Maman les p'tits bateaux, de Claire Mazard

Le jour où tout a basculé….

cl.jpg

Comment a-t-il pu me faire ça ? Comment un être si cher à mon coeur a pu me souiller, me meurtrir au plus profond de mes chairs ?

Je suis morte un 16 mai 2018, je suis debout mais mon corps est mort. Je hais tous ceux qui m’entourent, qui m’approchent, qui me touchent. Je veux crier ma douleur mais je n’y arrive pas, je veux qu’on comprenne mes souffrances, qu’on devine mon mal être. Je suis seule, honteuse, révoltée, perdue, en plein désarroi.

Pourquoi a-t-il fallu qu’il entre dans ma chambre…Je ne me suis pas méfiée, j’avais confiance en cet oncle avec qui j’ai passé des vacances formidables quand j’étais petite, un oncle que j’adorais…

Il a violé mon enfance, il m’a détruite, il m’a tuée…

Marie-Bénédicte a vécu un calvaire : un oncle trop entreprenant qui, un jour, au retour de l’école, se glisse dans sa  chambre, lui avoue ses sentiments..Ils sont seuls et le pire des cauchemars commence et va se répéter……le même « rituel », les mêmes mots, les mêmes gestes, la même souffrance….encore et encore….

La jeune fille n’en peut plus, son secret est trop lourd, un secret qu’elle ne peut plus gérer, qu’elle ne peut plus supporter. Elle a honte, elle n’ose pas parler. Elle est victime mais se sent coupable. Elle se sent coupable d’être « elle », de plaire à la mauvaise personne. Alors elle déteste son image, son corps, son prénom. Elle se saborde, ses parents ne la comprennent plus.

Claire Mazard nous offre un récit percutant sur un thème délicat avec un ton juste et plein de sensibilité. Une jeune fille en plein désarroi, une famille qui ne sait pas ou qui ne veut pas savoir. Là est toute la complexité de la situation. Sujet tabou, une victime en détresse  qui a peur du jugement des autres, un secret qui ronge. Comment aider quand on ne sait pas? Que faire pour que les victimes n’aient plus peur de parler ? La honte et la peur de ne pas être entendue, que leur parole soit remise en cause empêche bien souvent les victimes de raconter leur calvaire, de déposer plainte.

Ce roman peut aider à comprendre qu’il ne faut pas se taire, victime ou témoin, il faut parler, il faut dénoncer.

Je pense que pour les plus jeunes, cette lecture devrait être accompagnée car le témoignage de l’adolescente est assez dur.

 

Compte les étoiles, de Lois Lowry

Quand un peuple se mobilise pour les siens. Un très beau roman, poignant et plein d’espoir.

1943. Annemarie Johansen a 10 ans et vit à Copenhague avec ses parents et sa petite sœur Kirsti. Sa meilleure amie c’est Ellen Rosen, et elle habite le même immeuble, avec ses parents. Les soldats allemands font des patrouilles dans les rues et les deux fillettes ne sont jamais très rassurées de les croiser quand elles rentrent de l’école. Et puis un jour commencent les déportations. Les Rosen, qui sont juifs, sont en danger. La famille d’Annemarie met tout en œuvre pour les secourir : ils les aident à se cacher et recueillent Ellen en la faisant passer pour la sœur d’Annemarie. Tout le monde retient son souffle quand en pleine nuit, les Allemands perquisitionnent leur appartement. Ce danger surmonté, l’objectif est clair : ils devront faire passer Ellen et ses parents en zone libre. Commence une aventure dangereuse où l’enjeu est de survivre, où moins on en sait et mieux c’est pour tout le monde. Annemarie va basculer malgré elle dans le monde des adultes et découvrir la résistance. Elle va goûter aux saveurs amères de la peur mêlée au courage. Les Johansen pourront-ils sauver les Rosen des griffes nazies ? Au risque d’y laisser leur propre vie…

C’est une aventure qui sonne vrai. Et ce n’est pas pour rien, l’histoire d’Annemarie est vraie. C’est en réalité celle d’Annelise Platt, à qui ce livre est dédié. C’est aussi l’histoire de tous les enfants et leur famille qui ont vécu la guerre et l’occupation allemande. Le danger est là, en permanence, on le sent peser et rôder tout au long de la lecture de ce roman. Et quelle admiration pour le courage des gens de cette époque, véritables héros ordinaires ! La résistance était un acte humain qui semblait si naturel alors. Compte les étoiles est l’occasion de découvrir l’occupation allemande dans la région Nord de l’Europe. Et l’occasion d’apprendre que, pendant la seconde guerre mondiale, les Danois ont réussi à faire traverser le bras de mer séparant le Danemark et la Suède à la quasi-totalité de la communauté juive : près de sept mille personnes ! Total respect.

La traversée du temps, de Yasutaka Tsutsui

Kasuko, élève de 3ème, est de corvée ménage après la classe, avec ses camarades Goro et Mazaru.

Alors qu’elle range le matériel dans la salle de travaux pratiques, elle voit surgir, des étagères de produits chimiques, une ombre noire qui disparaît. Une odeur de lavande flotte dans la pièce qui ravive des souvenirs passés qu’elle n’arrive pas à définir. Flacons et éprouvettes sont alignés sur une table… Bientôt, Kasuko s’effondre, inanimée sur le sol. A son réveil, aucune trace ne prouve ses dires : ni flacons, ni éprouvette, ni intrus… Que lui est-il arrivé ?

Des événements des plus mystérieux vont bientôt se produire qui lui permettront de voyager dans le passé et changer le cours des choses … Cela a-t-il un rapport avec ce qui lui est arrivé dans la salle de travaux pratiques ? Comment va-t-elle maîtriser ce pouvoir envahissant ? A qui va-t-elle pouvoir se confier pour trouver de l’aide ?

Un court roman qui se lit très vite, entre fantastique et science-fiction, et qui permet une introduction facile au genre. En effet, tout se concentre sur une intrigue unique et linéaire. La culture japonaise est présente mais pas suffisamment développée pour risquer de déstabiliser un lecteur non averti. Le roman, écrit en 1976 et qui n’a pas pris une ride, a fait l’objet d’une adaptation en film d’animation en 2007. A découvrir.

(Dé)connexions – Au secours je suis accro aux écrans- de Christine Deroin et Alain Dervaux

Ecran,  quand tu nous tiens…

index.jpg

 Enzo s’ennuie dans la « vraie vie « , il a besoin que ça bouge, il a besoin d’adrénaline, de sensations fortes.

Clément manque de confiance en lui et ce doute l’isole, l’enferme dans une solitude insupportable.

Manon a beaucoup d’idées, aime les choses nouvelles, elle rêve d’exprimer sa créativité en inventant  des jeux mais sa détermination ne suffit pas à concrétiser ses projets, donc elle s’agace face à des échecs qu’elle n’assume pas.

Trois adolescents, trois profils différents et pourtant un point commun les unit : l’addiction au monde virtuel, qui leur procure la sensation de s’échapper d’un quotidien devenu trop étroit pour eux, qui leur procure la sensation d’exister.

Le virtuel va devenir le moyen de s’affirmer, de combattre leurs démons. Un moyen qui peut être dangereux quand on en abuse. Mais cette addiction se fait progressivement sans qu’on s’en aperçoive car chacun s’y sent bien à sa place, maître de ses actions. Ces adolescents qui deviennent accros aux écrans, ne sont même plus en capacité de faire la part des choses entre monde virtuel et réalité. Tout devient facile puisqu’ils sont aux commandes d’une vie toute fabriquée dans laquelle ils progressent selon leur envie, s’inventant un personnage  idéal auquel ils s’identifient. Un être parfait qui décide, à l’opposé de ce qu’ils représentent dans « la vraie vie ».

Bien souvent cette envie irrésistible de se réfugier dans un monde fabriqué de toute pièce traduit un malaise, un mal-être difficilement contrôlable.

Au fil de la lecture on assiste à la montée en puissance de cette addiction qui prend de plus en plus de place, jusqu’à en devenir incontrôlable. Entre chaque épisode, un médecin psychiatre prend la parole pour expliquer les raisons de cette addiction, sa progression et ses conséquences tout en tenant compte de l’environnement familial et social des adolescents. Il en fait une analyse au plus juste avec des mises en garde, en soulignant aussi ce qui est mis en place par les parents pour remédier à ce fléau. Mais, les enfants ont plus d’un tour dans leur sac pour y déroger. C’est un dangereux enfermement qui peut causer beaucoup de dégâts.

A la fin de cet ouvrage, l’auteur communique la liste des adresses utiles, de centres ou d’associations en France et à l’étranger, qui viennent en aide aux personnes dépendantes.

Mais on ne peut se faire aider qu’à partir du moment où on a pris conscience du mal qui nous ronge. Le chemin est long mais reconnaître son addiction est déjà un grand pas.

Une lecture que je recommande, un roman qui n’est pas dans le jugement, un roman dont le seul but est de comprendre et d’apporter des réponses. Un ouvrage utile tant aux jeunes qu’aux adultes  qui s’inscrit dans la collection saison psy. Une collection qui traite les problématiques du quotidien rencontrées par les adolescents. Certes, une fiction sert de base mais elle est  si proche de la réalité qu’elle autorise une analyse fine et sérieuse.

Moi, détective in London -Nouvelle star in Hollywood – Love ? in New-York- de Stéphanie Benson et Claudine Aubrun

English trip

Quoi de plus palpitant que d’apprendre l’anglais tout en s’amusant ! Voici trois petits romans sous forme de journal, pour se familiariser avec la langue de Shakespeare. Une sorte de carnet de voyage mêlant  français et anglais dans lesquels on suit Jeanne, Alex et Callie dans leur périple anglais. De l’humour, de la fraîcheur, des mots simples pour aborder l’anglais de manière ludique.

Sur le dos de chaque roman figurent des émoticônes qui indiquent le niveau de difficulté. Les illustrations font parties intégrantes des textes , les deux combinés permettent une compréhension plus facile.

Moi, détective in London- le journal de Jeanne-

london.jpg

Jeanne est invitée par une amie écrivaine très célèbre qui célèbre son anniversaire. Elle part avec Agathe sa meilleure amie. Les filles vont  en profiter pour visiter Londres mais elles vont devoir affronter un évènement imprévu.

Nouvelle star in Hollywood -Alex’s journal-

alex.jpg

Alex est invité à Hollywood par sa meilleure amie, une chanteuse célèbre qui sort son dernier album. Elle souhaite avoir son avis notamment sur un refrain qu’elle composé en français. Alex est tout exité de passer quelques semaines dans la ville des stars et du cinéma. Mais son séjour va être perturbé par un évènement inattendu.

Love? in New-York -Callie’s journal-

callie.jpg

Callie part à New-York pour ses études, elle va donc dans une famille d’accueil. Et là, elle est tout suite attirée par le fils aîné, mais il semble que ce ne soit pas réciproque. Comment Callie va -t-elle passer son séjour avec ce secret impossible. Pourra-t-elle compter sur les autres membres de la famille pour lui changer les idées?

 

 

 

Sherlock, Lupin et moi, 1. Le mystère de la dame noire- de Irène Adler

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Sherlock Lupin et MoiLe Mystère de la dame en noir

Pendant ses vacances à Saint-Malo, Irène Adler, une adolescente, rencontre Sherlock Holmes et Arsène Lupin ! Tous trois commencèrent tout juste à sympathiser, mais un événement inattendu arriva. Un meurtre ou un suicide ? Et quelles aventures allaient-ils rencontrer ? Avant de l’avoir lu, je l’ai trouvé au salon du livre de Montreuil. J’ai beaucoup apprécié ce livre car les trois amis vivent des aventures passionnantes et ils prennent des risques. Les personnages principaux sont très attachants surtout Irène Adler. Je suis en train de lire le tome 2 et j’ai hâte de démasquer le coupable. Je le conseille vivement aux élèves qui aiment les livres policiers. Mina 5°

Et l’avis de mumu58

Détectives en herbe Réunir Sherlock Holmes et Arsène Lupin dans un même roman est tout simplement génial ! On connait tous Sherlock Holmes le détective excentrique accompagné de son fidèle Watson et Arsène Lupin, un gentleman cambrioleur, un charmeur qui change d’identité pour commettre ses délits. Une petite note féminine s’ajoute à ce duo, Irène Adler, une belle aventurière parisienne. Mais revenons à notre roman qui débute en 1870, à Saint-Malo, lieu de vacances de notre trio. Sherlock, Arsène et Irène sont alors adolescents et liés par une véritable amitié. Pensant passer un bel été au bord de la mer,  la découverte d’un cadavre échoué sur la plage va chambouler leur plan mais va leur donner la possibilité d’unir leurs talents, pour résoudre une enquête pleine de suspense et de rebondissements. Nous faisons la connaissance de trois personnages, de trois héros qui ne savent pas encore combien leur nom deviendra célèbre au fil du temps. Je dois dire que  pour leur jeune âge, on devine déjà une prédisposition  pour ce qui sera plus tard leur domaine de prédilection. C’est Irène qui nous raconte l’histoire donc nous sommes aux premières loges et nous suivons de l’intérieur les faits. La jeune fille est spontanée et pleine de charme, elle donne au récit toute sa fraîcheur. Un meurtre, quelques indices et voilà notre trio embarqué dans une belle aventure. La couverture de ce roman nous plonge tout de suite dans l’ambiance de l’époque, une fin de XIXème siècle qui nous fait découvrir  Saint-Malo à travers les yeux de trois adolescents. L’originalité de ce roman est que l’auteur nous présente les trois héros, adolescents, avant qu’ils ne deviennent les personnes célèbres que nous connaissons.    

Il y a un garçon dans les toilettes des filles, de Louis Sachar

« Bradley Chalkers – Classe de Mme Elbel – Derrière place du dernier rang »
Bradley est en CM2 et n’a pas d’ami. Et ce n’est pas étonnant, il déteste tout le monde. En plus, il ne raconte que des mensonges. À tout le monde. Ses seuls amis sont ses petits animaux en peluche, qu’il retrouve dans sa chambre en rentrant de l’école. Quand Jeff, un nouvel élève s’assoit à côté de lui, c’est parce qu’il n’a pas le choix. Même la maîtresse lui dit qu’elle est « désolée, c’est la seule place libre ». Pourtant Jeff lui propose d’être son ami. Tenté de refuser parce qu’il déteste tout le monde, il finit par accepter, car il trouve qu’ils se ressemblent, et surtout, parce que Jeff est entré dans les toilettes des filles !
Et puis à l’école, il y a une nouvelle conseillère d’éducation, Carla. Après leur premier entretien, Bradley est déconcerté. Il n’a pas l’habitude d’entendre ces mots-là :

« Bonjour Bradley, ça me fait plaisir de te voir. Je suis très contente que tu sois venu ».

Bien sûr, Bradley la déteste aussitôt. En plus il se dit que c’est un piège.
Peut-être a-t-il raison et que la bienveillance de Carla saura le transformer à son insu ?

L’histoire touchante d’un enfant en marge, qui a du mal à trouver sa place. C’est une spirale sans fin : Bradley déteste les autres parce qu’ils ne le comprennent pas. Les autres ne l’aiment pas et le mettent à l’écart. Se sentant rejeté, il les déteste. Alors on comprend que le point de vue différent des deux nouveaux arrivants change la donne. Rien de tel pour briser un schéma qui semblait ancré à jamais. On suit la transformation du jeune Bradley avec beaucoup d’intérêt. De l’émotion, de l’humour et beaucoup d’éducation positive dans ce roman. Une lecture qui fait du bien !