Tous les chemins mènent à l’info – anthologie, présenté par Patrice Kleff

Un ouvrage collectif rassemblant des extraits de journalistes ou écrivains sur le thème de la presse, de l’information, de la désinformation, de la manipulation : Florence Aubenas, Ryszard Kapuscinski, Edwy Plenel, Albert Londres ou Elise Lucet pour les journalistes, Zola, Maupassant, Camus, Kessel pour les écrivains de littérature classique, Guillaume Guéraud ou Didier Daeninckx pour la littérature de jeunesse actuelle. Bref, un panel varié et riche qui nous permet de prendre conscience des enjeux, dans notre société, de l’information de masse. L’ouvrage est divisé en 6 parties : Aux sources du journalisme ; Parcours de l’information ; L’indépendance, condition de l’information ; l’objectivité en question ; Le spectacle de l’information ; Informer, déformer… désinformer ? Des pistes de réflexion pour se frayer un chemin dans un monde hyperconnecté où notre esprit critique doit être constamment en éveil.  « Comment faire le tri entre les informations ? Comment faire la part des choses entre l’essentiel et le futile ? Comment distinguer le vrai du faux, le mensonge  de la vérité, le fiction du réel. » voilà le but de cette anthologie qui fournit de nombreux outils pour décrypter l’info.

En lien avec les nouveaux programme de 4ème, cet ouvrage est plutôt à destination des enseignants de discipline et documentalistes pour les guider dans un projet-presse.

Riche et intéressant.

Les insurgés de Sparte, de Christian de Montella

Résultat de recherche d'images pour "les insurgés de sparte montella fnac"Lors de la naissance de ses jumeaux, Parthénia, n’eut pas le courage de les soumettre à la loi spartiate, qui impose la mort du plus faible des deux. Envahie par la peine, elle le confia secrètement à sa servante, Eryx et son mari Lycos. Ils l’emmenèrent dans l’Ithôme, une contrée de Sparte, pour le protéger, l’élever et ne dévoilèrent ce secret à personne, jusqu’au jour où…

Niveau de lecture : assez facile 

Passage sur un personnage qui m’a plu :

« Dès l’âge de trois ans, il s’était mit à pousser et à forcir –« comme une mauvaise herbe », disait en riant Lycos. Quand il eut six ans, il commença à participer aux travaux agricoles. Il était habile, résistant, rieur mais teigneux. Il se battait facilement. Pour un regard de travers ou une plaisanterie qui égratignait son orgueil. Certains disaient qu’il se battait pour le plaisir de se battre. »

Mon avis sur le livre :

Ce roman est d’une lecture relativement facile. Je le recommande à mes camarades de 5ème. J’ai aimé l’aspect de la guerre grecque, avec les traditions associées.

Marceau, 5ème

 

Témoins en danger, de Roland Smith

Pour échapper au patron du cartel de drogue Alonzo Aznar pour lequel travaillait son père, Jack Osborne et sa famille ont été soumis au dispositif de Protection des Témoins et ont dû changer d’apparence, d’identité et de lieu. Dans le premier tome « Disparition programmée », ils vivaient à Elko sous le nom de Granger. Mais Alonzo Aznar et ses sbires ont retrouvé leurs traces… Arrêté, celui-ci attend d’être jugé et le dispositif de protection se resserre autour de la famille de Jack. Désormais, les Osborne se retrouvent dans une petite station balnéaire de Caroline du Sud sous le nom de Greene, dans l’attente du procès où le père devra témoigner… Hélas, la soeur de Mack (alias Jack) se fait repérer en étant sélectionnée pour une émission musicale  télévision et la traque recommence…

« Pour tous ceux qui m’ont demandé : « Il se passe quoi ensuite ? » »

Voilà ce qui est mis en exergue au début du roman… Car nous avions quitté notre famille enfin réunie mais toujours sous protection judiciaire à la fin de « Disparition programmée » sans savoir ce qu’il allait advenir d’eux, de Jack, de son amour pour Cataline qu’il a dû quitter précipitamment, sans explication à la fin du premier tome. Un roman toujours sans temps mort, qui nous permet de clore cette histoire. Si vous avez aimé Disparition programmée, n’hésitez donc pas une seconde à lire la suite qui vous apportera tous les éclairages à vos questions laissées en suspens, même si elle n’est peut-être pas aussi trépidante et captivante que le premier volet. De l’action, des rebondissements, un brin de violence, un rythme rapide, bref, toutes les ficelles du thriller sont réunis pour les amateurs du genre… et une fin réussie quoiqu’un peu rapide.

Disparition programmée, de Roland Smith

Alors qu’il dormait déjà, Jack est réveillé par trois types qui ont pénétré dans la maison. Avec sa mère et sa soeur, ils se retrouvent ligotés, bâillonnés, violentés, Tous attendent que le téléphone sonne pour passer un message sans appel à leur père au bout du fil : « Si tu parles, ils nous tueront ». Pourquoi cette menace ? Dans quelle affaire sordide leur père a-t-il bien pu se fourrer ?

Mais bientôt, la police arrive, enquête et demande des explications… Perquisition, saisie de biens… Leur père aurait trempé dans un trafic de drogue lié à la mafia colombienne. Leur seule chance de survie : se soumettre au dispositif de protection des témoins, déménager, changer d’identiét, couper tous les liens avec son ancienne vie, se faire oublier, ne pas se faire remarquer, et espérer ne jamais être retrouvé…

Un thriller haletant, à destination des adolescents (les scènes violentes ne sont pas décrites dans les détails, les liens d’amitié sont forts, l’amour est au rendez-vous et la morale est sauve). Le gardien du  collège, personnage totalement atypique, va aider Jack à surmonter cette épreuve. Les personnages sont attachants, des petites histoires secondaires leur permettent de prendre vie dans notre imaginaire et enrichissent le roman. Ecrit par un auteur américain, celui-ci se situe aux Etats-Unis et nous fait voyager. On nous y décrit bien tout le dispositif de protection de témoin, les rouages de la justice, le chamboulement psychologique qu’un tel dispositif induit sur la vie personnelle des personnes concernées, la peur constante du faux pas, le choc psychologique des souvenirs de l’agression et la peur de la voir se reproduire.

Un roman sans temps mort, au scénario riche en rebondissements et au suspens constant. A lire pour les adolescents adeptes du genre, et leurs parents.

A suivre, un tome 2 : Témoins en danger ! Mais néanmoins  le tome 1 peut se suffire à lui-même.

Le petit chaperon rouge à Manhattan, de Carmen Martin Gaite

chaperon.jpg

Une tarte si convoitée…

Sara Allan, 10 ans, vit à Brooklyn avec son père, plombier et sa mère, employée dans une maison de retraite. La jeune fille adore la lecture, l’imprévu, l’aventure et admire tous ces héros si courageux qui la font rêver. Mais ce qu’elle aimerait par-dessus tout, c’est de voir la statue de la liberté et d’explorer le quartier de Manhattan. Pour l’instant, elle le parcourt furtivement quand elle va rendre visite à sa grand-mère Rebecca, une ex-star du music-hall, connue sous le nom de Gloria Star. Un peu farfelue cette grand-mère! Elle chante, elle est pleine de fantaisie, pétillante et beaucoup plus rigolote que les parents de Sara. Comme sa petite fille, elle est éprise de liberté. Alors que les parents doivent partir à l’enterrement d’un oncle, Sara est confiée à un ami qu’elle n’aime pas. Elle décide alors de s’enfuir et de se rendre seule chez son aïeule. Mais, contrairement au conte initial, Sara n’emporte pas un petit pot de confiture et du beurre mais une tarte aux fraises, spécialité de sa mère. La recette de cette gourmandise est un secret qui se transmet de mère en fille. Elle est donc très convoitée et sera la clé de la folle aventure que va vivre la fillette. Elle va s’égarer dans les méandres d’un quartier où sa route va croiser une multitude de personnages dont le fameux loup, un pâtissier milliardaire à la recherche de la fameuse recette.

Le petit chaperon rouge à Manhattan est une version moderne du conte. Une version originale, pleine d’humour avec des personnages colorés à souhait. Deux univers qui se rencontrent : d’un côté l’imaginaire, un chaperon rouge qui incarne notre enfance, un temps passé et de l’autre la modernité.

Vertical, d’Alain Grousset

 

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Tékla est ethnologue et est employée par une industrie pharmaceutique qui l’envoie sur une falaise afin de trouver un fameux « lichen » qu’il espère guérir toutes les maladies existantes. En effet, cette espèce de plante inconnue aux pouvoirs extraordinaires a été découverte sur le cadavre d’un enfant échoué sur la plage suite à sa chute du haut d’une falaise. Lors de son expédition, Tékla y rencontre le peuple qui l’habite et tombe amoureuse de Lix  mais les choses risquent de se compliquer au sein de la tribu et avec ses compagnons …

Mon avis :
Le livre est très bien. Il mélange à la fois science-fiction et romantisme malgré le petit manque de suspens. Tékla et Lix sont très bien décrits et on s’attache vraiment à eux. Je conseille ce livre plutôt pour les 4ème / 3ème ou les bons 5ème car, même si le livre paraît facile à lire, plusieurs moments sont complexes vue que le début de l’histoire met en avant une firme pharmaceutique qui cherche le profit. Il met aussi en avant aussi les dégâts que peuvent faire leur découverte sur un peuple qui n’a pas été encore confronté à la civilisation.  Un roman écologique et d’aventure qui permet de réfléchir sur des sujets intéressants.

Emma, 5ème – 12 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

 

 

Section 13, tome 1. Jack et le bureau secret, de James R. Hannibal

Le père de Jack, 13 ans, a disparu à Londres. Avec sa mère et sa soeur Sadie, 8 ans,  ils sont installés dans une petite chambre d’hôtel le temps de poursuivre les recherches. Sa mère doit d’ailleurs se rendre dans les hôpitaux remplir divers formulaires et doit laisser ses enfants seuls. Une consigne : « Quoi qu’il arrive, ne sortez pas de cet hôtel. Compris ? […]. Je vais à la recherche de votre père. »

Pourtant, lorsqu’en allant chercher à manger dans le hall de l’hôtel Sadie croit apercevoir son père, elle ne réfléchit pas et se lance à sa poursuite… Et lorsque Jack se rend compte de cela, il quitte également précipitemment l’hôtel… Ses pas le conduisent au Bureau des Objets Perdus où il doit remplir des formulaires étranges… Sa rencontre avec Gwen, jeune employée du bureau va sonner le début de nombreuses aventures plus incroyables les unes que les autres, à la recherche de leur père…

Scarabées mécaniques, drones, labyrinthes, sous-sols, pouvoirs extraordinaires, organisation secrète, disparitions, ce mélange bien dosé d’action, d’aventure, d’imaginaire donne le rythme à ce récit qui se déroule sur fond historique du grand incendie de Londres de 1666 (qui a réellement eu lieu et crée l’ambiance de ce livre). Le rythme ne laisse pas de répit car toute l’histoire se déroule sur une seule et même journée…

A quand la suite ?

La couverture est particulièrement réussie et  une carte de Londres en début d’ouvrage séduira les adeptes ( n’est-ce pas Guillaume ?)