Angels can fly, 1. Le chant des murmures, d’Anaïs Montreau et Sandra Szaja

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

A des centaines d’années de nous. Dans un nouveau monde où le gouvernement cache des choses, il est difficile d’évoluer sans se sentir observé ! Dans un monde où règne l’intelligence artificielle et les robots, survivent trois jeunes filles :

Zoé est une jeune fille sans histoire, appréciée par le directeur de son école car très travailleuse. Elle vit tranquillement sa vie de citoyenne.  Elle est bonne élève et vit dans un quartier chic où les robots sont partout.

Sa meilleur amie, Leïla est  moins travailleuse et plus rebelle. Elle est moins riche que Zoé et ne possède pas de robot.

Héloa, qui vient de s’installer avec son frère Thiago et leur mère dans cette grande ville  qu’ils ne connaissent pas. Leur but en s’installant ici : reprendre leur vie du début, dans l’espoir de ne pas éveiller les soupsçns sur leur identité.

Lorsque Héloa entre dans l’école de Zoé et Leïla,  tout de suite, elle et Leïla sympatisent. Zoé est plus distante et sur ses gardes car on ne sait rien de cette fille qui dessine alors que cette pratique a disparu ! Que cache t-elle ??                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Une histoire de science-fiction dans un monde éloigné du nôtre, et pourtant si proche, en particulier dans les émotions et dans certains sujets de société abordés.

J’ai bien aimé ce livre même si j’ai mis un peu de temps à entrer dedans, car au début, je  trouvais que la construction du récit était un peu brouillon et que le groupe de rebelles qui s’oppose au gouvernement n’était pas assez mis en avant. Le duo de personnages, l’une bonne élève et l’autre un peu rebelle manquait un peu d’originalité même si cette une recette qui marche bien.

Je le conseille tout de même car il apporte une vision intéressante du monde, du gouvernement, de l’engagement, du pouvoir. J’ai trouvé également que le titre était très beau et qu’il donnait très envie de le lire, de même que la couverture lumineuse et très réussie. Un livre de dystopie intéressant qui aborde les thèmes classiques du genre. 

Judith, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

En exergue, une citation de Albert Einstein qui fait réfléchir  :

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.

Ce qui fait battre nos coeurs, de Florence Hinckel

La famille d’Esteban n’a pas beaucoup d’argent et sa petite sœur Sofia qui a un cœur artificiel bas de gamme et défectueux ne peut s’offrir le plaisir d’un cœur neuf.

Leïla est dite « la fille artificielle » : 96% de son corps est fait de matériaux. Elle ne peut pas sortir de chez elle, elle est mondialement connue et Leïla redoute plus que tout les pannes d’électricité qui la feraient mourir.

Noha est le fils d’un riche dirigeant de société pour organes artificiels. On ne sait pas grand chose de lui, à part bien sûr qu’il est riche.

Maria est une jeune fille peu sociable qui vit avec son oncle Mars depuis la mort de ses parents dans un accident de voiture  et la perte d’un de ses bras, maintenant artificiel.

Quand ces quatre personnages se rencontrent lors d’un kidnapping mené par Esteban, une course poursuite débute avec la police. Alors, l’équipe doit se serrer les coudes.

Ce livre génial se partage les points de vues entre les héros. De plus le livre est très poétique et nous ouvre les portes à plein de questions sur notre monde.

J’ai adoré ce livre de Florence Hinckel (c’est le deuxième d’elle que je lis.) Je le trouve très beau, je vous le conseille vivement, il ravira vos lectures ! Et il est autant pour les collégiens ( dès la 5ème pour bons lecteurs) que pour les adultes. Le fait de voir progresser leurs aventures rend les personnages très attachants. 

Judith, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Entrez dans l’Arène 13

Arena 13, tome 2. La proie, de Joseph Delaney

Arena 13 - Arena 13, T2Comme nous, vous avez adoré  le premier tome de Arena 13, de Joseph Delaney ? Alors, vous serez ravis d’apprendre que le tome 2 sort aujourd’hui en librairie ! Et pour mes élèves, il vous suffit de venir l’emprunter au CDI… merci aux éditions Bayard !

Dans ce deuxième volet, vous découvrirez Leif plus résolu que jamais à combattre le démon Hob, source de tant de souffrance pour les hommes. Va-t-il pouvoir enfin se venger ? Un monde futuriste violent et exaltant à découvrir sans hésiter, réservé aux lecteurs avertis à partir de 13-14 ans.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Loumyx – intégrale, de Francesca Santi et Luca Saponti

L’homme et la machine

Afficher l'image d'origineLes hommes ont tellement abusé des ressources de leur planète Terre que celle-ci est devenue impropre à la vie. Seule une poignée d’entre eux ont survécu et ont pu trouver refuge sur la planète Liff. Là, ils ont reconstruit un semblant de civilisation, aidés sans contrepartie par des Golems, des robots habitants la planète avant leur arrivée. Ces Golems sont les seuls capables d’extraire le minéral, le Loumyx, permettant l’utilisation d’une énergie propre. Pourtant, deux adolescents, Rand et sa copine Aura vont être les témoins d’un trafic, d’un complot autour des Golems. Lorsqu’Aura est enlevée, Rand va tout faire pour la délivrer. Accompagné de son père et de ses amis, il va s’aventurer dans le dangereux bois des soupirs, protégé par Niall, l’esprit de la forêt. Ce qu’ils vont découvrir dépassera leur imagination. Les parents d’Aura, les deux scientifiques décédés, accusés d’avoir porté le coup fatal à la Terre en agonie par leur projet Collapsus sont-ils réellement fautifs ? Quel rôle joue le gouverneur Sayel dans toute cette histoire ? La triste expérience de la planète Terre va-t-elle servir d’exemple aux hommes ou vont-ils reproduire les mêmes erreurs que par le passé ? L’avidité d’une poignée d’entre eux va-t-elle mettre en danger la population toute entière ?
Des thématiques peut-être pas très nouvelles en science-fiction : des hommes avides, des militants écolo, la pollution, l’énergie propre, la reconstruction d’une nouvelle planète, les complots, les enfants comme dernier recours pour sauver l’humanité, etc. Mais ça fonctionne bien. Les dessins sont beaux, les personnages -surtout non humains -intéressants : les Golems, géants de fer pacifistes, Mamie, robot programmée pour aimer, l’esprit de la forêt et toutes les créatures qui l’entourent…
Un grand merci aux éditions Clair de lune pour nous avoir offert l’intégrale de cette série.
Mon grand regret, néanmoins  : les explications parfois un peu approximatives qui compliquent la compréhension de l’histoire et les coquilles (fautes de frappe) qui se sont glissées dans le texte. Peut-être cela pourra-t-il être corrigé lors d’une prochaine impression ?