Une vie entre les mains

Gaël et Dana : le poignard du sacrifice, de Isabelle Meyer

gael.jpg

Nous retrouvons Gaël et Dana enfin de retour au XXIème siècle. Petit rappel. Le père de Dana est conservateur dans un musée. La jeune fille et son ami Gaël aime flâner dans ce lieu chargé d’histoire. Mais il y a un inconvénient. Chaque fois que Dana touche un objet, elle est prise d’un malaise et la voilà de nouveau projetée dans une période historique très éloignée de la nôtre, emmenant Gaël avec elle. Depuis, elle est très réticente à se promener dans le musée, de peur que le phénomène ne se reproduise. Lors d’un week-end chez la tante de Gaël, les deux amis font une balade qui les conduit dans une grotte. Dana reste méfiante face à l’enthousiasme de Gaël. Elle se laisse convaincre et commence à arpenter les antres du gouffre. Alors qu’elle s’approche d’un petit ruisseau, elle est attirée par des cailloux scintillants. Elle en saisit un et aussitôt elle est prise de maux de tête, elle ne se sent pas bien et puis plus rien… Alors que Dana reprend ses esprits, elle se rend compte qu’elle a changé de lieu et qu’elle brandit un poignard de pierre. Une foule hurle, Gaël est devant elle, les mains liées. Que se passe-t-il ? Les gens lui ordonnent de tuer l’étranger. Dana est entrée dans le corps de Dahina, une jeune fille dont le compagnon a été tué. Gaël est l’homme qui doit mourir, il est l’assassin. C’est un vrai cauchemar, les voilà en l’an 5300 avant J-C, au temps de la préhistoire. La situation est critique car Dana doit sacrifier son ami.

On retrouve ici la même trame que dans le premier tome Gaël et Dana et le vase aux trois serpents. La mission est encore délicate pour les adolescents qui ne doivent pas modifier le cours de l’histoire pour s’en sortir. Dana peut toujours compter sur l’incollable Gaël pour trouver une solution. L’auteur nous enseigne toujours autant de choses de manière simple et très intéressante. Un bon moyen d’apprendre en s’amusant !

Et l’avis de Chloé, 4ème -13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène :

« Une suite palpitante, pleine de péripéties et de suspense avec une façon très originale de faire parler les personnages. J’ai hâte de lire le tome 3. »

 

La trilogie des gemmes, 2. Bleu saphir, de Kristin Gier

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

La trilogie des gemmes, 2. Bleu saphir, de Kerstin Gier

Rouge Rubis - Rouge Rubis, T2Gwendolyn ne fait pas confiance aux membres du Cercle. Etre une Veilleuse du temps ne lui plaît pas vraiment, c’est même un fardeau pour elle. Mais bientôt, Gwendolyn, aidée de Leslie, sa meilleure amie, va rallier le beau Gidéon DeVilliers à sa cause, découvrir des secrets longtemps enfouis et rencontrer lors d’un voyage dans le temps, son grand-père. Pourra-t-elle avoir uen relation avec Gidéon ? Les secrets ne seront-ils pas de trop ? Le Cercle arrêtera-t-il efnin ses sombres manigances ?

J’ai beaucoup aimé ce deuxième tome – tout comme le premier, d’ailleurs !- Nous sommes attachés au personnage de Gwendolyn qui, malgré ses aventures extra-ordianires, nous ressemble, nous adolescents. Ce livre se lit très vite tant on veut savoir si l’histoire d’amour entre nos deux héros va se concrétiser et s’ils vont s’en sortir. Du suspens, des secrets, de nombreux rebondissements nous tiennent en haleine jusqu’à la fin de ce deuxième tome de la trilogie. Un livre vraiment génial que je conseille à tout le monde, malgré son grand nombre de pages. Et pour les plus petits lecteurs, sachez qu’une adaptation cinématographique a été réalisé en 2014 par Felix Fuchssteiner et Katharina Schöde; Si vous l’avez vu, n’hésitez pas à nous poster un commentaire pour nous dire si le film est bien et fidèle au livre !

Johanne, 3ème – 14 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

 

14-14, de Silène Edgar et Paul Beorn

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

14-14, de Silène Edgar et Paul Beorn

14.jpg

Hadrien et Adrien ont 13 ans et sont meilleurs amis. Ils s’écrivent souvent par lettres surtout quand ils ont des problèmes. Dans les lettres d’Adrien, Hadrien ne comprend pas toujours les mots de son ami. Un jour, Adrien décide de rendre visite à son ami mais il se rend compte qu’il y a des choses louches : la ville d’Hadrien n’existe pas, les timbres semblent dater d’une autre époque … Mais c’est normal ! Ils ne vivent pas à la même époque ! Hadrien vit en 1914 alors que Adrien, lui, vit un siècle plus tard, en 2014 !!! Malgré les années qui les séparent, ils s’écrivent et s’envoient des lettres grâce à une boîte aux lettres magique. Mais une chose est sur le point de les séparer, La Guerre. Adrien décide alors de prévenir Hadrien pour ne pas le laisser en danger…

Avis : Un roman qui se lit vite, qu’on comprend facilement et quand on le commence, on a du mal à en sortir ! En effet, l’action et les nombreux rebondissements tiennent en haleine le lecteur. Malgré le contexte de la guerre qui n’est pas si central, on a plaisir à suivre les personnages et c’est malgré tout une histoire qui n’est pas si triste. et on peut voir la différence entre chacune des époques évoquées, le mode de vie.

Alicia, 4ème – 13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

Et la chronique de mumu58

Un siècle chargé d’histoire

Deux siècles qui s’opposent, deux vies qui se croisent à cent ans d’intervalle : Adrien, jeune écolier en 2014 et Hadrien, un enfant paysan en 1914, qui va connaître les horreurs d’une guerre imminente. Une boîte aux lettres, surgie de nulle part, va être le témoin d’une correspondance étroite entre les deux jeunes.

Dans un premier temps, Adrien et Hadrien s’échangent leurs bons vœux pensant s’adresser à un cousin éloigné. Mais petit à petit, ils prennent conscience que chacun fait un voyage dans le temps. Mais peu importe, ils vont tisser des liens d’amitié malgré qu’ils ne fassent pas partie du même monde, de la même époque. Et pourtant, ils ne sont éloignés que de vingt kilomètres…..L’aventure commence, déstabilisante et inimaginable.

Hadrien, fils de paysan, rêve de continuer ses études mais son père s’y oppose car il a besoin de lui à la ferme. La misère, la maladie partagent son quotidien.

 Dans la bassine d’eau très froide, le garçon fait une toilette de chat avec un peu de savon noir. Il a entendu dire que dans les maisons des riches de la ville, l’eau arrivait toute seule dans les tuyaux, c’est peut-être le cas chez Adrien ? En tout cas, ici, à Corbeny, il faut la tirer du puits.

Adrien vit dans le confort, déteste l’école. Mais pourtant ils ont tous les deux les mêmes interrogations et progressivement l’un deviendra le soutien de l’autre. Les lettres leur apportent réconfort et conseils. Les deux adolescents se comprennent. Ils ont des relations tendues avec leurs parents et ont les mêmes préoccupations. Tout va s’accélérer quand Adrien et Hadrien vont déceler des choses bizarres dans leurs courriers. Notamment l’aspect du timbre sur les enveloppes, le fait qu’ils n’emploient pas le même vocabulaire, le même style d’écriture ou tout simplement qu’Hadrien ne connaisse pas le téléphone, internet ou qu’il n’ait jamais entendu parler de la sécurité sociale. Adrien prend conscience alors qu’il a un siècle d’avance et qu’il peut prévenir son ami que la guerre va bientôt faire rage. Il se documente et s’aperçoit que le village de celui-ci a été la cible de combats atroces. Une course contre la montre va commencer pour sauver Hadrien et les siens.

La tête lui tourne , il s’adosse au mur de la maison. Il ne comprend toujours pas comment il a pu écrire à un garçon qui vit cent ans dans le passé. Il n’a pas d’explication pour cela. Mais maintenant, il a une certitude : Hadrien est en danger de mort.

14-14 est un roman poignant, plein de magie et d’originalité. Ce n’est pas une histoire sur la guerre mais sur la vie d’avant guerre. Le titre est en cela un peu trompeur. La guerre reste en toile de fond.

14-14 explique de belle manière comment était le quotidien d’une famille au siècle dernier, aux portes de la première guerre mondiale et nous dépeint la société actuelle. D’un côté, des conditions de vie difficiles où tout le monde était lié à la terre, où il était hors de question de laisser les fils faire des études. Ils étaient plus utiles pour travailler dans les fermes. D’un autre côté, un adolescent en manque de repères, peu motivé par les études, des parents divorcés. Les inquiétudes sont les mêmes : l’amitié, l’amour, la famille, l’école… Un parallèle futur-passé bien mené, à travers le regard d’adolescents, qui tient le lecteur jusqu’à la fin. Le thème de l’éducation est très présent. On perçoit qu’en 1914 la réussite scolaire est une réelle chance de s’en sortir, de devenir quelqu’un. Le maître est une personne écoutée et respectée. De nos jours, certains écoliers ne prennent pas toujours conscience de l’importance d’étudier qu’ils considèrent plutôt comme une corvée …

La première guerre mondiale est présentée comme un événement lointain pour Adrien alors que pour Hadrien elle est proche. Des reproductions de documents ou de photos d’époque viennent merveilleusement illustrer un texte clair et précis. Deux jeunes gens attachants : Hadrien, dans sa lutte pour accéder à une classe sociale meilleure et qui pour y arriver , doit combattre l’ autorité d’un père hermétique. Et Adrien qui manque de confiance en lui entre un père absent suite au divorce et une mère protectrice. Une belle histoire d’amitié à travers le temps qui ne peut laisser le lecteur indifférent et qui peut servir de support pour une étude de l’histoire dans les établissements scolaires.

 

Enregistrer

Enregistrer

Voyage dans le temps

Ne dites jamais jamais, de Nathalie Stragier

ne dites.jpg

Pierrick est parti dans le futur en 2188 dans un monde peuplé exclusivement de femmes. Pénélope et Andréa accompagnées d’Antarès partent à sa recherche. Leur périple s’avère difficile, d’autant que Pierrick et Antarès risquent leur vie car être un homme est une anomalie punie de la peine de mort. De son côté, Andréa, avec son allure médiévale, devra se fondre dans un monde où toutes les femmes sont grandes et belles. Pénélope, quant à elle, progresse à tâtons dans une société dont elle ne reconnaît plus les codes. Beaucoup d’obstacles pour ces deux héroïnes qui devront rester soudées pour mener à bien leur mission.Nous retrouvons  nos héros embarqués dans une folle aventure.

Un troisième tome qui conclut la série « la fille du futur ». L’auteur aborde les inégalités et jette un regard aiguisé sur les clichés qui polluent parfois notre société. Il est conseillé de lire les deux premiers livres avant de s’attaquer à Ne dites jamais jamais qui fait parfois référence aux précédents volumes.

Enregistrer

L’antiquité sens dessus dessous !

Panique dans la mythologie, tome 3. Hugo et le cheval de Troie,  de Fabien Clavel

hugo.jpg

Hugo, collégien, est fan de mythologie. Lors d’une visite au Louvre avec sa classe, il remarque que quelque chose disparaît sur un vase : oh non les têtes des passagers du cheval de Troie s’effacent les unes après les autres ! Le cheval de Troie ne peut pas entrer dans la cité ! Intrigué, il décide d’en savoir plus. En s’infiltrant dans les souterrains du musée, il va découvrir un passage qui communique avec les Enfers grecs. Il va se trouver ainsi projeté dans l’Antiquité. Il va retrouver son amie Blanche, la fille d’Hadès. Celle-ci lui apprend que les guerriers grecs sont bloqués à l’entrée de Troie. Hugo décide d’intervenir pour les aider.

Hugo va devoir être très rusé pour rétablir la guerre de Troie. Brillamment secondé par son amie Blanche, Hugo va réussir à éviter de nombreuses embûches. Il prend progressivement confiance en lui et son personnage devient important dans l’histoire. Le tandem Blanche – Hugo est très attachant…  Dommage que Blanche soit un peu effacée au cours du récit.

Ce roman est très riche en détails ce qui permet aux lecteurs de se perfectionner en histoire de la mythologie. Hugo a la tête sur les épaules et rassemble ses connaissances scolaires pour que tout se déroule suivant ce qu’il a appris. Pour cela, il fait toujours référence aux notes qu’il prend régulièrement sur un agenda.

Aidé par Blanche, il faudra qu’il recrée l’épisode de l’entrée du cheval de Troie. Donc, aucune erreur n’est possible !

C’est un roman plein d’actions avec des illustrations sympathiques qui fait passer un bon moment de lecture.

Hugo et le cheval de Troie est le tome 3 d’une série qui rassemble déjà « l’Odyssée d’Hugo » et « Hugo et le Minotaure »  mais que le CDI ne possède pas.

Et, à la fin du récit, l’auteur fait un bref résumé de ce qui s’est passé réellement pendant la guerre de Troie – sans les personnages de Blanche et Hugo !

Enregistrer

Les globe-trotteurs du passé

Gaël et Dana, tome 1.  Le vase aux trois serpents, de Isabelle Meyer

Afficher l'image d'origineGaël, lycéen passionné d’histoire, et Dana, jeune adolescente de quinze ans sont inséparables. Amis depuis longtemps, ils se rendent un jour au musée où travaille le père de Gaël. Celui-ci y prépare une exposition gallo-romaine. A son arrivée, Dana est attirée par un vase orné de trois serpents. Alors qu’elle s’en approche et le touche, elle est prise d’un malaise et tombe. A son réveil, elle se retrouve dans le corps d’une jeune fille, à l’époque romaine. Que s’est-il passé ? Comment est-elle arrivée là ? Où est Gaël ?
Isabelle Meyer nous fait voyager dans le temps. Une fiction où les personnages de notre époque vont nous servir de guide en direct et nous transmettre tout leur savoir. Notamment Gaël qui est imbattable sur le sujet. L’impact sur le lecteur est d’autant plus fort qu’il va pouvoir s’identifier à eux. Les héros vont se retrouver dans une famille de notables pour Gaël et dans une famille d’artisans pour Dana : deux milieux totalement opposés dans leur façon de vivre, dans leurs manières de s’habiller.
Traiter les périodes de l’Histoire de cette façon est plus accessible et plus attrayante pour les jeunes lecteurs. Une façon ludique de transmettre des apprentissages !
Gaël et Dana sont drôles et passionnés, toujours à se chamailler, ce qui les rend très attachants. On prend plaisir à les accompagner dans leur aventure, curieux de savoir s’ils pourront revenir au XXIème siècle.
Le livre est facile à lire et très précis dans les explications, agrémentées parfois de schémas, les chapitres sont courts. On apprend beaucoup de choses sur l’époque : les croyances, les habitudes de vie, l’artisanat..

Gaël et Dana « le vase aux trois serpents » est le premier tome d’une série qui en comptera 3 en mars 2017. Pour le tome 2, les héros retournent au temps de la préhistoire (le poignard du sacrifice) et pour le troisième l’histoire se passera au XIX ème siècle (la statue de la liberté). Nous espérons que le CDI pourra les posséder un jour !

En attendant, chers lecteurs, je vous invite à suivre sans modération Gaël et Dana dans leurs différentes péripéties gallo-romaines !

Un grand merci à l’auteur pour la dédicace de son livre aux élèves du collège ! Et merci à Chloé, élève de 5ème et membre du comité de lecture du blog d’avoir partagé avec nous sa rencontre avec Isabelle Meyer sur un salon du livre, ce qui nous a permis, à nous aussi de la découvrir !

 

Rencontre du 3ème type

Les sentinelles du futur, de Carina Rozenfeld

Nous sommes en 2359. La Terre est exsangue… Tout a été tellement pollué par l’homme que plus rien ne pousse… La fin du monde n’est pas loin… Pourtant, à l’Académie fréquentée par Elon, des Sentinelles voyagent dans le futur et annoncent que l’Espoir vient de là. En effet, ils ont découvert un tunnel leur permettant d’aller dans le monde 300 ans exactement plus tard, et la Terre y est à nouveau couverte de végétation, belle. Les guerres n’ont plus lieu et les armes ont été détruites. Comment la tendance a-t-elle pu s’inverser ? Où se trouve la solution ?

Mais un jour, les Sentinelles du futur reviennent avec l’annonce d’une catastrophe. La planète a été attaquée par des extraterrestres et les habitants, déboussolés, n’ont aucun moyen de défense. Les membres de l’Académie décident de leur proposer leur aide, leurs avions et leurs armes.
Un roman de science-fiction qui fait voyager dans le temps. La construction du récit n’est pas simple, puisque l’on passe de l’année 2359 à l’année 2659 mais les personnages se croisent. L’attaque des extra-terrestres va nous révéler bien des surprises car le message que veut faire passer l’auteur est en fait avant tout celui de l’entraide, de la solidarité, de l’amitié. L’histoire d’amour à travers les siècles donne aussi un peu de piment au récit. Mais personnellement, même si le livre se lit vite et bien, qu’on ne s’ennuie pas vraiment, je n’ai pas totalement accroché. Le message positif est un peu trop facile, les allers-retours entre le passé et le futur laissent un sentiment de flou, les technologies, qui sont les mêmes à 3 siècles d’intervalle m’ont laissé perplexe et les personnages manquent un peu de profondeur. Le message écologique m’a également gêné : la Terre sera sauvée grâce au clonage des espèces végétales et à des expérimentations scientifiques…

Ce roman a été retenu pour le rallye-lecture intercollège, niveau 5ème… Aux élèves de nous dire ce qu’ils en pensent !