Disparition d’un prince

Le secret du quai 13, de Eva Ibbotson

quai.jpg

Londres, la gare de King’s Cross,  quai numéro 13… Dans la salle d’attente se trouve une porte secrète qui donne accès à un tunnel qui mène à une île fantastique, le pays des brumes soudaines où vivent fées, lutins, sorcières. Une vie parallèle à celle des humains, une vie qui peut changer tous les neuf ans, pendant neuf jours …. En effet, le tunnel s’ouvre et laisse entrer ces créatures fantastiques qui peuvent visiter Londres, s’y installer. Mais il faut être vigilant et revenir dans les délais, passés ces neuf jours c’est trop tard !

Cette île est gouvernée par un roi et une reine qui ont un bébé. Alors qu’il n’a que trois mois, ses trois nounous décident de l’emmener à la découverte du monde « réel » et de profiter de l’ouverture du tunnel pour partir à l’aventure. Mais le séjour tourne mal car le prince disparaît. Il est kidnappé par une riche et détestable femme en manque d’enfants. Le tunnel se referme pendant neuf ans… Le pays des Brumes Soudaines est inconsolable. Les parents accablés de chagrin, décident de préparer une opération sauvetage pour la prochaine ouverture du tunnel et nommer une équipe de sauveteurs dont la mission sera de ramener le prince dans son royaume.

Plein de fantaisie et d’humour pour un merveilleux conte. Eva Ibbotson a su créer un univers plein de magie et de légèreté dans lequel on se laisse doucement emporter. De gentils monstres, une adorable sorcière dont le caractère bien trempé la rend particulièrement attachante, voilà tous les éléments d’un bon moment de lecture. Un roman magique qui lie réel et fantastique.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La trilogie des gemmes, 2. Bleu saphir, de Kristin Gier

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

La trilogie des gemmes, 2. Bleu saphir, de Kerstin Gier

Rouge Rubis - Rouge Rubis, T2Gwendolyn ne fait pas confiance aux membres du Cercle. Etre une Veilleuse du temps ne lui plaît pas vraiment, c’est même un fardeau pour elle. Mais bientôt, Gwendolyn, aidée de Leslie, sa meilleure amie, va rallier le beau Gidéon DeVilliers à sa cause, découvrir des secrets longtemps enfouis et rencontrer lors d’un voyage dans le temps, son grand-père. Pourra-t-elle avoir uen relation avec Gidéon ? Les secrets ne seront-ils pas de trop ? Le Cercle arrêtera-t-il efnin ses sombres manigances ?

J’ai beaucoup aimé ce deuxième tome – tout comme le premier, d’ailleurs !- Nous sommes attachés au personnage de Gwendolyn qui, malgré ses aventures extra-ordianires, nous ressemble, nous adolescents. Ce livre se lit très vite tant on veut savoir si l’histoire d’amour entre nos deux héros va se concrétiser et s’ils vont s’en sortir. Du suspens, des secrets, de nombreux rebondissements nous tiennent en haleine jusqu’à la fin de ce deuxième tome de la trilogie. Un livre vraiment génial que je conseille à tout le monde, malgré son grand nombre de pages. Et pour les plus petits lecteurs, sachez qu’une adaptation cinématographique a été réalisé en 2014 par Felix Fuchssteiner et Katharina Schöde; Si vous l’avez vu, n’hésitez pas à nous poster un commentaire pour nous dire si le film est bien et fidèle au livre !

Johanne, 3ème – 14 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

 

Tugdual, 3. La Terre des Origines, de Anne Plichota et Cendrine Wolf

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Tugdual, 3. La Terre des Origines, de Anne Plichota et Cendrine Wolf

Les habitants paniquent : des lueurs étrnages surgissent dans la nuit, au dessus de leur ville de Serendipity. Serait-ce des « visiteurs » extra-terrestres et non des véhicules militaires comme supposé au départ ? Pourtant, les propos des autorités se veulent rassurants… Mais notre trio, Tugdual, Mortimer et Zoé, va découvrir d’où ils viennent réellement et ils devront faire des choix. Mais tout se complique. Zoé se fait enlever, Tugdual et Mortimer doivent la sauver sans que l’Ordre ne découvre qui ils sont et ce qu’ils font. Edéfia aussi est en danger et Oksa, que l’on retrouve avec plaisir dans ce tome, doit s’en mêler. Notre trio va-t-il s’en sortir ? Qu’adviendra-t-il d’Edifia et de la planète Terre ? Tugdual pourrat-il rester avec Victoria ? Mortimer avec Josh ?

Un tome décalé par rapport aux précédents : les deux auteures changent totalement de style et nos héros changent de monde. On entre dans un monde de science-fiction pur, avec une histoire réellement bizarre. Un dernier tome qui conclut cette série : nous avons les réponses à nos questions et nous quittons ce monde avec regret, même si j’ai moins aimé ce tome que les précédents ! Plus violent aussi, je le conseille aux lecteurs aguerris.

Johanne, 3ème – 14 ans, memebre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Tugdual, tome 2. Les serviteurs de l’Ordre, de Anne Plichota et Cendrine Wolf

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Tugdual, tome 2. Les serviteurs de l’Ordre, de Anne Plichota et Cendrine Wolf

Tugdual, Zoé, Mortimer et Barbara se remettent doucement de la mort d’Abakoum. Depuis la découverte de l’Ordre, les trois adolescents se posent de nombreuses questions. Qui sont-ils ? La petite ville de Serendipity est-elle un lieu sûr ? Doivent-ils rester sur leur garde ? Zoé a du mal à se contenir et sa violence est grandissante et la domine. Mortimer va va voir son monde changer… serait-ce grâce à Josh ? Tugdual, quant à lui, aime Victoria mais les fantômes de son ancienne vie le hante. Serendipity serait-elle donc un mystère sans fin ?

Encore une fois, les auteures nous impressionnent avec leur plume. L’histoire tient la route, malgré à mon avis quelques moments qui dispersent l’histoire. On se rapproche des personnages et du groupe fraternel et musical qu’ils forment. L’histoire prend une tournure vraiment mystérieuse et on a hâte de lire la suite.

Planète bleue en danger

Koboltz, tome 1- mission Uluru, de Benoit Grelaud

mission.jpg

Quels drôles de bonhommes, ces Koboltz. Pas plus de 8 cm de haut mais une volonté à toute épreuve ! Un petit peuple qui vit sous terre et qui s’est donné pour mission de protéger la planète. Entre leur vie souterraine et leurs missions de sauvetage, les Koblotz ont une vie trépidante. Ils ne mangent pas d’animaux et cultivent leurs fruits et leurs légumes sans produits chimiques et traitent leurs déchets. La surface de la terre est devenue invivable, les hommes n’ont de cesse d’inventer des machines et des produits qui polluent la planète ! Alors, quand les humains décident de créer un nouvel insecticide, c’est la révolution. Les Koboltz partent en guerre pour compromettre cette invention. Ils vont avoir besoin de l’aide de Rakiriko, un ancien Koboltz banni de son peuple depuis quelques années, mais qui sait comment se rendre invisible aux yeux des humains. Rakiriko qui a été rejeté, acceptera-t-il de les guider ? Vont-ils réussir à mettre leur plan d’attaque à exécution sans se faire voir ? Nous allons suivre Elmione, Alvyanne, Tammpo, Klayni et Mananann, de gentils petits défenseurs de la planète dans un périple plein de rebondissements !

Le fil conducteur de ce récit est la protection de l’environnement, sujet sensible qui est plus que d’actualité. Tout le monde doit se sentir concerné et adopter le bon comportement pour sauvegarder la planète. Koboltz nous apprend beaucoup de choses et nous fait réfléchir sur nos actes au quotidien.

Les personnages sont tous très différents, des grands, des gros, un mal-entendant, et ces particularités les rendent très attachants. A travers eux, l’auteur dénonce le mal que fait l’homme à la terre. Le lecteur est transporté dans un conte qui est à la fois un récit d’anticipation et un documentaire sur l’écologie. Un sujet sensible traité avec de l’humour sans leçon de morale. Les illustrations hautes en couleur sont magnifiques et nous donnent envie de partager le monde des Koboltz. Une couverture superbe qui invite au voyage.

Apprendre à aimer lire et écrire

La bibliothécaire, de Gudule.

Guillaume, un jeune garçon qui est souvent endormi en classe, se retrouve interrogé par son maître pour raconter le sujet de ses rêveries.

gudule

Il raconte que tous les soirs, il regarde une vieille dame écrire et écrire encore et encore et que quand elle éteint la lumière, il voit, sortir de l’immeuble, une belle jeune fille. Le professeur, épaté par son histoire, lui dit, avec humour, qu’il devrait faire autant d’efforts à l’écrit qu’à l’oral.

Après la classe, Doudou, son meilleur ami, lui fait de nombreuses éloges sur son histoire, et Guillaume lui répond que ce ne sont pas des histoires mais ce qu’il vit tous les soirs.

Alors intrigué, une nuit, il décide de suivre la jeune fille dans la rue et de voir ce qu’elle fait. Elle se rend dans la bibliothèque pour trouver « LE GRIMOIRE ». La jeune fille n’est autre que… la vieille dame, Ida, qui veut écrire ses mémoires.

Guillaume et Doudou vont aider Ida à retrouver le grimoire en partant dans un long voyage dans les livres de la bibliothèque, en croisant Alice aux pays des Merveilles, Poil de Carotte, le Petit Prince etc… Vont-ils le retrouver?

Ce livre est vraiment passionnant et nous entraîne dans une aventure un peu spéciale, puisque nous entrons dans l’univers des livres et des auteurs. Les enfants discutent avec des personnages inventés et leur demande conseil. Il est plein d’humour et de fraîcheur.

Il pourra plaire aux élèves qui sont réticents à la lecture, comme Guillaume, et qui ne trouve pas d’intérêt à cela. Car il ne faut pas l’oublier, la lecture est un vrai voyage…

 

Enregistrer

Enregistrer

14-14, de Silène Edgar et Paul Beorn

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

14-14, de Silène Edgar et Paul Beorn

14.jpg

Hadrien et Adrien ont 13 ans et sont meilleurs amis. Ils s’écrivent souvent par lettres surtout quand ils ont des problèmes. Dans les lettres d’Adrien, Hadrien ne comprend pas toujours les mots de son ami. Un jour, Adrien décide de rendre visite à son ami mais il se rend compte qu’il y a des choses louches : la ville d’Hadrien n’existe pas, les timbres semblent dater d’une autre époque … Mais c’est normal ! Ils ne vivent pas à la même époque ! Hadrien vit en 1914 alors que Adrien, lui, vit un siècle plus tard, en 2014 !!! Malgré les années qui les séparent, ils s’écrivent et s’envoient des lettres grâce à une boîte aux lettres magique. Mais une chose est sur le point de les séparer, La Guerre. Adrien décide alors de prévenir Hadrien pour ne pas le laisser en danger…

Avis : Un roman qui se lit vite, qu’on comprend facilement et quand on le commence, on a du mal à en sortir ! En effet, l’action et les nombreux rebondissements tiennent en haleine le lecteur. Malgré le contexte de la guerre qui n’est pas si central, on a plaisir à suivre les personnages et c’est malgré tout une histoire qui n’est pas si triste. et on peut voir la différence entre chacune des époques évoquées, le mode de vie.

Alicia, 4ème – 13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

Et la chronique de mumu58

Un siècle chargé d’histoire

Deux siècles qui s’opposent, deux vies qui se croisent à cent ans d’intervalle : Adrien, jeune écolier en 2014 et Hadrien, un enfant paysan en 1914, qui va connaître les horreurs d’une guerre imminente. Une boîte aux lettres, surgie de nulle part, va être le témoin d’une correspondance étroite entre les deux jeunes.

Dans un premier temps, Adrien et Hadrien s’échangent leurs bons vœux pensant s’adresser à un cousin éloigné. Mais petit à petit, ils prennent conscience que chacun fait un voyage dans le temps. Mais peu importe, ils vont tisser des liens d’amitié malgré qu’ils ne fassent pas partie du même monde, de la même époque. Et pourtant, ils ne sont éloignés que de vingt kilomètres…..L’aventure commence, déstabilisante et inimaginable.

Hadrien, fils de paysan, rêve de continuer ses études mais son père s’y oppose car il a besoin de lui à la ferme. La misère, la maladie partagent son quotidien.

 Dans la bassine d’eau très froide, le garçon fait une toilette de chat avec un peu de savon noir. Il a entendu dire que dans les maisons des riches de la ville, l’eau arrivait toute seule dans les tuyaux, c’est peut-être le cas chez Adrien ? En tout cas, ici, à Corbeny, il faut la tirer du puits.

Adrien vit dans le confort, déteste l’école. Mais pourtant ils ont tous les deux les mêmes interrogations et progressivement l’un deviendra le soutien de l’autre. Les lettres leur apportent réconfort et conseils. Les deux adolescents se comprennent. Ils ont des relations tendues avec leurs parents et ont les mêmes préoccupations. Tout va s’accélérer quand Adrien et Hadrien vont déceler des choses bizarres dans leurs courriers. Notamment l’aspect du timbre sur les enveloppes, le fait qu’ils n’emploient pas le même vocabulaire, le même style d’écriture ou tout simplement qu’Hadrien ne connaisse pas le téléphone, internet ou qu’il n’ait jamais entendu parler de la sécurité sociale. Adrien prend conscience alors qu’il a un siècle d’avance et qu’il peut prévenir son ami que la guerre va bientôt faire rage. Il se documente et s’aperçoit que le village de celui-ci a été la cible de combats atroces. Une course contre la montre va commencer pour sauver Hadrien et les siens.

La tête lui tourne , il s’adosse au mur de la maison. Il ne comprend toujours pas comment il a pu écrire à un garçon qui vit cent ans dans le passé. Il n’a pas d’explication pour cela. Mais maintenant, il a une certitude : Hadrien est en danger de mort.

14-14 est un roman poignant, plein de magie et d’originalité. Ce n’est pas une histoire sur la guerre mais sur la vie d’avant guerre. Le titre est en cela un peu trompeur. La guerre reste en toile de fond.

14-14 explique de belle manière comment était le quotidien d’une famille au siècle dernier, aux portes de la première guerre mondiale et nous dépeint la société actuelle. D’un côté, des conditions de vie difficiles où tout le monde était lié à la terre, où il était hors de question de laisser les fils faire des études. Ils étaient plus utiles pour travailler dans les fermes. D’un autre côté, un adolescent en manque de repères, peu motivé par les études, des parents divorcés. Les inquiétudes sont les mêmes : l’amitié, l’amour, la famille, l’école… Un parallèle futur-passé bien mené, à travers le regard d’adolescents, qui tient le lecteur jusqu’à la fin. Le thème de l’éducation est très présent. On perçoit qu’en 1914 la réussite scolaire est une réelle chance de s’en sortir, de devenir quelqu’un. Le maître est une personne écoutée et respectée. De nos jours, certains écoliers ne prennent pas toujours conscience de l’importance d’étudier qu’ils considèrent plutôt comme une corvée …

La première guerre mondiale est présentée comme un événement lointain pour Adrien alors que pour Hadrien elle est proche. Des reproductions de documents ou de photos d’époque viennent merveilleusement illustrer un texte clair et précis. Deux jeunes gens attachants : Hadrien, dans sa lutte pour accéder à une classe sociale meilleure et qui pour y arriver , doit combattre l’ autorité d’un père hermétique. Et Adrien qui manque de confiance en lui entre un père absent suite au divorce et une mère protectrice. Une belle histoire d’amitié à travers le temps qui ne peut laisser le lecteur indifférent et qui peut servir de support pour une étude de l’histoire dans les établissements scolaires.

 

Enregistrer

Enregistrer