Une histoire de dragons, d’Edvin Sugarev – ill. Sylvie Kramer

Une histoire de dragons, d’Edvin Sugarev – ill. Sylvie Kramer

Réveiller le dragon qui sommeille en nous…

Une histoire de dragonsLorsque Vlad n’obéit pas, sa famile le menace de l’arrivée d’un dragon qui l’emmènera…

-Papi, pourquoi le dragon ne veut venir que dans ma maison, alors qu’il y a plein  d’enfants chez qui il pourrait aller ? demanda Vlad un jour.

Papi caressa sa barbe et répondit :

– Non, mon petit, il ne veut pas venir seulement dans ta maison. En vérité, chaque enfant a son propre dragon qui vient le voir à chaque fois qu’il se montre désobéissant.

Alors, Vlad devint sage et obéissant. Il arrêta de sauter dans les flaques d’eau, il se coucha à l’heure… Mais un jour, sous un buisson, Vlad découvre une petite créature, chétive, triste, maladive… Son dragon va vraiment mal…

Nous, les dragons, il n’y a que les bêtises des enfants qui nous font vivre. Plus l’enfant fait de bêtises et désobéit, plus son dragon croît et embellit. Ah ! si seulement tu avais été vif et entêté, je serai devenu énorme et ailé […]

Un conte bulgare superbe, idéal pour dédramatiser les bêtises des enfants. Car, en fait, la plupart d’entres elles sont sans conséquences et permettent juste de se sentir libre et soi-même. Les illustrations reflètent parfaitement cet univers merveilleux dans lequel évolue Vlad et son dragon… à l’insu de sa famille, naturellement ! Famille représentée de manière finalement bien plus monstrueuse que notre gentil dragon. Mais elle, y croit-elle seulement, à ce dragon ?

Ce petit livre à couverture souple, de la taille d’un catalogue d’éditeur (je dis ça car je viens de le découvrir au milieu des catalogues ramenés par mes élèves du Salon du livre de jeunesse de Montreuil parmi lesquels il était passé inaperçu jusqu’à hier !) est publié par une petite maison d’édition ELITCHKA, créée en décembre 2013, spécialisée dans la publication de contes et nouvelles d’auteurs bulgares. Une très jolie découverte et un grand merci à eux pour cet exemplaire spécialement dédicacé pour nous par le traducteur, Eli.

Au galop !

Histoires de chevaux et poneys illustrées

Voici le tout nouveau sorti de la collection de contes et de mythes des éditions Usborne. Cette fois-ci, le recueil réunit 17 histoires différentes mettant en scène des chevaux, pour le plus grand plaisir de nos lecteurs. Cet animal si populaire auprès des enfants, domestiqué il y a 6000 ans et qui apparaît dans de si nombreuses histoires ! Bien sûr, vous retrouverez des mythes connus, comme Pégase, le cheval ailé, mais ce recueil va surtout vous permettre de voyager à travers le monde, à la découverte de contes grec, norvégien, russe, écossais, chinois, italien, etc… A la fin de l’ouvrage, nous retrouvons la liste des textes avec les références des histoires dont ils se sont inspirés (par exemple, le premier : Le cheval qui parlait vient d’un conte allemand recueilli par les frères Grimm sous le nom de la Gardeuse d’oie).

L’édition est toujours de qualité, avec son marque-page ruban et sa couverture matelassée. Les textes proviennent de plusieurs auteurs différents et les illustrations sont originales.

A découvrir dans la même collection :  Mythes du monde entier illustrés et  Récits de l’Inde illustrés

Halloween et Noël main dans la main

L’étrange Noël de monsieur Jack, de Tim Burton

Version différente du roman de Daphné Skinner. Un conte décliné comme une poésie. On se laisse bercer par ces rimes qui nous transportent en douceur dans le monde de Jack et l’univers de Noël. Sur chaque double page, le texte accompagné d’une superbe illustration haute en couleur.

Super Jack

L’étrange noël de Monsieur Jack de Daphné Skinner

jack.jpg

Monsieur Jack est un squelette et voudrait ne plus faire peur. Que la joie et la bonne humeur soient partout ! Mais arrivera-t-il à être crédible ?

Il habite Halloween, une ville qui abrite nombre de créatures plus laides et plus impressionnantes les unes que les autres : des cadavres, des sorcières, des vampires. Tous se préparent pour la nuit d’Halloween, un vrai cauchemar !

Jack est triste, il est seul et marche sans trop savoir où il va. Il pénètre dans une sombre forêt et puis plus rien. Le trou noir. A son réveil, il ne reconnaît pas ce qui l’entoure. Se dresse devant lui un arbre, une porte s’ouvre et un tourbillon arrache Jack de sa stupeur …Où est -il ? Un paradis où tout semble paisible, beau, coloré, des maisons douillettes, des gens heureux…

Cette ville ne ressemblait pas du tout à Halloween. On y chante à tous les coins de rue. Partout, les lutins se lancent en riant des boules de cette chose blanche. Les arbres sont couverts de décorations brillantes et couronnés d’étoiles. A l’intérieur, de petites maisons douillettes où des gens sont réunis. Ils parlent, lisent, chantent, s’enlacent même et s’embrassent. Jack poursuivit son chemin, enchanté de tout ce qu’il découvre. Il remarque un autre fait étrange : aucun cri dans cette ville, rien que des rires et des mélodies.

De l’autre côté de ce paradis, le maire d’Halloween s’inquiète de l’absence de Jack. Mais où est-il ? Enfin Jack est de retour avec des projets plein la tête pour sa ville si austère. Il décide de convoquer tous les habitants pour leur expliquer qu’il est temps de laisser entrer la joie et la bonne humeur dans leurs maisons et d’abandonner tous ces masques lugubres et tristes. Arrivera-t-il à les convaincre ? Comment va-t-il s’y prendre pour faire changer toutes ces mentalités ?

Jack un personnage attachant, une bien belle histoire adaptée au cinéma par Tim Burton. Un livre facile à lire avec des photos couleur et des illustrations noir et blanc.

 

Un tour du monde des contes

Les Belles, les plus incroyables versions de Blanche-Neige, Cendrillon et La Belle et la Bête racontées à travers le monde, de Gilles Bizouerne et Fabienne Morel ;  Illustrateurs  :  Charlotte Gastaut, Delphine Jacquot, Peggy Nille

Le saviez-vous ? Blanche-Neige, selon Grimm ou Walt Disney, n’est qu’une des multiples versions qui existent de ce conte traditionnel, à travers le monde entier, de l’Irlande à l’Asie mineure en passant par l’Afrique. Parfois, c’est la maâtre qui est jalouse, mais parfois, il s’agit des soeurs ou de la prpre mère de Blanche-Neige. Parfois, c’est un miroir qui juge, mais parfois c’est le soleil. Parfois, ce sont les nains qui recueillent la jeune fille, mais cela peut être également des ogres ou des dragons. L’ouvrage ici nous présente 7 versions différentes, de Bretagne, Danemark, Niger, Ecosse, Louisiane, Grèce et Allemagne… où parfois la vengeance de Cendrillon contre sa marâtre est terrible !

De même, dans cet ouvrage, vous allez trouver 6 versions de l’histoire de Cendrillon, de Corse, mais aussi de Russie, Mexique, Tibet, Nigéria, Allemagne, où là, le schéma narratif reste le même : celui d’une jeune fille, orpheline de mère,  souillon maltraitée par sa mara^tre qui deviendra princesse. Puis 7 versions de la Belle et la Bête. Il s’agit là de versions encore différentes de celles présentées récemment dans l’ouvrage Les Histoires de Barbe-Bleue racontées dans le monde, des mêmes auteurs et édité chez le même éditeur  ! C’est dire comme ces contes sont riches et appartiennent à notre imaginaire collectif.

Les illustrations, faites par des illsutratrices différentes selon le conte présenté sont toutes magnifiques, colorées, et nous transportent dans ces histoires comme dans un voyage à travers le monde.

Un dossier très intéressant, plutôt destiné aux adultes, complète cet ouvrage pour apporter un éclairage plus profond sur l’historique, l’inspiration de chacun des contes présentés.

Un petit bijou d’album !

De l’ombre à la lumière

La verluisette, de Roberto Piumini

 

Résultat de recherche d'images pour "la verluisette"Madurer, 11 ans, est un enfant malade condamné à rester dans sa chambre. Le soleil, la poussière nuisent à sa santé, il ne peut donc plus sortir. Son lieu de vie doit également être dépourvu de fenêtres. Son père, le vizir Ganouan, est désespéré et décide de faire appel à un peintre, Sakoumat, pour embellir d’images et de couleurs les murs du palais. Madurer n’est pas un enfant triste, il est, malgré tout ce qu’il vit, plein de vitalité. Sakoumat va l’ouvrir sur un monde extérieur merveilleux qui va prendre vie du bout de ses pinceaux. L’artiste va faire entrer le côté de l’existence dont ne peut plus profiter l’enfant.

La Verluisette est un beau conte d’amitié entre un enfant dont la vie se résume aux murs de sa demeure et un peintre qui dévoilera toute sa magie d’artiste pour lui offrir un monde qui lui sera propre. Une belle leçon de vie pleine de poésie. Aujourd’hu , il existe une maladie rare qui contraint les enfants à ne sortir que la nuit car la lumière directe leur brûle la peau. La sortie de jour est un vrai parcours du combattant car ils doivent porter une combinaison comme celle des cosmonautes, seul moyen efficace de lutter contre les rayons ultra-violets. Comme Madurer, leur vie est compliquée mais ils font preuve d’une énergie et d’une volonté qui forcent l’admiration.

Anne ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir ?

Les histoires de Barbe bleue racontées dans le monde,  de Gilles Bizouerne et Fabienne Morel

Huit versions différentes, mais toujours un peu la même, réunies dans un seul recueil. Toujours un homme monstrueux qui tue ses épouses et les cachent dans un endroit interdit de sa demeure : Berbe-Rouge (Bretagne/France) ; L’armoire de l’ogre (Italie) ; La fille qui avait épousé un tigre (Inde) ; Le château maudit (Auvergne/France) ; Le cheval gris (Ecosse) ; La jeune fille et le serpent (Tchad) ; Abu Freywar (Jérusalem) ; et enfin La Berbe bleue (France, version de Charles Perrault).

Les illustrations riches et colorées rendent la lecture de cet album très agréable. La structure du récit est vraiment identique et les variantes ne changent rien au message transmis par le conte. Car un conte classique est toujours riche de plusieurs messages et a pour but de faire grandir le jeune lecteur vers l’adolescence et l’âge adulte (à lire pour les adultes : Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim, un recueil vraiment très instructif).

Comme l’a dit ma fille de 7 ans alors qu’on lisait ensemble à haute voix cet ouvrage : C’est toujours pareil mais en même temps c’est toujours différent !

Mon conte préféré : Abu Freywar, mais c’est apparemment celui qui est le moins accessible aux plus jeunes lecteurs.

Enregistrer