Le Manoir – saison 2, l’exil : 1. Le collège de la délivrance, de Evelyne Brisou-Pellen

Le Manoir – saison 2, l’exil : 1. Le collège de la délivrance, de Evelyne Brisou-Pellen

Après l’envahissement des Gris au Manoir, Liam, Cléa et les autres sont obligés de partir, en laissant Raoul (malade on le rappelle), le Dr Roy et Léonidas garder le manoir. Ils arrivent à trouver un collège dont l’étage est fantôme. A l’entrée du collège, une petite fille fantôme attend sa mère et un homme attend son petits-fils. Liam va les aider… Mais qui a créé l’étage fantôme ?  Et comment aider les deux âmes en peine ? Nos aventuriers auront également une autre surprise dans l’étage fantôme.

Un livre incroyable qui change beaucoup des autres tomes, avec des nouveaux personnages très attachants. Et à la fin, un rebondissement inattendu.

Un tome coup de cœur pour une série dont on ne se lasse  pas malgré le nombre important de volumes.

Génial.

Chloé, 4ème – 13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Génialissimo Léonardo !

100 % bio, Léonardo : la vie géniale (et super drôle) du grand Léonard de Vinci, de Cécile Alix

Vous avez tous déjà entendu parler de Léonard de Vinci, j’espère ? Ce génie italien du XVème siècle qui était tout à la fois peintre, sculpteur, ingénieur, architecte, inventeur,  exceptionnel dans tous les domaines ? S’il avait fait tout ça en vingt vies, cela aurait déjà été incroyable, mais en quelques décennies … Si vous souhaitez mieux le connaître, ou le découvrir, n’hésitez pas à ouvrir ce roman. Mélissa, notre narratrice a créé une chaîne You tube 100 % bio(graphie)  pour parler de cet  homme illsutre de la Renaissance, que lui a fait découvrir, un peu par hasard, Clotaire, le bibliothécaire. Elle qui adore dessiner des plans, fabriquer des objets insolites (elle est sur le projet d’un pédalobrouteur (le vélo tondeuse de pelouse)… alors, vous pensez bien, Léonard de Vinci, c’est son idole et son enthousiasme va être vraiment contagieux. en quittant ce livre, on l’adore tout simplement, avec ses qualités et se défauts ! Un livre drôle, ludique, très bien documenté (j’ai pas tout vérifié, mais je pense qu’il est parfaitement fiable !) aux illustrations en noir et blanc vivantes et sympathiques. Een refermant ce livre, on a qu’une hâte… Avoir un week-end prolongé pour partir en famille  au château du Clos Lucé, près d’Amboise, dédié à Léonard de Vinci et dans lequel on trouve, entre autrse, des maquettes de ses inventions. Un bonus sur le site de l’éditeur Poulples fictions permet de compléter nos informations par des vidéos et autres infos diverses. Un petit coup de coeur, je me suis régalée à lire cette biographie qui est tout sauf austère, on apprend plein de choses sans s’en rendre compte !

Et un immense merci à Cécile Alix pour nous avoir dédicacé le livre ! J’ai ha^te de découvrir d’autres titres de cet auteur.

Un nouvel éditeur à ne pas hésiter à acheter pour les CDI, les romans édités ont tous beaucoup de succès ici.

Contagion

Emma, Tess Corsac

9791090685161-753x1024Dans un futur pas si lointain, l’humanité a été ravagée par un virus hautement contagieux du nom d’Emma. La population mondiale s’est vu réduite à peau de chagrin et les survivants tentent par tous les moyens de se protéger des personnes infectées. Impossible, dans cet univers revenu à un mode de vie quasi moyenâgeux, de faire confiance à qui que ce soit. Difficile en effet de distinguer les êtres en bonne santé de ceux que l’on nomme les moissonnés. Seule une marque sur le front permet de les différencier mais on ne peut même pas toujours s’y fier… C’est dans ce monde chaotique, dans un village apparemment préservé de l’infection, qu’a grandi Azur. A 15 ans, elle doit, en compagnie de son ami de toujours, Basile, se faire tatouer sa première marque prouvant sa bonne santé. Mais le chemin vers le centre médical sera semé d’embûches et une bien mauvaise surprise attend les deux amis à leur arrivée…

Voilà un roman d’anticipation dystopique fort bien mené, qui livre des réflexions profondes sur la question de l’humanité, sur notre rapport à l’autre et nos peurs les plus profondes. La jeune auteur, Tess Corsac, n’a que 19 ans mais nous offre une approche allégorique très pertinente de la société. L’univers quasi post-apocalyptique dans lequel elle fait évoluer ses personnages est peint avec finesse et surtout les rapports humains sont analysés avec subtilité ce qui permet une critique constructive des travers de notre société. J’ai vraiment pris plaisir à ce qui est aussi un récit d’apprentissage riche en rebondissements et j’attends avec impatience la probable suite que laissent les dernières lignes pleines de suspens de cet ouvrage. Coup de cœur pour ce livre qui plaira aux ados à partir de 13-14 ans et à leurs parents.

Et si…

Pas bête(s), de Christophe Léon

Pas bête(s) !Et si une poule pondeuse, élevée en batterie dans un « studio » de 46 x 51 cm, loué à prix d’oeufs, nous livrait ses pensées ? Et si, dans un zoo, la visite nous laissait à voir des espèces d’animaux très particulières  ? Et si un mouton cherchait à prendre le pouvoir sur le troupeau et imposer sa dictature ? Et qui sont réellement les cafards ? Et comment faire sa place dans le monde des finances lorsque l’on est un jeune diplômé de 23 ans tout juste sorti de l’école ? Et si l’on visitait une ferme ultramoderne où la rentabilité est le maître-mot et où l’on prend en compte de manière très relative le bien-être des animaux très particuliers qui y sont  élevés ? Et si un chien de chasse à la retraite est mis au rebut par son maître suite à sa participation à un jeu de télé-réalité… Et si la boucle était bouclée et que la poule du début rencontrait le chien de la dernière nouvelle ?

Des histoires à faire frémir, plus cinglantes les unes que les autres, au ton à la fois grave, caustique et humoristique, où celui qui se comporte le plus comme un animal n’est pas forcément celui que l’on croit.  Ces nouvelles font réfléchir profondément le lecteur sur la place de l’animal dans notre société, et surtout sur les relations entre l’homme et l’animal… Dans le ligne éditoriale de sa collection Rester vivant, cet ouvrage fait partie de ces littératures engagées qui permettent d’ouvrir le débat avec des élèves, en particulier dans la thématique Informer, s’informer, déformer, au programme de français de 4e :  l’élevage industriel et ses dérives, la télé-réalité et son pouvoir, les relations entre l’homme et l’animal, le comportement animal de l’être humain dans certaines circonstances, le zoo pour préserver les espèces menacées, etc. Des sujets d’actualité, sujets parfois à controverses, qui permettent des discussions riches.

Ce recueil réunit des nouvelles déjà publiées dans deux ouvrages différents chez le même éditeur : Pense bêtes et Bêtes de pensée.

 

Femme de l’ombre

La marraine de guerre, de Catherine Cuenca

marraine de guerre.jpg

Etienne a 22 ans. Il essaie de rester en vie, de sauver son pays, de survivre dans les tranchées. Nous sommes en novembre 1916 dans l’Est de la France. Les combats sont atroces, les hommes progressent dans la boue, dans le sang. Le moral est au plus bas. Essayer de résister sans dormir, en mangeant peu, au milieu des cadavres et de la saleté. Penser à ses proches qui souffrent et tremblent de les savoir à chaque instant aux portes de la mort …..Etienne tente de tenir et ne comprend pas toujours pourquoi il doit tuer, pourquoi cette guerre. Il voit mourir ses camarades, il n’en peut plus. Etienne est jeune, innocent, sa place n’est pas dans ces tranchées, au milieu de tant de barbarie !

Est-ce vraiment dans cette direction que je devrai envoyer mes balles, pour abattre tant d’hommes innocents?  » Oui, il le faudra « , pense Etienne. Pourquoi ? Parce que sinon, c’est moi qui mourrai. Pourquoi ne pas mourir ? Parce que l’espoir idiot me tient que la guerre finira un jour et que je pourrai encore profiter de la vie.

Et pourtant le quotidien est moins dur depuis qu’il échange une correspondance avec une femme qui a accepté de devenir sa marraine de guerre. Elle lui envoie des lettres de réconfort avec des colis qu’Etienne partage avec ses amis. Le jeune soldat s’est attaché à elle, il puise ses forces dans l’écriture. Il se fait gentiment chahuter par ses camarades mais qu’importe, Marie-Pierre l’apaise.

Cher Etienne,
Je vous envoie quelques provisions, en espérant qu’elles vous parviendront intactes. Comme j’aimerais que Noël soit une trêve qui vous redonne force et espoir ! Je prie chaque jour pour vous. Quoi qu’il advienne, écrivez moi. Je vous embrasse affectueusement.
Marie-Pierre

Il ne sait pas grand chose d’elle, elle habite Saint-Etienne et s’appelle Marie-Pierre. Son souhait le plus cher serait de la rencontrer. Mais cette saleté de guerre lui laissera-t- il le temps d’aller la voir ?

La marraine de guerre est un témoignage poignant du calvaire des soldats. Le lecteur est en immersion dans les tranchées avec ces hommes. C’est un roman très réaliste qui met en avant le ressenti des poilus de 14-18 exposés à de terribles combats. Une véritable « boucherie » …. la vision de l’horreur s’agrandit de jour en jour, c’est à la limite du supportable. Le récit est entrecoupé des lettres échangées entre Etienne et Marie-Pierre ce qui permet au jeune engagé, ainsi qu’au lecteur de souffler entre deux combats. Ce récit met en avant aussi le rôle important de toutes ces femmes qui ont soutenu les soldats. D’une certaine façon, elles aussi ont fait la guerre.

Enregistrer

Eden à l’Hayden

L’Hayden, 1. Le secret d’Eli, de Julie Muller Volb

l-hayden-le-secret-d-eliMila vit sous la tutelle de sa soeur Elisabeth depuis le décès de son père. Pour subvenir à leurs besoins, elles viennent d’ouvrir des chambres d’hôtes dans leur maison familiale. Alors que d’étranges incendies se déclarent aux quatre coins de la ville, le lycée de Mila est pris pour cible par le pyromane. En cherchant à secourir son amie Zoé des flammes, Mila croise le chemin et tombe sous le charme d’un séduisant pompier, Jeremiah. Qu’elle n’est pas sa surprise, le soir même de découvrir que Jeremiah est le premier client de leurs chambres d’hôtes et vit donc sous son toit. Pourtant, son comportement vis-à-vis d’elle ne manque pas de la déstabiliser : de froid, distant, impénétrable à souriant et chaleureux… Mila ne sait plus sur quel pied danser… Mais bientôt, d’étranges phénomènes vont se produire qui vont briser la tranquillité de son quotidien. Qui est véritablement Salomé, cette soi-disant amie recueillie blessé par sa soeur Eli ? et que signifie cet étrange tatouage sur la cheville d’Eli et pour lequel elle refuse de donner des explications ? Que mijotent Eli et Jeremiah dans son dos ? Pourquoi M. Tanek, le notaire de famille, rôde-t-il autour de la maison ? Que signifie cet étrange collier légué par son père ? Et surtout, où Eli  part-elle, sans préciser de date de retour et en prenant le chemin de la forêt. aidée de son ami d’enfance, Liam, Mila va chercher des réponses à toutes ces questions et  ce qu’elle découvrira l’emmènera au pied d’un saule rose, étrange et féérique.

Un premier tome d’une saga fantasy qui a reçu le prix de l’imaginaire Nouvelles plumes 2017.  Un premier roman prometteur malgré quelques ressorts narratifs un peu éculés et quelques coquilles laissées à la trappe de la relecture. Divisé en deux parties bien distinctes, on s’immerge dans un premier temps dans le quotidien de Mila, ses relations extérieures, son environnement familial, ses questionnements amoureux. J’y ai, personnellement trouvé quelques longueurs,  en particulier dans la relation entre Mila et Jeremiah (mais cela ne manquera probablement pas de plaire à nos adolescentes). La deuxième partie, qui se situe dans le monde parallèle est plus riche. On y découvre un monde dont certains aspects resteront prévisibles pour les lecteurs aguerris du genre, mais avec des trouvailles originales  et des rebondissements inattendus. Un intéressant mélange de genres fantasy, action, suspens, romance qui devrait satisfaire un bon lectorat dès la 3ème. La fin  nous incite forcément à attendre les révélations du tome 2 !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Survie en forêt

Alabama Moon,  de Watt Key

zoomAnnées 80. Depuis sa naissance, Moon, 10 ans, vit seul avec son père dans la forêt d’Alabama, en autarcie, loin des hommes et de la société. Son père lui a tout appris pour survivre, mais Moon ne sait rien de la vie en société, à part qu’il faut être contre le gouvernement. Alors, quand son père se casse la jambe et refuse de voir un médecin pour se faire soigner, Moon fait ce qu’il peut… Cela ne suffira pas, et Moon se retrouve bientôt seul. Recherché pour être placé, il refuse de se laisser faire. Avant de mourir, son père lui a donné comme consigne de rejoindre l’Alaska, là où il y a des gens comme eux… Va-t-il aller au bout de ce projet ? Et si son père se trompait ? S’il existait une autre vie, entouré d’amis ?

Ce récit est l’histoire poignante d’un garçon livré à lui-même,  qui se croit libre mais qui est enfermé dans les préoccupations des adultes. Son père, vétéran du Viet-Nam voue une haine terrible contre la société et le gouvernement en particulier. Jusqueboutiste, il impose à son fils un mode de vie, sans lui laisser le droit de choisr, sans lui donner les armes pour s’intégrer dans la société si cela devient son choix. Moon, pourchassé, étiqueté comme dangereux va néanmoins avoir la chance de rencontrer des personnes qui vont l’aider. il va apprendre ce qu’est l’amitié, un sentiment qu’il ne connaissait pas et qui va le rendre plus fort. Le personnage de Moon est particulièrement réussi : cet « étranger » au monde est un être attachant, perdu dans une société dont il ne connaît pas les règles, très mûr pour son âge tout en gardant une vraie naïveté ; un personnage complexe dur et tendre à la fois.

Le coup de coeur de mon neveu dans ses années collège.

Ce roman a fait l’objet d’une adaptation cinématographique en 2009.