Viou, de Henri Troyat

Arrache coeur

vio.jpg

Sylvie a 7 ans et vit chez ses grands-parents paternels depuis que son père est mort. Il a perdu la vie, deux ans auparavant, lors des combats de 1945. Il était médecin sur le front. Sa mère, secrétaire médicale, vit sur Paris où elle travaille dur. Elle essaie de se reconstruire. La famille est propriétaire d’une usine de matériaux de construction et vend du charbon. Grand-père et grand-mère ne se parlent pas. Les rares échanges sont agressifs et brefs, Viou ne comprend pas pourquoi. Viou est le doux surnom que lui ont donné ses parents. Un surnom qui sent bon le bonheur passé. Au domaine, le dimanche est réservé à la messe et aux interminables promenades au milieu des tombes du cimetière voisin. De retour à la maison, grand-mère recommence à parler de son fils que la mort a fauché si injustement. Et chaque dimanche, elle sort son uniforme impeccablement entretenu, comme si il allait revenir…Voilà comment se déroule la journée dominicale pour Viou. Mais la petite fille n’en peut plus. Personne ne voit sa souffrance, un père à jamais disparu et une mère absente. Et toujours ce culte du mort dans cette maison qui transpire l’austérité, avec une grand-mère si sévère et si intransigeante avec sa petite fille. Viou est au bout et en fait ne sait pas si elle souffre plus de la mort de son père que de l’absence d’une mère dont le parfum, la gentillesse, la délicatesse et tout simplement l’amour sont si réconfortants. Son père était brillant et Viou se doit d’être aussi brillante que lui, ainsi l’a décidé sa grand-mère. Elle doit faire honneur à sa mémoire et surtout ne pas ressembler à sa mère. Quelle offense, que c’est lourd pour une petite fille de 7 ans. Pourquoi tant de haine envers la maman de Viou ? Jamais une marque d’affection alors que toutes les mamies sont là pour câliner leurs petits. Viou était trop petite quand son papa est parti. Les souvenirs sont flous, presque inexistants. Heureusement, il y a tante Madeleine pour parcourir les album photos et parler de sa vie d’avant… Mais comment dire à une mère qu’elle lui manque, que cette séparation rend la vie insupportable. Comment Viou, cette fillette si tourmentée, arrivera t-elle à affronter les événements tragiques qui jalonnent son existence ?

Viou est une très jolie histoire émouvante qui dépeint parfaitement les codes de la vie bourgeoise. Viou, une petite fille triste que la vie n’épargne pas et qui du haut de ses 7 ans ne comprend pas toujours les adultes. Une grand-mère très sévère qui, rongée par la mort de son fils, ne laisse paraître aucun sentiment à l’égard de sa petite-fille. Un roman fort en émotions où le profil de chaque personnage est décrit avec soin, où le lecteur perçoit à travers les yeux de Viou toute la rigidité de la vie des gens de bonne famille. L’absence des êtres aimés est très présente et constitue le fil conducteur de ce roman.

Le journal d’Aurélie Laflamme, 1. Extraterrestre… ou presque !, de India Desjardins

SOS d’une ado en détresse !

aurelie.jpg

Aurélie, 14 ans, se sent bien perdue dans un monde qui n’a pas l’air de lui correspondre. Aurélie vit seule avec sa maman depuis le décès de son père. Elle se prend à rêver que son papa revienne la chercher pour l’emmener sur une autre planète. Alors, elle se confie à son journal intime. Elle se pose de nombreuses questions sur la vie, ses relations avec les adultes. Elle ne sait plus trop où elle en est. Sa maman, un peu trop envahissante à son goût, ne se remet pas de la perte de son époux et parfois, c’est un peu tendu entre Aurélie et elle. Mais malgré tout, elles sont liées par une belle complicité.

Un roman frais, drôle, plein d’humour pour parler de sujets délicats. Aurélie est une adolescente pleine d’imagination, attachante qui livre ses états d’âme. Elle est décalée et traverse une période de doute que beaucoup d’adolescents connaissent.

Les beaux lendemains de Saint-Chanas, de Véronique Lesimple

Au revoir les fantômes…

1919…. La France encore meurtrie par des années de guerre essaie de renaître de ses cendres. Les hommes, des survivants de combats acharnés, meurtris par leurs blessures morales et physiques, errent dans une vie qui ne leur appartient plus, dans une vie pleine de fantômes et de cauchemars. Armand, jeune lieutenant, est de retour et trouve un poste de régisseur dans un château, dans la Drôme, grâce à un ami d’enfance. Un domaine qui perd pied depuis la mort du baron, délaissé par les occupants qui ont sombré dans la douleur et le chagrin. Seul, le personnel essaie tant bien que mal de s’occuper de la propriété. A son arrivée, Armand fait la connaissance de Louise, une veuve inconsolable, murée dans sa souffrance, qui ne quitte plus sa chambre et d’Hubert son frère, qui a perdu la vue dans les tranchées. Ce dernier végète dans un état dépressif depuis plus d’un an, attendant que la mort vienne le chercher. Tous deux n’ont plus la force d’affronter la réalité et se laissent aller dans leur malheur. Charles, le petit garçon de Louise émeut Armand. Du haut de ses quatre ans, ce pauvre petit bonhomme, orphelin d’un père et délaissé par sa mère est le seul qui anime les couloirs lugubres et sans âme de la bâtisse. Armand a le sentiment que son travail l’aidera à chasser ses angoisses, à surmonter son traumatisme et peut être à se reconstruire. Lui qui a vu tant d’hommes mourir, tant de compagnons tomber au front…Il pourra compter sur mamie Rose, la dévouée cuisinière, au service de la plus grande famille de la région depuis tellement d’années.La guerre l’a endurci, les combats ont brisé sa jeunesse. Il essaie d’entrevoir son avenir sans trop y croire. Mais là, à Saint-Chanas, il compte bien aider les châtelains à remonter la pente, à reprendre pied dans la vie. Malgré toute sa bonne volonté et sa détermination, réussira t-il à leur redonner le goût de vivre ?

Les beaux lendemains de Saint-Chanas est une merveilleuse histoire humaine. Sous la plume de Véronique Lesimple, les portraits d’hommes et de femmes brisés par les ravages d’une guerre se succèdent et nous font comprendre combien le quotidien de l’après-guerre a été éprouvant. La perte d’un père, d’un époux, d’un fils, la fin tragique pour de nombreux soldats, ont plongé les familles dans les entrailles d’une existence qui devait continuer malgré tout. Et que dire de tous ces mutilés, de tous ces survivants dont le retour dans les foyers ne fut pas simple. Ils reviennent mais ont du mal à retrouver leur place, à être compris par des proches qui paraissent si loin de la réalité de leur souffrance. Plus rien ne sera comme avant, le passé sera leur seul compagnon de route, un compagnon solitaire hanté à jamais par les horreurs des combats.
La reconstruction psychologique est le thème principal de ce roman. Les personnages sont attachants et émouvants, ils se dévoilent au fur à mesure que progresse l’histoire. Le lecteur se plonge vite dans cette ambiance d’après-guerre avec une population qui essaie d’avancer, avec un mode de vie qui se modernise. L’électricité fait son apparition ainsi que l’eau courante et le téléphone. On prend plaisir à partager les balades en automobile qui révolutionnent le quotidien. Un souffle nouveau comme une bouffée d’oxygène qui viendrait balayer les stigmates encore profonds des atrocités des quatre dernières années. Renaître pour faire vivre les souvenirs, renaître pour dire oui à la vie.

Enregistrer

Mon père couleur de nuit, de Carl Friedman

Fantôme de la vie…

pere2.jpg

Cet ouvrage prenant  est plein d’émotions. Je dirai même que plus qu’un roman, c’est comme un recueil de nouvelles car en fait, chaque chapitre pourrait se lire indépendamment du suivant. Le lecteur peut naviguer de l’un à l’autre sans ordre établi car aucune partie est numérotée. Le génocide est le point central de Mon père couleur de nuit. La narratrice, Hannah, une fillette de 10 ans écoute les récits de son père, Joshel, survivant des camps. Sans cesse, le passé lui revient et on se rend compte qu’il ne fait plus la différence entre le présent et son vécu. Certains évènements du quotidien mêmes les plus anodins, le renvoient à son internement dans les camps. Joshel impose ses souvenirs à ses enfants à chaque instant. C’est un homme marqué à jamais, détruit physiquement et moralement. Même quand il raconte des histoires à ses enfants, comme le petit chaperon rouge, il ajoute des détails sordides de sa vie dans les camps…

Le lecteur va ainsi découvrir toute l’horreur de l’enfermement dans les camps, cet univers inhumain. Il n’est pas ménagé. On reçoit toute cette barbarie à travers le regard d’une enfant de 10 ans, porte-parole d’un père survivant. En fait, dans ce récit, les enfants portent le fardeau du père. Max, le frère aîné, se révolte car il aurait souhaité un père « comme les autres », qui joue au foot avec lui et qui arrête de parler du passé. Il ne comprend pas ce besoin de toujours rabâcher  :

« et le camps par- ci et le camp- par là, toujours le camp. Il fallait y rester merde ! »

On surprend les enfants à « imiter » leur père pendant son enfermement. Ainsi Max fait l’expérience des pieds gelés en les mettant dans le frigo et Hannah ira enterrer ses jouets dans le jardin du voisin.

On ne peut pas en vouloir à ce père. Comment peut-on sortir indemne de tant de barbarie ? Comment peut-on vivre après ?

Un récit dur et touchant