Le magicien d’OS, de Eric Sanvoisin

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Le mariage de la princesse Rune et du prince Lunn est éblouissant, magnifique, extraordinaire, resplendissant, merveilleux, hors du commun… Mais tout est gâché lorsque le prince reçoit une balle perdue en plein cœur. Il meurt avant même de toucher le sol…
La princesse est anéantie. Comment pourra-elle vivre sans son amour, sa moitié ? Son astrologue lui parle alors du magicien d’OS, un magicien qui aurait le pouvoir de ressusciter son prince… Rune part à sa recherche et le trouve. Le magicien d’Os accepte de faire revivre son amour… à une condition…. elle doit rester avec lui dans son manoir très étrange (on dirait presque qu’il est vivant !!!)… POUR TOUJOURS !!! Rune accepte sans réellement imaginer les conséquences…

J’ai beaucoup aimé ce livre que j’ai lu d’une traite ! Pourtant, en découvrant le résumé, le titre et la couverture, je n’avais pas vraiment envie de le lire parce que ça n’avait pas l’air d’être spécialement mon genre de lecture.  Je l’ai essayé (comme quoi, c’est bien de sortir parfois de ses habitudes !), et j’ai vraiment beaucoup aimé. C’est un conte d’amour noir, moderne et fantastique. C’est un conte à fin ouverte, qui nous laisse deviner ce que vont faire les héros du texte… Je le conseille !

Rune avait fait son choix. Personne ne lui prendrait son époux. Personne. Pas même la mort.

Eléa, 5ème – membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Cet ouvrage des éditions Balivernes est un objet d’une grande beauté, ce qui ne gâte rien à l’histoire originale et surprenante, conte revisité de la Belle et la Bête entre autres. Tout est de qualité : ruban marque-page, tranches du livre noires, trou dans la première de couverture pour  faire lien avec l’illustration intérieure.  Les illustrations en noir et blanc de Gilles Francescano donnent d’ailleurs  toute sa profondeur au récit. 

 

Le tour du monde des contes, de Gilles Bizouerne et Fabienne Morel

Quatre grands contes sont le point de départ  de ces 18 histoires :  Les trois petits cochons, Les musiciens de Brême, Le lièvre et la tortue et Tom Pouce.

 

A travers différents pays, les versions de ces contes classiques varient : les trois petits cochons et le loup deviennent un renard et trois poules ; le lièvre et la tortue, un renard et un escargot… Nous voyageons ainsi en Angleterre, en Chine, en Inde, en Roumanie, au Maroc, en Allemagne, au Japon… pour notre plus grand plaisir.  Car il est très agréable et enrichissant de découvrir des contes inscrits dans notre imaginaire collectif depuis l’enfance dans des variantes extraordinaires, où les animaux ont toujours une place d’importance et où la solidarité, l’intelligence, la débrouillardise et le courage permettent aux plus malins de se sortir de tous les mauvais pas. 

Comme pour l’ouvrage de la même collection : Les Belles, chaque série  de contes est illustré par un illustrateur différent : Vanessa Hié, Marion Jeannerot, Charlotte des Ligneris, Rémi Saillard ont mis la main à la patte pour égayer ce très bel ouvrage qui ravit les enfants lors de la lecture du soir. 

Découvrez sur le même principe également l’album : Les histoires de Barbe bleue racontées dans le monde

 

Momo, de Michael Ende

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog. 

Momo est le personnage principal de cette histoire. C’est une jeune orpheline qui s’est enfuie de son orphelinat et a trouvé refuge dans un lieu étrange oublié de presque tout le monde : « au sud de cette ville, là où commencent les champs, où maisons et baraques se dégradent, un petit amphithéâtrre en ruine se cache dans un bois de pins ». Elle rencontre un vieux balayeur de rues, Beppo et un jeune homme très bavard, Gigi.  » On peut avoir beaucoup d’amis, mais ceux qui vous sont vraiment proches, ceux que vous aimez le plus sont en général peu nombreux ». Pourtant, bientôt, elle devra fuir des hommes habillés de gris, des agents de la « Caisse d’épargne du Temps ». Va-t-elle réussir à les semer et les empêcher de faire du mal  ? 

La seule chose qui importe dans la vie, poursuivit l’homme, c’est de réussir, de devenir quelqu’un, de posséder quelque chose. Quand on va plus loin que les autres, quand on devient plus important et plus riche qu’eux, le reste vous vient naturellement : amitié, amour, considération.

Momo va-t-elle croire en ces paroles ?

 

J’ai beaucoup ce livre car on suit l’histoire de l’héroïne, on la suit dans ses aventures. Je me suis vraiment attachée aux personnages. C’est une aventure pleine de rebondissements, une très belle histoire sur l’amitié qui permet de prendre conscience de la notion du temps et qu’il est plus important d’aimer les autres que d’avoir du pouvoir sur eux. 

Un livre que j’avais lu et que j’ai demandé à faire acheter au CDI tellement il m’avait plu. 

Mina, 5ème – membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Une sorte de conte philosophique à lire à plusieurs niveaux, adolescents ou adultes car les thèmes de réflexion sont riches et nombreux. Une jolie histoire originale qui, malgré sa date d’écriture – 1973, n’a pas pris une ride.

L’alchimiste, de Paulo Coelho

Quête perpétuelle du bonheur

img071.jpg

Santiago est un jeune berger espagnol. Il est solitaire et adore la lecture. Sa vie n’a rien d’extraordinaire. Un jour, il décide de tout quitter, sa famille, son métier, son pays. Pourquoi ce départ si soudain ? Tout part d’un rêve qu’il a fait deux fois. Santiago a rêvé d’un trésor qui serait enfoui au pied des pyramides. Il part à sa recherche et commence alors pour lui un véritable pèlerinage semé d’épreuves. Il va faire des rencontres très instructives qui vont lui permettre de se remettre en question, de réfléchir sur ce qui est important dans l’existence et d’écarter toutes les futilités. Il apprend qui il est. Santiago va beaucoup voyager et c’est plus une quête de soi que la recherche d’un trésor. Toute sa richesse sera en fait dans son cœur. Et puis un jour, alors qu’il est dans le désert il va faire la connaissance de l’Alchimiste qui va l’aider à aller au bout de son rêve.

Beaucoup de spiritualité dans ce récit que j’apparenterais à un conte philosophique. Le parcours de ce berger est un peu celui des pèlerins qui empruntent le chemin de Compostelle. Un retour sur soi, être à l’écoute des autres, être attentif aux signes que peut nous donner la vie. Un peu simpliste pour moi et naïf aussi. Le message est d’aller à l’essentiel, partir, changer de vie en écartant tout ce côté matériel imposé par la société. La religion reste aussi en toile de fond. L’auteur évoque beaucoup Dieu. Paulo Coelho nous invite à suivre nos rêves sans hésitation, à écouter notre cœur. Pour lui ce qui freine l’humain, c’est la peur de l’échec. Personnellement, j’aurais du mal à tout quitter, à partir en écoutant simplement mon cœur sans savoir où tout cela me mènerait. La prise de risques doit être calculée, je pense. Et puis attendre un signe du ciel, oui …pourquoi pas… mais là encore ça risque d’être long ! Tout ça n’engage que moi, je précise ! Serais-je passé à côté de quelque chose ? Et vous, chers lecteurs, pourriez-vous me laisser des commentaires pour me donner votre avis ?

Le gentil petit diable et les autres contes de la rue Broca, de Pierre Gripari

Au 69 rue Broca..

diable.jpg

Pierre Gripari prend un grand plaisir à détourner les caractères des personnages. Les niais ne sont pas aussi bêtes qu’ils y paraissent et les méchants peuvent avoir du cœur. Bref, les codes sont bouleversés, les personnages sont révélés sous de nouveaux visages. Pierre Gripari nous présente six contes qui permettent de retomber en enfance pour certains ou de découvrir des classiques pour d’autres. Des contes qui font partis des Contes de la rue Broca et qui mettent en scène, entre autre, un gentil petit diable qui habite l’enfer et qui a le malheur de ne pas être méchant. Il veut faire du bien autour de lui, au grand dam de ses parents. Au fil de la lecture, nous ferons la rencontre d’une patate bien singulière puisqu’elle va tomber amoureuse, nous irons sur une île lointaine chez le prince Blub qui a l’intention depuis toujours d’épouser une sirène et nous croiserons le chemin du cochon qui a avalé l’étoile polaire. Autant de personnages que de situations fantaisistes. Alors, si vous aimez l’originalité, l’imaginaire, les belles morales et l’humour, faites un détour par la rue Broca !

Les contes du chat perché, de Marcel Aymé

 La ferme enchantée…chat

Je ne peux pas commencer cette chronique sans vous faire part du sentiment qui m’enveloppe rien qu’à l’évocation du titre. Me revoilà plongée dans mes années collège, en 6ème. Les contes du chat perché a été la première œuvre étudiée en classe, une belle rencontre avec Delphine, l’aînée, et Marinette, la blonde. Deux sœurs qui ont «le pouvoir» de discuter avec des animaux dotés de la parole. Et ce petit détail n’a l’air d’étonner personne. Les parents détestent les bêtes et sont très sévères avec leurs progénitures. Les deux fillettes ont un chat Alphonse, qui sera une carte maîtresse pour elles dans les moments difficiles. Alors qu’elles ont cassé un plat, elles sont envoyées chez leur tante, une femme odieuse, méchante. Alphonse, qui d’un passage de patte derrière les oreilles déclenche la pluie, va provoquer un véritable déluge pour qu’elles repartent chez elles. Mais ce changement de temps va détruire les récoltes et les parents qui rendent le chat responsable, veulent le noyer. Alphonse va souvent mettre en garde les fillettes mais elles soupirent en se disant qu’à l’écouter, elles ne feraient jamais rien. Parfois, il est de bon ton de tenir compte des conseils. Tous ces animaux qui peuplent la ferme, vivent dans la crainte de passer à la casserole. Ils changent au fil des contes, certains partent, meurent ou sont mangés. Ils n’hésitent pas à aider Delphine et Marinette et vont même les remplacer dans leurs taches. En effet, les enfants vont à l’école mais doivent participer activement aux travaux de la ferme. Pourtant, elles préfèrent s’amuser avec les animaux, ce qui n’est pas du goût des parents.

Les Contes du chat perché regorgent d’humour. Les animaux parlent et peuvent dialoguer avec les humains. Les situations sont cocasses dès que les parents s’absentent. La ferme familiale devient alors un terrain de jeu, un vrai théâtre. Delphine et Marinette sont pleines d’imagination, ce qui parfois leur joue des tours. Marcel Aymé, sans être moralisateur, transmet des messages sur la justice, la différence, la nature, la tolérance envers les animaux, avec des enfants plus à l’écoute que les adultes. On notera aussi que souvent dans les contes, tout est beau, mais là l’auteur montre aussi que la vie n’est pas si simple. L’écriture est facile à comprendre, amusante et s’adresse autant aux enfants qu’aux adultes.

Ces nouvelles réunies dans ce recueil sont parfois divisés en deux tomes : Les contes rouges du chat perché et Les contes bleus du chat perché.

Contes pour enfants pas sages, de Jacques Prévert

Et si les animaux prenaient le pouvoir ?

jacques p.jpg

Contes pour enfants pas sages est un recueil de petites histoires d’animaux. Jacques Prévert met en scène des animaux qui n’ont pas peur de parler. Ils crient haut et fort pour dénoncer la cruauté du monde adulte et défendre les enfants. Chaque conte fait réfléchir et malgré un ton léger, le lecteur découvrira des sujets graves et sérieux comme l’esclavage, l’abandon des enfants, le racisme… Jacques Prévert attaque les hommes à travers la parole des bêtes. L’humour et la fantaisie restent néanmoins présent pour dresser le tableau d’un monde de folie, un monde pas sage du tout !