Le génie du pousse- pousse, de Jean-Côme Noguès et de Anne Romby

La voie de la sagesse…

pousse.jpg

Chen possède dans la vie deux choses importantes : un pousse-pousse de bambou, qui est son gagne-pain, et son amitié pour Wang, un pêcheur. Modeste, il se nourrit chaque jour d’un bol de riz. Mais alors qu’il veut cueillir une branche de jasmin, il passe par-dessus le mur qui le sépare d’un palais et d’un parc merveilleux. Fasciné par la beauté et la richesse des lieux, il se met à rêver à une existence luxueuse, pleine de faste, inaccessible pour lui, pauvre tireur de pousse-pousse… Sa vie lui paraît bien terne soudain. Chen veut devenir riche à son tour. Alors il réfléchit à ce qui pourrait lui rapporter de l’argent. Mais il va rapidement apprendre que rien n’est acquis d’avance, qu’il faut se donner les moyens pour y arriver et que la vraie richesse reste l’amitié.

Ce conte chinois va enivrer le lecteur de saveur, de parfum. L’écriture est apaisante, les illustrations fines, colorées sur un papier à dessin que l’on appelle du papier d’ingres, similaire à celui d’un parchemin. Tout y est soigné, minutieux. On s’attarde sur les détails, on part véritablement en voyage. Le génie du pousse-pousse est un conte qui nous transporte.

Un royaume pour deux, Marin Ledun

Tendons la main…

Résultat de recherche d'images pour "un royaume pour deux marin ledun"Lola, jeune fille âgée de 11 ans qui croque la nature à pleine dent, passe ses vacances d’été chez sa grand-mère où elle connaît les moindres détails de la nature dans laquelle elle rayonne et passe la plupart de ses journées. De l’escalade aux arbres à la découverte d’une mystérieuse bâtisse, rien n’échappe à Lola. Mais cette année, elle va devoir partager ses vacances avec Aymen, un jeune syrien dont la famille est réfugiée en France. Les premiers échanges sont timides, Lola, fortement intriguée par son nouveau compagnon de jeu, se sent inférieure à lui, lui qui a traversé tant d’épreuves difficiles totalement étrangères à Lola. Puis, les deux protagonistes occupent leurs journées ensemble. Sous le soleil radieux de l’été, Lola fait découvrir à Aymen la beauté de la nature, son formidable terrain de jeu. Lorsqu’une complicité commence à naître entre eux, Lola décide de conduire Aymen jusqu’à la ruine maudite, une vieille bâtisse à propos de laquelle se raconte une histoire terrifiante liée à la seconde guerre mondiale. Aymen et Lola finissent par se disputer à cause des histoires autour de cette bâtisse, leur point de vue diverge. Aymen part et laisse Lola seule qui va tenter de le rattraper. Le chemin sera cependant semé d’embûches.

Ce roman aborde, en se mettant à hauteur d’enfant, la question des migrants. Qui sont-ils ? Sont-ils différents ? Sont-ils dangereux ? Martin Ledun répond à ces questions que peuvent se poser certains enfants et adolescents. Il montre à travers cet ouvrage qu’ Aymen est un petit garçon comme Lola, comme les autres, qu’il a les mêmes rêves, les mêmes intérêts, les mêmes peurs. Il a traversé des épreuves difficiles comme quitter son pays, sa ville, sa maison et une partie de sa famille, notamment son frère mort sous les bombes. Et son seul moyen de survivre était de s’échapper de la Syrie.

Un royaume pour deux montre que les enfants semblent par ailleurs avoir moins de jugements négatifs sur les migrants syriens que les plus grands. En effet, Lola ne rejette jamais Aymen, elle est intriguée par lui et est même jalouse de son vécu « d’aventurier ». Lola est heureuse de lui faire découvrir son univers et lui dévoile même certains de ses secrets.

La solidarité et l’entraide sont aussi des valeurs parfaitement illustrées dans ce roman, les deux enfants se soutiennent et s’aident jusqu’au bout, faisant fi de leurs peurs et de leurs inquiétudes. Une complicité forte émouvante et bouleversante, montrant que les frontières ne sont que virtuelles et n’ont finalement aucun sens pour l’humanité.

Marin Ledun, à travers les aventures de Lola et Aymen nous transmet un message fort : tendons toujours la main à celui qui se trouve en difficulté.

Je conseille cette lecture à partir de la 6ème. Un roman plein d’aventures avec beaucoup de suspens, transmettant un message fort sur l’entraide, le partage et la solidarité.

L’assassin de papa, de Malika Ferdjoukh

Meurtres en sériel-assassin-de-papa-481472

Valentin, un jeune garçon, vit avec son père sur une péniche depuis que celui-ci est au chômage. Ils se débrouillent comme ils peuvent pour survivre : commerçants leur donnant de quoi manger, manche dans le RER ou dans les rues… Valentin ne va pas à l’école, son père lui enseigne ce qu’il peut.

Un soir, alors que son père cherchait de quoi se faire des cigarettes, il vit un homme, avec des lunettes noires la nuit (avouez que c’est troublant) s’en prendre à une femme. Le lendemain dans les journaux : premier meurtre.

Et ainsi se succèdent les meurtres en série de nombreuses jeunes femmes. Le problème c’est que le tueur, lui aussi, les a vus. Aller à la police, le père ne veut pas, il a peur d’être séparé de son fils. Que vont donc devenir ces deux « sans abris »?

L’auteur nous tient fortement en haleine dans ce livre où les chapitres se suivent et s’arrêtent de telle manière que la suite a envie d’être connu. Je crois qu’une heure m’a suffi à le terminer. Les personnages sont attachants : Valentin, petit garçon déboussolé, depuis la mort de sa mère, qui suit son père et ne se demande pas ce que pourrait être une autre vie. Le père, très protecteur envers son fils, qui fait de son mieux pour subvenir à ses besoins. Et des personnages, qui vont perturber tout le quotidien du jeune garçon.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer