Une aventure des spectaculaires, 3. Les spectaculaires prennent l’eau, de Régis Hautière – ill. Arnaud Poitevin

Les Spectaculaires sont de retour ! Un immense merci aux éditions Rue de Sèvre pour cet envoi… car comme vous avez dû le comprendre lors de ma chronique du tome 2, je suis plutôt assez fan de cette série gentiment déjantée !

Cette fois-ci, notre déterminée Pétronille, notre loup-garou Félix, Eustache et sa combinaison d’homme le plus fort du monde, Evariste l’homme volant et notre professeur-inventeur de machines déréglées doivent faire face à un bandit redoutable qui signe ses forfaits d’une lettre M peinte en rouge… Maudit ? Morue ? Murène ? Mulet ? Non … Le Marsouin !!!

Nous sommes à Paris en janvier 1910. La crue de la Seine paralyse la capitale. Les banques et musées, privés des systèmes d’alarme sont à la merci des criminels, et en particulier de ce fameux M qui signe ses forfaits comme pour ridiculiser le préfet de police aux yeux de la population… Et notre pauvre préfet Lépine n’a plus assez d’agents pour assurer la sécurité de la ville, ceux-ci ayant été réquisitionnés pour secourir la population sinistrée. Ni une ni deux, et sur les conseils de Sarah Bernhardt, il fait appel au professeur Pipolet et à ses collaborateurs, les Spectaculaires.

Le professeur va pouvoir faire preuve de la plus grande inventivité dans les équipements aquatiques qu’il va fournir à ses équipiers comme SON Batmobile – contraction de bateau et automobile par exemple… Mais ses prototypes seront-ils suffisamment au point pour faire face à leur ennemi ?

Un album totalement dans la lignée des précédents. On retrouve avec un immense plaisir notre spectaculaire quatuor coaché par le vieux professeur Pipolet. C’est toujours bourré d’humour, toujours déjanté et original, toujours plein de rebondissements et sans ennui aucun ! Une série dont on peut également souligner la qualité de l’édition. Si vous ne la connaissez pas encore, je vous conseille vraiment de découvrir cette série !

J’ai aussi repensé le costume de Félix. La fourrure a été remplacée par des écailles et ses bottes sont maintenant une extension palmée qui se replie pour faciliter ses déplacements sur la terre ferme . – C’est pratique. – Je ne ressemble plus vraiment à un loup-garou. – Vous êtes un loup de mer ! -On dirait plutôt un gros canard.

Marcelin de Saint-Ouen : Le Marsouin ! / -J’ai compris ! Mérichon de Saint-Cloud, Mer-oud… Le Mérou ! / -Ah oui ! Et Murat de la Garenne, la Murène ! /- Ca y est, j’ai saisi ! Marleau de Saint-Germain, le Marlin ! / -A mon tour ! Mulatier du Vésinet, le Mulet. / -J’en ai une ! J’en ai une ! Macron de Puteaux, le Maquer…. / – Il s’appelle le MARSOUIN !

Une aventure des spectaculaires, 2. La divine amante, de Régis Hautière – ill. Arnaud Poitevin

Sarah Bernhardt, actrice de renom de la fin du 19ème-début 20ème siècle, surnommée « La Divine », échappe de peu à plusieurs « accidents ». Suite à la réception de lettres de menaces, le doute n’est plus permis : quelqu’un veut sa mort ! Refusant d’appeler la police, elle se confie à son ami le professeur Pipolet qui n’hésite pas à proposer notre bande d’intrépides Spectaculaires pour assurer sa sécurité et dénicher le coupable.

Ils décident de s’éloigner du tumulte parisien pour trouver refuge à Belle-Ile-en-Mer où notre Divine possède un manoir et un fortin. Le trajet en train ne se fera pas sans embûches et sur place, il faudra rester des plus prudents !

Bien entendu, notre professeur-inventeur Pipolet a imaginé bien des gadgets pour faire face au danger … censer protéger nos Spectaculaires…

On se régale vraiment de ce deuxième tome des aventures des Spectaculaires. C’est déjanté et bourré d’humour que ce soit dans les détails des illustrations ou les dialogues. Les inventions du professeur Pipolet rendent les scènes cocasses et notre bande totalement hétéroclite issue du monde du cirque (voir tome 1) n’a pas froid aux yeux et ose tout… dans la limite du raisonnable !

Une enquête policière menée tambour battant dans un univers original aux tendances steampunk début 20ème siècle. Le ton est joyeux, les dialogues enlevés. Bref un petit coup de coeur, comme vous l’aurez peut-être compris !

Yin et le dragon, T3: Nos dragons éphémères, de Marazano Xu Yao

Après le réveil du dragon noir, le dragon de la fin des temps, les habitants fuient. Des soldats, des amis, meurent. Mais Yin fait confiance à son dragon d’or : il sauvera l’humanité, elle en est persuadée. Dans la ville à moitié détruite, il ne reste que Yin, son grand-père, le capitaine et Huan et sa bande. Tout semble perdu, mais c’est sans compter sur l’ingéniosité de Huan, le pouvoir du dragon d’or, et l’innocence et la joie de vivre de Yin, ainsi que sa détermination. Ils sauveront le monde, elle le sait. Il ne peut en être autrement…

J’ai beaucoup aimé ce livre, ainsi que le personnage de Yin. Sa joie de vivre, son innocence sont attendrissantes. L’auteur a vraiment réussi à la faire paraître enfant, ce qui n’est pas tout le temps le cas. Je conseille cette BD. C’est une trilogie et ce tome clôt donc la série dont je vous laisse découvrir la fin de l’aventure en lisant le livre. Pour tous les âges, à partir du CM2.

Ce monde ne sera pas le nôtre….
Et c’est très bien ainsi…

Le CDI possède les 3 tomes alors laissez-vous tenter par cette superbe aventure au très beau graphisme, dont vous pouvez retrouver les chroniques des tomes 1 et 2 en cliquant sur les liens.

Rendez-vous avec M. X, Marie-Aude Murail

7ème et dernier tome de la série des Nils Hazard.

Nils, professeur d’étruscologie à l’université, reçoit un jour une étrange lettre : « Monsieur, suite au décès de votre fille A, nous vous informons que A’ est à votre disposition aux laboratoires Vorillon. M. X »
Est-ce une simple blague ? Qui est ce M. X ? Peut-il y avoir un lien avec la mise à sac de son appartement ? Il n’en faut pas plus pour que Nils commence à enquêter sur ce mystère. S’attendait-il à découvrir de sombres affaires de fécondation in vitro et de clonage humain ? Lui qui justement va être père et dont la paternité future torture l’esprit : être ou ne pas être père…

Une aventure trépidante qui s’apparente au polar. Le sujet est sérieux, le danger indéniable et le suspense bien présent. Et tout au long du récit, l’humour de Nils, ce héros immature et attachant qu’on a plaisir à retrouver. Un Nils que l’on découvre aussi pour la première fois sous les traits d’un papa. À lire d’une traite !

Qui veut la peau de Maori Cannell ? de Marie-Aude Murail

6ème tome de la série des Nils Hazard.

Comme toujours malgré lui, Nils se retrouve embarqué dans une enquête trépidante. Cette fois, il s’agit de trouver qui envoie des poupées Bardy piégées à des top models célèbres. Jusque-là ont été visées Claudia Fisher, Estelle Sunday, Maori Cannell… Un contexte tendu alors que sa petite amie Catherine a justement décidé de se lancer dans le mannequinat. Nils découvre l’univers des agences de mode. Il fait la connaissance de cet Ange, jeune mannequin androgyne qui n’a pas froid aux yeux. Mais attention, Nils risque que tomber sous le charme de la jeune fille, et il n’est pas exclu qu’elle soit le démon responsable des envois piégés…

Dans cette aventure de Nils Hazard, l’intrigue évolue dans une ambiance plutôt pesante. En effet, sont abordées des notions telles que le terrorisme, la drogue, on croise des « fachos », des gens meurent. Un environnement plus dur peut-être que dans les précédents opus, et qui pourra déstabiliser le jeune lecteur. En revanche, l’humour est là, fidèle à la plume de Marie-Aude Murail. Une plume que je retrouve toujours avec autant de plaisir !

L’assassin est au collège, Marie-Aude Murail

Tome 2 de la série des Nils Hazard, chasseur d’énigmes.
C’est l’inspecteur Berthier qui vient chercher Nils et Catherine, sa petite-amie, pour résoudre une affaire préoccupante. Le collège de Saint-Prix est le théâtre d’étranges événements : des lettres anonymes envoyées au directeur au bord de la folie, des copies dérobées dans les casiers des profs et corrigées à l’encre de sang humain, une élève qui se jette par la fenêtre… C’est ainsi que Nils se retrouve professeur d’histoire-géo pour infiltrer les lieux et enquêter sous couverture… Mission qu’il regrette d’avoir acceptée au bout d’une journée de cours ! Pas facile d’enquêter au milieu des adolescents tout en restant crédible dans sa tenue de prof

Une enquête qu’on dévore d’un trait. L’écriture de Marie-Aude Murail est si limpide ! On se laisse porter jusqu’au dénouement. En dosant savamment le suspense, elle maintient le lecteur en haleine et donne le tempo au récit. Attention, il est impossible de refermer ce livre avant de savoir ce qu’il se passe réellement dans ce collège !

Pile ou Face, 2. Cap sur l’île aux trésors, de Hope Larson et Rebecca Mock

Les dévoreurs de livres d’Arsène,les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

 

Après des retrouvailles émouvantes entre Cléo, Alex et leur père, celui-ci doit encore se remettre de son emprisonnement. Les jumeaux découvrent alors que Dodge n’est pas leur père biologique. C’est le début de révélation familiales au milieu d’aventures trépidantes.

J’avais lu et beaucoup aimé le tome 1, ce qui m’a donné envie de lire le deuxième tome de la série dès qu’il est arrivé. J’ai beaucoup aimé ces BD, car l’un des personnages principaux est une fille qui n’a pas froid aux yeux : elle se coupe les cheveux pour vivre ses aventures comme un garçon, et veut apprendre comment manier une épée. Ce qui m’a touché, c’est que Alex et Cléo ne connaissent pas leur père ni leur mère. L’histoire se passe en 1860 entre les Etats-Unis et le Pacifique. Je le conseille !

Eléa, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Et avant de vous lancer dans l’aventure, redécouvrez la chronique du tome 1 en suivant le lien

Le titre de ce volume « Cap sur l’île aux trésors » fait référence aux livres d’aventures du 19ème siècle comme l’île au trésor et tous les ingrédients sont là : voyage en bateau sur des mers infestées de requins, rencontre avec des cannibales, recherche d’un trésor, aventures trépidantes de pirates, pleine de dangers. Un dyptique énergique à la conclusion émouvante. Une réussite.