Le carnet d’Allie, 1. Le déménagement, de Meg Cabot

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Je m’appelle Allie et j’aime inventer des règles de la vie de tous les jours que moi et mon entourage devront respecter. Et ces règles, je les inscris dans un carnet.  Comme par exemple une règle de l’amitié qui est de traiter tes amies comme tu voudrais qu’elles te traitent. Mais je ne fais pas que ça… vous le découvrirez en lisant ce livre !

J’adore ce livre. Il pousse à lire les autres livres de la série tellement il est bien (8 en tout à ce jour – mais le CDI ne possède que le premier tome pour l’instant) ! J’ai beaucoup aimé le passage du déménagement qui chamboule la vie d’Allie. Mais il se passe plein d’autres choses tout au long de la lecture, du coup on ne peut pas refermer le livre comme ça. Ce qu’il y a de plus important, ce sont les relations entre les personnages,  soit avec de bonnes personnes -c’est ce qu’on appelle l’amitié- , soit avec de moins bonnes. Mais le plus dur pour Allie, ce sera de tout quitter pour ouvrir une nouvelle page de vie. Ce roman est illustré en rose et blanc de manière humoristique. 

 

Léana, 6ème, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Mémé, de Philippe Torreton

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

L‘auteur, Philippe Torreton, adorait sa «mémé», le personnage central de son enfance aujourd’hui décédée. Quarante ans après, l’auteur, dans cet ouvrage, rend hommage à sa mémé qui habitait en face de chez lui et chez qui il se rendait très régulièrement. C’était une femme des campagnes qui vivait simplement et modestement dans sa maison de Normandie. L’auteur y décrit avec une tendresse amusée son quotidien banal : le travail laborieux, vécu sans plainte, l’esprit de famille qui rassemble autour d’une tablée, les drames familiaux mais aussi un intérieur humide et vieillot rempli d’autant de bibelots et d’anciens meubles que pouvaient contenir cette petite maison étouffante accumulant les souvenirs.

Pour Philippe Torreton, il doit ce qu’il est devenu à sa grand-mère dont il parle avec nostalgie durant ces presque 150 pages. Pour lui sa grand mère était un exemple.

Notre avis :

C’est un livre autobiographique assez triste et émouvant qui nous parle des choses simples de la vie. Il décrit des habitudes mais aussi beaucoup de sentiments. Ce n’est pas un livre d’action et l’écoute du texte lu par l’auteur lui-même est lente et nous plonge dans cette ambiance réaliste et touchante même si certains élèves adeptes d’action n’ont pas accroché. Un récit de vie très poétique qui nous plonge dans des souvenirs d’enfance et dans la tristesse du deuil.

 -Silencieuse de mots mais bavarde en preuves d’amours.

-Je veillais sur ma grand-mère, pendant qu’elle veillait sur moi, ce fut mon premier emploi, gardien de nuit de mémé.

– Je ne voulais pas qu’elle meure avant mes vingt ans, car à vingt ans on est grand, on est un homme et un homme c’est dur à la peine, mémé il faut tenir ! A vingt ans, j’ai repoussé la « date de la mort acceptable » à trente. Quand elle a arrêté de respirer pour de bon, j’en avais quarante et je n’étais toujours pas devenu un homme.

Les élèves de 3ème du collège Arsène Fié

Remue-ménage chez Madame K, de Wolf Erlbruch

Prendre son envol

Madame K est quelqu’un de très soucieux. elle se tracasse, elle s’inquiète de tout. Son mari l’observe sans rien dire, mais sans rien faire non plus. Il se contente de répéter sans cesse : « fais ce que tu dois faire, femme ». Un jour, Madame K trouve un oiseau blessé. Elle va enfin s’inquiéter pour une bonne raison… Elle décide de le soigner puis de lui apprendre à voler… Ce ne sera pas sans difficulté, mais ce sera aussi l’occasion pour madame K de prendre son propre envol.

Un superbe album aux illustrations atypiques qui donnent toute sa profondeur au récit. Alors que Madame K s’active à faire le ménage, le repassage et toute autre tâche ménagère pour vaincre son angoisse de la vie, elle va découvrir un sens à celle-ci en aidant un oiseau blessé. Le récit glisse peu à peu vers le fantastique car madame K prendra son envol au sens littéral du terme. Puis on redescendra sur terre avec un monsieur K qui va laisser sa femme s’émanciper pour prendre gentiment sa place dans les tâches du quotidien. Un album symbolique au sens profond.

 

Mon grand livre illustré : La vie autrefois, de Laura Cowan et Sam Baer

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Mon grand livre illustré : La vie autrefois, de Laura Cowan et Sam Baer, ill. Wesley Robins

Résultat de recherche d'images pour "mon grand livre illustré la vie autrefois usborne"Dans ce livre, chaque double-page retrace une période : de 1920 à il y a plus de 10 000 ans pendant la préhistoire, on fait un voyage qui remonte dans le temps. Cet ouvrage est simple à lire, pas long du tout, et on comprend très bien la vie d’autrefois. Ce sont les personnages qui parlent à travers des bulles pour expliquer leur vie quotidienne. Les illustrations sont colorées, simples et rigolotes et occupent chaque double-page. Il y a aussi certianes pages qui abordent des thèmes particuliers comme : les transports à travers les âges, ou le costume à travers l’Histoire. A la fin, un petit jeu de cherche et trouve est proposé. Facile à lire, ludique et intéressant.

Diégo, 5ème –  12 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Pan’pan manga

Pan’pan panda, une vie en douceur, tome 1 et 2,  de Sato Horokura

Pan'Pan Panda, une vie en douceur, tome 1 - Sato Horokura Panettone, surnommé Pan’pan est une gros et gentil panda qui est employé comme gardien dans la résidence  Kanda, en l’absence de son propriétaire. Il y vit avec la petite Praline et sont entourés de leurs amis et locataires…

Dans le tome 2, nos amis vont fêter ensemble : le nouvel an, la Saint Valentin, et surtout Hanami, la fête des cerisiers en fleur !

Un manga pour les plus jeunes, tout doux, qui se lit dans le sens européen de lecture. Les chapitres sont courts et racontent chacun une petite anecdote, un instant de cette vie tranquille de la pension japonaise. Une ambiance qui fait penser sans conteste à l’autre manga pour jeunes enfants : Chi. Mais si dans le premier, les personnages sont véritablement ancrés dans un quotidien réaliste,  oùPan'Pan Panda, une vie en douceur, tome 2 - Sato Horokura le chat, même s’il se parle à lui-même a vraiment une vie de chat,  ici, le personnage de Panettone le panda joue véritablement un rôle d’être humain.  La galerie de personnages qui le côtoie sont tous attendrissants, avec des caractères différents mais compatibles et on apprend des choses sur la vie quotidienne et la culture au Japon. Un dossier en fin d’ouvrage donne quelques détails sur la culture et le mode de vie japonais, propose des jeux, un plan de la résidence Kanda, une présentation des personnages et des esquisses des planches réalisées.

C’est mignon et rafraîchissant. Idéal si vous souhaitez offrir un moment de douceur à un enfant dès 7 ans.

 

Mes cousins zinzins ! de Joy Cowley

Douce folie … chez la bande du Far WestMes

Afficher l'image d'origineDeux soeurs ont deux familles complètement différentes : celle de tante Rosie West, fantasque, originale, nombreuse, et celle de la maman de Mika, coincée, organisée, vivant dans un intérieur « parfait » où toute chose a sa place. La maman de Mika a tendance à le surprotéger, à toujours avoir peu pour lui. Alors, quand tante Rosie et sa famille emménage dans le quartier, les choses vont changer…. Et grâce à la passion de ses parents pour le glof, Mika va se retrouver le week-end en pension chez ses cousins zinzins…

Une première de couverture à l’image du livre qui nous fait entrer de plain-pied dans le rocambolesque quotidien de cette famille loufoque et pleine de vie. Un éloge au non-conventionnel … mais néanmoins structuré, raconté du point de vue du jeune garçon Michaël, surnommé Mika. Dans cette maison, l’enfant est respecté et s’amuse beaucoup ! Mika va y apprendre à faire et à réparer d’énormes bêtises ! C’est léger, drôle, très inventif ,sur le ton et le format d’une série télévisée où chaque chapitre raconte un événement particulier d’un quotidien bien (trop parfois ?) rempli. On peut donc faire des pauses et reprendre sa lecture après, au gré de ces dix aventures  découpées chacune en courts chapitres.

Un moment très divertissant de lecture à passer en compagnie des cousins zinzins !

Cupcakes & Compagnie, 1. La gourmandise n’est pas un vilain défaut de Lisa Papadémétriou

Cupcakes et bonheur…

Hayley est une jeune adolescente dont la vie est tout à fait normale jusqu’au jour où tout bascule : ses parents divorcent, sa mère, licenciée, n’a plus assez d’argent et doit quitter sa maison pour revenir vivre chez sa mère avec ses deux filles, son père refait sa vie avec une femme plus jeune que lui. Au fil de son année scolaire, ses deux meilleurs amis s’éloignent peu à peu d’elle, sa sœur a un ami imaginaire. Plus rien ne va comme Hayley le souhaiterait.

Cupcakes & Compagnie, tome 1 : La gourmandise n'est pas du tout un vilain défaut - Lisa Papademetriou Lorsqu’elle se sent triste, en colère, désemparée, elle se réfugie dans la cuisine du salon de thé de sa grand-mère et se met à la pâtisserie pour confectionner de très jolis cupcakes. Mais elle se rend compte que la pâtisserie ne pourra pas résoudre tous ses problèmes et ne sauvera pas forcément la relation qu’elle avait avec ses meilleurs amis.

Ce livre est frais et peut toucher tous les collégiens car un bon nombre d’élèves s’est sûrement déjà retrouvé dans une des situations décrites dans ce livre : séparation, divorce, querelle entre amis… L’auteure a choisi de donner un rôle très touchant et attachant à Hayley et s’exprime de telle manière  que le lecteur peut se projeter de manière très facile dans sa vie. Elle parle de son quotidien avec beaucoup d’humour. Et pour tous les amateurs de pâtisserie, de nombreuses recettes se glissent au fil du livre. A tester car certaines ont l’air délicieuses.

En ce qui concerne l’aspect du livre, la couverture pleine de cupcakes ne donne qu’une envie : le dévorer. Frais, gourmand, un bon livre pour tous les ados qui ont besoin de passer un agréable moment. Et il ne vous laissera pas de goût amer puisque les prochains tomes sont déjà sortis.

Enregistrer

Enregistrer