L’agence Pendergast, 2. Le monstre des égouts, de Christophe Lambert

Pour échapper aux représailles de Bloody Bill, un truand  à qui il doit de l’argent, et pour les beaux yeux de Célia, Sean, notre voleur des rues, a fini par accepter d’intégrer l’agence Pendergast, une organisation secrète cachée sous Ellis Island à New-York et qui chasse les cr’éatures paranormales. Lorsque Sean entend parler, dans une taverne, d’un monstre qui sèmerait la terreur dans les égouts, il décide d’aller avertir M. Pendergast, le chef de l’agence. Avec Célia, Joe l’Indien et M. Barrie, agent envoyé de Londres par Scotland Yard, ils vont devoir enquêter auprès des Trolls et des Nains qui habitent les égouts… L’aventure risque d’être des plus périlleuses.

Amitié, solidarité et un brin d’amour et de jalousie sont au rendez-vous, avec à nouveau de petits clins d’oeil litéraires, cette fois-ci avec Sherlock Holmes et Dr Jeckyll et Mr Hyde. Les aventures ne manquent pas et les surprises sont de taille…

Rien à redire donc sur ce deuxième tome qui confirme la qualité de cette série à destination d’un jeune public. L’édition de qualité et les illustrations en noir et blanc très travaillées ne gâchent  rien au plaisir !

 

100 infos insolites sur les nombres, les ordinateurs et les codes – Auteurs : Collectif

100 infos insolites sur les nombres, les ordinateurs et les codes127 pages
dès 9 ans

Ce livre contient 100 anecdotes insolites sur les chiffres et les nombres, les ordinateurs, les codes et la programmation informatique. Les curieux trouveront la réponse à de nombreuses questions dans ce livre original et instructif. Il est illustré avec humour et riche en anecdotes et en informations insolites.

Mon avis :

 On peut apprécier la mise en page des livres de cette collection. Il y a beaucoup de couleurs, des encadrés, des fonds à motifs, des tas d’illustrations sur chaque page.. C’est à la fois bien rempli mais très clair et compréhensible. C’est un livre que l’on peut lire ou feuilleter en prenant une page au hasard. Chaque info commence d’abord par un gros titre en gras puis viennent les explications et les précisions accompagnées d’illustrations colorées qui rendent les faits plus clairs.

Par exemple : Saviez-vous  que le logo bluetooth vient de la fusion des deux initiales d’un roi danois du Xème siècle, Harold 1er, surnommé « Harold Bluetooth » à cause de ses dents bleues. Il a unifié les peuples comme le bluetooth a unifié les appareils, selon les dires des inventeurs de cette technologie !

Ou encore qu’à l’heure actuelle il est devenu  impossible de battre un ordinateur aux échecs, ou encore qu’une personne a oublié de se suicider trop captivée par le théorème de Fermat ! Et que, d’après la légende, c’est en observant une mouche au plafond que Descartes a inventé le système des coordonnées cartésiennes encore utilisé aujourd’hui pour relever les positions géographiques partout dans le monde.

C’est un livre complet, diversifié et instructif.  A la fin de l’ouvrage on retrouve une table des matières, un glossaire ainsi que des liens internet. Une nouvelle façon d’apprécier les nombres de manière ludique !

Il existe plusieurs livres sur le même principe tels que les sciences, le corps humain, les aliments, l’espace… 

Axel, 3ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Une petite lumière pour la nuit, de Lisa Thompson

En pleine nuit, Nate est réveillé par sa mère. Ils doivent prendre la route, rapidement… Ils fuient Gary,  le beau-père violent qui les martyrise psychologiquement depuis des mois. Nate et sa mère trouvent refuge dans une vieille maison isolée et abandonnée, à la lisière d’un parc de château. Ils venaient là en vacances, il  y a des années, lui rappelle sa mère… La maison appartenait à William, un ami de sa grand-mère, jardinier au château. Ils vont devoir s’adapter à ces nouvelles conditions de vie, se cacher le temps d’être sûrs que Gary ne les retrouve pas. Après avoir tenté de rendre la maison délabrée à peu près vivable, la maman de Nate décide de s’absenter le temps d’aller faire quelques courses… Pendant ce temps, Nate doit entretenir le feu, seul moyen de chauffage en ce mois d’hiver particulièrement rigoureux. Mais sa maman tarde à revenir, les minutes passent, puis les heures, bientôt les jours… L’angoisse monte…  Sa maman est-elle retournée vivre avec Gary, l’a-t-elle abandonnée ici ? Nate décide alors de prendre son courage à deux mains et sortir explorer les alentours. Dans le parc du château, il rencontre Kitty, la jeune voisine, qui l’embarque dans une drôle de chasse au trésor… Nate va-t-il trouver le moyen d’affronter sa peur de la solitude et du noir ? Comment va-t-il faire pour puiser en lui les ressources nécessaires pour surmonter cette terrible épreuve ? 

Un roman qui combine de nombreux genres avec beaucoup d’aisance : récit de vie sur la violence familiale, aventure, fantastique, récit initiatique d’un enfant qui doit prendre en main son destin avec courage et détermination. L’ami imaginaire de Nate, qui apparaît lorsque sa mère disparaît, est la matérialisation de la volonté de l’enfant de s’en sortir, le moyen d’affronter sa solitude et d’être capable de prendre les bonnes décisions. Plusieurs histoires s’imbriquent qui laissent ce récit sans aucun temps mort et permet à tout lecteur de trouver son compte : la chasse au trésor dans l’immense parc du château, avec ses recoins et son labyrinthe, la relation entre Nate et son ami imaginaire, sorte de psychothérapie personnelle, le passé avec l’histoire du château et de ses habitants, des drames qui s’y sont joués. Et l’histoire de Nate et de sa mère…

La description de la violence psychologique vécue dans le foyer est particulièrement réaliste pour qui connait ce sujet si délicat : le beau-père est passé au fil des mois de l’homme parfait, qui fait croire à Nate et à sa mère que tout est à nouveau possible, à un véritable monstre. Mais les choses sont invisibles de l’extérieur : tout se fait une fois la porte fermée, ou sous couvert de bienveillance, et les amis démissionnent au fur et à mesure, sans véritablement se rendre compte du pourquoi. Les victimes sont alors isolées et ont de moins en moins l’énergie de se défendre. C’est souvent là que le drame arrive. Mais la maman de Nate a eu le courage de fuir, probablement poussée par un instinct de survie et par son amour maternel. 

Un très beau roman et un petit coup de coeur !

100 astuces et anecdotes sur Minecraft – Frigiel et Fluffy

Des astuces, certaines connues des joueurs, d’autres moins connues pour pouvoir jouer avec plus d’efficacité dans le vaste monde de Minecraft. L’ouvrage se divise en cinq catégories : Exploration / Récolte et animaux / Combats et monstres / Construction et décoration / Divers , qui permettent de répondre à toutes tes questions.

Un index en début d’ouvrage permet de se repérer plus facilement dans le livre.

Très illustré, avec une mise en page aérée, facile à lire, ce livre ludique  est destiné aux lecteurs  de tous âges passionnés par ce monde de cubes.

J’ai trouvé ce « guide non officiel », écrit par Frigiel,  vraiment très utile pour les personnes qui souhaitent savoir tout ce qu’il est possible de faire sur Minecraft, cela explique toutes les astuces  et dévoile de nombreuses anecdotes (par exemple, comme présenté sur la 4ème de couverture : Pourquoi y a-t-il un poulet dans le Nether  ? De quelle façon un Creeper voit-il le monde ? Un Shulker peut-il devenir invisible ? Peut-on voler sans Elytre ? 

Lucas, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Tous les chemins mènent à l’info – anthologie, présenté par Patrice Kleff

Un ouvrage collectif rassemblant des extraits de journalistes ou écrivains sur le thème de la presse, de l’information, de la désinformation, de la manipulation : Florence Aubenas, Ryszard Kapuscinski, Edwy Plenel, Albert Londres ou Elise Lucet pour les journalistes, Zola, Maupassant, Camus, Kessel pour les écrivains de littérature classique, Guillaume Guéraud ou Didier Daeninckx pour la littérature de jeunesse actuelle. Bref, un panel varié et riche qui nous permet de prendre conscience des enjeux, dans notre société, de l’information de masse. L’ouvrage est divisé en 6 parties : Aux sources du journalisme ; Parcours de l’information ; L’indépendance, condition de l’information ; l’objectivité en question ; Le spectacle de l’information ; Informer, déformer… désinformer ? Des pistes de réflexion pour se frayer un chemin dans un monde hyperconnecté où notre esprit critique doit être constamment en éveil.  « Comment faire le tri entre les informations ? Comment faire la part des choses entre l’essentiel et le futile ? Comment distinguer le vrai du faux, le mensonge  de la vérité, le fiction du réel. » voilà le but de cette anthologie qui fournit de nombreux outils pour décrypter l’info.

En lien avec les nouveaux programme de 4ème, cet ouvrage est plutôt à destination des enseignants de discipline et documentalistes pour les guider dans un projet-presse.

Riche et intéressant.

Russian express, d’Alain Bellet

Youri Serkovitch, jeune adolescent délinquant, gamin des rues « victime de la pauvreté endémique et de l’abandon familial » est poursuivi par la police moscovite. Il est accusé à tort de meurtre, coup monté de la bande organisée du puissant clan des Tataianov avec qui il s’était acoquiné. Il n’a d’autre choix, pour espérer survivre, que de s’enfuir. Il choisira de traverser la Russie, par le Transsibérien jusqu’à Vladivostok aux confins de la Sibérie, dans l’espoir de retrouver peut-être sa mère qui l’a abandonné. Mais ce ne sera sûrement pas dans un wagon de 1ère classe, ni même de troisième qu’il voyagera, mais sous un wagon,  blotti contre les boggies des roues. Il faut qu’il tienne dans des conditions physiques insoutenables, sans nourriture ni eau, le corps meurtri, luttant contre le sommeil pour ne pas tomber. Au détour d’une gare, sa décision de monter à bord, malgré les dangers que cela implique risque de changer son destin…

Un roman qui traverse la Sibérie comme un destin… Les pensées de Youri, à la typographie différente dans le texte, sous le wagon, se mèlent aux paroles des voyageurs au-dessus de lui : réflexions sur ce qu’est devenu cette Russie post-soviétique, instable, qui ne sait que faire de ses enfants des rues, le quotidien du peuple travailleur ou le folklore des trains russes, apartés littéraires sur Pasternak ou Tchékhov, rappels de la période soviétique avec les Russes blancs ou l’Armée rouge. Quelques fantaisies typographiques également nous rappellent l’alphabet cyrillique : KpacHbIe BopoTa (lisez : krasnié varota, nom d’une station de métro à Moscou ) ou Mockba (lisez : Moskva, nom de la ville de Moscou en russe) ou quelques mots aux consonnances  exotiques égrènent le texte : provodnitsa ( la responsable du wagon dans le train) ou babouchka (la grand-mère, la vieille dame) et en font un thriller documentaire à travers la Sibérie, en découvrant l’Oural, la Volga et  les bulbes de ces églises typiques de la Russie.