Qui suis-je ?

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Chaîne de vie, de Roger Judenne

Chaîne de vie par JudenneLou pense être la fille biologique de son père mais va découvrir par inadvertance qu’elle est née par insémination artificielle. Elle se referme sur elle-même et rentre en conflit avec sa mère. Mais, quand sa maman lui explique les choses, elle commence à faire des recherches afin de retrouver le donneur.

J’ai bien aimé ce livre car c’est une histoire qui peut toucher le lecteur et peut amener à une réflexion positive celui qui connaît la même situation.

Manon, 3ème – 14 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Et l’avis de mumu58 :

Lou, adolescente de douze ans, découvre par hasard que son père n’est pas son père biologique. Elle pense dans un premier temps qu’elle a été adoptée et reproche à ses parents de ne pas lui en avoir parlé. Elle se braque, les relations sont tendues voire difficiles. Sa maman va alors lui révéler qu’elle a été inséminée avec le sperme d’un donneur anonyme. Quelle confusion pour cette adolescente ! Lou reste très sceptique et ne veut plus rien entendre. Effondrée, l’adolescente lâche prise et écoute les explications de ses parents. La situation lui paraissant plus simple, le mystère de sa naissance se dissipe peu à peu. Néanmoins, elle décide de faire des recherches sur internet pour mieux comprendre l’insémination artificielle. Elle va pouvoir alors comprendre comment elle a été conçue. Elle se rend compte qu’elle n’est pas un cas unique et qu’elle peut avoir des frères ou des sœurs car le nombre d’enfants issus du sperme d’un même donneur peut être de huit. Elle décide donc de passer une annonce à la recherche d’éventuels profils ayant le même donneur qu’elle.

L’histoire est originale, le thème abordé n’est pas courant en littérature jeunesse. Une lecture facile et compréhensible. Il est évident que pour bien se construire tout être humain a besoin de connaître ses origines et qu’il est souvent préférable de ne pas cacher aux enfants d’où ils viennent.

Dis-moi à quoi tu joues, je te dirai qui tu es

Le garçon qui jouait à la poupée, de Roger Judenne

Mattéo est arrivé dans la classe il y a à  peine deux mois. Sympathique, très bon joueur de foot, il a très vite su se faire apprécier de ses camarades. Alors, quand il distribue ses cartons d’invitation pour son anniversaire, tous les copains sont partants. Seulement voilà, il faut trouver un cadeau. Ils décident de demander à l’avis de sa mère qui leur dresse une liste des plus surprenantes : quelle n’est pas leur stupéfaction de découvrir au milieu du ballon de foot et de l’hélicoptère télécommandé, une poupée, des perles de rocaille ou une caisse enregistreuse ! Commence une discussion houleuse sur ce sont les jouets de filles et ceux de garçons et la dispute n’est pas loin.

Voilà un texte très intelligent sur la notion de stéréotype : un garçon est-il obligé de se cantonner à jouer aux de « garçon » ou a-t-il  le droit d’aimer jouer à la poupée et le revendiquer ? Ce qui fait l’originalité  et l’intérêt  de ce tout court roman, c’est que le garçon, Mattéo, assume ses goûts. Il n’a pas le profil  de l’enfant harcelé et sa force de caractère en font un personnage très intéressant et attachant. Une réflexion toute simple et positive sur la notion de choix, de liberté, de respect. Qui aura le dernier mot ?