rend au bain public, dans un hammam. Alors qu’il entre dans l’eau, sa bague tombe. C’est la panique, cette bague n’est pas n’importe quelle bague, puisque c’est un cadeau du roi. En effet, le roi qui a entière confiance en cet homme, qui ne prend aucune décision sans le consulter, lui a fait un cadeau inestimable. Ce qui provoque d’ailleurs beaucoup de jalousie. Au lieu de couler, le bijou reste en surface, il glisse. Mais alors que ce brave homme devrait être heureux et rassuré, le voilà qui file chez lui priant sa femme et ses gens de maison de faire leurs bagages et de partir. Tous sont abasourdis mais s’exécutent. Sept jours après, le roi ordonne son arrestation pour haute trahison. Il est jeté en prison à l’étage le plus sordide. Il y restera 7 années. Mais le plus curieux est que, ce qui va lui manquer le plus est de ne pas pouvoir manger de loukoums. A force de réclamer, un gardien va lui en apporter un. Alors qu’il commence à le savourer des yeux, l’impensable arrive…

Le loukoum à la pistache est un titre qui vous trémousse les papilles, qui vous évoque des couleurs et des saveurs. Un beau conte qui nous apprend aussi à accepter ce que la vie peut apporter autant dans les bons moments que dans les mauvais moments. Tout n’est pas rose mais il faut l’accepter.

J’ai complètement déliré sur le passage qui évoque le destin du loukoum. Trop drôle ! Une belle histoire qui invite à la sagesse et à l’humilité. On se demande quand même comment le vizir a pressenti ce qui allait lui arriver !….

Signe particulier : Transparente, de Nathalie Stragier

Esther est une jeune lycéenne très discrète. Tellement discrète qu’elle en devient même transparente aux yeux de tous… Pas au sens figuré, non ! Au sens propre ! Bien sûr, cela peut être amusant et excitant par moment, mais n’est-ce pas aussi dangereux ! Sortira-t-elle de cette invisibilité ou au contraire en profitera-t-elle ? Ce roman nous plonge dans l’univers de l’adolescence où on a tous chercher un jour à exister aux yeux des autres.

Ce roman pour adolescent écrit par l’auteur de la très appréciée trilogie La fille du Futur utilise des thématiques  chères  à l’adolescence (le regard des autres, la popularité, le mal-être, l’exclusion) et le détourne en un roman de genre fantastique. Un livre qui se lit très vite et dans lequel on ne s’ennuie pas. L’idée de départ est excellente mais elle aurait peut-être mérité un traitement plus profond.

Le plus courageux des peureux, de Guylaine Kasza

Les  dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Le plus courageux des peureux« Boud na boud »… « Il était une fois » comme on dit les den Afghanistan

Dans un petit village d’Afghanistan vit Abdul, un homme si peureux qu’un seul battement d’ailes de papillon l’effraie. Sa femme en est désespérée et un soir, elle demande conseil à la vieille du village, une sage. Celle-ci l’aide et c’est ainsi qu’Abdul se retrouve dehors, seul, en pleine nuit. Mais cette nuit-là, le pire des géants est de sortie ! Abdul, l’homme le plus peureux du village, arrivera-t-il à s’en sortir vivant ?

J’ai aimé ce livre même si ce n’est pas le genre de livre que je lis d’habitude. C’est un conte merveilleux facile à lire, avec des illsutrations en noir et blanc proches de la caricatures. Il se lit sans problème dès le primaire.

Judith, 6ème – 11 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

La collection « kilim » des éditions Syros permet la transmission de contes étrangers  que l’on ne connaît pas forcément. Ici, l’histoire nous pousse à réfléchir sur nos peurs et nous aide à les dépasser par notre courage.

Ju

 

Méto, d’Yves Grevet

MétoMéto : L'intégrale-Ed anniversaire

 

Pour les 10 ans de la sortie de la trilogie Méto d’Yves Grevet, aux éditions Syros, découvrez le volume intégral, réunissant les trois tomes dans une édition anniversaire ! Jacquette américaine se dépliant sous forme de petit poster, illustration en couleur en début d’ouvrage et, en fin d’ouvrage, le story board par Thomas Ehretsmannun. Une belle édition, riche, pour un roman d’anticipation traduit en 8 langues , couronné de nombreux prix littéraires, dont le premier tome est sorti en 2008 et a fait enter son auteur, Yves Grevet dans le monde des incontournables de la littérature de jeunesse actuelle.

Découvrez ci-après les chroniques de notre blog :

Tome 1 – La maison

Tome 2 – L’île

Tome 3 – Le monde