Pile ou Face, 2. Cap sur l’île aux trésors, de Hope Larson et Rebecca Mock

Les dévoreurs de livres d’Arsène,les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

 

Après des retrouvailles émouvantes entre Cléo, Alex et leur père, celui-ci doit encore se remettre de son emprisonnement. Les jumeaux découvrent alors que Dodge n’est pas leur père biologique. C’est le début de révélation familiales au milieu d’aventures trépidantes.

J’avais lu et beaucoup aimé le tome 1, ce qui m’a donné envie de lire le deuxième tome de la série dès qu’il est arrivé. J’ai beaucoup aimé ces BD, car l’un des personnages principaux est une fille qui n’a pas froid aux yeux : elle se coupe les cheveux pour vivre ses aventures comme un garçon, et veut apprendre comment manier une épée. Ce qui m’a touché, c’est que Alex et Cléo ne connaissent pas leur père ni leur mère. L’histoire se passe en 1860 entre les Etats-Unis et le Pacifique. Je le conseille !

Eléa, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Et avant de vous lancer dans l’aventure, redécouvrez la chronique du tome 1 en suivant le lien

Le titre de ce volume « Cap sur l’île aux trésors » fait référence aux livres d’aventures du 19ème siècle comme l’île au trésor et tous les ingrédients sont là : voyage en bateau sur des mers infestées de requins, rencontre avec des cannibales, recherche d’un trésor, aventures trépidantes de pirates, pleine de dangers. Un dyptique énergique à la conclusion émouvante. Une réussite. 

 

 

L’île au trésor, de Robert Louis Stevenson

L’histoire se passe au 18ème siècle. Jim a quatorze ans, ses parents tiennent une auberge sur la côte d’Angleterre. Un jour, arrive un vieux marin à la mine effrayante et aux manières peu raffinées, portant un mystérieux coffre de bois. Il s’installe à l ‘auberge, au grand désarroi des propriétaires qui n’osent pas le mettre à la porte. Les semaines, les mois passent. Le « capitaine » semble attendre quelqu’un… Mais c’est une menace de mort qui lui parvient de la part d’un groupe d’anciens pirates. De surprise et de panique, le vieil homme a une attaque et meurt. Jim et sa mère décident alors d’ouvrir son coffre pour récupérer ce que leur client leur doit pour son séjour à l’auberge : outre des pièces d’or de nombreux pays, ils y découvrent de mystérieux papiers, parmi lesquels une carte… Jim va alors se retrouver entraîné dans une aventure extraordinaire, par-delà l’océan, à la recherche d’un trésor caché.

Mon avis : Un très bon livre ! Personnages fascinants, lieux pleins de mystères, action, danger, suspense, tout y est. L’Île au Trésor a été écrite en 1883. Elle a fait rêver des génération de jeunes lecteurs, inspiré de nombreux écrivains et cinéastes. C’est un classique, c’est LA référence en matière d’histoires de pirates, mais c’est aussi tout simplement un très, très bon livre d’aventures !

Le style littéraire destine plutôt ce livre aux lecteurs confirmés, à partir de la 5ème.

Marion, parent d’élève

L’île aux mainates -les contes à dormir debout du pirate Pitou-de Jean C. Denis

Tel est pris qui croyait prendre..

ile.jpg

Richard, un jeune enfant, adore flâner sur le sable, aux premières heures du jour. La plage est déserte, il n’y a que le bruit des vagues et des mouettes… Seule ombre à ce tableau idyllique, la cabane de Pitou, un ancien marin bourru, qui fait peur à tout le monde. Il faut dire que sur son visage se lisent toutes les traces du temps et des maladies qu’il a attrapées durant ses nombreux voyages. Gare à ceux qui s’aventureraient trop près de sa bicoque ! Pourtant, Richard n’hésite pas à s’approcher quand il entend les gémissements d’un chien qui proviennent de dessous la barque de Pitou. Mais quelle surprise, quand le jeune garçon retourne à l’embarcation, l’animal est bien là tout apeuré, tout mouillé mais c’est un mainate qui aboie. Le volatile imite à la perfection le cri du chien. C’est à ce moment-là que surgit Pitou, imbibé d’alcool de la veille, brandissant un parapluie. Il se saisit du chien malgré les protestations de Richard qui lui propose en échange le merle. Pitou part dans un fou rire en lui affirmant que ce genre d’oiseau ne fait que répéter que ce qu’il entend et qu’il n’a pas le don de parole. Il n’est pas d’accord pour s’encombrer d’un oiseau qui ne sert à rien. Et pour confirmer ses dires, il raconte à Richard ses aventures qui l’ont mené à rencontrer beaucoup de mainates, oiseaux qui ne lui ont apporté que des ennuis.

L’île aux mainates nous offre un voyage rocambolesque à travers les périples d’un vieux loup de mer. Amis lecteurs, n’hésitez pas à tourner la dernière page, ne vous arrêtez pas au mot fin, la chute de l’histoire est derrière !

Mon papa pirate, de Davide Cali

 

Moussaillons, embarquez à bord de l’Espoir !

Lorsque son papa revient à la maison, en Italie, une fois par an pour l’été, il raconte à son fils ses histoires de pirate. La mer, les trésors volés, les hommes d’équipage aux noms d’aventuriers : le Tatoué, le Barbu, Riquiqui, Bourrasque, etc. Pourtant, l’année de ses neuf ans, le papa n’est pas revenu et la maman a reçu un mystérieux télégramme. Ils devaient rejoindre le papa… en train… vers une destination qui ne voit pas la mer… Que lui est-il arrivé ? Est-il toujours vivant ? La réalité se révèlera pourtant différente de ce qu’imaginait le garçon.

Un album émouvant aux illustrations soignées aux couleurs chaudes qui rassurent. Le personnage du père est touchant, qui, pour protéger son fils de la réalité de sa vie, invente un univers extraordinaire fait d’aventures et de dangers. Et pourtant, c’est dans sa réalité qu’il puise toute son imagination en l’arrangeant simplement à sa façon pour transmettre à son fils un message d’espoir, de tendresse, d’amour et de courage.

Un très beau texte sur la transmission et l’amour filial dont il n’est pas possible de révéler le vrai sujet sans perdre un peu de poésie.

A lire sans hésitation !

 

Le trésor de l’île sans nom, de Gilles Abier

Le Trésor de l'île sans nomL’île sans nom est une île perdue au milieu de nulle part, non répertoriée sur les cartes et qui est le refuge de pirates. Là, ils y cachent leurs enfants -les Coquins- lors de leurs déplacements, mais aussi leur trésor dans le cratère éteint d’un volcan. Et si quelqu’un  tente de s’approcher de l’île, tout est mis en place pour faire croire que le volcan entre en éruption afin de faire fuir les navires étrangers. Pourtant, un jour, il y en a bien un qui s’approche dangereusement… et les parents-pirates sont absents de l’île !

Un roman d’aventures trépidantes, où, pour une fois, on se retrouve du point de vue des enfants de pirates, qui en l’absence de leurs parents aventuriers vont devoir prendre les choses en main et se révéler plus astucieux les uns que les autres. Des personnages hauts en couleurs, des chats qui miaulent dans des porte-voix en guise de surveillance, un trésor caché, de faux explorateurs avides, tout est là pour nous faire vivre une aventure pleine d’humour et bonne humeur.

De délicieuses illustrations en noir et blanc, dans un style « roman historique humoristique » agrémentent très agréablement cet ouvrage qui plaira aux lecteurs-aventuriers en herbe.

On retrouve donc avec un très grand plaisir Gilles Abier, l’auteur,  qui sait avec grand art passer d’un style à un autre ! Un immense merci à lui pour sa dédicace !

Et un grand merci à Poulpe Fictions qui continue une programmation d’ouvrages de qualité, qui sont parmi les plus lus du CDI !

 

 

Des crocodiles au paradis, de Jean-François Chabas

paradis.jpg

Des vacances aiguisées

L’occasion de participer à un concours pour un séjour de rêve en Australie ne se présente pas tous les jours. Si en plus vous êtes le gagnant, c’est le paradis. Les valises sont vite bouclées et c’est parti pour des vacances idylliques. Enfin c’est ce que pensaient Martine 13 ans, Yann 14 ans et Luc 12 ans. Où sont les plages de rêve, les kangourous, les paysages merveilleux ? Ils ont atterri dans un petit village, au doux nom de Paradise Bay. Mais il n’y a que le nom qui est paradisiaque car l’endroit est miteux, proche d’une forêt avec un hébergement médiocre et un accueil quelque peu surprenant. Ils sont loin des clubs de vacances avec animations et lieux de détente ! Les trois jeunes ne se connaissent pas, leur point commun est d’être les trois heureux gagnants du concours pour ados Choco Wizz. Heureux … c’est vite dit. Depuis leur arrivée, rien d’extraordinaire, personne ne les a réellement pris en charge, ils ne savent pas de quoi leur séjour sera fait. Ils sont très furieux d’autant qu’ils sont censés rester là un mois. Un matin, alors qu’ ils se hasardent à aller jusqu’à la plage, ils rencontrent un groupe de jeunes qui essaient de les chasser. Leur présence visiblement les gêne. La communication est difficile voire hostile. En discutant de-ci de-là, Martine, Yann et Luc apprennent que sur l’île, une rumeur a circulé concernant un trésor qui dormirait au fond des eaux de Paradise Bay. La plupart des habitants usent de leur force pour le trouver. Mais ils mettent également leur vie en danger car l’endroit est infesté de crocodiles notamment un très dangereux, le Old Gold, particulièrement destructeur. Chacun défend son bout de plage pour multiplier les chances d’avoir le trésor. Donc voilà pourquoi les garçons rencontrés plus tôt s’étaient montrés si agressifs. Et si leur séjour commençait à être palpitant ? Martine, Luc et Yann décident de pister les jeunes et de se lancer dans l’aventure. Alors attention, frissons garantis.

Si vous aimez les histoires de trésor, de pirates et les aventures alors Des crocodiles au paradis est fait pour vous. Lancez-vous à l’assaut des eaux profondes mais attention, les crocodiles veillent et sont prêts à bondir pour vous dévorer.

Enregistrer

Enregistrer

Les Campbell, 1. Inferno, de Munuera

La piraterie, une histoire de famille…

Le légendaire pirate Campbell s’est retiré des affaires depuis le décès de sa femme. Il vit reculé, loin de son douloureux passé, afin d’élever en paix ses deux filles Génova et Itaca. Mais le passé va le rattraper lorsqu’il croise la route de Carapepito, un pirate imbécile à la solde du terrible Inferno, le meurtrier de sa femme. Inferno n’a de cesse de les pourchasser. La petite famille trouvera refuge sur l’île Bakalaoo, où vivent une colonie de lépreux. Pourquoi Inferno leur en veut-il à mort ?

Une histoire menée tambour battant, servie par de superbes illustrations. On y retrouve tous les thèmes chers à la piraterie : aventure, amour, vengeance, bagarre, avec une touche de cruauté, mais qui sait apporter également une petite touche féminine avec la présence des deux fillettes et les souvenirs émouvants de la maman, ce qui ne manquera pas de plaire à nos lectrices. L’humour y est également présent. Un premier tome efficace, qui plante le décor d’une histoire assez complexe pour nous tenir en haleine du début à la fin. Car la construction nous fait prendre l’histoire en cours de navigation, et se sont les flash back, sous forme de souvenirs, de rêves, qui nous permettent d’en dérouler les fils, par petits bouts, et ainsi reconstituer le passé. En cela, cette bande dessinée est très bien construite et  riche. On a vraiment hâte de lire la suite !

Enregistrer

Enregistrer

Jack Bright, de Cédric Janvier

Le livre maléfique

Afficher l'image d'origineC’est la rentrée et Monsieur Dray, professeur de français en collège, essaie comme chaque année d’intéresser ses élèves à la lecture. Franchement, ce n’était pas à quoi rêvaient Léo et Pierre pour leur premier jour en 5ème !

Monsieur Dray, fan de piraterie, leur impose d’étudier les aventures de Jack Bright. Les deux collégiens ne sont pas adeptes de la lecture donc inutile de dire que s’adonner à cet exercice ne les emballait pas beaucoup. Mais contre toute attente, ce livre va captiver les enfants qui vont se lancer sur les traces d’un célèbre corsaire dans un périple plein de mystères, à la recherche d’un livre mystérieux.

L’histoire commence en milieu scolaire, avec une réalité toute évidente sur la lecture : les enfants ne sont pas forcément très heureux d’avoir des textes imposés. Notamment pour les réfractaires qui n’y voient qu’une perte de temps. Mais un sujet comme celui des pirates ne pouvait qu’intéresser les garçons !

C’est une histoire facile à lire, sans surprise au niveau du dénouement, mais je ne pense pas que ce soit le plus important. En fait, comme dans le récit, ce livre va réconcilier les enfants avec la lecture. Il est très accessible, plein de fraîcheur. Le vocabulaire est simple, les chapitres s ‘enchaînent facilement. Petit clin d’oeil au moment d’évoquer l’immersion des collégiens dans une famille anglaise avec quelques phrases en anglais non traduites.

On y retrouve l’ambiance des rentrées des classes, les retrouvailles avec les professeurs, l’angoisse de savoir avec qui on va se retrouver. Et puis, plus tard dans l’année , l’incontournable voyage en Angleterre. Tout ceci nous prête à sourire car pour les plus grands, ce sont beaucoup de souvenirs et pour les plus jeunes c’est une situation vécue tous les ans dans le collège  !

Chacun peut donc s’identifier facilement aux jeunes héros et une fois le roman terminé, on peut espérer que nos jeunes lecteurs prendront le chemin du CDI afin d’y trouver des histoires tout aussi palpitantes !  Ce récit procure vraiment un bon moment de détente.

Ce livre me fait penser aussi à « Jumanji ». Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est l’histoire d’enfants qui ont trouvé une boîte mystérieuse, dans une malle. Cette boîte contient un jeu : le « jumanji ». En débutant la partie, un enfant se fait aspirer par le jeu.

Jack le pirate – éditions France Cartes

Afficher l'image d'origineBlackjack

Les pirates se lancent dans une folle partie de cartes pour obtenir le fameux 21, le blackjack. Le but du jeu est d’atteindre 21 sans le dépasser afin de ne pas perdre ses pièces d’or.

Jeu de cartes idéal pour jouer en famille ou entre amis dès qu’un moment se présente.
Règle du jeu facile à comprendre, parties rapides (15 mn).
Conditionnement de petite taille donc pratique à emporter car peu encombrant.
Utile pour les vacances.
Ce jeu stimule la logique et permet de compter de façon ludique.
Public : de 7 à 77 ans.

Les élèves ont bien aimé…

Enregistrer

Pile ou face, tome 1 : Cavale au bout du monde, de Hope Larson et Rebecca Mock Pile ou face – Pile ou face, T1

Cavale de New York à la Nouvelle Orléans

Pile ou face - Pile ou face, T1Alexandre et Cléopâtre ont été adopté par un ami de leur mère, décédée, alors qu’ils étaient encore bébés. Le seul bien qu’elle leur a laissé : une montre et un couteau, avec comme consigne de ne s’en séparer sous aucun prétexte. Un jour, leur père disparaît sans laisser de traces. nos jumeaux rejoignent alors le gang du Crochet noir. Arrêtés par la police, ils dénoncent leurs camarades en échange d’un billet de train pour Baltimore… De là, ils espèrent rejoindre l’Ouest et se faire passer pour Samuel et Jérémiah Kimball, deux adolescents aux cheveux roux, des jumeaux disparus  et recherchés par leur père… Mais les choses ne vont pas vraiment se dérouler comme prévues et leur route sera semée d’embûches et de grands dangers : Silas, un membre du gang du Crochet noir est à leur trousse, mais aussi une bande de pirates avec à leur tête le terrible Lucky Worley. Vont-ils s’en sortir vivant, vont-ils un jour retrouver leur père adoptif ? Et vont-ils comprendre ce qu’ils ont de si précieux pour être la convoitise de ces terribles malfrats ?

Une bande dessinée d’aventure menée tambour battant ! On part sur des navires au-delà des mers, en Amérique,  de New York à la Nouvelle Orléans, des pirates et des malfrats aux trousses dans un 19ème siècle impitoyable ! La séparation des jumeaux permet de suivre chacun des personnages dans ses aventures, – ce qui double notre plaisir- chacun accompagné d’un autre jumeau roux rencontré sur la route ! On pourrait presque s’y perdre, mais la construction du récit est solide.  Ces gamins des rues, attachants, ne sont pas sans rappeler l’univers d’Oliver Twist, dans les bas-fonds new-yorkais ou au fond des cales de bateaux. Les dessins et les dominantes de couleurs retranscrivent parfaitement cette ambiance et le petit format du livre est très confortable à la lecture. Même s’il s’agit là d’un premier tome, la fin permet une conclusion à cette première aventure, et l’on ne reste pas trop sur sa fin/faim en attendant la sortie du prochain opus, qui, nous l’espérons, ne tardera pas… A proposer aux élèves de 5ème lorsqu’ils abordent en français le thème : voyage et aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ?

Enregistrer

Enregistrer