C’est écrit sur ses lèvres, de Brigitte Aubonnet

Maman, laisse moi vivre…

sourd.jpg

C’est écrit sur ses lèvres est une belle rencontre. C’est l’histoire de Valériane et Ludo, deux adolescents de quinze ans, fous amoureux. Banale comme histoire ! Ah oui mais j’oubliais, ils sont sourds. Et alors ? Ils font avec et s’en sortent très bien. Mais pour la mère de Valériane, ce handicap est un obstacle au bonheur. C’est en grande partie la source des conflits qui opposent Valériane et sa mère. La jeune fille veut vivre, ne pas avoir de chaînes aux pieds, la surdité étant déjà un enfermement en soi. Les deux ados s’aiment, ils ne font qu’un. Leurs mères respectives, qui ne s’entendent pas, s’opposent à cette relation. Mais les adolescents plein de ressources n’ont pas dit leur dernier mot.

Etre parents n’est pas toujours chose facile. Il faut composer avec les caractères, gérer les conflits et malgré l’éducation qu’on essaie de transmettre à nos enfants, on n’est à l’abri de rien. Un dérapage, de mauvaises fréquentations et tout peut basculer … sans même parler de la période de l’adolescence !

Mais quand on est parents d’enfants à handicap, la vie est bouleversée, on se demande que sera leur avenir, leur place dans une société qui a du mal avec le «vivre ensemble», avec la différence. Alors on veut les protéger et parfois on dresse un mur tout autour d’eux en pensant que c’est mieux ainsi. C’est humain, car le regard des autres qui jugent une différence qu’ils ne connaissent pas, peut faire beaucoup de dégâts.

Le point commun à ces deux situations est qu’on veut toujours le meilleur pour nos enfants, on veut qu’ils réussissent, qu’ils se construisent, qu’ils soient heureux tout simplement. Mais faut-il pour autant les «enfermer» dans une bulle, les isoler pour mieux les protéger ?

A travers le regard de Valériane, le lecteur part à la découverte du monde des sourds. Détermination et combat sont les mots clefs de ce roman. Ce livre fort et émouvant nous parle de l’adolescence, de l’exclusion, des doutes, des relations humaines et de la vie. Souffrance et acceptation de soi cohabitent mais là encore, pour exister, il faut persévérer, ne pas lâcher prise. Une dure bataille pour pouvoir voler de ses propres ailes… Et puis il y a tous les autres, ceux qui jugent, qui regardent la personne à handicap avec mépris, qui la snobent. La différence naît dans le regard des autres, de ceux qui ne savent pas, qui ignorent toute la difficulté à être différent. Mais heureusement, il y a encore des gens qui font preuve d’empathie et de tolérance, qui acceptent que la personne à handicap puisse vivre, travailler. Le chemin vers l’égalité des droits et des chances est encore bien long…

Un hymne à la tolérance, à lire !

A fond les manettes, de Gép et Edith Chambon

Les dévoreurs de livres d’arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

A fond les manettesA l’école, Elodie rêve du prince charmant ! Lorsqu’elle rencontre Adrien,elle est séduite, sauf que lui, adore les jeux vidéos contrairementà elle. Elle se sent un peu seule ; mais sa copine Sonia, qui adore aussi les jeux vidéos,  lui conseille de s’y mettre pour lui plaire ! Est-ce qu’Elodie va vraiment réussir à séduire Adrien. et Adrien, quant à lui,  va-t-il redescendre un peu sur terre,  décrocher des jeux vidéos et  se préoccuper de son « couple »  ?

Mon avis :

Ce livre est très bien ! Il n’est pas très long, et j’ai beaucoup aimé le style des illustrations. J’aime bien aussi les histoires d’amour, donc le sujet me convient parfaitement … Je recommande vivement ce livre à tout le monde … surtout pour ceux qui ont tendance à jouer un peu trop aux jeux vidéos pour leur rappeler de ne pas risquer de passer à côté de la vraie vie !

Lenny, 12 ans – 5ème, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

 

Vertical, d’Alain Grousset

 

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Tékla est ethnologue et est employée par une industrie pharmaceutique qui l’envoie sur une falaise afin de trouver un fameux « lichen » qu’il espère guérir toutes les maladies existantes. En effet, cette espèce de plante inconnue aux pouvoirs extraordinaires a été découverte sur le cadavre d’un enfant échoué sur la plage suite à sa chute du haut d’une falaise. Lors de son expédition, Tékla y rencontre le peuple qui l’habite et tombe amoureuse de Lix  mais les choses risquent de se compliquer au sein de la tribu et avec ses compagnons …

Mon avis :
Le livre est très bien. Il mélange à la fois science-fiction et romantisme malgré le petit manque de suspens. Tékla et Lix sont très bien décrits et on s’attache vraiment à eux. Je conseille ce livre plutôt pour les 4ème / 3ème ou les bons 5ème car, même si le livre paraît facile à lire, plusieurs moments sont complexes vue que le début de l’histoire met en avant une firme pharmaceutique qui cherche le profit. Il met aussi en avant aussi les dégâts que peuvent faire leur découverte sur un peuple qui n’a pas été encore confronté à la civilisation.  Un roman écologique et d’aventure qui permet de réfléchir sur des sujets intéressants.

Emma, 5ème – 12 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

 

 

La vie sans portable, de Gép et Edith Chambon

Résultat de recherche d'images pour "la vie sans portable"C’est l’histoire de Sonia une fille de onze ans qui aime Salomé et passe ses journées sur son portable,  même à l’école. Un jour, sa prof de français lui confisque en classe. Comment va-t-elle survivre sans portable ? En parlant avec sa grand-mère,  Sonia comprend que la vie peut aussi être ailleurs.

La collection de ce livre « Graine d’Ados » dont nous avions déjà chroniqués quelques titres a toujours une thématique liée à la vie des adolescents.  Ici, il est question de l’addiction au portable. Si on se passe des écrans, à la place, on peut jouer tout seul ou avec des vrais amis, en direct !  On a plus de temps pour faire du vélo, pique-niquer, écrire de vrais lettres manuscrites, etc.

Dans ce livre, les illustrations sont un peu comme les anciennes photos en sépia. C’est un roman graphique et les illustrations sont présentées dans des cadres, plus comme des photos que comme une bande dessinée. On est moins habitué, mais c’est original.

J’ai une très bonne appréciation sur ce livre et je vous conseille de le lire. Toute la série de livres de cette collection plaît d’ailleurs beaucoup aux élèves de notre CDI.

Image associée

Zinédine, 5ème – 12 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Caballero, de Lenia Major

Sauvons les lévriers d’Espagne…

Résultat de recherche d'images pour "caballero lenia major fnac"Lorsque l’hôpital appelle Lucia, c’est pour lui annoncer que son fils, Genaro, adolescent de 13 ans, est hospitalisé pour un malaise proche du coma éthylique après un binge-drinking. Si son père ne sait plus comment parler à son fils, perd patience et se met en colère, sa mère, elle, essaie de le comprendre et cherche le moyen de renouer le dialogue. Comment cet enfant, doux, brillant scolairement, avec un an d’avance, a-t-il pu en une année, passer de 18 de moyenne à 4, comment ce sportif peut-il rester enfermer à jouer à des jeux vidéos et se faire des relations toxiques qui l’entraînent dans des plans aussi foireux ? Alors, Lucia a une idée : envoyer, le soir-même  de sa sortie d’hôpital son fils chez un cousin en Espagne. Et si Genaro se voit déjà à se dorer la pilule sous le soleil pour un séjour relax, la réalité en sera toute autre ! Car son cousin, Pepito, tient un refuge pour lévriers… et il n’y a pas le temps de chômer. Loin de son pays, de ses connaissances, Genaro va devoir s’adapter et sera bien obligé de quitter son masque d’insolence ou de nonchalance et se confronter à ce monde où les convictions  font aller de l’avant tout ce petit monde dans un seul et même but : atténuer les souffrances et sauver ces animaux -les galgos- utilisés, maltraités, torturés, abandonnés par des chasseurs – des gualgueros sans états d’âme.

Pepito et Lucy, 15 ans, une jeune bénévole de l’association qui se destine à une carrière de vétérinaire, véritable passionnée, vont aider Genaro à se confronter de nouveau au monde réel et à sa dure réalité et l’aider à reprendre confiance en lui et en ses capacités.

 

Un récit initiatique qui montre comment la confiance qu’on lui accorde et les responsabilités qu’on lui confie permettent à un adolescent à retrouver l’estime de soi. En trois semaines, Genaro va passer d’un état végétatif à un engagement sans limite pour la cause à défendre. Tous ses savoirs-faire vont être exploités : de ses connaissances en nouvelles technologies à ses talents de pâtissier ou de couturier… Parallèlement à cela, il va apprendre beaucoup dans bien des domaines et surtout, finira par accepter d’avoir des failles et les montrer.

Ce roman fait tout de même 500 pages. Au bout de 300, même si j’accrochais bien, je me disais que 150 de moins auraient peut-être été mieux… et puis, un nouveau cap est passé et la fin est arrivée très vite. Néanmoins, il doit être réservé à des lecteurs avertis et pas trop sensibles car le sujet principal reste quand même la maltraitance animale. Mais les personnages sont très vrais et nous apparaissent avec leurs qualités et leurs défauts et ce refuge devient un havre de paix et de solidarités pour tous, bénévoles comme lévriers sauvés, grâce à l’humanisme de son propriétaire : Pepito

La cause défendue dans ce livre, celle des lévriers d’Espagne, est décrite avec toute son horreur et nous révèle une réalité que le lecteur ne connait pas forcément mais qui est réelle. L’Espagne reste l’un des seuls pays d’Europe à encore autoriser la chasse sans fusil. Les lévriers (galgos) sont utilisés par les chasseurs (gualgeros) qui les maltraitent au quotidien, puis les torturent avant de les abandonner.

Et si cette cause vous a ému ou vous intéresse, un site Internet, donné en fin d’ouvrage, est à consulter : https://www.crel.fr/   et   http://scooby-france.e-monsite.com/

 

Les murs bleus, de Cathy Ytak

Des âmes abîmées…

bleus.jpg

Paris 1969. Antoine déambule dans les rues de la capitale, tenant par la main un petit brésilien de 5 ans, Loirinho. Antoine est un déserteur. Il y 7 ans, il a intégré les convois de réservistes, en partance pour l’Algérie. Condamné à mort pour avoir désobéi, il s’exile au Brésil où il a fait la rencontre d’une jeune femme, Jerusa, devenue sa compagne. Antoine a maintenant 38 ans et revient en France, son pays d’origine pour régler un divorce et parce que ce petit garçon presque aveugle, doit subir une greffe de cornée. Mais ce retour est amer. Il ne reconnaît plus son pays. Antoine est un écorché vif, poursuivi par les horreurs de la guerre, rattrapé par un passé sanglant. Il souhaiterait retrouver sa vie d’avant, sa vie d’instituteur. Il rend visite à son ami Louis, déserteur également, hanté par les mêmes images cinglantes, assassines. Antoine, considéré tel un traître, est un rescapé qui a été puni parce qu’il a refusé de tuer, de violer. Il a assisté à des scènes horribles qui ne cessent de le torturer. L’enfant est le fruit d’un viol et c’est Jerusa qui l’a accueilli car sa mère, une jeune adolescente de 14 ans l’a rejeté. Lui aussi est hanté par un cauchemar. Il voit des ânes partout. On apprendra un peu plus tard la signification de ce tourment …. Au Brésil, la pauvreté côtoie la violence. Antoine ne veut pas y retourner malgré une femme aimante qui l’attend. Il est F, il veut revenir chez lui, se construire une vie. Tout recommencer. Mais que va lui apporter une France qu’il ne reconnaît plus ?

Les murs bleus est l’histoire d’une renaissance portée par les liens très forts qui vont unir le petit garçon et Antoine. Sous la plume pleine d’émotion et de sensibilité de Cathy Ytak, on voit évoluer leur relation. C’est tout un symbole. Loirinho a un voile sur les yeux, le même qu’Antoine, lorsqu’il regarde autour de lui et qu’il ne trouve plus sa place dans le pays qui est le sien. Il a laissé au Brésil la femme qu’il aime, il a peur de la décevoir, de la faire souffrir car le passé l’emprisonne. Il faut qu’il fasse des choix qui seront pour beaucoup influencés par Loirinho.

Le récit à la fois dur et touchant aborde le sujet de la guerre d’Algérie et de ce qu’elle laisse comme traces dans la mémoire. Des hommes meurtris, incompris, des femmes qui ont souffert, qui ont été brutalisées, violées, des reconstructions difficiles, voire impossibles. Ils sont seuls face à leurs démons, avec dans la tête et sur le cœur, des plaies béantes qui jamais ne se refermeront. L’amour est également très présent dans cette histoire : l’amour d’un pays, d’un enfant, d’une femme. Et c’est par amour qu’Antoine fera ses choix.

36 questions pour savoir si tu m’aimes, de Vicki Grant

Le jeu de l’amour…

amour.jpg

Est-il possible d’influencer des personnes pour développer en elles des sentiments amoureux. Des études ont déjà été menées dans ce sens et de nos jours de nombreuses émissions testent ce thème. Il y a quelques années pour les plus anciens d’entre nous, Tournez manège, un jeu télévisé matrimonial produit en 1985, avait déjà lancé ce concept : des hommes et des femmes, ne se voyant pas, se posaient des questions, le but étant qu’au final, une femme et un homme se choisissent au vu des réponses formulées. Certains d’entre eux avaient construit un avenir, pour d’autres, l’expérience s’arrêtait après l’émission.

Dans 36 questions pour savoir si tu m’aimes, Vicki Grant nous plonge dans le vif du sujet. L’étude est particulière. 36 questions pour se trouver des points communs, pour tisser des liens et plus si affinités…Nos deux héros ne partagent pas le même intérêt pour cette épreuve. Paul, 19 ans, ne voit que l’aspect financier puisque chaque participant touche 40 dollars alors que Hildy, 18 ans, perdue dans ses problèmes familiaux et en plein doute, espère beaucoup de cette expérience . Elle prend vraiment au sérieux ce test, contrairement au jeune homme. Un début timide mais très vite ils se taclent, se piquent et nous font presque oublier qu’ils sont de parfaits inconnus. Hildy se remet toujours en question, elle est bienveillante, Paul va s’ouvrir petit à petit, quoique très mystérieux. C’est un dur au cœur tendre, un écorché. Trente six questions qui vont révéler être au final très enrichissantes et pleine d’imprévus. Chacun va mettre en avant ses problèmes et en fait, cela leur permettra de minimiser quelque peu leurs propres soucis. Il y a toujours pire ailleurs… Au fil des échanges, ils vont apprendre à se connaître, à se livrer, à percer leur carapace, même s’ils appréhendent cette mise à nu.

Peut-on vraiment provoquer l’amour ? Nos deux héros ont une façon vraiment différente d’aborder cette étude. Hildy va être la première à se dévoiler. Il est compliqué de se livrer mais dans cette situation, elle se confie à un inconnu et je pense que la démarche peut paraître plus facile car elle n’est pas sensée le revoir donc la crainte du jugement est amoindrie. Ce qui est étonnant, c’est que happée par cette histoire, je me suis surprise à répondre aux questions et en fait, ça permet aussi de faire notre propre analyse. Ce livre est constitué principalement de dialogues, durant le questionnaire, puis entrecoupé par un récit. Les dialogues rythmés donnent de la force aux échanges. Nous vivons dans une société un peu compliquée dans les relations avec l’autre. Pour ceux qui ont du mal à construire un avenir sentimental, faute d’avoir trouvé la bonne personne ou faute de temps car accaparé par un quotidien lourd, ces expériences sont-elles véritablement la meilleure solution ? Le petit écran regorge d’émissions destinées à trouver l’âme sœur et font ainsi les beaux jours de la télévision. Y-a-t-il vraiment tant de difficultés à trouver le partenaire idéal que les hommes et les femmes n’hésitent plus à recourir à des services extérieurs pour les y aider ?