Un chemin de liberté – Rencontre avec Martin Luther, de Pascale Perrier

Martin Luther ou le début de la révolte…

martin.jpg

Nous sommes au XVIème siècle. Catherine de Borde est enfermée dans un couvent depuis qu’elle a 5 ans, par décision de son père qui voyait en cela un moyen de lui enseigner des repères. Un enfermement qui pèse au fil des années et que la jeune femme ne supporte plus. Alors avec huit autres religieuses, elle décide de fuir. Mais il leur faudra de l’aide car cette évasion est loin d’être facile. Non loin de là, à Wittenberg, il y a Martin, un prêtre. Avant d’intégrer le couvent, Martin était un brillant étudiant. Alors qu’une nuit un violent orage s’abat sur son université, il adresse une prière à Sainte Anne pour être épargné, en promettant de devenir moine si sa demande est exaucée. Chose fut ainsi faite et le jeune homme ne faillit pas à sa promesse, en dépit des protestations de son père. Martin se montre un religieux très assidu mais qui se pose beaucoup de questions sur les motivations de certaines autorités de l’Eglise qui vivent dans le faste. Il dénonce, il gêne, ses idées se répandent, les fidèles le suivent. Les nonnes prisonnières qui ont lu son manifeste, lui adressent une lettre lui expliquant leur désir de liberté. Sensible à leur situation, Martin décide de s’occuper d’elles et de les aider.

Pascale Perrier signe là un beau roman historique en évoquant Martin Luther qui a conduit la révolution protestante. Avec elle, le début des libertés individuelles et de la libre entreprise. A noter en fin de roman, un très bon dossier sur le monde au temps de Martin Luther avec les découvertes, les guerres de religion, l’art et j’en passe. Un bon repère historique pour les jeunes lecteurs. Pascale Perrier nous fait découvrir la Renaissance, ses mœurs, ses bouleversements sociaux et dépeint un portrait de Martin très passionné, une personnalité forte, très engagée. Les conflits religieux ont marqué l’Histoire et nous montrent que les grandes idées ne trouvent un écho que si elles sont véhiculées par des hommes qui ont su s’imposer. Martin Luther faisait partie de ceux-là. Il a dénoncé, dans un manifeste de 95 thèses, les scandales de l’Eglise en son temps et cette année, cet écrit a 500 ans.

SOS Détective —Sauvons Papillon— , de Pascale Perrier

Opération Papillon

po.jpg

Faisons la connaissance de la famille Samazan, une famille de détectives de père en fils et de mère en fille. Il y a Oriane, Simon, les parents et le grand-père, Papillon. Un papy un peu affaibli, qui perd la mémoire. A vrai dire, il n’est plus très efficace. Comment continuer à exercer une telle profession quand l’âge commence à faire ressentir ses premiers effets ? Au désespoir des enfants, les parents parlent de remplacer Papillon. Jamais de la vie, quelle horreur ! D’ailleurs, Oriane et Simon ont remarqué depuis quelques temps, la présence d’un homme à l’agence. Serait-ce déjà le remplaçant de leur aïeul ? Pour sauver Papillon, les deux enfants décident de l’aider dans sa prochaine enquête sans qu’il s’en aperçoive et sans éveiller les soupçons des parents.

Pascale Perrier offre à nos jeunes lecteurs un bon roman policier plein de fraîcheur et d’humour. Des personnages attachants, une écriture fluide, suspense garanti.

Vol 508 à la vie à la mort, de Pascale Perrier

Une marche miraculeuse…

vol.jpg

Le 24 décembre 1971 à la veille de Noël, Juliane, 17 ans, prend un avion de ligne avec sa mère à Lima, en direction de Pucallpa, en Amazonie péruvienne. Elle rejoint son père biologiste pour passer les fêtes. Le vol ne doit durer qu’une heure. Trente minutes après le décollage, l’appareil pris dans un orage, se disloque et s’écrase en pleine forêt. La jeune fille toujours attachée à son siège, part en chute libre avant de s’immobiliser sur le sol. Elle est la seule survivante des 92 passagers et membres de l’équipage. Pendant onze jours, elle erre dans la jungle pour trouver un village tout en cherchant de quoi se nourrir et se soigner. Une histoire inspirée de faits réels.

La jungle d’ordinaire hostile, va devenir une bulle de protection pour cette adolescente tombée du ciel. Alors qu’elle est seule, livrée à elle-même, cet environnement lui donne de l’eau, de l’ombre, lui sauve la vie. Juliane connaît cet endroit car ses parents, des chercheurs, y avaient installé une station biologique dans les années 60. Juliane est née au Pérou où toute la famille s’est installée.

Quand elle reprend conscience, après l’accident, elle se dit qu’attendre les secours lui sera fatal. Son père lui a toujours expliqué qu’il faut trouver un cours d’eau et le suivre quand on est perdu en pleine jungle. Elle décide alors de marcher. Elle est blessée, elle souffre psychologiquement et physiquement mais pourtant elle s’accroche. Au cours de sa progression, elle va tomber sur des restes de l’avion et va trouver des bonbons qui seront sa seule nourriture pendant ses 11 jours de dérive. Elle doit s’accrocher pour tenir, elle doit s’accrocher pour s’en sortir. Elle sait qu’elle ne doit pas s’arrêter, s’arrêter c’est mourir. Elle a ce sentiment troublant qu’il faut qu’elle fasse quelque chose. Et puis ce silence…Un silence pesant qui la poursuit, un silence qui contraste avec le fracas de la tempête, avec le vacarme étourdissant qui a précédé la catastrophe…Que dire de ces visions d’horreur, quand Juliane tombe sur des morceaux de l’avion, quand elle voit des cadavres.. Elle se résout à ne plus chercher de survivants, à arrêter de crier pour trouver quelqu’un. Elle est seule et ne peut compter que sur elle. Juliane fait aussi une promesse : si elle s’en sort, elle passera sa vie à défendre cette forêt qui la protège. Julianne est impressionnante de courage, de ressources. Elle fait preuve d’un sang froid indescriptible.Tout ce qu’elle a appris de son père lui permet de rester en vie. Elle se bat. Mais survivre c’est aussi être entre la douleur de la perte de tous ces passagers, en particulier sa maman et la culpabilité d’être en vie. Pourquoi elle et pas les autres ?

Une histoire vraie qui bouleverse. Un miracle dont Juliane ne sortira pas indemne. Sa culpabilité d’être en vie, les derniers mots de sa mère pendant le crash, les cauchemars qui ont accompagné sa reconstruction ont laissé des traces que le temps peut atténuer mais ne peut pas effacer. Pascale Perrier a écrit Vol 508 à la vie à la mort à la première personne donc tous les ressentis de Juliane sont percutants, le lecteur reste dans les pas de l’adolescente.

Enregistrer

En scène les 5e, de Pascale Perrier

Renaissance

scene.jpg

Eugénie fait sa rentrée en 5ème. Mais pas de chance, elle se retrouve seule en classe car séparée de sa copine Louise. Elle va devoir en plus subir pendant un an le pire professeur de français du collège ! Et, cerise sur le gâteau, elle qui a du mal à s’exprimer en public devient déléguée de classe ! Une rentrée qui s’annonce mal ! Stanislas, le second délégué va l’épauler et, mieux, va l’inciter à s’inscrire aux cours de théâtre du collège avec lui. D’autant plus qu’Eugénie n’est pas insensible à son charme….

Avec le professeur de théâtre, ils vont réfléchir à un projet qui impliquera la classe entière de 5ème. Les élèves veulent monter une pièce de théâtre pour se moquer de leur professeur de français qu’ils jugent trop tyrannique.

En scène les 5ème raconte la rentrée des classes vue par Eugénie. Jeune ado timide qui petit à petit va trouver sa voie et s’affirmer grâce au théâtre. Elle va prendre en maturité et évoluer. Elle va même commencer à se détacher de son amie Louise qu’elle trouvera trop gamine. L’auteur nous dépeint les amitiés, les jalousies, les amours des adolescents. Il nous montre également comment fonctionne un collège avec les conseils de classe, les cours…

A la fin du livre, Pascale Perrier nous explique le déroulement d’une élection de délégués et donne des conseils sur la manière d’écrire une pièce de théâtre.

Pour tous nos lecteurs un peu timides, plongez-vous dans cette petite histoire qui vous donnera des pistes à explorer pour vaincre vos angoisses.

Fille de Présidente, tome 2. Sans papiers et sans problèmes, de Pascale Perrier

Protocole et compagnie

fille de présidente.jpg

Coucou me revoilà ! Nous sommes les locataires de l’Elysée ! Ce que je redoutais est arrivé… Je ne peux plus me déplacer sans garde du corps, je ne peux plus m’habiller comme je veux ! Bref, depuis que maman est Présidente, tout va de travers. Ma vie est loin d’être de tout repos. Etre adolescente et fille de Présidente, quelle galère !

Avec beaucoup d’humour, Angèle nous dépeint la vie de sa famille depuis que sa mère a été élue Présidente de la République. Elle nous invite à l’Elysée. Une maman peu disponible, un papa qui continue de briller par son absence, des enfants aux mains des baby sitters et des gardes du corps, une vie trop carrée, un quotidien  bouleversé. Angèle ne peut plus aller au collège seule, elle est enregistrée sous un nom qui n’est pas le sien et doit avoir une conduite exemplaire. Là, c’est un peu plus difficile. Angèle va faire les frais de la notoriété de sa mère puisque la presse va s’emparer de son bulletin de notes et divulguer dans les journaux ses mauvaises appréciations. La jeune fille change alors de collège où elle va faire la connaissance d’Andréi, un camarade de classe menacé d’expulsion.

Un nouveau roman de Pascale Perrier qui se lit toujours avec autant de plaisir car sa plume reste fluide, pleine de fantaisie, avec des personnages très attachantsDans le premier tome, l’auteur initiait les lecteurs à la vie politique. Avec le tome 2, elle nous entraîne dans le palais présidentiel, dans une vie pleine de protocoles et de contraintes. En parallèle des magouilles politiques, une situation délicate pour un ami d’Angèle qui risque l’expulsion. Des sujets plus que d’actualité traités à travers la voie d’Angèle,  une adolescente qui veut avoir une vie normale, sans chichi.

Fille de présidente, de Pascale Perrier

En route vers l’Elysée !
Afficher l'image d'origineAngèle , adolescente de 13 ans, va voir sa vie bouleversée par le désir soudain de sa mère de se présenter aux élections présidentielles. Fille de présidente ?
Mais ça veut dire déménager à Paris, quitter ses amis ! Ce n’est pas imaginable pour cette adolescente qui va devoir faire face d’un côté , aux absences de sa mère prise par le tourbillon politique et de l’autre, aux absences de son père qui va partir en Asie pour son travail ! Sans compter la présence d’un petit frère pas très passionnant et son amour impossible avec le frère de sa meilleure amie.
Bref, ce n’est pas du tout à quoi aspire une adolescente de 13 ans.

Ce récit est avant tout le journal intime d’Angèle qui va devoir tout mener de front, l’école, la maison, les coups de téléphone des journalistes. C’est un livre plein d’humour qui nous fait découvrir l’envers du décor de la vie politique à travers le quotidien d’une famille. Vite pris dans ce tourbillon, le lecteur se prend au jeu et devient le premier soutien de la maman d’Angèle, Claire Sénéchal, dans sa course à la présidence.
Ce roman plein de fraîcheur est facile à lire. Et puis, bientôt, les élections présidentielles de  2017 : ce livre constitue un bon outil pour comprendre le fonctionnement d’une élection. très bonne idée d’avoir illustré le livre avec les pages d’agenda d’Adèle, ce qui rend le roman plus réaliste.

Les couleurs de la liberté, de Sylvie Baussier et Pascale Perrier

Un monde inspiré

Afficher l'image d'origineDans ce monde-là, Sheridan, chaque habitant porte autour du cou un « collien » dont la couleur retranscrit la personnalité. Le liseré qui l’entoure change en fonction des émotions ressenties sur l’instant. On ne peut donc rien cacher de ses pensées, de ses sentiments exposés à la vue de tous. Dans ce monde-là, la couleur marron a été bannie, c’est la couleur des tyrans.
Juliaca doit bientôt passer l’épreuve qui la rendra adulte. Elle a demandé à partir au pays de Valtavie, sauvage et isolé. Pourtant, c’est une autre épreuve qui l’attend : peindre sa famille en « chassant les ombres »… De quelles ombres s’agit-il ? Celle de son frère de 6 ans dont le collien vire indubitablement au marron ? Celle que sa mère quasi dépressive laisse autour d’elle ? Pour le savoir, elle accompagnera sa sœur, apprentie liseuse de collien, et son jeune frère dans ce pays dont elle rêve. Ils espèrent découvrir le refuge des Inspirés qui semblent avoir les réponses à toutes leurs questions. Et ainsi sauver leur frère de Nulle Part, lieu secret et violent où sont enfermés tous les « colliens » marron en attente de la mort… Cette quête permettra également aux deux soeurs que tout semble opposer et qui ont du mal à communiquer, à mieux se connaître, à tenter de s’apprécier sans jalousie.
Je ne sais pas pourquoi, avec l’illustration de couverture, je m’étais mis en tête qu’il s’agissait d’une histoire de ségrégation raciale… Pas du tout ! En lisant le résumé, j’ai compris qu’il s’agissait d’un livre de science-fiction, qui me faisait penser à Matin Brun de Franck Pavloff ou La bonne couleur de Yaël Hassan. Dans les trois, la couleur marron a une signification très profonde. Ici, le message qui est donné est un message de tolérance. Les gens ne peuvent pas être catalogués, mis dans des cases définitives. Toutes les personnalités ont du bon et du mauvais, et ce qu’il faut réussir à faire, c’est cohabiter en fonction des valeurs et des failles de chacun. Et que les points faibles peuvent aussi être des points forts, si on les accepte comme faisant partie de soi. Et surtout, laisser aux gens une chance d’évoluer et de changer.
En fait, je n’ai pas été déçue du tout. J’ai lu ce livre d’une traite. Un bon roman de science-fiction pour les 4ème-3ème.