Série Mort de peur, aux éditions Milan

 

Résultat de recherche d'images pour "pacte bradman"Pacte mortel, de Tony Bradman

Jake en a marre… Il n’y en a toujours que pour sa petite soeur, Anna. C’est vrai qu’elle a failli mourir étant petite, mais quand même, lui, existe aussi. Il est jaloux et en veut à ses parents. Et la  sortie familiale organisée par son père pour visiter un monument historique local constitué de vieilles pierres est la goutte qui fait déborder le vase. Jake est insupportbale, détestable avec la pauvre petite Anna. Mais tout à coup, les choses prennent une tournure étrange.Alors que Anna touche la Pierre du Coeur, une lumière blanche aveugle Jake et le voilà transporté dans un monde parallèle. bientôt, il se rend compte que c’est James, l’ami imaginaire d’Anna qui a pris sa place au sein de sa famille… Que s’est-il passé ?

Jake est-il si abominable que sa petite soeur n’en veut plus comme frère ? Comment en est-il arrivé là ? Peut-il encore revenir en arrière et se faire pardonner ?

 

Mort de peur, Tome 2 : Magie noire par BradmanMagie noire, de Tony Bradman

Mégane refuse l’évidence : ses parents se sont séparés, son père s’est remis en couple avec une autre femme Sarah, et sa mère et elle vont devoir quitter leur maison pour vibvre en appartement… Alors lorsqu’une Voix se fait entendre pour l’inciter à pratiquer un rite vaudoue contre Sarah, elle est tentée… Après tout, tout est de sa faute, non, et elle la déteste ! Il suffit de trouver une poupée qui lui ressemble un peu, et y planter des aiguilles… Elle ne fait rien de mal, rien directement en tout cas… Mais où cela va-t-il la conduire ?

 

 

Mort de peur, Tome 3 : Poursuite infernale par BradmanPoursuite infernale, de Tony Bradman

Alors qu’il vient, pour la énième fois de se faire harcelé et agressé par des camarades d’école au moment de la sortie de classe. Alors qu’il longe les murs pour rentrer chez lui, il tombe sur une équipe de tournage d’un film qui l’embauche pour un rôle de figurant : il s’agit de jouer une victime poursuivie par un tueur. Il a la tête de l’emploi ! Mais cela ne va-t-il pas révéler quelque chose de plus profond en lui ?

 

 

Une petite série de  romans qui utilise le genre de l’horreur, très attractif pour les jeunes adolescents afin de mettre en évidence des sentiments qu’ils vivent, dont ils se sentent coupables pour leur faire comprendre que ces sentiments sont humains et peuvent simplement être acceptés et corrigés. J’appréhendais un peu cette lecture que je pensais malasaine et voulait vérifier en tant qu’adulte la portée du message, et en fait, c’est réussi car ce n’est pas seulement un roman d’horreur, c’est ancré sur une difficulté du quotidien d’adolescents qui ne trouvent pas la force de la surmonter seul et le passage dans le fantastique leur ouvre des portes pour changer le présent dans le bon sens grâce à une prise de conscience réelle. C’est peut-être une façon d’exorciser ses pensées malsaines et y faire face. Peut-être le moins réussi est Magie noire, car la prise de conscience du mal n’est pas ancrée dans le fantastique mais dans une phrase que prononce la mère : « la vérité, c’est que depuis longtemps les choses n’allaient pas si bien que ça entre ton père et moi, même avant que Sarah entre en scène. »… Mégane aurait-elle été capable d’arrêter sans cette révélation qui est tombée à pic ?

La vraie vie de l’école, de Pauline Alphen

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Ambre, une écolière de CM1, est dyslexique. Elle a aussi des problèmes à l’école… sa pire ennemie, Morgane, est dans sa classe, la harcèle et interdit les autres élèves de jouer  avec elle…

L’histoire est la plupart du temps écrite sous forme de mails qu’Ambre adresse à son grand frère Arthur et avec qui elle réalise un « dictionnaire ambré ». La mise en page est tèrs originale avec des illsutrations qui ponctuent le texte et des personnages dans les marges qui, à l’aide de bulles de bande dessinée, expliquent le texte ou corrigent les fautes. C’est aussi une histoire d’amitié qui se construit au fur et à mesure du roman avec Balthazar, un garçon qu’elle rencontre alors qu’elle est excule de cours. Le roman est divisé en cinq saisons qui ont chacun plusieurs épisodes, chaque saison étant séparée par des vacances. Présent et passé se mélangent jusqu’à l’entrée en 6e annoncée à la fin du livre. 

Un livre agréable qui sait très bien nous mettre dans la peau d’Ambre, le personnage principal et où l’action alterne avec des moments plus calmes. C’est grâce au soutien de son frère et à l’écriture, malgré sa dyslexie, qu’Ambre prend confiance en elle. 

Eléa, 6ème – 11 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène