Même les araignées ont une maman, d’Alain Gagnol

Depuis que son chat, d’habitude si ponctuel, a disparu, quelques jours auparavant, Thomas, lycéen de seize ans, veille, en espérant son retour… Car il est très inquiet : depuis des mois, des animaux se font massacrés les uns après les autres par un tueur sanguinaire et sordide qui échappe à la police. Mais à 4 heures du matin, c’est une silhouette assise dans son jardin qu’il repère … affublée d’un masque d’opéra chinois rouge et noir et vêtue d’un sweat à capuche rabattue sur la tête et de bottes en plastique. L’étonnement est à son comble lorsque Thomas reconnaît sa jeune voisine, la mystérieuse Emma, qui vit cloîtrée avec son père dans la ferme d’à côté. Lorsqu’elle repart, les questions affluent dans sa tête … Que vient-elle faire ici ? Est-ce elle, le tueur d’animaux ? Que doit-il faire ? Sa curiosité aiguisée, Thomas décide dès le lendemain de monter à nouveau la garde. Et Emma réapparaît, toujours à 4 heures du matin, toujours habillée de manière si étrange… Mais cette fois-ci, Emma a un malaise et semble en proie à une terrible douleur… Thomas doit très vite prendre une décision…

Un thriller haletant et original, à la limite du fantastique avec l’incroyable et incontrôlable don de télépathe d’Emma, qui prend une place centrale dans ce livre. Ce don va-t-il permettre aux adolescents de confondre le tueur d’animaux… ou ce don ne va-t-il pas plutôt les mettre en danger en amenant le tueur à eux ?

Un duo d’adolescents amoureux qui vivent leurs premiers émois tout en pourchassant un tueur ! Riche en émotions pour eux, comme pour le lecteur !

Nina Volkovitch, 3. Le combat, de Carole Trébor

Nina, accompagnée par ses amis Sacha et le défenseur Boris Nikitine, prend la route pour aller sauver sa mère, prisonnière dans un camp de la Kolyma. Pendant ce long trajet, Nina apprend à maîtriser ses pouvoirs tout en sachant que le combat suprême est proche…

Un troisième tome époustouflant. Nous nous retrouvons dans un tourbillon de révélations, d’aventures, d’émotions et d’amitiés qui aboutira au combat suprême qui approche de plus en plus…

Je vous conseille vivement cette trilogie !

Judith, 5ème

Nina Volkovitch, 2. Le souffle, de Carole Trébor

Nina apprend à maîtriser son pouvoir dans le monastère de Zaïmoutchi. Elle s’exerce en peignant des icônes, sans bien comprendre à quoi cela va lui servir. Petit à petit, le mystère se dévoile sur la famille de Nina et sur l’origine de ce souffle qu’elle possède. Un soir, le monastère est attaqué, c’est alors la fuite…

Un deuxième tome tout aussi passionnant que le premier, Nina prend petit à petit conscience de ce souffle « qui coule » en elle. L’aventure continue…

Judith, 5ème

Nina Volkovitch, 1. La lignée, de Carole Trébor

Nina est une jeune fille vivant en URSS sous la dictature soviétique, arrachée à sa mère, dite « ennemie du peuple ». Nina a 15 ans, mais n’en paraît que 12. Nina fait le serment de retrouver sa mère, emprisonnée dans un camp en Sibérie. Mais ce que Nina ne sait pas encore, c’est qu’elle est une descendante d’une illustre famille, les Volkovitch, qui détient des pouvoirs extraordinaires, voire dangereux… En partant dans cette aventure, elle va aussi apprendre qu’elle devra affronter d’autres choses bien sombres…

J’ai adoré cette série composée de trois tomes. Je l’ai découverte dans une revue. Ce livre commence comme une histoire réaliste qui, au fil des pages, vire au fantastique. Nina est vraiment une jeune fille pleine de vie et très attachante et Carole Trébor sait parfaitement nous faire partager les émotions et les doutes de son héroïne. Je vous conseille fortement cette lecture !

Judith, 5ème

Mystères à Minuit, 1. La ville la plus hantée du monde, de Camille Brissot

La malédiction du mausolée

Minuit est une ville où se côtoient fantômes et humains. Elle est réputée pour être la ville la plus hantée du monde, une ville où les revenants sont les rois.

Victor a 12 ans, il habite la ville de Minuit, il est né à minuit le soir d’Halloween. Cette particularité fait qu’il est le seul à voir et entendre ces spectres. Il a avoué son secret, ce qui lui a valu d’être surnommé « le croque-mort ». A part ça, c’est un adolescent ordinaire, qui va au collège et qui essaie de faire sa place parmi les autres.

Victor a un ami de son âge, Balthazar dit Balti pour les intimes. De son âge en apparence car c’est un fantôme  qui a 12 ans depuis six-cent-soixante-huit ans. Bluffant, n’est ce pas ? Tous les deux se sont associés pour devenir des chasseurs de mystères. Alors que tous se lancent dans les préparatifs d’Halloween, Margaux une lycéenne, va leur proposer une nouvelle mission. Mais dans le même temps, une disparition va jeter le trouble parmi les fantômes. Victor et Balti vont alors unir leur force pour mener leur enquête et ramener calme et sérénité à Minuit.

Victor et Balti sont différents puisque l’un est vivant et l’autre est un fantôme. Mais leur différence ne les empêche pas d’être des amis très complices. Un beau duo qui fonctionne bien dans une ville qui prend de la place. Camille Brissot nous emmène dans un voyage fantastique très rythmé qui fait perdre toute notion de la réalité. On visualise très bien les personnages, les décors et on prend plaisir à partager les aventures de nos héros. Une histoire qui donne envie de nous balader à Minuit et d’avoir des amis fantômes.

Et découvrez les autres titres de Camille Brissot déjà publiés sur notre blog : https://lecoinlecturedarsene.wordpress.com/tag/camille-brissot/

Les mystères de Dundoodle Tome 1-Le fantôme de la chocolaterie – de David O’Connell

Au pays des caramels

Suite à la mort de son grand-oncle Archibald, Archie Mcbudge et sa maman ont rendez-vous chez le notaire. Le jeune garçon est très surpris, il s’interroge sur la raison de sa présence car il n’a jamais entendu parler de cet oncle. Par contre, quand il apprend que celui-ci était l’illustre propriétaire de l’entreprise Caramels et confiseries, il n’en croit pas ses oreilles ! Qui ne connait pas cette société qui fabrique des caramels à tomber par terre ! D’ailleurs, il s’était toujours félicité d’avoir le même nom qu’une entreprise célèbre mais la comparaison s’arrêtait là.

Quand le notaire lui annonce qu’il est le seul héritier de la fortune de son grand-oncle, il ne réalise pas tout de suite. Lui, Archie Mcbudge à la tête d’un empire de confiseries, d’une fortune colossale !! C’est incroyable !

« Oui mais Archie, descends un peu de ton nuage car ton grand-oncle t’a laissé une lettre dans laquelle il révèle que tu dois prouver que tu es à la hauteur de la réputation du nom que tu portes. Ainsi tu dois être capable de résoudre une énigme pour devenir le digne héritier de la famille. »

Pour l’instant, rien de gagner, surtout qu’une autre difficulté se pointe. Alors que Archie visite l’usine, il apprend que la recette secrète de fabrication du célèbre caramel est introuvable. Seul, le défunt Archibald la connaissait. Sans cette recette, plus de fabrication, et plus de fabrication plus de ventes, plus de ventes plus d’héritage…..C’est la catastrophe. Décidément, le jeune garçon n’est pas au bout de ses peines et il lui faudra être perspicace pour mener à bien  une enquête qui va s’avérer dangereuse et difficile. Avec ses amis, il mettra un point d’honneur à sauver tout ce patrimoine.

Le fantôme de la chocolaterie résonne un peu comme Charlie et la chocolaterie : le héros est un jeune garçon pauvre, en quête d’un trésor, avec une histoire de recette introuvable. Pure coïncidence ou petit clin d’oeil de l’auteur ? Mais rassurez-vous on oublie très vite Charlie et on suit volontiers Archie dans son aventure acidulée, pleine de magie, de suspense et de trahison. Des bonbons comme s’il en pleuvait, des lieux secrets, des énigmes, des créatures sorties de nulle part, une histoire qui se dévore sans modération.

Une couverture gourmande qui donne envie, des illustrations en noir et blanc accrocheuses, une aventure hors du commun, tous les ingrédients pour passer un super moment de lecture. Hâte de découvrir le tome 2 !

La traversée du time tunnel, de Stéphanie Benson

Quentin a toujours rêvé de posséder un chien mais ses parents ont toujours refusé malgré son insistance. Alors, lorsque ceux-ci lui proposent de passer un mois de vacances avec eux en Angleterre et qu’ils voient sa réticence, ils décident de faire un échange de maison avec des gens qui lui laisseraient son chien en gardiennage… Marché conclu ! S’il s’en occupe vraiment bien, peut-être son rêve deviendra-t-il réalité !

Mais le séjour va s’avérer beaucoup plus mouvementé que prévu… Lors d’une promenade avec le chien dans les landes, il fait la rencontre d’un homme, dont les vêtements ressemblent étrangement à un uniforme de la Première guerre mondiale. Caché dans les fourrés, affamé, fatigué, l’homme a un comportement étrange. Qui est-il ? Que fait-il là habillé ainsi ? Quentin ne sait pas quoi faire de ce secret. Aidé de Lisa, la jeune voisine, il va chercher à en savoir plus et se retrouve impliqué dans une drôle d’histoire, une histoire qui va vite se révéler dangereuse.

Un roman de la collection Tip Tongue, niveau B1 adapté aux élèves de fin de 3ème-lycée. L’apprentissage de la langue anglaise y est donc plus intense que dans les titres de niveau A1-A2 et il y a plus de notions de grammaire qui rendent peut-être la lecture du texte moins spontanée mais dont le concept reste vraiment intéressant pour s’entraîner petit à petit à lire dans une langue étrangère.

Ce titre est un roman de science-fiction qui suggère le voyage dans le temps et parle d’expérimentation scientifique. Les personnages des deux adolescents, Quentin et Lisa, sont attachants et sympathiques. L’enquête qu’ils mènent ensemble, accompagnés de leurs chiens respectifs est assez prenant pour réussir néanmoins à oublier qu’on est en train d’apprendre une langue étrangère !

Les Humanimaux en accès libre

Les éditions Syros proposent 4 titres de la collection Les Humanimaux en accès numérique gratuit.

Suivez le lien : https://fr.calameo.com/subscriptions/6266265

Au programme : L’enlouve, L’engourou, L’enfaon, L’enbaleine, d’Eric Simard

Et pour découvrir le titre (L’enserpent) que le CDI possède de manière matérielle et chroniqué sur notre blog , c’est ici

Dans la forêt de Hokkaido, d'Eric Pessan

Un matin tôt, Julie, 15 ans, hurle tellement fort dans son sommeil que ses parents et son frère accourent dans sa chambre… Un cauchemar…mais elle ne révèlera rien à ses parents qui ont peur pour sa santé depuis qu’elle a failli mourir de convulsion alors qu’elle n’avait que trois ans.

Ce rêve est un secret… Elle était un petit garçon de 7 ans perdu, abandonné dans la forêt d’Hokkaïdo.

Mais ce rêve n’est peut-être pas qu’un rêve… Et la fièvre qui s’empare de Julie semble le lien qui l’unit au petit garçon perdu…

Un récit intrigant qui a pris vie dans l’imaginaire de l’écrivain Eric Pessan suite à la lecture d’un fait divers. C’est le point de départ pour une escapade fantastique où les dons paranormaux de Julie vont aider un petit garçon perdu à l’autre bout du monde à survivre dans un milieu hostile. La plume de l’écrivain est subtile et profonde. Les sensations physiques, les émotions des personnages sont ressenties avec beaucoup de force par le lecteur. De nombreuses thématiques sont soulevées sur la question des migrants, sur la question de la parentalité, sur la solidarité et la tolérance. Il n’était pas non plus pour me déplaire que le livre cité comme lecture de Julie soit un de mes livres coup de coeur de science-fiction : Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes dont je vous recommande plus que vivement la lecture si ce n’est déjà fait (une de nos premières chroniques sur ce blog !).

Ne vous attendez pas à un livre d’action mais plutôt un livre de suspense, d’ambiance au fantastique pondéré qui aborde le pouvoir du rêve et de la télépathie, mais dont le rythme reste néanmoins haletant. On est perdu avec ce petit garçon dans cette forêt japonaise remplie de mystère et on découvre également les secrets de famille de Julie qui sont liés à cette histoire du présent. Le « je » de Julie passe au « nous » lorsqu’elle entre dans l’esprit et le corps du petit garçon. Un mélange des genres savoureux, subtil qui puise toute sa force dans l’écriture impeccable de son auteur.

Le livre du temps, de Guillaume Prévost

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Il y a plusieurs jours que Samuel n’a plus de nouvelle de son père. Cela arrive fréquemment, mais jamais aussi longtemps. Depuis trois ans, depuis la mort de sa mère en fait, son père disparaît régulièrement. Mais là, 10 jours ! C’est alors que Samuel découvre une pierre sculptée dans la cave de la librairie de son père. Il est alors transporté dans le temps ! Et si son père était prisonnier dans le temps ?

J’ai adoré ce livre qui m’avait été conseillé par un bibliothécaire, et j’ai tellement aimé que j’ai demandé à Mme Dry, notre documentaliste, de l’acheter. J’ai beaucoup aimé le concept du voyage dans le temps, que l’on retrouve dans « Rouge Rubis ». Je le conseille. C’est le premier tome d’une trilogie qu’il faut vraiment lire dans son intégralité, vous ne serez pas déçus !

Six siècles plus tôt, au fin fond de sa cellule, Allan Faulkner avait écrit :

AIDE-MOI SAM.

Eléa, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène