Astérix et Cléopâtre, de René Goscinny

Une reine d’Egypte aussi belle que rebelle

asterix.jpg

Ne supportant plus les critiques de César sur son peuple égyptien, sa culture, Cléopâtre fait le pari que son peuple peut faire de grandes réalisations. Elle ordonne donc à Numérobis, l’architecte, de construire un palais, en moins de trois mois. Mais celui-ci s’avère être un piètre entrepreneur. Il risque d’être jeté en pâture aux crocodiles si sa mission n’est pas remplie. Il va donc demander de l’aide à Astérix et Obélix pour ne pas être réduit en bouillie.

Astérix et Cléopâtre, publié en 1965, est le 6ème album de la série de bandes dessinées de René Goscinny et Albert Uderzo (illustrations). Un scénario plein d’humour, avec jeux de mots et situations comiques. C’est le début des histoires d’Astérix, les personnages, les illustrations vont évoluer au fur à mesure du temps. Quatre personnages vont former le pilier de chaque album, Astérix, Obélix, Panoramix et Idéfix qui seront systématiquement présents dans tous les albums.

Astérix est apparu en 1959. Après la mort de Goscinny en 1977, Uderzo continue seul puis passe la main en 2013 à Jean-Yves Ferri et Didier Conrad. La série met en scène un petit village gaulois qui poursuit seul la lutte contre l’envahisseur grâce à une potion magique préparée par le druide. A ce jour, on dénombre 37 albums.

L’affaire Caïus, de Henry Winterfeld

Accusé à tort…

Eléa est élève de 6ème et passionnée par l’Antiquité. C’est avec un grand plaisir qu’elle m’a confié ses impressions sur L’affaire Caïus.

affaire.jpg

Eléa, peux-tu en quelques mots nous résumer cette histoire ?

«Eh bien, nous sommes à l’époque de la Rome Antique, et au début du roman, nous sommes dans une salle de classe, réservée à l’élite. Caïus est interrogé par son professeur, mais tous les élèves autour de lui ricanent. Le professeur surprend alors une inscription qui pend au mur : «Caïus est un âne». C’est Rufus qui l’a écrit donc il est sanctionné. On lui demande de quitter la classe avec toutes ses affaires. Mais le lendemain, ni Rufus, ni Caïus, ni le maître ne se rendent à l’école. Mais que ne fut pas la surprise des élèves de découvrir la salle sens dessus-dessous, leur professeur ligoté et enfermé dans une armoire. Mais plus grave, en fin de journée, ils remarquent une inscription sur le mur du temple de Minerve : «Caïus est un âne».

A cette époque, inutile de dire que taguer un temple entraînait de grosses sanctions, comme des mains coupées par exemple ! Et c’est encore Rufus qui est accusé, forcément. Celui-ci nie tout en bloc et les élèves décident alors de mener leur propre enquête.

Qu’as-tu trouvé de si passionnant dans cette histoire ?

En fait, le lecteur mène son enquête en même temps que les élèves, comme dans un jeu de piste. On pense avoir trouvé l’auteur des faits et au même moment un élément vient tout remettre en question.

Comment pourrais-tu qualifier ce roman ?

C’est à la fois un roman historique et policier. Historique, car on apprend beaucoup de choses sur le mode de vie de cette époque. Policier, car il entraîne nos héros dans une quête de la vérité bien rythmée.

Est-ce-que le fait de choisir des enfants pour incarner les héros rend le roman plus accessible, plus captivant ?

Personnellement, je trouve qu’on peut s’identifier à eux donc on y trouve plus d’intérêt.

Je te remercie Eléa pour ce bon moment et j’invite donc tous nos jeunes lecteurs à participer à cette enquête hors du temps. Si vous aimez les histoires d’entraide, d’amitié et de suspens, je vous conseille de suivre le choix d’Eléa. Bonne lecture !

Les insurgés de Sparte, de Christian de Montella

Résultat de recherche d'images pour "les insurgés de sparte montella fnac"Lors de la naissance de ses jumeaux, Parthénia, n’eut pas le courage de les soumettre à la loi spartiate, qui impose la mort du plus faible des deux. Envahie par la peine, elle le confia secrètement à sa servante, Eryx et son mari Lycos. Ils l’emmenèrent dans l’Ithôme, une contrée de Sparte, pour le protéger, l’élever et ne dévoilèrent ce secret à personne, jusqu’au jour où…

Niveau de lecture : assez facile 

Passage sur un personnage qui m’a plu :

« Dès l’âge de trois ans, il s’était mit à pousser et à forcir –« comme une mauvaise herbe », disait en riant Lycos. Quand il eut six ans, il commença à participer aux travaux agricoles. Il était habile, résistant, rieur mais teigneux. Il se battait facilement. Pour un regard de travers ou une plaisanterie qui égratignait son orgueil. Certains disaient qu’il se battait pour le plaisir de se battre. »

Mon avis sur le livre :

Ce roman est d’une lecture relativement facile. Je le recommande à mes camarades de 5ème. J’ai aimé l’aspect de la guerre grecque, avec les traditions associées.

Marceau, 5ème

 

Les pilleurs de sarcophages, d’Odile Weulersse

L’Egypte des pharaons…

pilleurs-de-sarcophages

En 1550 avant J.C, Tétiki, un jeune garçon égyptien, habite sur l’île d’Eléphantine. Son père Ramose est le nomarque d’Eléphantine. Un jour, les Hyksos, qu,i à cette époque contrôlent environ la moitié de l’Egypte, viennent voir le père de Tétiki pour lever une armée contre le Pharaon en échange d’or. Ils veulent piller la tombe de Taa (un ancien pharaon).

Tétiki, accompagné de Penou ( un nain), son compagnon depuis longtemps, et de Didiphor (le singe) tente le tout pour le tout pour mettre le trésor de Taa à l’abri des Hyksos.

Kanefer (scribe), un homme qui les avait accompagnés, les a trahis : il a tué un homme faisant partie de la mission, a volé une partie des trésors et accusé Tétiki devant le grand vizir d’avoir pillé le sarcophage.

A partir de ce moment, Tétiki est recherché, retrouvé et mis en prison alors qu’il est pourtant innocent. Tétiki va-t-il résister au chantage, aux menaces ? Va-t-il dévoiler l’endroit où il a caché le sarcophage de Taa? Va-t-il retrouver son père ? Est-il un pilleur de tombe ?

Ce livre est une belle aventure historique, qui nous plonge dans l’Egypte ancienne des Pharaons. L’auteure nous fait part de nombreux points culturels : les temples et leurs trésors, l’embaumement des morts, le « ka » ( à découvrir dans le livre), la danse du Soleil …  Elle nous montre aussi la différence entre l’île d’Eléphantine et Thèbes, différence dûe a des croyances liées aux différents dieux. Odile Weulersse maîtrise le sujet et nous embarque au pays des pharaons.

Pour ceux intéressés et à qui ce roman aura plu, il y a encore deux tomes qui suivent les périples de Tétiki et ses amis.

A découvrir dès le CM2 !

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Panique dans la mythologie, tome 3. Hugo et le cheval de Troie, de Fabien Clavel

L’antiquité sens dessus dessous !

hugo.jpg

Hugo, collégien, est fan de mythologie. Lors d’une visite au Louvre avec sa classe, il remarque que quelque chose disparaît sur un vase : oh non les têtes des passagers du cheval de Troie s’effacent les unes après les autres ! Le cheval de Troie ne peut pas entrer dans la cité ! Intrigué, il décide d’en savoir plus. En s’infiltrant dans les souterrains du musée, il va découvrir un passage qui communique avec les Enfers grecs. Il va se trouver ainsi projeté dans l’Antiquité. Il va retrouver son amie Blanche, la fille d’Hadès. Celle-ci lui apprend que les guerriers grecs sont bloqués à l’entrée de Troie. Hugo décide d’intervenir pour les aider.

Hugo va devoir être très rusé pour rétablir la guerre de Troie. Brillamment secondé par son amie Blanche, Hugo va réussir à éviter de nombreuses embûches. Il prend progressivement confiance en lui et son personnage devient important dans l’histoire. Le tandem Blanche – Hugo est très attachant…  Dommage que Blanche soit un peu effacée au cours du récit.

Ce roman est très riche en détails ce qui permet aux lecteurs de se perfectionner en histoire de la mythologie. Hugo a la tête sur les épaules et rassemble ses connaissances scolaires pour que tout se déroule suivant ce qu’il a appris. Pour cela, il fait toujours référence aux notes qu’il prend régulièrement sur un agenda.

Aidé par Blanche, il faudra qu’il recrée l’épisode de l’entrée du cheval de Troie. Donc, aucune erreur n’est possible !

C’est un roman plein d’actions avec des illustrations sympathiques qui fait passer un bon moment de lecture.

Hugo et le cheval de Troie est le tome 3 d’une série qui rassemble déjà « l’Odyssée d’Hugo » et « Hugo et le Minotaure »  mais que le CDI ne possède pas.

Et, à la fin du récit, l’auteur fait un bref résumé de ce qui s’est passé réellement pendant la guerre de Troie – sans les personnages de Blanche et Hugo !

Enregistrer

Les aventuriers de l’intermonde : Mission Athènes, de Jérôme Erbin et Auren

A la découverte de l’Antiquité

9782747059282-couverture-300x379Alex, un jeune garçon, est en visite au Louvre lorsqu’une jeune égyptienne, Nephti, se matérialise soudainement devant lui, poursuivie par deux gardes. Alors qu’Alex et elle se retrouvent piégés, une statue se brise en deux et Jie, jeune moine shaolin en jaillit pour leur porter secours. Très vite, les trois amis deviennent inséparables et enquêtent sur l’étrange médaillon que porte Nephti autour du cou. Afin de fuir la police, il se réfugie via un portail temporel dans la Grèce antique.

Cette petite bande dessinée qui se lit très vite permettra aux élèves de découvrir l’antiquité. Ils seront happés par les histoires de voyages temporels comme de complots pour s’emparer du pouvoir. La collection BdKids proposent d’autres courtes bandes-dessinées dans des genres très différents et il est certain que nous recroiserons Nephti, Alex et Jie dans d’autres aventures !

Les héros de l’Iliade, d’Homère par Martine Laffon

LesHerosDeLIlliade[1]

Héros d’Antan

Héros et dieux se retrouvent aux portes de Troie pour venger l’affront que fit Pâris au roi Ménélas en s’enfuyant avec Hélène, sa femme. La guerre fait rage depuis 10 ans lorsque l’auteur débute son récit.

Au fil des chapitres, les héros, les hommes et les dieux défendent leurs valeurs au cœur de combats épiques, de romances improbables et d’amitiés profondes. Le plus grand respect y côtoie ainsi la plus grande barbarie.

Jalousie, amour, haine, fierté se mêlent jusqu’à leur paroxysme au fil des pages et des mots pour nous emmener au cœur de l’intrigue et nous rappeler, comme nous le dit si bien l’auteur Martine Laffon  que « …si les poètes chantent les exploits des héros pour en garder la mémoire vive, qu’ils racontent aussi que pour vaincre à la guerre, il faut savoir tuer ».

Au fil de la lecture, chacun est alors libre de choisir parmi tous les personnages celui qui défend au mieux ses propres valeurs. C’est ainsi que Martine Laffon a repris et adapté l’œuvre initiale d’Homère en privilégiant le rôle d’Hector le troyen. Elle s’en explique d’ailleurs très bien dans l’interview de la seconde partie du livre.

Pour ma part, bien qu’ayant aimé le style d’écriture et la reprise de l’œuvre initiale, j’ai trouvé fort dommage que l’on soit autant soumis au positionnement de l’auteur, souvent bien tranché, qui laisse peu de place à l’opinion personnelle.

A lire pour le plaisir de retrouver les héros d’autrefois, lointains cousins de nos héros actuels.