Les voleurs d’histoires, de James Riley

De l’autre côté du miroir…

voleurs.jpg

Andie adore lire. Dès qu’elle peut, elle se laisse transporter avec délice dans des histoires imaginaires. Mais au-delà de ce plaisir, elle a le pouvoir de voyager dans les livres. Dès qu’elle en ouvre un, elle est comme happée, comme aspirée. Elle rencontre les personnages et voyage au fil des pages. Andie a cependant une règle : ne rien toucher au récit, ne pas modifier le cours de l’histoire. Laisser tout intact, comme l’auteur l’a écrit. Mais tout change quand Finn découvre par hasard son pouvoir. Il est ahuri quand il voit Andie s’extirper de  Charlie et la chocolaterie. Il croit rêver mais quand son amie l’emmène à l’intérieur d’une histoire, il est bizarre, en proie à de curieux sentiments. La jeune adolescente lui fait promettre de ne rien révéler, de garder le secret. Mais Finn a soudain plein d’idées en tête. Sa vie va peut-être prendre un nouveau tournant. Et si elle devenait un petit peu plus palpitante ….

Les voleurs d’histoires est en fait une histoire dans l’histoire. D’abord, il nous entraîne dans l’univers merveilleux des livres, des personnages imaginaires. Ensuite on apprend qu’Andie a un secret de famille. Donc tout au long de cette histoire, elle va mener en parallèle une quête.

Ce roman nous fait réfléchir aussi sur le danger du pouvoir. Des personnalités se révèlent et la crainte est dans ce qu’ils vont en faire ! Changer leur vie, modifier celle des autres, mais à quel prix…

.

Gardiens des cités perdues, 4. Les Invisibles, de Shannon Messenger

Sophie rejoint le Cygne noir, l’organisation clandestine qui lui a fait voir le jour. Accompagnée de Dex, Biana, Keefe et Fitz, elle part pour Florence où elle espère trouver des réponses à ses questions sur les Invisibles, l’organisation de rebelles qui a si souvent cherché à la tuer !

C’était GENIAL ! Chaque tome de cette série apporte son lot de surprises et donne systématiquement envie de plonger dans le tome suivant. Traitrise, amour, amitié sont au rendez-vous. Une série qu’il faut absolument découvrir et à posséder sans hésitation dans tous les bons CDI de collège.

J’avoue adorer également les illustrations de 1ère de couverture qui permettent d’entrer dans la magie de ce livre avant même de l’ouvrir.

Eléa, 6ème – 11 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Pour quelques grammes d’or de Claudine Aubrun

L’habit ne fait pas le moine…

 

Une grande amitié va naître entre Adèle et Mika, deux adolescents qui se sont rencontrés par hasard dans le bus. Adèle a dorénavant trouvé un fidèle confident avec lequel il lui a même été possible d’imaginer de grands projets de voyage.

Un jour, alors que l’activité du moment est le rangement du grenier, des vieilleries – qui s’avéreront être des bijoux en or- sont retrouvées ; c’est d’ailleurs à ce moment précis que la vie de cette jeune fille vivant seule avec son père se trouvera complètement chamboulée, elle va devoir faire face à l’arrestation de son père, à toutes les questions qui s’en suivent, à la présence très envahissante d’un commissaire, aux différentes et nombreuses tentatives d’intimidation faîtes à son encontre.

Tous les tracas finiront par se régler et les mystères s’éclaircir mais au prix de la plus grande déception jamais vécue…

 

Le loukoum à la pistache, de Catherine Zarcate

Saveur d’Orient…

loukoum.jpg

Un jour, le Grand Vizir se rend au bain public, dans un hammam. Alors qu’il entre dans l’eau, sa bague tombe. C’est la panique, cette bague n’est pas n’importe quelle bague, puisque c’est un cadeau du roi. En effet, le roi qui a entière confiance en cet homme, qui ne prend aucune décision sans le consulter, lui a fait un cadeau inestimable. Ce qui provoque d’ailleurs beaucoup de jalousie. Au lieu de couler, le bijou reste en surface, il glisse. Mais alors que ce brave homme devrait être heureux et rassuré, le voilà qui file chez lui priant sa femme et ses gens de maison de faire leurs bagages et de partir. Tous sont abasourdis mais s’exécutent. Sept jours après, le roi ordonne son arrestation pour haute trahison. Il est jeté en prison à l’étage le plus sordide. Il y restera 7 années. Mais le plus curieux est que, ce qui va lui manquer le plus est de ne pas pouvoir manger de loukoums. A force de réclamer, un gardien va lui en apporter un. Alors qu’il commence à le savourer des yeux, l’impensable arrive…

Le loukoum à la pistache est un titre qui vous trémousse les papilles, qui vous évoque des couleurs et des saveurs. Un beau conte qui nous apprend aussi à accepter ce que la vie peut apporter autant dans les bons moments que dans les mauvais moments. Tout n’est pas rose mais il faut l’accepter.

J’ai complètement déliré sur le passage qui évoque le destin du loukoum. Trop drôle ! Une belle histoire qui invite à la sagesse et à l’humilité. On se demande quand même comment le vizir a pressenti ce qui allait lui arriver !….

Girl online en tournée, tome 2 – de Zoé Sugg

Un amour désenchanté…

 

Résultat de recherche d'images pour "girl online 2"Penny , 17 ans, est l’auteure d’un blog, sous le pseudonyme de Girl online dans lequel elle confie ses angoisses, ses doutes, ses coups de blues. C’est un peu le rendez-vous des adolescentes. Mais sa vie va basculer quand sa liaison avec la rock star, Noah, va éclater en plein jour. Trop exposée, elle va devoir abandonner son blog. Enfin presque…L’écriture lui manque trop alors Penny va en créer un nouveau, mais plus restreint pour continuer à être au contact de certains internautes. Les vacances d’été arrivent. La jeune fille est excitée car Noah lui a demandé de l’accompagner dans sa tournée européenne, pour assister à tous ses concerts. Mais la joie est de courte durée car Penny souffre d’être loin de sa famille et de ses amis. Noah très occupé lui consacre peu de temps, la troupe qui l’accompagne l’ignore et les fans sont jalouses. Penny ne se sent pas à sa place, elle va comprendre que la célébrité n’est pas facile à gérer. Comment sa relation avec Noah va-t-elle évoluer ? Va t-elle se sentir suffisamment forte pour affronter l’univers des paillettes ?

Zoé Sugg signe un roman pour adolescents dans lequel elle délivre beaucoup de messages sur l’homosexualité, les amours d’adolescents, l’impact d’internet dans nos vies. Une histoire simple et acidulée qui plaira à nos jeunes lecteurs. Le tome 2 peut se lire sans connaître le tome 1 (que le CDI ne possède pas…).

The book of Ivy – Tome 1 – et The revolution of Ivy – Tome 2 -de Amy Engel

Licence to kill…

book ivy.jpgIl y a cinquante ans, une guerre nucléaire a anéanti la population mondiale. Quelques hommes ont survécu et se sont regroupés derrière une grande barrière pour se protéger du monde extérieur, dévasté par l’arme atomique. Une ville, Westfall, a été fondée pour accueillir tous les survivants. Deux familles, les Lattimer et les Westfall, s’affrontent pour avoir le monopole et celle d’Ivy a perdu. La ville édifiée par son grand-père est tombée aux mains du Président Lattimer qui a pris le pouvoir de force. La cité est alors divisée en deux mais tous doivent cohabiter. Pour assurer l’unité du peuple et la paix, chaque année, des mariages arrangés sont organisés entre les enfants des perdants et les enfants des vainqueurs. Dès 16 ans, les filles sont en âge de se marier et de procréer. Tous doivent agir pour les besoins du groupe. Le but est que la population s’agrandisse pour palier à toutes ces pertes humaines. C’est au tour d’Ivy d’être choisie. Elle sera unie à Bishop, 18 ans, le fils du Président Lattimer. Poussée par son père, la jeune adolescente aura pour mission de tuer son mari pour venger sa famille. Ce crime permettrait de renverser le régime pour revenir à une démocratie. Depuis toute petite, elle est endoctrinée par son père, Justin Westfall, rempli de haine et par sa soeur Callie, sans cœur et manipulatrice. Elle sait depuis toujours que lorsqu’elle atteindra 16 ans, elle devra passer à l’acte et peu importe son ressenti. Elle est née pour tuer. Elle a toujours été au bas de l’échelle, la dernière à avoir la parole. Elle doit obéir.

Epouser Bishop Lattimer, ce n’est pas accomplir mon destin. Ma mission n’est pas de le rendre heureux, de porter ses enfants et d’être sa femme. Ma mission, c’est de l’assassiner.

En cohabitant avec Bishop elle va apprendre à le connaître. Arrivera-t-elle à aller au bout de sa mission ? Bishop doit mourir mais c’est Justin Westfall qui l’exige. Et Ivy dans tout ça ? Partage t-elle les mêmes idéaux que sa sœur et son père ?

Ivy est le personnage-clé de cette histoire. Le lecteur devient un confident qui va connaître ses moindres pensées, ses sentiments les plus secrets, qui va se sentir très proche d’elle. Il va découvrir derrière cette carapace, cette violence intérieure qu’elle exprime dès le début du roman, une fragilité, une sensibilité. Elle n’a jamais pu donner son avis, exprimer ses opinions, chacun de ses actes étant dicté par quelqu’un d’autre. Conditionnée par les siens, la jeune fille agira toujours en fonction de leurs désirs. En côtoyant Bishop, Ivy va apprendre à maîtriser ses émotions et à les exprimer. Elle va faire la connaissance de son beau-père, un personnage au lourd passé qui détient un secret lié directement à Ivy. Nous voilà face à deux adolescents formatés qui vont s’aider mutuellement à se poser les vraies questions, pour agir selon leurs propres choix. Ce sont des victimes.

Beaucoup d’intrigues dans The book of Ivy qui posent aussi la question de l’héritage que les parents donnent aux enfants. Peut-on évoluer en suivant des idées que nous ne partageons pas ? Il me semble que nous progressons tellement mieux quand nous pouvons suivre une voie que nous avons choisie et non qu’on nous impose. A-t-on le droit de dire non lorsque nous ne sommes pas d’accord ? Jusqu’au jour où nous faisons la rencontre de la personne qui nous permettra de nous questionner sur cette vie imposée, comme Bishop pour Ivy. Des personnages principaux qui évoluent, des protagonistes avec leur lot de mystères et de méchanceté, un récit qui nous emmène dans le futur, dans notre monde avec de nouvelles règles, de nouvelles lois. De quoi nous donner le tournis car ce roman nous fait découvrir une société qui peut exister, nous interrogeant sur la notion de liberté, de mort, sur la justice qui sanctionne d’une même peine le voleur de poule et le violeur, sur l’image de la femme qui n’est bonne qu’à faire des bébés et à être violentée. Une intrigue rondement menée par le style d’écriture de Amy Engel qui a su dès le début, installer une ambiance pleine de suspense. Surprise par les dernières pages, je me suis empressée de dévorer le tome 2, The revolution of Ivy que je vous dévoilerai succinctement pour ne pas gâcher l’épilogue du tome 1.

 

revolution.jpg

Ce second et dernier volet de la saga est marqué par la renaissance des personnages. Le premier volume a habilement préparé les rebondissements du tome 2. Amy Engel nous embarque dès les premières pages dans une ambiance plus sombre, plus sauvage, avec de nouveaux protagonistes qui auront leur importance dans l’intrigue mais que j’aurai aimé mieux connaître. On ne sait pas grand chose d’eux au final. L’enchaînement est immédiat, l’auteur ne fait pas de retour en arrière. On retrouve une Ivy plus forte que jamais prête à tout mais qui reste cependant sur la défensive, ayant du mal à faire confiance aux gens qui l’aident. D’ailleurs, la couverture de The revolution of Ivy nous montre une Ivy plus déterminée, de face avec le poignard en avant. Ce tome 2 nous offre un peu plus d’action, explore d’autres lieux avec une émotion et une poésie qui restent omniprésentes. Surtout avec la dernière partie où on sent que le dénouement est proche sans soupçonner ce que l’auteur nous prépare. Deux petits bémols cependant : la fin est un peu trop rapide à mon goût, je l’aurai un peu plus approfondie et je m’attendais à un tome 2 un peu plus explosif. Dans l’ensemble, une saga réussie, attachante que j’ai pris grand plaisir à lire !

Enregistrer

Le cycle de l’Héritage, de Christopher Paolini

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques réalisées par les élèves du comité de lecture du blog

Eragon, de Christopher Paolini

Le retour des dragons.

Eragon, jeune fermier de 15 ans, vit avec son oncle et son cousin à Carvahall en Algaësia : un empire dirigé par un tyran nommé Galbatorix qui est le seul dragonnier encore en vie. Eragon est parti depuis 3 jours dans la Crète pour chasser. Alors qu’une explosion retentit, il découvre une pierre bleue veinée de blanc au centre d’un cercle de cendres. Fasciné, il l’emmène et la cache dans sa chambre. Chaque soir, avant de s’endormir, il l’observe et tente de découvrir ce qu’elle renferme. Au bout du 2° jour, la nuit, la pierre se met à bouger et se fissure pour laisser apparaître un bébé dragon. Il faut savoir que lorsque le dragon atteint la taille adulte, celui-ci devient un symbole de force pour son maître. Dès lors, la vie d’Eragon s’en trouve bouleversée. Il devra affronter de terrible ennemis envoyés par Galbatorix. Mais heureusement Eragon a aussi de précieux alliés comme Brom, le conteur du village qui lui apprendra de nombreuses techniques de combat ainsi que de nombreux sorts.
Sera-t-il assez fort pour vaincre ces envoyés du mal ?
Galbatorix osera-t-il défier Eragon en personne ?

La série Eragon est un roman fantastique où le lecteur va suivre un jeune héros dans de dangereuses aventures. Malgré les 700 à 800 pages par tome que réunit cette tétralogie du cycle de l’Héritage (Eragon – L’Aîné – Brisingr – L’Héritage), il n’y a aucune longueur ou très peu. C’est un univers totalement parallèle, d’héroic fantasy pur où il n’y a aucun repère avec notre monde, peuplé de dragons, d’elfes, de nain dont la langue est traduite en fin de chaque ouvrage.Prévue au départ comme une trilogie, la série compte désormais quatre livres. Une adaptation est aussi sortie le 6 décembre 2006 par Stefen Fangmeier. Personnellement, je ne l’ai pas appréciée car après avoir lu la série, il n’y avait pas beaucoup de détails et très peu de points communs avec le livre. Je ne l’ai même pas fini tellement j’ai été déçu. Sur les réseaux, des bruits courent qu’un 5° tome pourrait sortir prochainement car Christopher Paolini fait une petite pause après 14 ans d’écriture. Moi ça me plairait bien. Et vous, cela vous enchanterait-il ? Avez-vous confirmation ?

Cette série est désormais devenue un classique de la littérature jeunesse, incontournable du genre.

Guillaume 4°, 12 ans. (# Petite dédicace à Murielle Nowak (mumu58), la super aide !)

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer