L’île, de Christophe Léon

La cible

cible.jpg

5 Août 2016, une île en Bretagne….Tout avait pourtant bien commencé pour cette bande d’adolescents, d’une banlieue parisienne défavorisée. Parmi eux, Driss et Marie-Anissa amoureux, devaient passer leurs premières vacances ensemble. Quinze jours de liberté, d’évasion, loin de tout. Mais le sort en a décidé autrement et ce qui devait être un moment inoubliable de bonheur  va se transformer en un véritable cauchemar, en une tragédie humaine…

17 ans plus tard, comment oublier ce 5 Août 2016, comment oublier que des familles ont été à jamais meurtries dans leur chair. Ce 5 Août 2016 qui , 17 ans plus tard, va bouleverser la vie de Yasmine, une jeune adolescente….

 Christophe Léon aborde ici un thème émouvant et dur. Avec L’île, l’auteur ravive une douleur,  en nous ramenant à des faits d’actualité, ayant marqué à jamais les hommes, un pays. Dans ce décor doux et tranquille d’une île, l’auteur joue sur un effet de surprise qui prend le lecteur de cours. Trois personnages, trois regards différents sur un même événement tragique, trois points de vue bouleversants et profonds. Une plume fluide et accrocheuse qui tiendra le lecteur jusqu’à la fin.

 

 

 

 

(Dé)connexions – Au secours je suis accro aux écrans- de Christine Deroin et Alain Dervaux

Ecran,  quand tu nous tiens…

index.jpg

 Enzo s’ennuie dans la « vraie vie « , il a besoin que ça bouge, il a besoin d’adrénaline, de sensations fortes.

Clément manque de confiance en lui et ce doute l’isole, l’enferme dans une solitude insupportable.

Manon a beaucoup d’idées, aime les choses nouvelles, elle rêve d’exprimer sa créativité en inventant  des jeux mais sa détermination ne suffit pas à concrétiser ses projets, donc elle s’agace face à des échecs qu’elle n’assume pas.

Trois adolescents, trois profils différents et pourtant un point commun les unit : l’addiction au monde virtuel, qui leur procure la sensation de s’échapper d’un quotidien devenu trop étroit pour eux, qui leur procure la sensation d’exister.

Le virtuel va devenir le moyen de s’affirmer, de combattre leurs démons. Un moyen qui peut être dangereux quand on en abuse. Mais cette addiction se fait progressivement sans qu’on s’en aperçoive car chacun s’y sent bien à sa place, maître de ses actions. Ces adolescents qui deviennent accros aux écrans, ne sont même plus en capacité de faire la part des choses entre monde virtuel et réalité. Tout devient facile puisqu’ils sont aux commandes d’une vie toute fabriquée dans laquelle ils progressent selon leur envie, s’inventant un personnage  idéal auquel ils s’identifient. Un être parfait qui décide, à l’opposé de ce qu’ils représentent dans « la vraie vie ».

Bien souvent cette envie irrésistible de se réfugier dans un monde fabriqué de toute pièce traduit un malaise, un mal-être difficilement contrôlable.

Au fil de la lecture on assiste à la montée en puissance de cette addiction qui prend de plus en plus de place, jusqu’à en devenir incontrôlable. Entre chaque épisode, un médecin psychiatre prend la parole pour expliquer les raisons de cette addiction, sa progression et ses conséquences tout en tenant compte de l’environnement familial et social des adolescents. Il en fait une analyse au plus juste avec des mises en garde, en soulignant aussi ce qui est mis en place par les parents pour remédier à ce fléau. Mais, les enfants ont plus d’un tour dans leur sac pour y déroger. C’est un dangereux enfermement qui peut causer beaucoup de dégâts.

A la fin de cet ouvrage, l’auteur communique la liste des adresses utiles, de centres ou d’associations en France et à l’étranger, qui viennent en aide aux personnes dépendantes.

Mais on ne peut se faire aider qu’à partir du moment où on a pris conscience du mal qui nous ronge. Le chemin est long mais reconnaître son addiction est déjà un grand pas.

Une lecture que je recommande, un roman qui n’est pas dans le jugement, un roman dont le seul but est de comprendre et d’apporter des réponses. Un ouvrage utile tant aux jeunes qu’aux adultes  qui s’inscrit dans la collection saison psy. Une collection qui traite les problématiques du quotidien rencontrées par les adolescents. Certes, une fiction sert de base mais elle est  si proche de la réalité qu’elle autorise une analyse fine et sérieuse.

Moi, détective in London -Nouvelle star in Hollywood – Love ? in New-York- de Stéphanie Benson et Claudine Aubrun

English trip

Quoi de plus palpitant que d’apprendre l’anglais tout en s’amusant ! Voici trois petits romans sous forme de journal, pour se familiariser avec la langue de Shakespeare. Une sorte de carnet de voyage mêlant  français et anglais dans lesquels on suit Jeanne, Alex et Callie dans leur périple anglais. De l’humour, de la fraîcheur, des mots simples pour aborder l’anglais de manière ludique.

Sur le dos de chaque roman figurent des émoticônes qui indiquent le niveau de difficulté. Les illustrations font parties intégrantes des textes , les deux combinés permettent une compréhension plus facile.

Moi, détective in London- le journal de Jeanne-

london.jpg

Jeanne est invitée par une amie écrivaine très célèbre qui célèbre son anniversaire. Elle part avec Agathe sa meilleure amie. Les filles vont  en profiter pour visiter Londres mais elles vont devoir affronter un évènement imprévu.

Nouvelle star in Hollywood -Alex’s journal-

alex.jpg

Alex est invité à Hollywood par sa meilleure amie, une chanteuse célèbre qui sort son dernier album. Elle souhaite avoir son avis notamment sur un refrain qu’elle composé en français. Alex est tout exité de passer quelques semaines dans la ville des stars et du cinéma. Mais son séjour va être perturbé par un évènement inattendu.

Love? in New-York -Callie’s journal-

callie.jpg

Callie part à New-York pour ses études, elle va donc dans une famille d’accueil. Et là, elle est tout suite attirée par le fils aîné, mais il semble que ce ne soit pas réciproque. Comment Callie va -t-elle passer son séjour avec ce secret impossible. Pourra-t-elle compter sur les autres membres de la famille pour lui changer les idées?

 

 

 

Sherlock, Lupin et moi, 1. Le mystère de la dame noire- de Irène Adler

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Sherlock Lupin et MoiLe Mystère de la dame en noir

Pendant ses vacances à Saint-Malo, Irène Adler, une adolescente, rencontre Sherlock Holmes et Arsène Lupin ! Tous trois commencèrent tout juste à sympathiser, mais un événement inattendu arriva. Un meurtre ou un suicide ? Et quelles aventures allaient-ils rencontrer ? Avant de l’avoir lu, je l’ai trouvé au salon du livre de Montreuil. J’ai beaucoup apprécié ce livre car les trois amis vivent des aventures passionnantes et ils prennent des risques. Les personnages principaux sont très attachants surtout Irène Adler. Je suis en train de lire le tome 2 et j’ai hâte de démasquer le coupable. Je le conseille vivement aux élèves qui aiment les livres policiers. Mina 5°

Et l’avis de mumu58

Détectives en herbe Réunir Sherlock Holmes et Arsène Lupin dans un même roman est tout simplement génial ! On connait tous Sherlock Holmes le détective excentrique accompagné de son fidèle Watson et Arsène Lupin, un gentleman cambrioleur, un charmeur qui change d’identité pour commettre ses délits. Une petite note féminine s’ajoute à ce duo, Irène Adler, une belle aventurière parisienne. Mais revenons à notre roman qui débute en 1870, à Saint-Malo, lieu de vacances de notre trio. Sherlock, Arsène et Irène sont alors adolescents et liés par une véritable amitié. Pensant passer un bel été au bord de la mer,  la découverte d’un cadavre échoué sur la plage va chambouler leur plan mais va leur donner la possibilité d’unir leurs talents, pour résoudre une enquête pleine de suspense et de rebondissements. Nous faisons la connaissance de trois personnages, de trois héros qui ne savent pas encore combien leur nom deviendra célèbre au fil du temps. Je dois dire que  pour leur jeune âge, on devine déjà une prédisposition  pour ce qui sera plus tard leur domaine de prédilection. C’est Irène qui nous raconte l’histoire donc nous sommes aux premières loges et nous suivons de l’intérieur les faits. La jeune fille est spontanée et pleine de charme, elle donne au récit toute sa fraîcheur. Un meurtre, quelques indices et voilà notre trio embarqué dans une belle aventure. La couverture de ce roman nous plonge tout de suite dans l’ambiance de l’époque, une fin de XIXème siècle qui nous fait découvrir  Saint-Malo à travers les yeux de trois adolescents. L’originalité de ce roman est que l’auteur nous présente les trois héros, adolescents, avant qu’ils ne deviennent les personnes célèbres que nous connaissons.    

La fille des manifs, de Isabelle Collombat

Combat de femme

barbara.jpg

Barbara n’a pas beaucoup d’amis mais ça lui suffit

Barbara est une fille au style décalé, mais bien affirmé

Barbara est une fille solitaire qui n’en a que faire

de tous ces hypocrites qui la critiquent.

Barbara mène le combat de sa vie

avec sa meilleure amie Annie.

 

Ces quelques lignes pour définir Barbara , une jeune adolescente qui se lance à corps perdu dans une cause qui lui est chère : la défense de l’environnement, la protection de la planète. Mais ce qu’elle ne supporte plus avant tout, c’est le comportement détaché et égoïste des adultes face à l’urgence de la situation. Alors elle s’organise pour se faire entendre : banderoles, messages chocs, manifs….Mais Barbara parle trop, crie trop fort son mécontentement et elle dérange. La jeune fille de 17 ans va recevoir des menaces, va faire l’objet d’agissements malveillants qui vont porter atteinte à sa vie privée et à celle de sa famille. L’adolescente est effondrée et pour surmonter la situation, elle va s’adresser à sa grand-mère décédée, en écrivant un journal. Une grand-mère qui sera sa source d’énergie et de courage.

La fille des manifs est un livre qui traite d’un sujet d’actualité : la protection de la planète. Un thème repris par beaucoup de livres pour la jeunesse, un thème qui est au coeur de toutes les préoccupations. C’est important que le porte-parole de cette cause soit une ado, l’effet n’en est que plus fort. Une jeunesse qui se mobilise et qui est prête à tout pour que les comportements changent, pour que la prise de conscience des uns et des autres n’en soit que meilleure. Et puis il y a Annie…un personnage disparu et pourtant tellement présent au fil des pages, Annie une femme au destin tragique qui sera un modèle pour Barbara.

Ce livre va au-delà de l’engagement et dénonce en parallèle les dérives et les réactions de gens prêts à tout pour intimider des personnes engagées, porte-parole d’idées fortes. Barbara, l’héroïne, est en pleine construction. L’adolescence est dans une période qui peut être difficile, mais Barbara est bien entourée par ses parents qui la soutiennent, qui l’écoutent. Elle se construit grâce aux valeurs transmises par sa famille et par ce qu’elle va apprendre de sa grand-mère. Un livre touchant qui dénonce toute sorte de violences et d’injustices.

 

 

100 infos insolites sur notre planète, de Jérôme Martin, Darran Stobbart, Alice James et Tom Mumbray

Le saviez-vous ?

infos.jpg

Le lecteur entre dans le vif du sujet dès la première page. Et là commence la découverte d’informations plus drôles et curieuses les unes que les autres. C’est un festival d’explications à chaque page sur des thèmes aussi différents que les mathématiques, l’astronomie, la physique. Et pourtant rien d’ennuyeux, tout est captivant et nous incite à aller plus loin, à pousser  notre curiosité au maximum. C’est une lecture ludique et amusante qui nous apporte beaucoup de renseignements sur notre planète dont la beauté est indéniable mais qui sensibilise aussi les lecteurs sur l’importance de la protéger pour la conserver. On va de découvertes en découvertes, de surprises en surprises !

D’ailleurs à la fin de ce livre, quelques petits conseils sont donnés pour changer facilement certaines habitudes de comportement. Une carte a été également jointe pour aider les lecteurs à situer tous les lieux cités dans le livre. A souligner les illustrations haute en couleur qui accompagnent de belle manière les textes.

 

J’ai pris beaucoup de plaisir à parcourir ce beau documentaire illustré et je conseille vivement à tous de se pencher sur 100 infos insolites sur notre planète.

L’herbe bleue : journal d’une jeune droguée de 15 ans

herbe.jpg

L’herbe bleue est la descente aux enfers d’une adolescente mal dans sa peau, qui, lors d’une soirée, a consommé à son insu de la drogue. En effet, celle-ci a bu un verre de coca dans lequel avait été dilué du LSD, un hallucinogène puissant. Mais la jeune fille y prend goût et ne conçoit plus sa vie sans drogue. Sa vie de famille est plutôt équilibrée mais elle va chercher son bonheur ailleurs, en absorbant des substances illicites. Elle va finir par quitter ses parents, vendre sa « came » et devra se prostituer pour s’en sortir. Elle fugue, revient chez ses parents qui vont la faire hospitaliser. Elle va rester « clean » quelques temps puis va replonger.

J’ai découvert ce livre que j’avais trouvé bouleversant, quand j’avais l’âge de l’héroïne. Cette histoire, écrite dans les années 70, est vécue de l’intérieur et décrit la spirale infernale dans laquelle tombent beaucoup d’adolescents. Mais quelques années après, j’ai appris que ce livre était en fait l’oeuvre d’une psychologue mormone Béatrice Sparks et non le journal intime d’une ado en mal de vivre. L’auteur s’est défendue en expliquant qu’elle s’est servie de témoignages de patients pour dénoncer les effets de la drogue. En présentant ce fléau sous forme d’un journal intime, elle lui donnait plus d’impact auprès de la jeunesse. Cette annonce m’a déçue et a changé mon regard sur cette histoire que je pensais être un réel témoignage. Mais néanmoins, ce récit romancé démontre que toute personne peut sombrer du jour au lendemain dans la déchéance par l’alcool, la drogue. Pour l’entourage c’est aussi un vrai calvaire. Certes, la drogue est bien ancrée dans notre société et touche beaucoup de jeunes. Beaucoup d’entre eux consomment sans pour autant toujours connaître les risques auxquels ils s’exposent. Ils font la fête, participent à des « rave party » où de nombreuses drogues circulent. Dans les années 60, avec le mouvement hippie, la drogue était considérée comme libératrice, de nos jours c’est un fléau. Mais peut-on tout se permettre aqu nom de la prévention ? La fin justifie-t-elle les moyens ? Attention, la lecture est brutale et sans concession….

Livre retiré du fonds du CDI pour cause d’âge inapproprié (plutôt réservé aux lycéens) et… pour malhonnêteté intellectuelle !