Au secours colo d’enfer ! de Céline Le Gallo

Les jolies colonies de vacances… merci papa…  merci maman !

au secours.jpg

Gaspard et Alexandre sont obligés de partir en colo, direction les Alpes ! C’est une première pour les deux frères. Après un trajet cauchemardesque, les voilà confrontés à une discipline quasi militaire, des cadences infernales, l’incompétence du moniteur. Pour couronner le tout, le jeune Gaspard va devenir la « tête de turc » d’un garçon bien décidé à le malmener. Mais le séjour vire à la catastrophe quand le moniteur décide d’emmener les enfants en randonnée. Le groupe se retrouve pris au piège par un épais brouillard, perdu en pleine montagne ! Par chance, ils trouvent une bergerie abandonnée qui va leur servir de refuge. Une aventure inattendue va alors commencer.

Tous les séjours en colo ne se passent pas comme ça, rassurez-vous !! Mais force est de constater que pour une première fois, Gaspard et Alexandre n’ont pas eu de chance. Des vacances qui ont pris une tournure surprenante, mais qui, je suis sûre, leur aura donné envie de renouveler l’expérience.

Hors piste, de Sophie Adriansen

Virée à la neige

piste.jpg

Nous retrouvons Marion, l’adolescente héroïne des Grandes jambes, très complexée à l’époque par sa taille. Marion a grandi, elle a quatorze ans. C’est l’année du brevet. Alors que la jeune fille pense aux révisions, ses parents décident de l’envoyer faire du ski dans les Alpes, pendant sept jours dans une colo. Mais le pire de tout, c’est un séjour en parfaite déconnexion, c’est-à-dire, sans téléphone portable. L’horreur quand on sait que sa vie se résume aux garçons et au téléphone ! Inutile de dire que Marion s’attend à passer le pire séjour de sa vie. Et si au final, ce séjour s’avérait plus étonnant et plus enrichissant que prévu.

Sophie Adriansen nous plonge dans le monde de l’adolescence avec ses doutes, les premiers flirts, l’estime de soi, l’image que l’on renvoie aux autres. Une galerie de portraits tous plus différents les uns que les autres qui traduit cette soif de liberté, cette envie de braver les interdits, de devenir adulte avant l’âge. Et puis sujet majeur, montrer que sans téléphone, la terre continue de tourner et plus important encore on peut communique autrement, on s’amuse, on s’intéresse aux autres, on échange, on se découvre. Un tome 2 qui se lit indépendamment du premier.

Les secrets du lac blanc, de Roselyne Bertin

La fille qui aimait la montagne…

lac.jpg

Mélie est une adolescente de douze ans, pétillante, vivant avec son père Jean, chef de chantier, ses frères jumeaux de onze ans Max et Tom et sa maman Laurence, écrivaine. Tous vivent en parfaite harmonie à un détail près, Laurence est en panne d’inspiration et n’arrive pas à boucler son roman. L’éditeur fait pression. Jean lui propose alors d’aller s’installer quelques temps en montagne chez son ami de jeunesse, Pétrus, propriétaire d’un hôtel-restaurant à Chamonix. S’isoler en montagne lui redonnera sans aucun doute l’inspiration. Pas très emballée à l’idée d’abandonner mari et enfants, elle finit par céder. Mélie accompagnera sa mère tandis que les hommes resteront à la maison.

La jeune fille est un peu intriguée, pourquoi n’a-t-elle jamais entendu parler de ce Pétrus ? Un ancien amoureux ? Sa curiosité en sera d’autant plus grande car dès son arrivée, Mélie a ressenti comme un malaise quand sa mère l’a présentée. Elle a même surpris une conversation entre Laurence et Pétrus où celui-ci s’étonnait que Lo ait appelé sa fille Mélie. Que de mystère autour de son prénom ! Quel secret lie Pétrus à sa mère ?

Les secrets du lac blanc nous fait découvrir l’univers de la montagne, ses paysages magnifiques, ses animaux. Ce roman nous donne envie d’aller à l’aventure sur ces pics, de fouler la neige sous un soleil radieux, de profiter avec Mélie et Pétrus de tous ces instants magiques. La montagne c’est du plaisir mais c’est aussi du travail pour les saisonniers, les permanents qui sont là pour accueillir les touristes, les randonneurs. On transpire derrière les fourneaux ! Mélie qui n’hésite pas à mettre la main à la pâte va s’activer comme une petite fourmi durant tout son séjour. Une jolie petite histoire pleine de fraîcheur qui séduira nos jeunes lecteurs.

Enregistrer

Enregistrer