Le livre des étoiles 3 , Le visage de l’Ombre , de Erik l’homme

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Guillemot s’est fait enlevé par l’Ombre, voilà ce dont tout le monde parle à Ys. L’Ombre, qui est son pire ennemie et plus grand adversaire, veut accéder au livre des étoiles grâce à sa magie . Guillemot réussira t-il à s’en sortir ?

Ce livre a été un grand coup de cœur,  avec une fin très émouvante et exceptionnelle, plein de suspense et d’aventure. Je n’ai vraiment pas été déçu de lire la trilogie en entier ! N’hésitez pas à venir  le découvrir au CDI !

Chloé, 13 ans – classe de 4ème, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Le livre des étoiles 2 , Le Seigneur Sha , de Erik l’Homme

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Le livre des étoiles 2 , Le Seigneur Sha , de Erik l’Homme

De retour à Ys, après son voyage dans le Monde Incertain, Guillemot reprend son apprentissage. Mais les sorciers de la Guilde sont désespérés car  l’ombre est plus forte qu’eux, ce qui les conduit à un échec qui sera mis sur le compte de maître Quadehar. Sa seule solution, s’enfuir, alors que pendant ce temps le Seigneur Sha s’introduit à Gidfu et poursuit Guillemot. Que lui veut -il ? Et que sait -il au sujet du livre des étoiles ?

Ce livre est INCROYABLE ! Le premier tome m’avait plu -malgré une petite difficulté, au départ à entrer dans l’histoire,  mais celui-là est vraiment palpitant, plein d’aventures, de suspense avec des personnages très touchants et j’espère que le tome 3 le sera tout autant  !

Chloé, 13 ans – 4ème, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Ma vie en Smiley, 3. Au secours (ou pas), de Anna Kalicky.

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Ma vie en smiley, 3. Au secours ! de Anne  Kalicky

Max, un jeune ado de bientôt 13 ans, est cette année envoyé en colonie de vacances par ses parents. Pourtant, avec sa super année de cinquième au collège, il pensait pouvoir y échapper. Car malheureusement pour lui les colos c’est une horreur ! Au secours… il est au bord du suicide ! Samedi approche et aujourd’hui, c’est le grand départ. Max doit prendre le bus et dire en revoir à ses parents. A partir de ce moment, il passe en mode « furtif »… Mais à la colo il est bien obligé de participer aux activités proposées … donc Max passe en mode « faire semblant ».  Mais il commence à se lier d’amitié avec ses camarades de chambre. En fait la colo de vacances c’est pas si mal…

Ce livre est très amusant (j’ai dû être mort de rire une bonne dizaine de fois !!!). A chaque début de chapitre, une phrase  destinée « aux humains du futurs » ouvre le texte avec un smiley vert à l’apparence d’un Martien : c’est drôle et bizarre en même temps de se dire qu’on est des humains du futur pour les gens du passé ! Les dessins sont super bien réussis et les smileys qui ponctuent régulièremement le texte permettent à de faibles lecteurs de lire sans s’ennuyer et de rigoler une fois de plus. La police de caractère ressemble à une écriture manuscrite, avec une mise en page un peu déjantée, ponctuée de plein d’illustrations drôles et riches qui donnent le ton à cette histoire.

Ce livre est un don d’éditeur, c’est le tome 3 et nous n’avons, hélas, pas les deux premiers. Mais ce manque n’empêche absolument pas la compréhension ! En revanche, je me ferai un plaisir de lire et chroniquer les tomes 1 et 2 si un jour on les reçoit car ce livre a été pour moi un coup de coeur  !!! Bonne lecture.

Guillaume Gourtay – 3°, 13 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène.

Ileana II. Retour à Edelynn, Isabelle Meyer

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Ileana, tome  II. Retour à Edelynn, d’Isabelle Meyer

Après avoir réussi à retourner à Edelynn, accompagnée des jumeaux, par la porte de Fonpierre, Ileana doit retourner chez elle pour prévenir sa tante de son retour mais impossible de la trouver et Illiriane, sa cité, est en ruine. Heureusement, ses amis « Les quatre » lui ont laissé un message, ce qui lui permet, le soir même, lors d’une veillée, de mettre tout le monde au courant de son retour. Contrairement à leurs habitudes plutôt divertissantes, les fées doivent se remuer pour reconstruire Illiriane. Pendant ce temps, Ileana part chez sa tante, reine des dryades, faire son initiation qui lui confèrera plus de pouvoir, avant de partir dans sa grande quête pour retrouver ses parents capturés par le seigneur noir, qui est un … Ah non, pour le savoir, il faudra aller chercher le livre au CDI et le lire du début jusqu’à la fin !

Ce deuxième tome de la série Ileana m’a beaucoup plus captivé que le premier car ici, les elfes sont  vraiment plus présents et l’action aussi !  Le suspens m’a tenu en haleine de la première page jusqu’à la dernière et maintenant, j’ai envie de lire le troisième tome ! Dans ce livre, je me reconnais surtout en Benoît, farceur, gourmand, curieux et …  feignant  -même si, normalement, je m’accroche plus au personnage principal, que ce soit une fille ou un garçon. Bon… et dernière chose : bonne lecture !!!

Guilllaume, 3°- 13 ans, membre des dévoreurs de livre d’Arsène.

 

Et l’avis de chloe261104 :

De retour de son exil chez les humains, Ileana réussit enfin à trouver la porte. Accompagnée des jumeaux, ils vont découvrir la magie et les dangers des cinq peuples en cherchant les parents d’Ileana. Passant de Néourvellen, cité introuvable des elfes, à l’Océan, où est réfugié le peuple des sirènes, ils seront en permanence les proies des trolls et des tordakyls.

Quel mystère entoure l’aventure d’Ileana ?

Et qui seront ces alliés qui feront face au Seigneur noir ?

Une suite très intéressant, pleine de péripéties et de suspense. C’est un tome où l’on découvre un univers où la magie est encore plus présente que dans le tome 1. J’ai hâte de lire le tome 3 !

Le Manoir, tomes 2- 3 – 4 – 5 et 6, d’Evelyne Brisou-Pellen

Le Manoir, 2. Cléa et la porte des fantômes, de Evelyne Brisou-Pellen

Le manoirCléa et la porte des fantômesQuand Cléa découvre qu’elle est morte, ses souvenirs lui jouent des tours et elle ne se rappelle pas des conditions de sa mort. Entre Liam qui ne veut pas enquêter sur elle, de peur de la perdre, Léonidas qui découvre un escalier menant au grenier (inaccessible jusqu’à présent) dans lequel les fantômes gris ont pris leurs quartiers, un jeune garçon accompagné de son chien et Emmerance, morte depuis plusieurs siècles, le Manoir a de quoi faire. Cléa, quant à elle, assemble ,jour après jour, des éléments qui lui feront découvrir ce qui lui a couté la vie.

 

Le Manoir 3 : Alisande et le cercle de feu, de Evelyne Brisou-Pellen

Le manoirAlisandre et le cercle de feuAujourd’hui, au Manoir, il y a eu deux nouveaux arrivés  en deux jours. Alisande, une ravissante jeune femme, est arrivée dans une barque e elle croit se souvenir d’un incendie dont elle se sent coupable ce qui intrigue Liam au point d’enquêter sur elle , et Désiré un homme toujours souriant , moins tourmenté et apprécié de tous . Le Docteur Roy les places à l’étage , celui des fantômes blancs . Mais , il ne ce doute pas de la suite …

 

Le Manoir, 4. Nic et le pacte des démons, de Evelyne Brisou-Pellen

Le manoirNic et le pacte des démonsNicaise et Suzanne sont deux nouveaux venus au Manoir. Arrivés  à pieds, on les classe comme fantômes blancs, même s’ils ne sont pas très ouvert sur leur origine . Tout se passe bien au Manoir jusqu’au jour où, piqués par la curiosité, ils feront courir un terrible danger en ouvrant la porte de la cave.

 

Le Manoir, 5. Lou et l’île maudite, de Evelyne Brisou-Pellen

Le manoirLou et l'île mauditeLou, une nouvelle arrivante, fuit un étrange vaisseau sur l’eau. Echouant sur la plage du Manoir, elle se rend compte qu’elle a un bébé dans les bras ( elle n’a que 12 ans et ce n’est pas le sien ! ) qu’elle ne connait même pas. Mais dès qu’elle s’en éloigne, Marco (un prénom donné par Hoël et Miracle) se met à hurler, provoquant des tremblements de terre ce qui met le Manoir en grand danger. Pour sauver le Manoir et ses occupants Liam et Cléa vont devoir découvrir pourquoi et comment Lou et Marco sont arrivés là et quel lien les unit.

 

Le Manoir, 6. Alec et le strigoï , de Evelyne Brisou-Pellen

Le manoirAlec et le strigoïAlec, le frère aîné d’Evan et Arianne, des jumeaux de six ans, fuient avec eux un inquiétant nuage. Débarquant sur la plage du Manoir , ils croient être arrivés sur une île appelée  » Grande Terre « .  Alec est très angoissé par rapport à sa responsabilité vis-à-vis de son frère et sa sœur et aussi à cause de leur histoire traumatisante au côté de  » l’homme en or  » le dieu-roi qui était l’autorité sur l’île. Ils construisent une maison dans le parc du Manoir, la même que . mais les nouveaux créent des choses inquiétante dans le parc , alors les pensionnaire doivent absolument trouvé de la ou il sont sachant que Vlad se réveille et qu’il a peut-être un rapport avec eux , Liam doit faire des recherches sur Alec , Evan et Arianne , mais momo aussi découvre sa propre mort qui n’est pas aussi clair qu’il ne le pensait .

 

Une série dont le schéma narratif reste à peu près identique pour chaque tome : de nouveaux pensionnaires arrivent dans le Manoir et cachent d’où ils viennent avant de vivre de terribles aventures. Pourtant, chaque tome est une surprise, on a toujours hâte, en fermant l’un d’eux, de lire la suite. Une série captivante et pleine de suspense, avec un coup de coeur particulier pour le tome 2 dans lequel on apprend beuacoup de choses sur la mort de Cléa et le tome 6 dont la fin nous laisse dans une angoisse qui nous force à vouloir commencer la saison 2.

Chloé, 13ans – 4ème, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

L’enfant des livres

A la poursuite du livre des secrets, de Eric Sanvoisin

livre.jpg

Jaime est orphelin, il vit dans la rue, à Voyelle la capitale du royaume des mots. Parce qu’il a volé une pomme, il est condamné à mort. Mais le roi lui laisse la vie sauve à condition qu’il lui ramène le livre des secrets, un merveilleux écrit qui se trouve dans la forêt des arbres à lire. Un livre important, convoité par beaucoup. Jaime ne se fait pas prier. Seulement il y a un petit souci qui a son importance pour une telle mission : le jeune garçon ne sait pas lire. Heureusement, il va rencontrer un Marque page sur pattes qui deviendra son compagnon de route et qui va l’aider.

Comment va-t-il s’en sortir sachant que, s’il ne mène pas à bien sa mission, il perdra la vie. Jaime va se trouver dans des situations périlleuses et ira de surprise en surprise.

Ce livre est un coup de cœur. C’est une ode aux livres, aux mots. Le décor est une forêt remplie d’arbres à livres qui nous fait rêver, avec des personnages dont les noms sont symboliques : Marque-pages, Virgules, Points virgules, Cadenas.. On entre dans un univers fantastique où les mots ont une force, un pouvoir. Deux mondes s’affrontent, d’un côté, les pilleurs et les cueilleurs qui détruisent les livres, les brûlent et de l’autre les défenseurs des belles lettres. L’auteur a choisi un héros qui ne sait pas lire. Ce détail prend toute son importance . En effet, comment donner le goût de lire à quelqu’un qui ne connaît pas les lettres, qui n’a jamais approché un livre ? Et c’est en cela que le roman prend tout son sens. L’apprentissage, la transmission d’un savoir, deux belles valeurs. On se rend compte alors que lire est une chance, c’est la liberté. Le livre est sacré. Il faut le préserver, en prendre soin car il est chargé d’histoire, il représente la mémoire de l’homme. Eric Sanvoisin joue avec les mots, entraîne le lecteur dans un univers original, magique où il se sent bien. On se laisse gentiment entraîner par l’écriture simple, fluide de l’auteur. On entre dans un monde imaginaire, le monde réel s’efface. On est en complète immersion, un peu comme dans Alice au pays des merveilles. J’avais l’impression d’être au milieu de la forêt et que tous ces petits personnages tournoyaient autour de moi, occupés à défendre la cause du livre et à combattre les destructeurs de mots. Un beau moment de douceur et de rêve.

Les livres nous nourrissent. Les lettres, les mots, leurs sens sont nos vitamines. –

Enregistrer

Des vies cadenassées

Sauveur et fils – saison 1- de Marie-Aude Murail

sauveur.jpg

Sauveur Saint-Yves est psychologue. Avec un tel prénom comment ne pas être à l’écoute des autres et vouloir sauver tout le monde, en particulier les ados. Il a quitté sa Martinique natale pour s’installer à Orléans. Il est veuf et s’occupe seul de son fils de 8 ans, Lazare. A force de vouloir jouer le bon samaritain, il délaisse sa vie privée. Pas facile de trouver l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale. Sauveur a beaucoup de qualités, un cœur gros comme ça, une bonne écoute avec ses patients mais avec son fils il ne sait pas faire, il est maladroit et démuni. Les cas dont il s’occupe sont divers et variés. Il est contacté par des parents mal divorcés dont les enfants sont devenus des enjeux pour régler leurs conflits, par la maman qui n’aime pas son enfant, l’adolescente qui ne s’y retrouve plus entre sa mère qui s’est remise avec une femme et son père qui est avec une jeune qu’elle traite de pétasse. Il essaie de comprendre les tentatives de suicide, les phobies scolaires… Son bureau est attenant à la maison et Lazare qui se passionne pour la profession de son père, n’en rate pas une miette. Quand il le peut, il se cache et espionne les consultations. Un jour, Lazare demande à son père de lui acheter un hamster. Il étudie son comportement comme Sauveur le fait avec ses patients. Le petit garçon veut d’ailleurs devenir psychologue de tout le monde et en particulier de ces rongeurs. Il est trop craquant Lazare, souriant, attachant, rigolo avec ses « blagounettes » qui n’interpellent pas toujours son père trop préoccupé par son métier. Sauveur est une sorte de mère Thérésa mais aurait-il des ennemis ? Pour preuve, les lettres de menace qu’il reçoit ou les pièges contre le mauvais sort qu’il trouve au pied de sa porte. A ce moment, Lazare commence à se poser des questions sur ses origines et sur sa maman décédée peu après sa naissance. Sauveur ne lui parle pas de sa mère, évite les questions, reste secret. Que cache Sauveur à son fils ? Pourquoi n’arrive -t-il pas à lui en parler ?

L’ombre de la maman plane sans cesse sur le récit. On ne sait pas qui elle était, comment elle était. Sauveur évite d’en parler mais pourtant il faut attendre les ¾ de l’histoire pour s’étonner des confessions que Sauveur fait à une patiente. Les rôles sont inversés. Il parle de sa famille et envisage même d’emmener son fils en Guadeloupe. Le lecteur sent que le dénouement est proche. La fin nous délivrera d’un lourd secret.

Ce livre scanne les problèmes, le mal-être des adolescents. On ressent toutes les difficultés que les parents rencontrent avec eux. Les situations familiales sont complexes et Marie-Aude Murail n’a aucun tabou sur les sujets traités : l’homosexualité, la phobie scolaire, les familles recomposées, la scarification, la drogue, la dépression, la pédophilie, le racisme dont sont victimes Sauveur et Lazare, particulièrement par la nounou du jeune garçon, femme aux préjugés très présents sur les noirs.

Chaque chapitre correspond à une semaine de consultations. On se rend compte au final que les enfants sont trop impliqués dans les histoires « de grands ». Il n’y a plus aucune barrière, les parents exposent leurs enfants à des problèmes qu’ils devraient résoudre entre adultes. Les enfants sont des éponges et craquent. Ce roman est une sorte de miroir du quotidien qui pour certains part à la dérive. Mais heureusement, l’auteur manie l’humour pour aborder ces malaises et permet au lecteur de souffler entre chaque tranche de vie en le faisant pénétrer dans l’intimité de Sauveur et son fils. Marie-Aude Murail nous offre des personnages variés, reflet de notre société. J’appréhendais un peu ma lecture, peur de trouver ennuyeux les énumérations des états d’âmes de chacun. Mais pas du tout, Sauveur et fils est un coup de cœur. Le lecteur est invité sans voyeurisme dans le cabinet de consultations, prend sous son aile Sauveur et Lazare en croisant les doigts pour que le père se libère du poids d’un passé lourd et omniprésent. L’adage qui dit « le cordonnier est le plus mal chaussé » s’adapte parfaitement à la situation de Sauveur. Il soigne les blessures de la vie de ses patients mais est incapable de refermer ses propres plaies. Hâte de me plonger dans la saison 2.