Seuls à la maison, de Geneviève Senger

Quand le chat n’est pas là, les souris dansent !

seuls a la maison.jpg

Morgane, 9 ans, et Thibault, 10 ans, vont devoir se passer de leur père parti en Chine pour son travail et de leur maman qui doit se rendre à Paris chez un dermatologue pour leur sœur Justine. Ils habitent dans une grande maison sur une colline, à 500 mètres du bourg. Mais pas de panique Lydie, leur marraine de cœur va les garder. Néanmoins, un petit souci : elle est en retard et maman ne peut pas attendre. Voilà donc les enfants seuls pour un court moment. La situation se complique quand l’hôpital les appelle suite à l’accident de voiture de Lydie qui doit se faire opérer le lendemain. Quelle poisse ! Mais Morgane et Thibault, bien que désolés pour leur nounou, sont excités à l’idée de rester seuls, personne pour les commander, pour leur dire quoi faire. Pas de contraintes que du plaisir ! Pas question de prévenir les parents, enfin libres ! Ils sont persuadés qu’ils vont arriver à se débrouillés sans aide. Dès le lendemain, c’est la révolution, du désordre prend déjà place, leur essai en cuisine est une catastrophe avec un rôti brûlé, un four carbonisé. La maison leur semble si triste que les enfants décident de déterrer un sapin et de mettre toutes les décorations de Noël partout dans la maison. Quel capharnaüm ! Mais quand la nuit tombe, les enfants regrettent un peu d’être seuls, ne sont pas rassurés et entendent de drôles de bruits. Un appel d’un camarade de classe, Frédéric, va intriguer le frère et la sœur. Des bruits courent qu’un monstre rôde autour du village… Les enfants mettent un plan à exécution au cas où l’affreuse bête pointerait le bout de son nez. Le téléphone sonne une nouvelle fois. De nouveau Frédéric qui leur apprend que le garde chasse a vu un homme se cacher dans la montagne, installer des pièges un peu partout. Il faut se méfier et bien s’enfermer, on ne sait jamais. Décidément, il ne fait pas bon de rester seuls en ce moment. Comment Morgane et Thibault vont-ils faire pour faire face à tout cela ? Vont-ils regretter d’avoir accepté d’être seuls à la maison ?

Une histoire agréable, facile à lire. Les jeunes personnages sont sympathiques. Ils se prennent pour des grands mais la solitude les gagne et, réflexion faite, même si les parents paraissent embêtants, leur présence reste réconfortante. Vivement que maman rentre !

Enregistrer

Mercredi, c’est Papi !, de Emmanuel bourdier

Le mercredi, le paradis chez Papi

mercredi.jpg

Comme mes parents travaillent, je vais tous les mercredis chez mes grands-parents. Je ne suis pas très emballé quand arrive le milieu de la semaine car chez eux, je m’ennuie. Pas de télé, pas d’internet, ma seule compagnie, le tic-tac de la vieille horloge qui rythme cette interminable journée. Papi et mamie sont gentils mais ils ont chacun leurs occupations. Je ne sais pas quoi faire, je n’ai rien pour jouer. J’irais bien voir grand-père dans le jardin mais celui-ci est aux fraises, enfin, je veux dire par là qu’il a la mémoire qui flanche, qu’il a du yaourt dans le cerveau. Il ne sait toujours pas comment je m’appelle ! Mais au fait, mon papy c’était un bébé avant d’être mon papi ? C’était quoi son métier, avant ? Un jour, mon papy, il m’a ébloui, il a été extraordinaire, il m’a raconté plein d’histoires et vous savez quoi, depuis, j’ai hâte d’être à mercredi parce que le mercredi c’est devenu sacré, parce que le mercredi chez mon papi c’est maintenant le paradis… Je ne vous ai pas dit, je m’appelle Simon et j’adore papi !

Venez découvrir pourquoi le petit Simon ne manquerait pour rien au monde le rendez-vous du mercredi. Mercredi c’est papi ! est une histoire touchante qui met en avant les relations intergénérationnelles, les grands-parents face à leurs petits-enfants. Le regard de Simon s’attarde au fil des pages sur son papi, un regard plein de tendresse, d’amour et de compassion. Il se rend compte que son papi n’a plus de mémoire et que cette défaillance l’isole sans qu’il s’en rende compte. Mais il va réussir à communiquer avec lui à travers le jeu et transformer ainsi des mercredis ternes en des mercredis colorés. Le temps qui passe laisse son empreinte, creuse des sillons, des failles qui, hélas, ne pourront jamais être réparées. Le temps égratigne le corps et l’esprit et l’homme n’y peut rien. Jeunes lecteurs, vous qui avez la chance d’avoir vos grands-parents, profitez de tous les instants partagés avec eux et regardez cette petite étincelle qui brille au fond de leurs yeux, elle montre qu’ils sont heureux.

Le texte est simple, les illustrations et les couleurs de certaines pages intérieures donnent de la fraîcheur au récit tout en nous faisant prendre conscience qu’un jour aussi on sera le papi ou la mami d’un « petit »….

Série Les grandes années, de Gaël Aymon

Une petite série à découvrir aux éditions Nathan, mettant en scène tout un petit groupe de copains. Ils partent tous à l’école ensemble, accompagné par le papa de notre narratrice, Ness. Le transport en commun est original : le pédibus ! Et tous les soirs, quelqu’un d’autre vient les chercher, toujours en groupe : la baby-sitter, la mamie de l’un, la maman d’une autre, etc… Et cette petit vie communautaire crée des liens forts d’amitié !

Ysée, l’une des jumelle a un secret : elle est amoureuse mais n’ose pas révéler sa flamme… De toute façon, ce serait inutile, jamais il ne l’aimera ! Qu’à cela ne tienne ! Nastia, la grand-mère d’Edvin a une idée. En pianotant sur Internet elle trouve la recette d’un philtre d’amour. A notre petite équipe maintenant de réunir les ingrédients !

Ness est jalouse : jalouse des baskets lumineuse des jumelles, jalouse de la télé d’Oscar, jalouse de l’appareil photo d’Edvin… Alors elle se fâche contre sa mère : ils sont pauvres, elle n’a que des jouets et des livres nuls.  Alors, sa mère lui propose de faire le tri dans ses affaires et donner ses affaires nulles de pauvre malheureuse à des enfants encore plus pauvre qu’elle. Ni une ni deux, Ness rameute sa troupe ! Ensemble, ils décident de faire un vide-grenier et de reverser l’argent à une association ! Mais est-ce que cela va être aussi facile qu’il n’y paraît ?

Après avoir assisté au concert de son idole, la jeune chanteuse Lisa Rosa, Ness a une idée : pour son anniversaire, elle va organiser un concert. Et bien entendu, ce sera elle la star, ses copines Luce et Ysée n’auront qu’à faire les choristes et Oscar et Edvin le présentateur et le technicien ! Mais il va falloir motiver sa troupe, et surtout répéter… L’amitié va-t-elle être vraiment plus forte que tout ?

 

 

Des petits livres pétillants de bonne humeur qui mettent en avant l’amitié, la solidarité, avec un groupe vraiment soudé malgré leurs différences qui donnerait presque envie de revenir à ses propres jeunes années ! Les personnages sont sympathiques et rafraîchissants. Une agréable petite collection à lire dès 7-8 ans car les textes sont courts et abondamment illustrés en couleur et avec peps ! Dommage que quelques accents circonflexes sont passés à la trappe de la relecture… mais peut-être la réforme de l’orthographe est-elle passée par là. En tout cas, je n’ai pas pu m’empêcher de les rajouter au crayon… Un moment passé le soir avec ma fille de 9 ans pour un partage de lecture à voix haute. Et je pense que je les prêterai à la rentrée à la BCD de l’école primaire voisine. Des thèmes simples de la vie de tous les jours qui parlent à nos enfants, peut-être un peu plus aux filles qu’aux garçons… à voir…

Mamie gâteau s’emmêle le tricot, de Gwladys Constant

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Côme est un petit garçon de 4 ans et demi qui confond souvent les mots. Pas les mots compliqués, mais plutôt les mots simples du quotidien. Barabar sa maman commence à l’inquiéter, d’autant que la nouvelle institutrice du garçon évoque souvent le problème. Barabar, mère-célibataire travaille beaucoup et Côme passe beaucoup de temps avec sa mamie… Ne serait-ce pas elle, notre mamie-gâteau, qui emmêle le tricot des mots de Côme ?

Ce livre, très facile d’accès, s’adapte aux lecteurs plus jeunes, comme aux plus âgés. Court (63 pages) et très compréhensible, même les faibles lecteurs n’auront aucun mal à le comprendre et le lire. en plus, quelques illustrations sympathiques, à la manière de bande dessinée en noir et blanc ponctuent le texte. Des personnages attachants et une histoire que j’ai trouvé touchante, magnifique et qui évoque les liens entre différentes générations et ce que la maladie d’Alzheimer déclenche sur une famille. Un thème fort et émouvant traité avec délicasse pour les plus jeunes lecteurs.

Un petit coup de coeur pour moi,

Emma, 11 ans – 6ème, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Will, Marty et compagnie, 2. La légende du capitaine Crock, de Eoin Colfer

 

Will, Marty et compagnie : La légende du capitaine Crock par ColferWill nous présente ses 4 frères. Durant ses vacances d’été, Will participe à sa première boom. Il décide de se déguiser en pirate sauf que ses frères vont lui raconter des histoires terrifiantes. Il part à la boom avec son frère Marty… Le terrible capitaine Crock va-t-il se venger ?

Mariam, CM2, une p’tite dévoreuse de livres de Salé Lou Potier

Une chronique des élèves de l’école primaire voisine, l’école Salé Lou Potier. Vous avez, vous aussi, lu le livre ? Alors,  chers lecteurs de ce blog, pour les encourager, n’hésitez pas à poster un commentaire en donnant votre avis !

Résumé de l’éditeur : En vacances au bord de la mer, Will et Marty ont la permission d’aller à une boum. Génial ? Le pauvre Will déteste danser. Et quand il gagne un costume de pirate, il n’a plus qu’une crainte… s’attirer la vengeance du terrible capitaine Crock ! Une nouvelle aventure, effrayante, drôle et trépidante de Will, Marty et compagnie, signée Eoin Colfer.

La ligue des enfants (extra-) ordinaires, de Gitty Daneshvari

Des espions pas comme les autres

ENFANTS.jpg

Que dire de Shelley Brown et Jonathan Murray ? Pas grand chose à y réfléchir et c’est là tout le drame de leur vie. A l’école, ils sont moyens, les autres ne remarquent pas leur présence et même ceux qui les connaissent depuis la maternelle ne se souviennent pas de leur prénom ! Les deux adolescents ont une vie vraiment insignifiante. Ils sont banals, ils se fondent dans le décor. Jonathan s’en fait une raison mais pas Shelley qui fait tout pour se faire remarquer. Alors qui aurait pu imaginer, un jour, qu’on fasse appel à eux pour sauver le pays ? C’est sûrement une blague ! Non, pas du tout, Shelley et Jonathan vont intégrer la ligue des enfants ordinaires afin de déjouer un complot. Leur banalité voire leur transparence est parfaite pour infiltrer une société secrète et mener à bien leur mission.

Shelley et Jonathan sont les anti-héros par excellence. Pas de super-pouvoirs, un physique plus que commun, peu d’amis, une vie très plate. Rien de palpitant en soi, diriez-vous. Mais justement, Gitty Daneshvari n’a pas choisi par hasard des personnages plus qu’effacés. Cette petite histoire montre que des enfants ordinaires, qu’on ignore, à qui on ne prête aucun talent, peuvent arriver à faire des choses extra-ordinaires. Suffit-il d’être le premier de la classe pour réussir, d’avoir plein d’amis pour être reconnu et respecté ? Les personnages sont attachants et pour une fois, ils se trouvent sous le feu des projeteurs.

Les chapitres sont plein d’humour, entrecoupés par des citations d’enfants ordinaires :

Un homme d’une intelligence modérée a un jour dit que ce n’était pas grave d’être quelqu’un de moyen.

Jude de Williams, 9 ans Morgantown,Virginie Occidentale

j’ai inventé cette citation, pour me sentir mieux….

N’être doué pour rien, est le seul domaine dans lequel je sois doué.

Jim Schulty, 12 ans. Boulder, Colorado.

Tout est dit. Ces remarques font sourire mais dans le fond, ces enfants ordinaires souffrent de cette indifférence. La situation dans laquelle Shelley et Jonathan vont se trouver, va leur permettre d’avoir un autre regard sur leur propre personne et d’aborder leur existence différemment. Pour une fois, on leur fait confiance. L’auteur nous offre là un beau moment de lecture, avec des personnages plus loufoques les uns que les autres. Les premiers chapitres campent les personnages, il faut patienter jusqu’au chapitre 4 pour que le récit décolle. La personnalité de nos anti-héros est quelque peu caricaturale mais souligne parfaitement la difficulté de se faire une place quand la société impose la perfection, le « je suis le plus fort je vais réussir » . La quête perpétuelle de la perfection est le moteur du siècle et ne procure t-elle pas plus de stress ? Pas toujours facile d’être au top et de le rester surtout. Un enfant sage, qui travaille bien, jamais un mot plus haut que l’autre, toujours à l’heure, qui écoute, n’a pas forcément besoin qu’on l’aide. Sera-t-il plus heureux qu’un enfant turbulent, qu’on gronde, qu’on pousse à étudier, sur lequel on s’acharne ? Pas sûr, on n’est pas mieux aimé parce qu’on est brillant. Ceci n’engage que moi. Etre imparfait, laisse la possibilité d ‘évoluer, on apprend beaucoup de choses de nos erreurs. Alors vive la ligue des enfants ordinaires !

Réglisse a disparu !, de Lucy Daniels

Collection S.O.S. animaux, aux éditions Bayard

Dans le manoir en face de chez Cathy se déroule le tournage d’un film dont les acteur sont des animaux. Réglisse,son labrador va être remarqué pour participer au tournage …Mais bientôt
celui-ci disparaît Cathy accompagnée de son ami James va mener l’enquête pour sauver son chien
Vont-ils y parvenir?
Un roman qui met en scène des animaux, différents à chaque titre de la série. Il y a toujours un lien entre ces animaux et des enfants, et à chaque fois, il leur arrive quelque chose. Une série destinée aux jeunes lecteurs à partir de 9-10 ans, qui aiment les animaux.

Mélanie, 6ème – 12 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

 

Collection SOS animaux également disponible au CDI :

Un chien pas comme les autres, de Jenny Dale. Résumé de l’éditeur : Emily et Neil apprennent qu’un épisode de leur série préférée va être tourné près de chez eux. Sélectionnés comme figurants, ils font la connaissance de deux héros du feuilleton Max, un garçon de leur âge, et Prince, un adorable cocker pour qui le métier d’acteur n’a pas de secret… Mais le nouveau dresseur semble mécontent des performances de Prince. Max devra-t-il se séparer de son ami Prince ?

SOS animaux100% animauxLa bande des cochons d’Inde, de Lucy Daniels. Résumé de l’éditeur : Cathy et James sont ravis : ils ont été acceptés dans la bande des cochons d’Inde. Les membres de ce club secret s’inquiètent pour Carla, un magnifique spécimen pure race. Sa maîtresse, qui ne fait pas partie du club, laisse dépérir le pauvre rongeur, le privant de soins et d’amour. En effet, tout ce qui compte pour la jeune fille, c’est de remporter le prix du plus beau cochon d’Inde.

SOS animauxLarmes du dauphin (les)Les larmes du dauphin, de Lucy Daniels.  Résumé de l’éditeur : Cathy, qui passe ses vacances en Floride, va tout mettre en oeuvre avec ses amis pour sauver un dauphin qui se laisse dépérir depuis que son compagnon est mort d’une mystérieuse maladie.