Le gentil petit diable et les autres contes de la rue Broca, de Pierre Gripari

Au 69 rue Broca..

diable.jpg

Pierre Gripari prend un grand plaisir à détourner les caractères des personnages. Les niais ne sont pas aussi bêtes qu’ils y paraissent et les méchants peuvent avoir du cœur. Bref, les codes sont bouleversés, les personnages sont révélés sous de nouveaux visages. Pierre Gripari nous présente six contes qui permettent de retomber en enfance pour certains ou de découvrir des classiques pour d’autres. Des contes qui font partis des Contes de la rue Broca et qui mettent en scène, entre autre, un gentil petit diable qui habite l’enfer et qui a le malheur de ne pas être méchant. Il veut faire du bien autour de lui, au grand dam de ses parents. Au fil de la lecture, nous ferons la rencontre d’une patate bien singulière puisqu’elle va tomber amoureuse, nous irons sur une île lointaine chez le prince Blub qui a l’intention depuis toujours d’épouser une sirène et nous croiserons le chemin du cochon qui a avalé l’étoile polaire. Autant de personnages que de situations fantaisistes. Alors, si vous aimez l’originalité, l’imaginaire, les belles morales et l’humour, faites un détour par la rue Broca !

Sorcière, sorcière, prends garde à ton derrière…

La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca, de Pierre Gripari

Cet ouvrage contient : La sorcière de la rue Mouffetard, le géant aux chaussettes rouges, La paire de chaussures, Scoubidou la poupée qui sait tout, Histoire de Lustucru, La fée du robinet, la sorcière du placard aux balais.

Ces contes traversent les âges. Devenus un classique de la littérature jeunesse, on ne se lasse pas de les lire, lorsque l’on est petit, et de les relire à nos enfants, lorsque l’on est adulte. La rue parisienne Mouffetard, résonne à chaque visite des cris de Bachir et Nadja et l’on ne peut s’empêcher de chercher des yeux l’épicerie de Papa Saïd. La fin de cette histoire est d’ailleurs « gore » à souhait et ne manque jamais de surprendre ! L’histoire attendrissante de la paire de chaussures ne manque pas non plus d’émouvoir et La sorcière du placard aux balais qui ne sort que si l’on chante : « Sorcière, sorcière, prends garde à ton derrière », fait toujours autant rire. L’histoire de Lustucru, en revanche, est à destination des plus âgés, car il fait référence à de nombreux faits historiques : l’Empire romain, César, la Gaule, Clovis, Louis XVI, etc.

Drôle et original.