La louve, d’Antoine Déprez

Métamorphose…

Un jour d’hiver, alors qu’elle passe chercher son amie Lucie avant de se rendre à l’école, Romane apprend que celle-ci est malade. Sur le chemin, elle croise une louve qui la regarde et dont l’ombre grossit en la voyant. En arrivant sur la place, elle remarque un attroupement. Une colombe de glace est installée en haut d’un perchoir avec un mot de la louve laissée aux villageois : la colombe est un sortilège. Avant sa fonte complète, les villageois doivent rendre à la louve sa fille capturée par le père de Lucie sinon Lucie mourra… Or, cela est impossible, la peau du louveteau a déjà servi à confectionner un manteau à sa fille… Romane va chercher le moyen de sauver son amie… Aidée de ses amis, elle va se glisser dans la peau du louveteau et aller à la rencontre de la louve.

Dans le froid hivernal qui nous saisit, on traverse ce texte très original qui parle de thème durs comme la mort, le sacrifice, la transformation de l’être humain en bête avec un . Le point de vue du texte qui donne la parole à Romane adoucit cette sensation d’étrange puisque, elle, pour sauver son amie, va accepter cette transformation. Elle, l’orpheline, gagne une famille mais perd ses amis. Romane a un fort caractère, beaucoup d’assurance, elle sait ce qu’elle fait et n’hésite pas dans sa démarche. Un texte fort, poétique, dérangeant, à la construction répétive, où les illustrations parfois rondes et colorées, parfois sombres et presque effrayantes crée une atmosphère propice à l’imaginaire.

 

Section 13, tome 1. Jack et le bureau secret, de James R. Hannibal

Le père de Jack, 13 ans, a disparu à Londres. Avec sa mère et sa soeur Sadie, 8 ans,  ils sont installés dans une petite chambre d’hôtel le temps de poursuivre les recherches. Sa mère doit d’ailleurs se rendre dans les hôpitaux remplir divers formulaires et doit laisser ses enfants seuls. Une consigne : « Quoi qu’il arrive, ne sortez pas de cet hôtel. Compris ? […]. Je vais à la recherche de votre père. »

Pourtant, lorsqu’en allant chercher à manger dans le hall de l’hôtel Sadie croit apercevoir son père, elle ne réfléchit pas et se lance à sa poursuite… Et lorsque Jack se rend compte de cela, il quitte également précipitemment l’hôtel… Ses pas le conduisent au Bureau des Objets Perdus où il doit remplir des formulaires étranges… Sa rencontre avec Gwen, jeune employée du bureau va sonner le début de nombreuses aventures plus incroyables les unes que les autres, à la recherche de leur père…

Scarabées mécaniques, drones, labyrinthes, sous-sols, pouvoirs extraordinaires, organisation secrète, disparitions, ce mélange bien dosé d’action, d’aventure, d’imaginaire donne le rythme à ce récit qui se déroule sur fond historique du grand incendie de Londres de 1666 (qui a réellement eu lieu et crée l’ambiance de ce livre). Le rythme ne laisse pas de répit car toute l’histoire se déroule sur une seule et même journée…

A quand la suite ?

La couverture est particulièrement réussie et  une carte de Londres en début d’ouvrage séduira les adeptes ( n’est-ce pas Guillaume ?)

 

Les Koboltz, tome 2. Mission Québec, de Benoit Grelaud

Cap sur le Canada !

mission quebec.jpg

Nous retrouvons avec plaisir les Koboltz, ces petits personnages plein d’énergie qui ont à cœur de sauver la planète de la pollution. Ils vivent dans des souterrains car la surface de la Terre est devenue pour eux un réel danger. Les hommes mettent à mal l’environnement et les Koboltz se donnent pour mission de lutter pour sa survie. Et pour la première fois, ce peuple va partir de France pour aller au Canada où l’extraction du pétrole est une vraie catastrophe pour la nature. Mais il n’y aura pas que ça. En effet, les Koboltz croiseront la route de trappeurs qui n’hésiteront pas à attraper les animaux mais pas pour les protéger !

Le lecteur va de nouveau être entraîné dans une aventure fantastique portée avec éclat par des personnages plein d’humour, d’idées et d’enthousiasme. Une réelle sensibilisation aux problèmes de l’environnement. On apprend d’ailleurs beaucoup de choses sur les animaux, sur les installations pétrolières. Un tome 2 très instructif et qui donne autant de plaisir que le tome précédent. Les illustrations sont superbes et donnent un réel cachet à ce volume si soigné. Au début du récit, l’auteur fait une brève présentation des Koboltz, suffisamment complète pour attaquer le tome 2 sans avoir lu le premier.

Dracula, de Russell Punter

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Dracula

Dracula - Comics UsborneAuteurRussell Punter ;  adaptation du roman de  Bram Stoker 

Illustrations : Valentino Forlini 

Pages : 103 pages

A partir de 13 ans

L’HISTOIRE :

Jonathan Harker est envoyé au château du comte Dracula, en Transylvanie. En pénétrant dans la cour du château, il se retrouve plongé au cœur d’une ambiance angoissante. Il découvre des villageois qui se signent, on lui offre un crucifix, des loups poursuivent sa voiture, etc. On connait, nous, lecteur, la véritable identité du comte, un vampire. Les personnages du livre ne le savent pas. Jonathan découvre un homme, qui n’a pas de reflet dans un miroir et qui enferme son visiteur dans son château hanté….

CRITIQUE DU LIVRE :

Les vampires ont toujours passionnés et intrigués. Les aventures du comte Dracula, vient du roman de Bram Stoker et ont été adaptées en bande dessinée, dans cette nouvelle collection Comics des éditions Usborne. Ceux qui aiment le fantastique et les supers héros sauront l’apprécier.

Grâce aux illustrations, l’ambiance nous transporte au fils des pages.On peut au début du livre découvrir le monde de Dracula en carte, et à la fin, son histoire .

Un graphisme superbe, des planches magnifiquement réalisées, des jeux de lumière et d’obscurité splendides. On passe plus de temps à détailler les planches qu’à lire. Au travers des dessins l’ambiance de cet album est donné . La couleur rouge sang est bien marquée surtout en dessin de couverture ce qui donne tout de suite le ton du livre.

Axel, 13 ans – 4ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Strom, 3. La 37ème prophétie, de Emmanuelle et Benoît de Saint Chamas

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Dans ce tome, nous retrouvons Fang, une jeune fille de 13 ans qui à un rendez-vous avec un mystérieux homme qu’elle n’a jamais vu. Quand il arrive près d’elle, il tente de l’amadouer avant de lui offrir un présent : un pinceau au manche d’or qui permettrait de donner la vie à ce qui est dessiné et qui peut faire apparaître des phrases sur son manche. Le mystérieux jeune homme lui ordonne alors de venir avec lui dès qu’il le lui dira, grâce au pinceau maudit, sous peine de voir mourir son père …
Au même moment, à la commanderie, on retrouve nos deux jumeaux Raphaël et Raphaëlle qui essaient de réunir les points nécessaires pour leur passage de stromillion à chevalier. C’est alors qu’un terrible événement vient secouer l’organisation :  l’ouverture de la 13e prophétie d’un puissant ancien voyant au service de cette dernière. Le message annonce bien des mauvaises nouvelles. Pour résoudre ce problème, les jumeaux vont embarquer pour un formidable voyage dans le temps dangereux et sanglant. Pour survivre et trouver la lance sacrée qui pourra vaincre le démon aux milles visages responsable, selon la prophétie, de la fin du monde …

 

Ce dernier tome de Strom est simplement époustouflant ! Après un tome 2 décevant, les auteurs reviennent à la charge avec une dernière aventure magnifique, intéressante et passionnante, malgré quelques défauts qui me dérangent personnellement comme le fait que les héros rencontrent le chevalier mythique de l’organisation (ce qui, je trouve, aurait dû rester un mythe, une légende emplie d’espoir). Ou alors, je pense que ce tome aurait pu dévoiler peut être des aspects plus sinistres de l’organistation qui n’hésiterait pas ou n’aurait pas hésiter à tremper dans le crime pour arriver à ses fins. Cet opus est selon moi le meilleur de la série, . En conclusion, nous pouvons admettre que cette série est époustouflante et passionnante comme on en voit rarement, bravo !

 

le-demon-aux-mille-visagesUn tome hors-série est sorti, que le CDI possède : La face cachée du Strom : Le démon aux mille visages.

Personnellement, je n’en ai lu que le début car il révèle à mon goût trop de choses que je préfère garder secret.

Présentation de l’éditeur :  » Je m’appelle Calixte Beauchamp. Si vous me lisez, c’est que je suis… passé de l’autre côté.
J’ignore qui vous êtes. Peu importe, d’ailleurs. Ce qui est important, c’est que vous lisiez mon manuscrit. Après, seulement, vous comprendrez. Vous comprendrez où vous êtes. Et vous comprendrez la responsabilité énorme, terrible, qui pèse désormais sur vos épaules… À présent, vous faites partie de l’histoire. « 

Aymeric, 13 ans – 4ème, memebre des dévoreurs de livres d’Arsène

Mauve, de Marie Desplechin

Après Verte et Pome, découvrez le troisième volet de cette série, où l’on vit le quotidien de sorcières, qui tentent de passer inaperçues dans un monde humain.

Dans la famille de Verte, on est sorcières de mère en fille !

Ray, le grand-père de Verte est inquiet : Verte, tout comme sa copine Pome, ne semblent pas dans leur état normal depuis quelques temps… Elles claquent les portes, s’enferment dans leur chambre, sont agressives ! Et au collège ! N’en parlons même pas ! Elles sont accusées de semer la zizanie autour d’elles … Serait-ce une crise d’adolescence ? Est-ce si simple, cela ne leur ressemble tellement pas… Tout le monde est inquiet et Anastabote, sa grand-mère sorcière, bien plus encore que ces hommes qui ne connaissent rien de leur monde et de leurs secrets les plus noirs… Car de nouveaux venus sont arrivés dans le quartier, dans la résidence même de Verte et de Pome… et la fille, Mauve, est inscrite au collège ! Harcelée, Pome n’arrive pas à se défendre et c’est elle l’accusée… Comment fait Mauve ? Est-elle capable de manipuler l’esprit de ses camarades ?

Et quand le Mal débarquait, c’était d’abord à nous qu’il s’en prenait. Nous étions les premières à payer la note. Nous, les sorcières.

Et elles vont devoir s’unir, dans le plus des secrets pour essayer de contrer les forces maléfiques … et ce ne sera pas une mince affaire !

A travers un roman fantastique pour la jeunesse, mettant en scène des sorcières, l’auteur arrive à distiller quelques thèmes universels comme la tolérance et le droit à la différence, le pouvoir des foules et le danger de la manipulation, le harcèlement scolaire, mais aussi l’amour et l’amitié, la famille recomposée ou monoparentale. Bref, c’est plus riche qu’on ne pourrait le penser au premier abord, et les personnages, attachants et très variés ne gâchent pas le plaisir !

La construction est la même que pour les précédents tomes : chaque personnage prend la parole le temps d’un chapitre pour raconter les événements de son point de vue. La fin d’un récit devient le début de l’autre avec quelques pages de transition bien ficelée. A prendre en compte pour la lecture des plus jeunes qui peuvent être déboussolés par cette construction s’ils ne la comprennent pas au départ.

Un immense merci aux éditions de l’Ecole des Loisirs, qui a accepté, très spontanément et amicalement de compléter notre trilogie avec ce dernier tome de la série, tant attendu par une petite fan, lectrice de 6ème !

L’héritage des Darcer, 3. L’envol, de Marie Caillet

Image result for l'héritage des darcer t3La situation d’Edrillon empire. Le Sanreth, l’envoyé de la Déléane a enfin réussi à monter sur le trône. A ses côtés, les quatre chimères qui sont les yeux et les oreilles de Welfenda, la reine de la Déléane. Mais Mydria est bien décidée à ne pas laisser son pays aux mains des envahisseurs et à renverser la situation en reprenant les rênes du royaume et à replacer la dynastie des Darcer sur le trône. Aidée d’Orest, son amour, d’Allian, l’ex-espion de la guilde des assassins et de Kebren la traqueuse kmett aux pas de velours, My tente de rallier les fauconniers à leur cause pour pouvoir avoir une force de frappe plus importante.

Le dernier tome de cette trilogie est tout aussi complet que les précédents, et même plus, en terme de rebondissement, d’actions et de suspens. Dans cette fin de l’histoire, on s’aperçoit encore une fois que l’écriture de Marie Caillet est vraiment très spectaculaire et qu’on peut réellement vivre l’aventure aux côtés des personnages. Dans certains romans, on peut prévoir à l’avance ce qui va se passer, mais là tout était comme imprévu ce qui est très surprenant parfois tellement le choc est présent. Ce troisième tome d’une trilogie fantastique, et sans longueurs, clôt en beauté cette série magiquement bien écrite.

Guillaume 3°. 13 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène