Le livre du temps, de Guillaume Prévost

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Il y a plusieurs jours que Samuel n’a plus de nouvelle de son père. Cela arrive fréquemment, mais jamais aussi longtemps. Depuis trois ans, depuis la mort de sa mère en fait, son père disparaît régulièrement. Mais là, 10 jours ! C’est alors que Samuel découvre une pierre sculptée dans la cave de la librairie de son père. Il est alors transporté dans le temps ! Et si son père était prisonnier dans le temps ?

J’ai adoré ce livre qui m’avait été conseillé par un bibliothécaire, et j’ai tellement aimé que j’ai demandé à Mme Dry, notre documentaliste, de l’acheter. J’ai beaucoup aimé le concept du voyage dans le temps, que l’on retrouve dans « Rouge Rubis ». Je le conseille. C’est le premier tome d’une trilogie qu’il faut vraiment lire dans son intégralité, vous ne serez pas déçus !

Six siècles plus tôt, au fin fond de sa cellule, Allan Faulkner avait écrit :

AIDE-MOI SAM.

Eléa, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Lou après tout, 2. La communauté, de Jérôme leroy

Survivre pour un nouveau bonheur ?

lou et la com.jpg

Nous retrouvons le monde noir dans lequel nos héros essaient tant bien que mal de survivre. La douleur et l’incertitude d’un futur auquel on ne croit plus, la question de l’utilité ou non de se battre pour survivre est de nouveau le thème de ce nouveau volet.

Les personnages sont tout aussi touchants, fragiles, attachants et tellement vrais. On retrouve également les alternances passé-présent. Autant d’ingrédients qui font qu’on ne peut se détacher de ce roman qui, pour moi, est un véritable coup de cœur. La communauté serait elle peut-être un début d’espoir. Il nous renvoie au collectif, alors y aurait-il de la lumière dans ce futur si sombre ?

Je ne peux vous en dire plus sur ce tome 2 de peur de trop dévoiler le premier. J’étais à la fois excitée et curieuse de me lancer à l’assaut de ce second roman, le second d’une trilogie. Je n’ai pas été déçue et je ne peux que vous le conseiller.

Je tiens également à préciser que les deux tomes font souvent référence à Guillaume Apollinaire. La poésie restera tout au long du périple de nos héros, un refuge, une aide à la survie, une sorte de protection intellectuelle pour supporter la déchéance. J’avoue que les vers cités, font du bien et quelque part apaisent non seulement les survivants mais aussi les lecteurs. C’est une sorte de bol d’oxygène dans ce dédale de cadavres, dans ces odeurs de sang.

Yin et le dragon, T3: Nos dragons éphémères, de Marazano Xu Yao

Après le réveil du dragon noir, le dragon de la fin des temps, les habitants fuient. Des soldats, des amis, meurent. Mais Yin fait confiance à son dragon d’or : il sauvera l’humanité, elle en est persuadée. Dans la ville à moitié détruite, il ne reste que Yin, son grand-père, le capitaine et Huan et sa bande. Tout semble perdu, mais c’est sans compter sur l’ingéniosité de Huan, le pouvoir du dragon d’or, et l’innocence et la joie de vivre de Yin, ainsi que sa détermination. Ils sauveront le monde, elle le sait. Il ne peut en être autrement…

J’ai beaucoup aimé ce livre, ainsi que le personnage de Yin. Sa joie de vivre, son innocence sont attendrissantes. L’auteur a vraiment réussi à la faire paraître enfant, ce qui n’est pas tout le temps le cas. Je conseille cette BD. C’est une trilogie et ce tome clôt donc la série dont je vous laisse découvrir la fin de l’aventure en lisant le livre. Pour tous les âges, à partir du CM2.

Ce monde ne sera pas le nôtre….
Et c’est très bien ainsi…

Le CDI possède les 3 tomes alors laissez-vous tenter par cette superbe aventure au très beau graphisme, dont vous pouvez retrouver les chroniques des tomes 1 et 2 en cliquant sur les liens.

La cité sans nom, 2. Le secret du Cœur de Pierre, de Faith Erin Hicks

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Après avoir sauvé la vie du général de toutes les lames, Rate se remet petit à petit de sa blessure à la jambe, pendant que Kaidu continue son entrainement de Dao. Le projet du père de Kai : un conseil qui dirigerait la Cité sans nom, où tous le monde aurait sa place. Le conseil des nations prend forme. Mais la révolte gronde, la colère est dans le cœur du fils du général de toutes les lames. En effet, si son père accepte le Conseil, Erzi ne pourra jamais devenir général. Que va-il se passer ?

J’ai beaucoup aimé cette BD. J’avais déjà adoré le tome 1. J’aime beaucoup le concept d’une Cité sans nom. Cela sort de l’ordinaire.

Eléa, 5ème, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Retrouvez la chronique du tome 1 en suivant le lien. Et découvrez sans hésiter ce tome 2 d’une trilogie qui se déroule en Chine, au coup de crayon dynamique. Des histoires parallèles, des intrigues historiques et politiques, une belle histoire d’amitié rendent ce récit très vivant et sans temps mort. Nous avons hâte d’en découvrir la conclusion avec le tome 3 sorti en février 2019, et que nous espérons pouvoir vous présenter bientôt. Une bande dessinée qui mérite d’être connue.

 

Poules, renards, vipères – trilogie de Paul Ivoire

Poules, renards, vipères, 1. Albin, de Paul Ivoire

Dans ce pays-là, poules, renards et vipères tentent de survivre en habitant chacun dans un territoire défini où les autres ne peuvent pas pénétrer. Au carrefour de ces trois territoires se trouve le Triangle sans Nom, seul lieu où les clans peuvent se rencontrer et donc risquer leur vie… Albin, un jeune poussin est un jour poussé à franchir la limite pour y récupérer une plume argentée qui lui est chère qui s’est envolée au delà de la frontière… Il y rencontre Zora la renarde et Célis la vipère. Loin de s’entretuer, ils décident de se lier d’amitié. De retour chez lui, Albin se rend compte qu’un immense complot se trame qui menace la paix toute relative de ce pays…

C’est La guerre des clans ou les Royaumes de feu pour lecteurs plus jeunes ou moins adeptes du grand nombre de pages ! Pour survivre, il faut accepter de s’allier malgré les différences. Un roman à l’écriture fluide et facile, mais aux thématiques nombreuses et riches : amitié, solidarité, entraide, mais également manipulation, complot, coup d’état, etc. C’est la version du jeu « pierre, feuille, ciseau » du point de vue du monde animal : le renard est l’ennemi de la poule, la poule est l’ennemie de la vipère, la vipère l’ennemie du renard. Alors, quand ils se retrouvent ensemble, aucun n’est plus fort que l’autre, chacun est en danger et doit s’accepter pour ne pas mourir.

Notre petit poussin Albin est un personnage courageux à qui il va arriver de nombreuses aventures auxquelles il n’était pas préparées. Il saura néanmoins y faire face grâce à son intelligence et sa bienveillance. Il côtoiera nombre d’autres personnages qui seront là pour l’épauler et le guider : outre Zora et Célis, Melle Kiglousse l’institutrice, Filvite le messager du gouverneur, Plume la fille du gouverneur, le comte d’Ergot le vieux géographe… Emprisonné, poursuivi, il n’aura de cesse de faire éclater la vérité et confondre les traîtres.

A découvrir et à lire sans hésitation ! Merci à Judith, élève de 6ème pour avoir proposé ce titre au comité de lecture du blog ! Un bon achat pour tous les CDI de collège et BCD d’école.

Ce roman fait partie d’une trilogie : tome 2, Zora – tome 3, Célis que j’ai commencé à peine refermé le tome 1, grâce aux éditions Poulpe fictions qui n’ont pas hésité à nous offrir l’intégrale et que nous remercions vivement pour leur générosité  (si j’étais devenue éditrice, j’aurais vraiment aimé avoir l’idée d’un nom pareil pour ma maison d’édition !). Ils sont toujours partant pour soutenir notre projet de promotion de la lecture en milieu rural ! Une édition destinée aux 8-14 ans qui fait fureur dans notre CDI !

De toute façon, lorsqu’on lit le  premier volet, on est curieux de savoir la suite et on est tellement attaché aux personnages qu’on aurait du mal à les quitter comme ça. Les illustrations en noir et blanc, si soignées et attendrissantes, y sont aussi pour beaucoup. Mon fils de 6 ans, qui ne lit pas encore vraiment, a feuilleté page par page les trois tomes pour en regarder les images.

Les deux tomes suivants ne sont pas la même histoire racontée d’un point de vue différent comme cela se fait parfois, mais bien la suite, racontée depuis un autre point de vue. Et les aventures s’enchaînent sans temps mort et avec une vraie fin qui vous attend au bout de cette trilogie !

 

Tome 2 : Zora  – résumé de l’éditeur : Albin et Zora s’apprêtent à redescendre du mont Chicken avec Filvite et le comte d’Ergot. Ils habitent bien sur une île et la montée des eaux de l’océan menace le territoire des vipères ! Il faut à tout prix convaincre les trois royaumes de s’unir pour éviter la catastrophe, mais Griffsec et Hagard le Solitaire, un renard cruel, ont d’autres idées en tête… 

 

 

 

Tome 3 : Célis – résumé de l’éditeur : Les trois royaumes des poules, des renards et des vipères savent désormais qu’ils habitent sur une île et que la montée des eaux les menace. Alors que les trois peuples œuvrent de concert pour construire une digue, Grinoir et Hagard aident Griffsec à s’échapper de la prison des Trois Crêtes pour mettre au point leur vengeance. Grâce à leurs forces combinées, ils reprennent rapidement le contrôle du Triangle sans Nom. Mais Célis, Zora, Albin et leurs amis ne s’avouent pas vaincus et préparent une contre-attaque. 

 

 

Strong girl forever, 1.Comment ne pas devenir cinglée, de Holly Bourne

 

Evie est une lycéenne anglaise de 17 ans. Le roman s’ouvre sur la page d’un journal « de guérison ». Ou plutôt un journal de « normalité« , comme le revendique la triple rature et la correction manuscrite.

Le ton est donné, l’ensemble du roman tourne autour de cet axe : comment devenir normale ? Comment se sentir comme les autres quand on passé plusieurs années cloîtrée dans sa chambre, souffrant de TOC et de trouble anxieux généralisé ?

Evie, narratrice du roman, nous raconte donc son retour à la vie sociale, la vie d’une adolescente, en somme : le lycée, les copines, les garçons, les fêtes, le premier rencard, les premiers chagrins…

Strong Girls Forever, littéralement Filles fortes pour toujours (comprendre « filles indépendantes et fières de l’être« ), c’est aussi une jolie histoire d’amitié : Evie, Lottie et Amber se sont trouvées, ensemble elles fondent le « Club des Vieilles filles ». Sur fond de féminisme naissant et non moins conquérant, elles réfléchissent à la place de la femme dans les relations avec le sexe opposé, sa place dans la société en général. Et de quête de normalité à féminisme et vice versa, il n’y a qu’un pas.

Au fil de l’histoire que nous livre Evie, une ombre menace peu à peu. Le lecteur, seul vrai confident d’Evie, est témoin de l’émergence insidieuse des pensées négatives qui la grignottent petit à petit. On devine que s’annonce une lutte sans merci…

On s’attache à cette ado en souffrance, et on a envie de lui dire ce que très sagement lui dit Sarah sa thérapeute :  » Tout le monde avance constamment sur le fil du rasoir. Tout le monde a parfois l’impression de vivre un vrai cauchemar, et il n’y a aucune façon « normale » de s’en sortir. La normalité n’existe pas en tant que telle, Evie. C’est un concept relatif. Tu poursuis un mirage. « 

Une tension présente, dûe en partie à l’immersion du lecteur dans l’esprit de la narratrice, qui donne envie de ne pas lâcher le livre. Le lecteur en témoin et confident découvre, en même temps qu’elle, la menace qui pèse sur elle. Derrière les mots d’Evie, on devine la plus profonde de ses angoisses : être finalement, réellement, littéralement folle. Cette angoisse obsédante est telle qu’elle transparait jusque dans le titre du livre, en sous-titre certes, et faussement désinvolte, mais en lettres capitales tout de même : Comment ne pas devenir cinglée.

Nathalie, assistante pédagogique

Perismer, livre 3. Le serviteur d’Askan, de Franck Dive

Les dévoreurs de livres d’arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

La reine des Noctères est enfin morte, et Locrarz a été chassé de Luisen, mais il compte revenir, sous les ordres d’Askan, et envahir Perismer grâce à une armée de démons. De plus, Luisen doit se remettre de l’attaque précédente ce qui lui prendra du temps et ne pourra donc plus être aussi combatif qu’avant. En face de lui, Amonis, Erian, Farah, Colleen, Sween et Pharnis sont bien décidés à se défendre et à se battre encore une fois pour sauver leur pays. Mais il faut encore qu’ils apprennent à mieux maîtriser leur corps de dragon. Il reste encore un problème : les fayeries et les humains pourront-ils s’allier face à l’ennemi ?

Une série qui se termine en beauté et que je regrette de devoir terminer car les personnages sont très attachants (j’ai ri et pleuré avec eux). Une série qui a su m’accrocher et m’emporter dans un monde imaginaire qui m’a beaucoup plu. Franck Dive a magnifiquement su clore cette superbe trilogie  qui répond à tous mes critères d’appréciation !  Je suivrai donc avec attention les prochaines publications de cet auteur que j’ai découvert grâce aux éditions Naos. Excellent !

Guillaume – ex-membre des Dévoreurs de livres d’Arsène.