Section 13, tome 1. Jack et le bureau secret, de James R. Hannibal

Le père de Jack, 13 ans, a disparu à Londres. Avec sa mère et sa soeur Sadie, 8 ans,  ils sont installés dans une petite chambre d’hôtel le temps de poursuivre les recherches. Sa mère doit d’ailleurs se rendre dans les hôpitaux remplir divers formulaires et doit laisser ses enfants seuls. Une consigne : « Quoi qu’il arrive, ne sortez pas de cet hôtel. Compris ? […]. Je vais à la recherche de votre père. »

Pourtant, lorsqu’en allant chercher à manger dans le hall de l’hôtel Sadie croit apercevoir son père, elle ne réfléchit pas et se lance à sa poursuite… Et lorsque Jack se rend compte de cela, il quitte également précipitemment l’hôtel… Ses pas le conduisent au Bureau des Objets Perdus où il doit remplir des formulaires étranges… Sa rencontre avec Gwen, jeune employée du bureau va sonner le début de nombreuses aventures plus incroyables les unes que les autres, à la recherche de leur père…

Scarabées mécaniques, drones, labyrinthes, sous-sols, pouvoirs extraordinaires, organisation secrète, disparitions, ce mélange bien dosé d’action, d’aventure, d’imaginaire donne le rythme à ce récit qui se déroule sur fond historique du grand incendie de Londres de 1666 (qui a réellement eu lieu et crée l’ambiance de ce livre). Le rythme ne laisse pas de répit car toute l’histoire se déroule sur une seule et même journée…

A quand la suite ?

La couverture est particulièrement réussie et  une carte de Londres en début d’ouvrage séduira les adeptes ( n’est-ce pas Guillaume ?)

 

Mercredi, c’est Papi !, de Emmanuel bourdier

Le mercredi, le paradis chez Papi

mercredi.jpg

Comme mes parents travaillent, je vais tous les mercredis chez mes grands-parents. Je ne suis pas très emballé quand arrive le milieu de la semaine car chez eux, je m’ennuie. Pas de télé, pas d’internet, ma seule compagnie, le tic-tac de la vieille horloge qui rythme cette interminable journée. Papi et mamie sont gentils mais ils ont chacun leurs occupations. Je ne sais pas quoi faire, je n’ai rien pour jouer. J’irais bien voir grand-père dans le jardin mais celui-ci est aux fraises, enfin, je veux dire par là qu’il a la mémoire qui flanche, qu’il a du yaourt dans le cerveau. Il ne sait toujours pas comment je m’appelle ! Mais au fait, mon papy c’était un bébé avant d’être mon papi ? C’était quoi son métier, avant ? Un jour, mon papy, il m’a ébloui, il a été extraordinaire, il m’a raconté plein d’histoires et vous savez quoi, depuis, j’ai hâte d’être à mercredi parce que le mercredi c’est devenu sacré, parce que le mercredi chez mon papi c’est maintenant le paradis… Je ne vous ai pas dit, je m’appelle Simon et j’adore papi !

Venez découvrir pourquoi le petit Simon ne manquerait pour rien au monde le rendez-vous du mercredi. Mercredi c’est papi ! est une histoire touchante qui met en avant les relations intergénérationnelles, les grands-parents face à leurs petits-enfants. Le regard de Simon s’attarde au fil des pages sur son papi, un regard plein de tendresse, d’amour et de compassion. Il se rend compte que son papi n’a plus de mémoire et que cette défaillance l’isole sans qu’il s’en rende compte. Mais il va réussir à communiquer avec lui à travers le jeu et transformer ainsi des mercredis ternes en des mercredis colorés. Le temps qui passe laisse son empreinte, creuse des sillons, des failles qui, hélas, ne pourront jamais être réparées. Le temps égratigne le corps et l’esprit et l’homme n’y peut rien. Jeunes lecteurs, vous qui avez la chance d’avoir vos grands-parents, profitez de tous les instants partagés avec eux et regardez cette petite étincelle qui brille au fond de leurs yeux, elle montre qu’ils sont heureux.

Le texte est simple, les illustrations et les couleurs de certaines pages intérieures donnent de la fraîcheur au récit tout en nous faisant prendre conscience qu’un jour aussi on sera le papi ou la mami d’un « petit »….

Mentine, 4. Seule à New York, de Jo Witek

Nous retrouvons avec un plaisir toujours renouvelé notre pétillante Mentine dans une nouvelle aventure. Cette fois-ci, ses parents veulent profiter d’un séjour en amoureux dans un ranch du Dakota pour fêter leurs 20 ans de mariage… L’excuse pour ne pas emmener Mentine avec eux : elle a peur des chevaux ! Alors, ils décident de l’inscrire à un stage linguistique à New-York durant ces quinze jours. Ainsi, ils partiront ensemble et ils se rejoindront à nouveau après leur escapade ! Mais il faut d’abord trouver à Mentine une famille d’accueil… Bien entendu, Mentine va écrire une lettre explosive à ses correspondants (lettre qui ouvre le roman) mais celle-ci n’est pas du tout du goût de sa mère qui va bien vite prendre les choses en main… C’est ainsi que notre chère Mentine se retrouvera hébergée dans l’Upper East Side, dans une somptueuse villa au sein d’une famille richissime où elle est… la punition de leur fille, la sublime Joyce,  14 ans, hautaine et futile… Car pour avoir la famille d’accueil idéale, la mère de Mentine a décrit sa fille comme une enfant studieuse, sage, disciplinée… Pourtant, sous des dehors lisses, la famille américaine est au bord de l’explosion. Mentine va-t-elle y trouver sa place ?

Un nouveau tome plein de péripéties et d’aventures, parfois bien entendu un peu fantaisistes et tirées par les cheveux, mais on se prend au jeu. Mentine est une adolescente tellement pleine de vie et d’humour, avec son regard d’enfant intellectuellement précoce qui la met toujours dans des situations en décalage avec son âge… On adhère, même si son quotidien d’enfant unique dans une famille aisée parisienne ne parlera pas forcément à nos élèves. On se laisse emporter par ce tourbillon de vie pour passer un petit moment délicieux qui redonne la pêche au lecteur. C’est bourré d’énergie et d’optimisme. Heureusement que la grand-mère veille sur sa famille pour y apporter sa sagesse ! La rencontre cocasse avec Woody Allen, réalisateur américain (au demeurant sans rapport aucun avec l’actualité)  est un petit moment d’anthologie. A lire sans hésitation pour les fans de la série… plutôt des filles, d’ailleurs !

Projet 3ème B, 1. Journal de Rose, Catherine Kalengula

L’adolescence, pas facile !

Résultat de recherche d'images pour "projet 3eb journal de rose"Monsieur Goldstein, professeur d’histoire-géo, propose un projet aux élèves de troisième B. Chacun doit écrire son quotidien dans un journal et le déposer ensuite dans une boîte en métal enterrée devant le collège. Cette boîte contiendra plusieurs témoignages pour les générations futures ! C’est surtout le début d’une série littéraire avec un thème qui est au plus près des préoccupations des adolescents : le journal intime où chacun partage ses émotions, ses rêves, ses secrets. Le premier tome est Le journal de Rose. Rose vit avec ses parents qui vont bientôt divorcer mais n’osent pas lui dire par peur de la blesser. Elle est amoureuse de Swann, le plus beau mec de la classe, doux et gentil, mais qui a déjà une petite copine. Adèle est la meilleure amie de Rose, mais leur relation à tendance à zigzaguer, surtout quand Adèle décide de sortir avec Gabriel uniquement pour rendre jaloux Yannis. Les préoccupations d’Adèle et de Rose ont souvent tendance à être opposées. Heureusement, le voyage à Londres approche, Rose adore cette ville par dessus tout ! Elle ne sait pas encore que ce voyage lui réserve des surprises et surtout des aventures inoubliables qui vont lui permettre de révéler sa vraie personnalité.

Journal de Rose relate le quotidien, les émotions, les sentiments, les rêves et les secrets de Rose. Rose livre dans son journal ce qu’elle ressent et ce qu’elle vit. De son amour pour Swann à Zoé et Delphine, la harcelant au quotidien, en passant par sa meilleure amie Adèle n’ayant des yeux que pour Yannis ! Difficile d’être adolescente, surtout lorsque l’on pense différemment des autres. Compliqué aussi de savoir qui on est, ce journal intime permet de mettre en avant cette quête d’identité qui s’étend du collège au lycée.

Rose est une adolescente banale et manque, comme beaucoup, de confiance en elle. Les garçons du collège ne l’intéressent pas plus que ça, à l’exception de Swann. Et pour elle, pas question de sortir avec n’importe qui. Rose est attirée par le mystère et tente de déceler les secrets de chacun.

Frais et simple à lire, Projet 3ème B. Journal de Rose saura séduire les collégiennes ! A lire dès la classe de sixième !

Père Loup, de Michel Grimaud

Toi, mon ami à jamais…

lou.jpg

Antoine est clown dans un petit cirque. Il est chargé également de nettoyer les cages et de nourrir les animaux. Avec lui, les bêtes sont dociles parce qu’il fait preuve de beaucoup de gentillesse et d’attention. Il y en a une en particulier qui émeut Antoine. C’est Olaf le loup, un loup vieillissant que le directeur du cirque veut abattre car il le trouve inefficace, moins actif. Pour sauver son ami, Antoine décide de s’enfuir, emmenant Olaf loin des hommes, au fond des bois près des collines de Provence. Commence alors une vie de fugitifs, rendue difficile quand une traque est organisée pour les retrouver.

Père Loup est une belle histoire très touchante. Une aventure très profonde de sentiments qui nous montre combien un homme peut être dévoué à l’animal qu’il aime, allant jusqu’au sacrifice de sa propre vie. Le lecteur va partager les joies, les doutes et les émotions d’Antoine qui jusqu’au bout se battra pour préserver Olaf. Loin de la civilisation, en pleine forêt, ils vont malgré tout être heureux car ils sont ensemble et se sentent invincibles. Ils ont un abri, ils se débrouillent pour manger, c’est  l’essentiel. Antoine a toute notre sympathie et notre reconnaissance pour le dévouement dont il fait preuve. Olaf est affectueux, fidèle, attachant et a pleine confiance en son maître. Un binôme qui nous émeut. La fin de leur périple est pour autant déstabilisante par sa brutalité.

Akavak de James Houston

Au-delà des limites !

akavak.jpg

Akavak est un jeune esquimau de 14 ans qui va devoir accompagner son grand-père trop vieux pour voyager seul, au-delà des montagnes glacées du Canada. L’aïeul doit se rendre au chevet de son frère mourant. Akavak va devoir se montrer fort, courageux, vaillant car le périple va s’annoncer dangereux.Tous deux partiront avec un attelage de chiens. Mais à tout moment la nourriture peut manquer, ils peuvent être pris au piège par le froid ou la nature hostile. Au fur et à mesure de leur progression, le jeune garçon mesure combien sa responsabilité est grande. Il doit veiller sur son grand-père, le protéger, l’aider à continuer car ses forces le lâchent.

Le lecteur voyage au fil des pages, fait la connaissance d’un peuple dont les conditions de vie sont difficiles. Mais avant tout, c’est un livre riche en émotions qui met à nu les relations entre un grand-père et son petit fils qui lui est très dévoué.

Et si vous avez aimé, vous pouvez lire aussi  : Himalaya, l’enfance d’un chef

Jonathan Livingston le goéland, de Richard Bach

On a tous un peu de Jonathan Livingston…

goeland.jpg

Dépasser ses limites, aller plus loin, oser… Oublier les contraintes, changer de vie, ne pas se laisser enfermer par la routine, découvrir autre chose. Jonathan l’a fait. Voler pour être libre, voilà ce que ce goéland a décidé. Il ne veut pas vivre comme ceux de son clan, résignés, selon des règles et des lois bien établies. Alors, jour après jour, il s’entraîne à voler plus vite, plus haut au désespoir de ses parents. Pour les autres goélands, voler n’est utile que pour se nourrir et rien d’autre. Ils décident de s’assembler en Grand Conseil et d’exclure Jonathan. Celui-ci est affligé, il se rend compte que ses semblables le rejettent sans comprendre. Il est ainsi condamné à vivre seul sur les falaises lointaines. Tous lui tournent le dos. Jonathan quitte donc ce clan.

Un soir alors qu’il se pense seul, deux majestueux oiseaux brillants viennent à lui et l’emmènent plus hauts dans les cieux. Il est loin de sa terre, de son ancienne vie. Jonathan change, devient majestueux, il a trouvé une nouvelle famille qui partage les mêmes idées que lui. Jonathan n’en finit pas d’apprendre et de se perfectionner. Il a trouvé son maître, Sullivan, qui est admiratif. Avec le plus ancien, Chiang, il va apprendre la confiance, l’amour, la liberté. Et puis, le jour vient où, à son tour, Jonathan le goéland transmet son savoir…Un éternel recommencement.

Ce récit est en trois parties, la première relate la soif de changement de Jonathan, la seconde son exil et dans la troisième on découvre le goéland en maître d’apprentissage.

Cette histoire peut largement s’adapter à l’homme.

C’est parce que des hommes veulent en savoir toujours plus que le monde mute et progresse. Rester à faire les mêmes choses, refuser d’évoluer fait stagner. Un petit bémol cependant car, pour pouvoir agir, il faut être libre mais la société ne nous offre pas toujours cette possibilité. Il y aura toujours des contraintes. Montrer à l’autre qu’il faut qu’il change ne plaît pas forcément. Cela peut attiser colère ou jalousie. Nous sommes responsables de nos vies que nous construisons aussi sur des savoirs, sur des manières d’être, transmises par nos parents, qui les ont reçus de leurs parents et que nous enseignons à notre tour à nos enfants…..Chacun veut léguer un savoir et c’est logique.  Mais avoir notre propre ouverture d’esprit, notre propre opinion est aussi une forme de liberté. Chacun doit vivre selon un idéal, nous sommes tous différents et il faut réussir à rester soi-même. Si on pousse le raisonnement, on peut préciser que tout progrès peut aussi donner du pouvoir et que le pouvoir mis entre les mains de gens mal intentionnés peut être dangereux …mais ceci est un autre débat….

Je trouve que Jonathan Livingston le goéland peut être comparé à un conte philosophique.

Le paradis, c’est simplement d’être soi-même parfait.

Enregistrer