Charlie Chaplin , je fais rire tout le monde, de Eric SIMARD

Bref récit d’une vie contrastée, le jeune petit londonnien de 4 ans issu d’une famille d’artistes devra attendre 14 ans voire 21 ans pour se faire un nom dans le monde du spectacle pour lequel, sans nul doute , il est taillé sur mesure. En riant depuis leurs fauteuils à ce qui se passe sur scène, rares sont les membres du public qui soupçonnent l’enfance compliquée, douloureuse, artistique de Charles Spencer Chaplin qui arrivera au sommet de sa gloire en Amérique.

Une lecture brève mais non moins intéressante pour en connaître un peu plus sur la vie de Charlot, héros du cinéma muet…

Tu es si belle/laide – Eva KAVIAN

De grandes réflexions, de gros doutes, de grandes hésitations, de grands questionnements d’une adolescente de 14 ans  s’adressant – pas directement mais épistolairement – tantôt à sa soeur  aînée Flo, tantôt et surtout à sa mère Jeanne  à un moment très critique de la vie de cette famille. Le moment est venu de se libérer du lourd secret qui emprisonne voire empoisonne les deux soeurs depuis plusieurs années.

Une lecture très rapide compte tenu de la quarantaine de pages  mais qui, pour autant, ne laisse absolument pas indifférent, notre esprit se retrouve perturbé de part  l’explication qui est donné du titre et de sa couleur mais une petite lueur d’espoir arrive  symboliquement à la fin.

C’est moi qui décide !, de Roland Godel

Estelle, 10 ans, est la meilleur amie de Safiyé.  Mais Estelle est inquiète car, depuis trois semaines, Safiyé ne vient plus aux cours de natation… Et pourtant, en CM1, c’était une championne ! Que se passe-t-il ? Quel est son secret ?  Estelle est bien décidée à le découvrir et à aider son amie… 

Un livre émouvant qui fait découvrir au lecteur la place que peut prendre la religion dans certaines familles et les souffrances qui peuvent en découler lorsque les principes à suivre sont radicaux et non toujours souhaités. La collection des éditions Oskar « Droits de l’enfant – New-York 1989- permet ici à l’auteur de traiter un sujet délicat, en particulier à notre époque. Les points de vue s’affrontent intelligemment, mais le parti pris est évident de dénoncer l’islamisme radical, avec une figure du père peut-être un peu trop caricatural. Pourtant, en tant qu’adulte, j’ai beaucoup aimé ce livre engagé qui apporte une vision éclairante sur les conditions de certaines femmes dans le monde.  Ici, l’entrée en matière est l’interdiction de se rendre à la piscine pour ne pas se montrer un maillot de bain devant des garçons et des hommes.

Un petit texte court à lire dès le CM1 si un encadrement est possible, car il nécessite une discussion, ou tout du moins, une explication.

Nathalie, maman d’une ex-dévoreuse de livres d’Arsène

 

Les histoires de Louise-1936- de Catherine le Quellenec

louise.jpg

De  Bretagne à Paris….

Louise est née en 1926 et vit en Bretagne. A l’âge de 10 ans, elle déménage à Paris avec ses parents. Son père y a trouvé un emploi aux usines Renault., et sa mère y fera des ménages. Louise est triste de quitter sa région mais très excitée à l’idée de découvrir la capitale ! Nous sommes en 1936, l’année des réformes sociales dans une France marquée par les grèves. Les mois passent et la révolte des ouvriers est de plus en plus grande. Arrive enfin la victoire du front populaire.

Un beau petit roman qui dépeint les combats quotidiens d’hommes et de femmes pour obtenir des droits, pour améliorer leurs conditions de vie. Les yeux de Louise nous guident à travers ce marasme social et montrent que, ensemble, on peut obtenir de belles choses. A cette époque, la solidarité a fait fléchir les plus grands.

A l’aube du D-Day, de Nathalie Le Cleï

En mai 1944, les alliés préparent le débarquement. En Normandie, Hans, Allemand, aide à l’édification du « mur de l’Atlantique » (un système de fortifications destiné à empêcher l’invasion des Alliés depuis la Grande Bretagne). Robert, Américain, quant à lui, est en Angleterre pour participer au débarquement.

Hans et Robert ont 16 ans et sont déjà soldats. Ils  sont cousins mais ne se connaissent pas, ne se sont jamais rencontrés, mais vont participer à un moment historique, chacun dans son camp. 

 

On apprend beaucoup dans ce roman sur les dix jours qui ont précédé le D-Day. C’est passionnant de voir comment les rouages de cet événement historique se sont mis en place, dans les deux camps. A travers les deux personnages, on apprend beaucoup de détails et d’anecdotes qui nous font mieux appréhender l’importance de cette page de l’Histoire. A la fin du roman, comme pour chaque titre de cette collection des éditions Oskar « 10 jours pour changer le monde », l’auteur propose une fin autre : « Et si le jour J avait été différent  ? L’Histoire n’est jamais écrite d’avance… »

Le D-Day, ou Jour J en français est le jour du débarquement allié en Normandie, le 6 juin 1944, premier jour de la bataille de Normandie, durant la Seconde Guerre mondiale. Cette opération militaire avait été baptisée Overlord.

Pour des élèves de 3ème ou de lycée qui ont déjà des notions sur la Seconde Guerre mondiale.

Nathalie, maman d’une ex-dévoreuse de livres d’Arsène

Les enquêtes de Ninon et Paul : racket à la Tour Eiffel, de Chantal Cahour

La Tour infernale

ninon.jpg

Ninon et son frère Paul sont en vacances chez leurs grands-parents. Papy et mamie décident de les emmener à Paris voir la Tour Eiffel. Quelle aventure, ça va être fantastique ! Les enfants sont très excités. Mais tout ne va pas se passer comme prévu. Après un petit incident et sans trop savoir comment, Ninon et Paul vont se retrouver dans le passé, en 1889….date de la construction de la Tour. Ils vont rencontrer Gustave, un enfant qui va les entraîner dans une drôle de mésaventure. Pourquoi un tel bond en arrière ? Comment vont-ils faire pour revenir au XXIème siècle?

Les livres de la série Ninon et Paul s’adressent à des enfants de 8 à 11 ans et plus. Les intrigues sont donc simples, adaptées à de jeunes lecteurs et permettent à chaque fois de découvrir un monument du passé. Cette fois-ci, nos jeunes lecteurs vont pouvoir découvrir l’histoire de la Tour Eiffel,  mais aussi toute une époque et un mode de vie révolus. Le livre se termine par un petit quiz et une recette de cuisine de l’époque … 

Et pour découvrir d’autres titres de la série sur notre blog, c’est ici 

Chère maman, de Sylvie Baussier

Une femme, mère d’une adolescente de 12 ans, décide de commencer un journal intime sous forme de lettres adressées à sa propre mère. Elle ne pense pas être capable d’envoyer un jour ces lettres mais a besoin de mettre des mots sur la douleur ressentie depuis toujours face à la froideur de sa mère à son égard, à une mère qu’elle n’a plus jamais appelé « maman » depuis l’âge de huit ans. 

Tu es une pierre dans l’eau froide d’un torrent. Tu es le métal qui colle à la main quand on veut le retirer du congélateur, qui arrache un lambeau de peau et un cri d’effroi. Tu es mon étrangère.

Je suis censée être une adulte, depuis longtemps. Je suis même devenue maman. Et pourtant, ce vieux chagrin est toujours tapi en moi ; parfois il se redresse et réclame son droit à me pourrir la vie. J’ai à la fois deux ans, huit ans, quinze, vingt, trente… Nous sommes tous nos âges à la fois, n’est-ce pas ?

Un jour, son carnet, si précieusement gardé dans une poche secrète de son sac, disparaît…

Un récit très court, à deux voix, celle de la jeune mère qui écrit ses lettres en commençant par un « Chère maman » distant et celle de sa fille, une adolescente de 12 ans, qui, elle aussi, va écrire des lettres à sa mère, les commençant par un « Mamounette chérie » complice et tendre.

Deux vécus très différents d’une relation à la mère qui construit l’adulte de demain. Sans violence, avec compréhension et espoir malgré le manque de tendresse, la jeune femme se raconte, avec ses failles et ses douleurs, dans sa quête profonde d’un amour maternel absent. C’est sa fille adolescente qui lui permettra d’affronter ses démons et de mieux comprendre et vivre son histoire.  Il n’y a pas seulement la violence physique qui peut créer une douleur dans sa relation au parent. La froideur, le manque de tendresse peuvent être un frein tout aussi puissant à la construction de soi et  rester présent à l’âge adulte si la communication ne s’établit pas entre les deux. Mais cela n’est pas une fatalité, en devenant mère à son tour, il est possible de casser ce schéma douloureux.

Un beau récit épistolaire sur l’amour maternel. En fin d’ouvrage, une petite interview d’une psychologue ethnologue dresse les portraits des différents amours maternels existants.

Petite anecdote  que j’ai appris dans ce livre et que j’aimerai partager avec vous : à l’intérieur des pépins de pommes se trouve une petite amande comestible. Ma jeune fille de 5 ans aime désormais ce petit moment de partage complice, même s’il est assez difficile pour moi de lui  récupérer cette amande vue la taille du pépin.