Un boulot d’enfer, de Florence Thinard

Dans l’univers des anges …

Tout commence par une scène banale du quotidien…. Dans une maison, de bon matin, au sein d’une famille, c’est l’heure de partir à l’école pour l’une et  au travail pour l’ autre, Nina n’est pas encore prête et va finir par rater le bus, son père, impatient, l’attend…. Ils finissent par partir mais la banalité s’arrêtera quand un camion rentrera en collision avec leur voiture.

Pour Nina et son père, c’est une nouvelle vie qui commence, une vie dans l’au-delà avec la découverte du paradis et de son organisation, avec les retrouvailles des défunts de leur famille et surtout avec la rencontre des anges…. une fonction qu’ils accepteront tous les deux d’endosser. Ils continueront ainsi de vivre à travers l’être humain vivant sur terre et dont ils sont responsables. A son grand désespoir et avec un peu de regret au départ, Nina se retrouve être l’ange gardien de sa meilleure ennemie…..

Au fur et à mesure des pages, le lecteur découvrira le travail titanesque, stratégique, futé, surprenant et épuisant réalisé par toute cette troupe d’anges attachants….. tout le travail réalisé aura des conséquences heureuses voire vitales sur l’existence des humains qui faisaient ou non partie de leur vie d’avant.

Avec la mort de 2 membres la famille dès les premières pages, on peut vite penser que cela va être difficile d’aller jusqu’au bout de ce roman mais c’est tout le contraire…

 

La maison des voyages, de Pierrette Fleutiaux et Alain Wagneur

Quand les souvenirs d’une génération en passionnent une autre…

Alors que Michel Guévenec se trouve en voiture avec sa fille Sonia, une adolescente éternellement insatisfaite, la communication est quasi impossible voire inenvisageable.

Un embouteillage les poussera à changer de direction et à emprunter une route qui les conduira près d’une maison vide et abandonnée située au bord de la voie ferrée… deux éléments qui ne laisseront pas le père indifférent et qui déclencheront chez lui quelque chose de spécial…..au milieu de cet espace peu rassurant, il commencera à raconter à sa fille des souvenirs de jeunesse qui étonnement la passionneront…. sa bande de copains et leurs habitudes, la rencontre d’Annie, la 1ère fille de sa vie et ce qu’il a été capable de faire d’extraordinaire pour elle…

 

téléchargement (7)

Duel au sommet, de Michel Leydier

Au début de l’histoire, on apprend que Benjamin est le fils de l’inspecteur Lampion. Benjamin a vu une scène étrange qui n’est pas un accident mais peut-être un meurtre.
De jour en jour, des choses étranges arrivent alors Benjamin et son ami vont mener l’enquête. »

J’ai aimé cette histoire car elle nous montre qu’il ne faut pas se fier aux apparences.

Romane, 10 ans – CM2 – une p’tite dévoreuse de livres de Salé Lou Potier

 

Une chronique des élèves de l’école primaire voisine, l’école Salé Lou Potier. Vous avez, vous aussi, lu le livre ? Alors,  chers lecteurs de ce blog, pour les encourager, n’hésitez pas à poster un commentaire en donnant votre avis !

 

Hors piste, de Sophie Adriansen

Virée à la neige

piste.jpg

Nous retrouvons Marion, l’adolescente héroïne des Grandes jambes, très complexée à l’époque par sa taille. Marion a grandi, elle a quatorze ans. C’est l’année du brevet. Alors que la jeune fille pense aux révisions, ses parents décident de l’envoyer faire du ski dans les Alpes, pendant sept jours dans une colo. Mais le pire de tout, c’est un séjour en parfaite déconnexion, c’est-à-dire, sans téléphone portable. L’horreur quand on sait que sa vie se résume aux garçons et au téléphone ! Inutile de dire que Marion s’attend à passer le pire séjour de sa vie. Et si au final, ce séjour s’avérait plus étonnant et plus enrichissant que prévu.

Sophie Adriansen nous plonge dans le monde de l’adolescence avec ses doutes, les premiers flirts, l’estime de soi, l’image que l’on renvoie aux autres. Une galerie de portraits tous plus différents les uns que les autres qui traduit cette soif de liberté, cette envie de braver les interdits, de devenir adulte avant l’âge. Et puis sujet majeur, montrer que sans téléphone, la terre continue de tourner et plus important encore on peut communique autrement, on s’amuse, on s’intéresse aux autres, on échange, on se découvre. Un tome 2 qui se lit indépendamment du premier.

Rollers de choc, de Stéphane Daniel

La course des ennemis

rollers de choc.jpg

Yan débarque à Paris chez son cousin, Marc, pour les vacances d’été. Il est Breton et passer quelques temps dans la capitale le rend heureux. Il va faire la connaissance des copains de Marc et surtout de Nina, la seule fille du groupe. Yan tombe tout de suite sous son charme ce qui agace Anto. Des tensions naissent ce qui met mal à l’aise Marc. Cette bande de copains partage une même passion pour le roller en ligne qu’ils pratiquent comme des champions.

Anto décide alors de défier Yan lors d’une course mythique organisée à travers la ville par les « Amis Patineurs » . C’est la Friday Night Fever. Une effervescence s’empare de la ville dès 22 heures. Tous les accès sont bloqués pour laisser place à la course. Aucun plan n’est distribué aux participants. Yan apprend que celui-ci est disponible seulement sur internet la semaine qui précède la manifestation. Le voilà donc en mauvaise posture. Anton le sait. Faire une course sans savoir où il faut aller n’est franchement pas l’idéal ! Va t-il relever le défi ?

Un roman qui plaira aux adeptes du roller mais pas seulement. L’histoire va au-delà d’une passion sportive. Il est question aussi d’amitié. L’esprit de solidarité rassemble et peut faire naître des liens qu’une rivalité a étouffés.

Un bon moment de lecture prolongé par la petite histoire des rollers dont l’auteur nous fait le détail à la fin de son livre. Stéphane Daniel nous explique également comment bien faire du roller, les consignes à respecter, les règles de sécurité. Un lexique est à disposition pour se familiariser avec le vocabulaire propre à ce sport. Pour terminer, l’auteur se transforme en guide  en nous présentant Rennes, la ville dont est originaire Yan.

Un livre vraiment complet qui charmera nos jeunes lecteurs.

Enregistrer

Enregistrer

Strom, 3. La 37ème prophétie, de Emmanuelle et Benoît de Saint Chamas

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Dans ce tome, nous retrouvons Fang, une jeune fille de 13 ans qui à un rendez-vous avec un mystérieux homme qu’elle n’a jamais vu. Quand il arrive près d’elle, il tente de l’amadouer avant de lui offrir un présent : un pinceau au manche d’or qui permettrait de donner la vie à ce qui est dessiné et qui peut faire apparaître des phrases sur son manche. Le mystérieux jeune homme lui ordonne alors de venir avec lui dès qu’il le lui dira, grâce au pinceau maudit, sous peine de voir mourir son père …
Au même moment, à la commanderie, on retrouve nos deux jumeaux Raphaël et Raphaëlle qui essaient de réunir les points nécessaires pour leur passage de stromillion à chevalier. C’est alors qu’un terrible événement vient secouer l’organisation :  l’ouverture de la 13e prophétie d’un puissant ancien voyant au service de cette dernière. Le message annonce bien des mauvaises nouvelles. Pour résoudre ce problème, les jumeaux vont embarquer pour un formidable voyage dans le temps dangereux et sanglant. Pour survivre et trouver la lance sacrée qui pourra vaincre le démon aux milles visages responsable, selon la prophétie, de la fin du monde …

 

Ce dernier tome de Strom est simplement époustouflant ! Après un tome 2 décevant, les auteurs reviennent à la charge avec une dernière aventure magnifique, intéressante et passionnante, malgré quelques défauts qui me dérangent personnellement comme le fait que les héros rencontrent le chevalier mythique de l’organisation (ce qui, je trouve, aurait dû rester un mythe, une légende emplie d’espoir). Ou alors, je pense que ce tome aurait pu dévoiler peut être des aspects plus sinistres de l’organistation qui n’hésiterait pas ou n’aurait pas hésiter à tremper dans le crime pour arriver à ses fins. Cet opus est selon moi le meilleur de la série, . En conclusion, nous pouvons admettre que cette série est époustouflante et passionnante comme on en voit rarement, bravo !

 

le-demon-aux-mille-visagesUn tome hors-série est sorti, que le CDI possède : La face cachée du Strom : Le démon aux mille visages.

Personnellement, je n’en ai lu que le début car il révèle à mon goût trop de choses que je préfère garder secret.

Présentation de l’éditeur :  » Je m’appelle Calixte Beauchamp. Si vous me lisez, c’est que je suis… passé de l’autre côté.
J’ignore qui vous êtes. Peu importe, d’ailleurs. Ce qui est important, c’est que vous lisiez mon manuscrit. Après, seulement, vous comprendrez. Vous comprendrez où vous êtes. Et vous comprendrez la responsabilité énorme, terrible, qui pèse désormais sur vos épaules… À présent, vous faites partie de l’histoire. « 

Aymeric, 13 ans – 4ème, memebre des dévoreurs de livres d’Arsène

24 heures sans jeu vidéo, de Sophie Rigal-Goulard

Entrez dans le monde virtuel …

Après avoir lu Dix jours sans écrans, je m’attendais au même genre d’histoire, peut-être un challenge familial pour obliger les enfants à décrocher des jeux vidéos… Que nenni ! Notre chère auteur, Sophie Rigal-Goulard, a su se renouveler et nous emmener dans une histoire totalement différente… Et ceux qui ont adoré Dix jours sans écrans n’accrocheront peut-être pas de la même façon à ce titre, et inversement ! Car ici, il ne s’agit pas du tout d’un récit de vie à l’école, avec les amitiés, les jalousies, les clans, mais une histoire qui vire vers le fantastique… Vous voulez en savoir plus ?

Et bien, nous avons Terence, un ado accro aux jeux vidéo, et sa petite soeur, Blanche, élève de 6ème qui compte bien amadouer son frère pour pouvoir se rendre à la soirée des 3ème avec sa copine. Alors, elle fait des recherches sur le jeu préféré de son frère Dark City Game, une cité où il faut atteindre le dôme, après un parcours semé d’embûches et de dangers, et éliminer le maître des lieux, Moon. Blanche cherche des trucs postés sur internet pour aider son frère à passer les étapes difficiles et ainsi lui permettre de gagner la partie grâce à elle… En remerciement, ne pourra-t-il pas faire en sorte qu’elle se rende à cette soirée  ?!?

Mais quand elle le rejoint dans sa chambre, elle découvre que le siège de l’ordinateur est vide, ce n’est pas possible ! Terence n’en décolle jamais…. Où peut-il être ?  Et c’est qui ce personnage dans le jeu qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau ?

Novice en « jeux débiles », Blanche va devoir s’entourer de vrais gamers, créer des avatars (quoi, de la force ou de l’esprit seront le plus adéquat dans cette situation ?). Même les parents redoublent d’effort pour tenter de trouver une solution et gagner la partie…

Un peu d’amour, beaucoup d’amitié, de la solidarité, les liens familiaux  (des thèmes chers à l’auteur qu’elle a très bien réussi à caser dans cette histoire de jeu vidéo violent) et surtout une bonne dose d’heures aux manettes !

Avec une fin totalement décalée, on finit par se demander quelle force de persuasion émane de ces jeux vidéos pour faire autant d’accro ! Le fantastique (dans le sens littéraire du terme et non pas dans le sens « génial », hein !) n’est-il pas là ?