Un retour sur soi

Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, de Selma Lagerlöf

nils.jpg

Nils, gardien d’oies, est un mauvais garnement. Il est dur, égoïste, il n’aime pas les humains et tyrannise les animaux de la ferme familiale. En l’absence de ses parents, il fait la connaissance d’un lutin dont il se moque. Que n’avait-il pas fait là ! Il est alors ensorcelé pour devenir petit. Le voilà puni ! Les bêtes savent où habite ce lutin mais ne révèlent pas l’endroit à Nils qui voudrait se venger. Il est donc incapable de retenir un jars qui tente de s’échapper en apercevant dans le ciel un groupe d’oies sauvages. Nils s’accroche désespérément au cou de l’animal qui le transporte à travers les airs. Ainsi commence un parcours initiatique à travers la Suède. Le lecteur va se sentir tel un oiseau qui va contempler le monde vu d’en haut. Les Trolls, les lutins, les géants vont être présents tout au long de cette histoire fantastique, merveilleuse.

Nils va apprendre à changer et à devenir meilleur, au prix d’un grand voyage instructif qui va lui faire prendre conscience de ses erreurs passées. Il est heureux car il rencontre beaucoup d’animaux tels que des ours, des alouettes, des élans dans une très belle nature.

Un beau roman d’aventure qui nous fait découvrir la Suède, ses traditions, ses légendes.

Enregistrer

Enregistrer

Le Manoir – saison 2, l’exil : 1. Le collège de la délivrance, de Evelyne Brisou-Pellen

Le Manoir – saison 2, l’exil : 1. Le collège de la délivrance, de Evelyne Brisou-Pellen

Après l’envahissement des Gris au Manoir, Liam, Cléa et les autres sont obligés de partir, en laissant Raoul (malade on le rappelle), le Dr Roy et Léonidas garder le manoir. Ils arrivent à trouver un collège dont l’étage est fantôme. A l’entrée du collège, une petite fille fantôme attend sa mère et un homme attend son petits-fils. Liam va les aider… Mais qui a créé l’étage fantôme ?  Et comment aider les deux âmes en peine ? Nos aventuriers auront également une autre surprise dans l’étage fantôme.

Un livre incroyable qui change beaucoup des autres tomes, avec des nouveaux personnages très attachants. Et à la fin, un rebondissement inattendu.

Un tome coup de cœur pour une série dont on ne se lasse  pas malgré le nombre important de volumes.

Génial.

Chloé, 4ème – 13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Une vie entre les mains

Gaël et Dana : le poignard du sacrifice, de Isabelle Meyer

gael.jpg

Nous retrouvons Gaël et Dana enfin de retour au XXIème siècle. Petit rappel. Le père de Dana est conservateur dans un musée. La jeune fille et son ami Gaël aime flâner dans ce lieu chargé d’histoire. Mais il y a un inconvénient. Chaque fois que Dana touche un objet, elle est prise d’un malaise et la voilà de nouveau projetée dans une période historique très éloignée de la nôtre, emmenant Gaël avec elle. Depuis, elle est très réticente à se promener dans le musée, de peur que le phénomène ne se reproduise. Lors d’un week-end chez la tante de Gaël, les deux amis font une balade qui les conduit dans une grotte. Dana reste méfiante face à l’enthousiasme de Gaël. Elle se laisse convaincre et commence à arpenter les antres du gouffre. Alors qu’elle s’approche d’un petit ruisseau, elle est attirée par des cailloux scintillants. Elle en saisit un et aussitôt elle est prise de maux de tête, elle ne se sent pas bien et puis plus rien… Alors que Dana reprend ses esprits, elle se rend compte qu’elle a changé de lieu et qu’elle brandit un poignard de pierre. Une foule hurle, Gaël est devant elle, les mains liées. Que se passe-t-il ? Les gens lui ordonnent de tuer l’étranger. Dana est entrée dans le corps de Dahina, une jeune fille dont le compagnon a été tué. Gaël est l’homme qui doit mourir, il est l’assassin. C’est un vrai cauchemar, les voilà en l’an 5300 avant J-C, au temps de la préhistoire. La situation est critique car Dana doit sacrifier son ami.

On retrouve ici la même trame que dans le premier tome Gaël et Dana et le vase aux trois serpents. La mission est encore délicate pour les adolescents qui ne doivent pas modifier le cours de l’histoire pour s’en sortir. Dana peut toujours compter sur l’incollable Gaël pour trouver une solution. L’auteur nous enseigne toujours autant de choses de manière simple et très intéressante. Un bon moyen d’apprendre en s’amusant !

Et l’avis de Chloé, 4ème -13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène :

« Une suite palpitante, pleine de péripéties et de suspense avec une façon très originale de faire parler les personnages. J’ai hâte de lire le tome 3. »

 

Un parfum de bonheur

Caroline et les grandes personnes, de Suzanne Prou

caro.jpg

Ce sont les vacances pour Caroline. Elle est à la campagne, dans la grande maison familiale, c’est l’été, tout va pour le mieux. Enfin presque, car Caroline en a marre des grandes personnes et elle a décidé de se révolter. Il y en a beaucoup trop d’un coup cette fois. Entre ses parents, ses grands-parents, ses tantes, la femme de ménage, les amis, trop c’est trop ! C’est Caroline par ici, Caroline par là, fais ci, fais pas ça, reste tranquille. Mais que leur arrive t-il ? Tout a commencé au cours du repas. Caroline adore les desserts et au moment venu, elle s’est littéralement jeté sur les oeufs à la neige, en reprenant trois fois. Son père et sa grand-mère lui font remarquer son manque de politesse et Caroline explose de colère. Pourquoi n’aurait-elle pas le droit de manger comme elle veut alors que les adultes se servent comme ils l’entendent. Fâchée, elle court s’enfermer dans sa chambre. A ce moment là, elle entend la vieille pendule du couloir sonner. Elle adore son tic-tac, Caroline a l’impression qu’elle est vivante… d’ailleurs, elle l’appelle Chloé. Mais ce soir, Chloé est entrée dans sa chambre pour la consoler. Est-ce possible ? Est-ce un rêve ? Pas du tout, Chloé est près d’elle et lui demande d’arrêter de pleurer. En échange, elle lui dévoilera un secret sur les adultes. Caroline qui est très curieuse, sèche ses larmes. Mais que va lui révéler Chloé ?

Une pendule qui parle et qui nous emmène dans un univers fantastique pour faire comprendre à Caroline que dans chaque adulte il y a une part de l’enfance perdue. Les années passent mais il y a encore de la jeunesse dans nos cœurs.Caroline portera un regard neuf sur les adultes qui l’entoure parce qu’elle va mieux les comprendre.

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous avec le diable

Les nuits d’Halloween de Alain Surget

nuit.jpg

Une rencontre peut à jamais changer une vie mais Jack ne pensait pas que cela était possible à ce point. Un soir du 31 octobre, il entre dans une auberge. Il a faim mais n’a pas le sou. Le hasard fait qu’à une table voisine des hommes jouent aux cartes. C’est la passion de Jack qui se laisse convaincre par Beardy qui engage les parties. Gagner serait pour lui l’occasion de se payer le gîte et le couvert. La chance est avec lui, Jack dépouille Beardy. Celui-ci propose curieusement à son adversaire de remiser tout ce qu’il a gagné. Sûr de lui, Jack accepte. Mais c’est la catastrophe, il perd toute la fortune qu’il a amassée. Il veut se refaire mais n’a plus rien à miser. Beardy lui propose un deal plutôt étrange. Il demande à Jack s’il est prêt à jouer son âme. Mais comment peut-on perdre ou gagner une âme ? Existe t-elle seulement ? Beardy remporte le jeu et là, brusquement surgit dans ses yeux un regard diabolique, un rire moqueur, monstrueux qui fait vibrer les murs de l’auberge. Jack sait alors que Beardy est l’incarnation du diable. Il doit s’échapper. Commence alors pour Jack une vie de errance de village en village où les habitants le fuient comme la peste. Partout où il passe il est rejeté. Pourquoi tant de haine, tant de cris quand il apparaît. Jack retrouvera peut-être sa sérénité s’il trouve le moyen de récupérer son âme. En attendant, il essaie de survivre.

Un récit fantastique qui entraîne le lecteur dans une grande aventure pleine de suspens. On se prend de compassion pour le personnage de Jack, perdu et rejeté de tous. Il peut paraître sauvage et sombre mais il cache en fait une sensibilité. Cette histoire s’inspire de la légende de Jack Stingy, un homme riche qui un soir, a rencontré Satan dans un bar. Les Nuits d’Halloween font partie des récits qui nous font découvrir ce qui créa Halloween.

Enregistrer

Enregistrer

Un cœur à prendre

Le cœur de ma cousine, de Stéphanie Lebeau-Raisson et Yves Besnier

cous.jpg

Je m ‘appelle Nathan et dans ma famille nous sommes tous sorciers. Ma mère est une super sorcière mais moi je suis nul, nul, nul. Par contre, ma cousine Léonie qui vit chez nous est super douée, d’autant plus que maman lui donne des leçons. Alors forcément, elle joue sa crâneuse et me snobe. Je la déteste et j’avoue que je suis jaloux. J’aimerais avoir ses supers pouvoirs mais comment faire. Léonie a réussi une prouesse. Elle a sorti son cœur de sa poitrine. Trop épatant ! Forcément tout le monde est admiratif sauf moi. J’ai la rage, pourquoi elle et pas moi ? Alors si j’arrive à lui voler son cœur et à l’avaler, j’aurai tous ses pouvoirs ! Je suis trop fort. Allez c’est parti, je vais mettre mon plan à exécution. D’abord, je vais devoir trouver où elle le cache. Coucou les amis, il faudra m’aider et me soutenir car ce ne va pas être simple.

Je dois dire que l’histoire m’a un peu surprise par le fait que l’auteur ait fait manger un cœur à notre jeune héros, c’est peu commun pour une lecture jeunesse ! Au delà de ce détail, le thème de la jalousie et de  ses conséquences est abordé de manière amusante et pleine d’humour. Jusqu’où peut-on aller quand on ressent de la rancoeur ? Il faut savoir apprendre à connaître les personnes qui nous entoure et prendre conscience qu’un excès de jalousie peut avoir d’énormes conséquences. Nathan va en faire la triste expérience et ses actes vont l’entraîner dans une série de catastrophes dont il ne parviendra pas à se sortir seul. Le personnage de la grand-mère est génial. Léonie n’est pas si terrible que ça, elle est même très attachante. Nathan est un super héros qui emmène le lecteur dans une aventure extraordinaire. Les illustrations en noir et blanc sont excellentes et  donnent du  rythme  au texte.

Enregistrer

Aurélie et son secret, Sabine du Faÿ

Aurélie et son secret, Sabine du Faÿ

Aurélie, jeune adolescente au côté garçon manqué, est pleine de vie, un peu trop, au goût de ses parents, farfelue, dynamique et très très maladroite. Quand Aurélie approche, la catastrophe n’est pas loin. Entre une mère psychologue et un père médecin, pas facile pour elle de se laisser aller. Elle a une sœur jumelle, Henriette, et un frère, François, qui la trouvent trop bizarre. Aurélie s’est toujours sentie en contradiction avec son entourage et ceci depuis son plus jeune âge. Ses parents ne comprennent pas toujours comment elle fonctionne et particulièrement sa maman qui s’arrache les cheveux à chacune de ses nouvelles élucubrations. Bref, une atmosphère très tendue règne à la maison occasionnant beaucoup de disputes au sein du couple.

Un jour, alors qu’elle est dans la salle de bain, Aurélie va faire une découverte qui va la rendre radicalement différente des autres. Elle ne peut pas en parler et doit porter un lourd secret qui la terrorise. Mais lors d’un séjour chez ses grands-parents, elle finit par se confier à sa grand-mère qui va lui révéler elle aussi partager le même fardeau. Celle-ci lui dit que le moment venu, quelqu’un lui montrera le chemin pour être délivrée. Que de mystère !

Sabine du Fay nous entraîne dans le merveilleux et le fantastique. Le sujet peut paraître intéressant mais le final m’a laissée un peu sur ma faim. En effet, on découvre ce qui arrive à Aurélie assez tôt. Surgissent beaucoup de mésaventures qui provoquent des phénomènes liés directement au secret d’Aurélie. Quelques chapitres avant la fin, la jeune fille commence à entrevoir la fin de ses interrogations puis plus rien. Il aurait été génial d’en connaître plus sur la particularité d’Aurélie, de savoir pourquoi sa vie va être bouleversée  et dans quel but.  C’est dommage. Notre petite héroïne est néanmoins très attachante, toujours de bonne humeur et prête à aider ceux qui en ont besoin. L’histoire reste originale et plaira aux jeunes lecteurs.