La décision, de Christophe Léon

Un choix difficile

zaim.jpg

Zaïm, un jeune orphelin syrien qui vit dans un camp de réfugiés au Liban, a tout de la graine d’un champion. Il adore le football et ne cesse de taper dans la balle surtout dans la cour de récréation. Dans la balle ? Devrais-je dire plutôt dans une vulgaire boule de tissus entourée d’une corde. Il est doué. Un jour alors qu’il est avec ses copains, le chef de la Croix rouge s’avance vers lui, accompagné d’un homme. Ce dernier est un recruteur allemand, il est intéressé par Zaïm. Il lui tend un ballon en cuir et lui demande de montrer ce qu’il sait faire. Le jeune garçon s’exécute et réalise de véritables prouesses. Sa vie va alors basculer, lui qui jusque-là menait une existence plus que modeste, au fin fond d’un camp. Mais sera-t-il prêt à tous les sacrifices pour y arriver ?

La décision nous fait pénétrer dans le milieu du football, notamment dans les centres de formation. Pour certains jeunes, la technique et la volonté ne suffisent pas toujours. Certains recruteurs se font une fortune en «misant» sur des gamins comme Zaïm, ils profitent de leur désarroi, leur font miroiter monts et merveilles. Ils leur promettent un bel avenir qui les sortirait de leur misère mais attention aux personnes mal attentionnées… !

Un texte très court sur un sujet sensible.

La promesse de l’aube de Romain Gary

A ma mère…

promesse.jpg

La promesse de l’aube est un roman autobiographique dans lequel Romain Gary dresse le portrait de sa mère, une russe juive, Mina Kacew. Une mère hors norme, extravagante, battante, intransigeante, exigeante, une mère aimante. Une mère dévouée à son fils, qui ne vit que pour lui, voyant pour lui un avenir glorieux. Un amour sans borne, un amour démesuré, un amour fusionnel, un amour éprouvant, trop lourd à porter pour ce petit garçon, dont le seul but dans la vie sera de ne pas décevoir sa maman. Romain est élevé par sa mère, qui a fui la Russie. Une enfance pauvre mais durant laquelle il ne manquera de rien.Très courageuse, Mina fait toujours en sorte de trouver les moyens de s’en sortir, elle veut que son fils s’élève au-dessus de la médiocrité, qu’il devienne quelqu’un de respectable, quelqu’un dont le monde parlera. Elle émigre en France, à Nice. Elle a beaucoup d’ambition pour lui, une ambition sans limite. Elle trace la voie et lui, doit y sceller ses pas. Elle lui façonne une vie, lui inculque également l’amour de la France. Ce gamin n’a pas le choix et durant toute son existence, il fera ce que sa mère exige de lui, même au péril de sa vie. Romain Gary a eu une vie extraordinaire grâce à cette femme qui l’a porté à bout de bras. Il a vécu pour accomplir les rêves immenses de sa mère. Il l’admire et il est prêt à tout pour elle. Il faut qu’il soit le héros qu’elle espère qu’il devienne.

La promesse de l’aube, un roman fort, bouleversant, un amour dévorant qui fera de l’auteur la personne que l’on connaît. Une belle histoire qui fait sourire, qui fait pleurer. Une fin qui nous serre les tripes. Un tandem auquel on s’attache, avec lequel on aurait encore aimé faire un bout de chemin. Que dire de cette mère, cette force inépuisable, ce courage à tout épreuve, son fils le combat de sa vie, cette mère qui aura mis son existence à faire que son petit gars devienne quelqu’un de bien, de célèbre. Epoustouflante d’énergie, de volonté… Avant d’être Romain Gary, il est Roman Kacew, un fils qui donnera tout à sa mère, conscient de son sacrifice, il fera tout pour lui faire honneur.

Comment peut-on se construire lorsque la mère est si présente, si étouffante? Y a-t-il de la place pour une autre femme, tant l’amour de cette mère a été fort ? Une adaptation cinématographique sortie en décembre 2017 m’a donné envie de lire ce roman. J’ai été totalement captivée et émue par l’un et l’autre.

Paris est tout petit de Maïté Bernard

« Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment, comme nous, d’un aussi grand amour. »

index

     Inès, 17 ans, habite la banlieue parisienne. Elle vit seule avec sa mère et décide de l’aider en travaillant après le lycée comme femme de ménage dans une famille aisée, dans le centre de Paris. C’est ainsi qu’elle fait la rencontre de Gabin et de ses parents, les Brissac.

     Une histoire d’amour intense naît rapidement entre ces deux jeunes gens que tout oppose, et principalement leurs classes sociales. Aussi, bien qu’elle n’y pense pas beaucoup, Inès est musulmane et Gabin athée. Pourtant, les deux amoureux vivent tranquillement leur idylle, avec la belle capitale en toile de fond.

     Leur histoire aurait pû durer, ou encore s’arrêter rapidement, à cause de leurs différences ou d’autre chose, mais ce n’est pas eux qui décideront : les évènements le feront à leur place. Le 13 novembre 2015, le soir des attentats, Inès et Gabin sont en ville.

___________________

     Une histoire très prenante et extrèmement émouvante qui va bien plus loin que le simple récit des attentats du 13 novembre : c’est en effet l’après, mais aussi l’avant, qui nous sont racontés. C’est le récit de notre vie, individuelle et collective, qui défile sous nos yeux.

     Surtout, ce roman nous pousse à réfléchir, et pas seulement à cette tragédie et ses conséquences, mais là encore plus largement à nos vies, nos choix, nos ambitions et nos désirs. A ce qu’on attend de nous. A ce qu’on est prêts à faire. A nos limites.

    Certaines actions ou réactions des personnages peuvent sembler dérangeantes, ou cliché, ou encore irrationnelles ; pourtant, à la réfléxion, ce roman est bien une réussite, car si ces personnages se distinguent des héros romanesques habituels – à la psychologie certes réfléchie mais aux actes parfois attendus, c’est ici pour se rapprocher des êtres humains réels. De nous, adolescents ou non, avec toutes nos ambiguïtés, nos contradictions et nos faiblesses.

     Ce roman nous parle bien d’humanité, et de nos réactions et réflexions face aux tragédies et aléas sur notre chemin.

___________________

La lecture est plus adaptée à un public de lycéens. A lire en tous cas jusqu’au bout pour comprendre l’évolution et la profondeur du personnage d’Inès.

     Si tu veux tout savoir, je ne fais pas partie de ces gens qui pensent que prendre un verre en terrasse est un acte de résistance. Ca l’était peut-être les deux semaines qui ont suivi les attentats, mais aujourd’hui, les terrasses et les salles de spectacle sont pleines parce que nous sommes français et que c’est comme ça que nous vivons. Quand les Allemands ont envahi Paris, il y a d’abord eu un choc, et puis peu à peu les terrasses se sont remplies. Ce n’était pas parce que nous étions courageux, c’était parce qu’on vit comme ça depuis la Révolution Française. On va dans les cafés, on y lit notre journal en buvant un verre, on y passe des coups de fil, on y donne rendez-vous, c’est nous, rien de plus. Alors tu peux t’admirer parce que tu as mis une lycéenne dans ton lit, mais ne me fait pas croire que tu fais de la résistance.

Les 7 de Babylone, tome 1. La mémoires des Anciens, de Taï-Marc Le Thanh

Une Histoire envahissante !

7.jpg

Jasper, 13 ans, habite à Paris avec ses parents et sa petite sœur Lili. Ce jeune adolescent a une passion un peu curieuse: il adore escalader les toits de la capitale, la nuit. Il a la sensation d’être libre, que le monde lui appartient. Mais un soir, il est témoin d’une scène troublante. Il aperçoit un homme aux cheveux gris s’élancer par les toits, poursuivis par deux hommes armés. L’individu essaie de les semer mais il est déjà condamné. Jasper qui veut l’aider, se met à suivre les assaillants. Une infernale course-poursuite commence. Le vieil homme revient dans la direction de Jasper. Suspendu à une gouttière, les jambes dans le vide, il lui tend une fiole. Jasper n’a pas le temps de le questionner , l’inconnu tombe. Mais au lieu de s’écraser sur le sol, l’homme se désagrège….Jasper reste figé, ahuri. Il ne sait pas encore que cette rencontre va chambouler sa vie. Qui est ce vieil homme ? Pourquoi cette fiole ? Du jour au lendemain, Jasper va être embarqué dans une aventure assez folle qui va le dépasser. Il va se retrouver dans un monde dont il ne pouvait soupçonner l’existence.

Les 7 de Babylone est un récit imaginaire dans lequel de grands personnages historiques mènent une mission secrète en plein Paris. Ils doivent éviter qu’un malheur ne s’abatte sur Terre. Leurs ennemis, menés par Léonard de Vinci, veulent réunir des fragments des sept merveilles du monde qui leur procureraient un pouvoir destructeur. Deux clans de personnages illustres venus de l’au-delà, s’opposent alors. Ce qui est très original et très intéressant est que toutes ces personnalités deviennent des héros des temps modernes. On découvre Mozart, Jeanne d’Arc, les frères Grimm, Cléopâtre, Adolphe Hitler et j’en passe, dans des situations peu communes et à des lustres de ce qu’on connaît déjà d’eux. Par exemple, Léonard de Vinci devient un chef de bande prêt à détruire tous les monuments de Paris et Victor Hugo qui excelle dans le tir est un adepte des arts martiaux russes. Les 7 de Babylone sont les sept personnages historiques issus de siècles différents qui vont entraîner Jasper dans des épreuves plus dangereuses les unes que les autres. Ce récit nous mène au cœur des sept merveilles du monde toujours intrigantes et mystérieuses. L’histoire est rythmée, pleine de suspense et tient en haleine le lecteur jusqu’au final. Jasper devient un héros malgré lui. Un héros plein de courage qui prend conscience de la gravité de la situation et de l’importance de la mission qui lui est confiée. Un peu déboussolé au début -et on le comprend-, le jeune adolescent prend de l’assurance et fait preuve d’une grande maîtrise dans les situations les plus critiques. Comment réagirions-nous si des personnages du passé nous faisaient face du jour au lendemain ? Ce livre est un vrai régal !

Enregistrer

Contes et légendes de Paris, de Tristan Pichard et Loïc Trèhin

Si Paris m’était conté…

paris.jpg

Onze contes qui nous font traverser l’Histoire de Paris, tantôt des faits drôles tantôt des faits effrayants. On y murmure même que la Tour Eiffel a failli être vendue ….Chaque époque a eu son lot de légendes. Que de mystères et rêveries accompagnent maintenant les visiteurs, loin de soupçonner qu’ils foulent des pavés marqués jadis par le passage de gens célèbres, de vauriens qui ont tous contribué aux contes et légendes de Paris : des riches et des pauvres qui se sont croisés, empruntant les mêmes rues, partageant le même air mais ne vivant pas dans le même monde. Quel est ce monstre qui hante les couloirs du futur Palais Garnier et dont la démence va perpétrer une série de crimes, qui laissera à jamais son empreinte dans ce bel édifice ? Un conseil d’ami, évitez la rue des Marmousets, il n’y fait pas bon s’y attarder…

Plongez-vous en compagnie de Geneviève et Denis dans les abîmes de Paris, Paris la belle, Paris la mystérieuse. Ils évoquent différents récits tous étonnants voire irréalistes qui vous entraînera dans une folle promenade à travers les dessous de la capitale.

Le temps des cerises

La commune, de Christophe Ylla-Somers, ill. de Yvan Pommaux

 

La CommuneUn documentaire abondamment illustré, de la collection Grandes images de l’Histoire, des éditions L’Ecole des loisirs sur le thème assez peu traité en documentaire jeunesse de la Commune.

Paris, 28 mars 1871. Les Républicains prennent le pouvoir de la capitale. Les Conservateurs ont fui à Versailles. Comment en est-on arrivé là ? Quelles avancées propose la Commune ? Et comment  va débuter la Semaine sanglante ? Quel rôle a joué Thiers ? Quelle est la place des femmes dans cette insurrection ?

Après avoir développé le contexte historique, la mise en place de la Commune et sa répression, le livre propose une présentation des personnages clés de cette époque : Bismarck,  Courbet, Victor Hugo, Louise Michel, Adolphe Thiers, etc.

Un livre documentaire aux illustrations très 19e, qui se lit comme un album d’histoire, ou plutôt d’Histoire. Des titres qui donnent vraiment envie de découvrir toute la collection !

 

 

 

L’assassin de papa, de Malika Ferdjoukh

Meurtres en sériel-assassin-de-papa-481472

Valentin, un jeune garçon, vit avec son père sur une péniche depuis que celui-ci est au chômage. Ils se débrouillent comme ils peuvent pour survivre : commerçants leur donnant de quoi manger, manche dans le RER ou dans les rues… Valentin ne va pas à l’école, son père lui enseigne ce qu’il peut.

Un soir, alors que son père cherchait de quoi se faire des cigarettes, il vit un homme, avec des lunettes noires la nuit (avouez que c’est troublant) s’en prendre à une femme. Le lendemain dans les journaux : premier meurtre.

Et ainsi se succèdent les meurtres en série de nombreuses jeunes femmes. Le problème c’est que le tueur, lui aussi, les a vus. Aller à la police, le père ne veut pas, il a peur d’être séparé de son fils. Que vont donc devenir ces deux « sans abris »?

L’auteur nous tient fortement en haleine dans ce livre où les chapitres se suivent et s’arrêtent de telle manière que la suite a envie d’être connu. Je crois qu’une heure m’a suffi à le terminer. Les personnages sont attachants : Valentin, petit garçon déboussolé, depuis la mort de sa mère, qui suit son père et ne se demande pas ce que pourrait être une autre vie. Le père, très protecteur envers son fils, qui fait de son mieux pour subvenir à ses besoins. Et des personnages, qui vont perturber tout le quotidien du jeune garçon.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer