Angelot du lac- volume 1 le temps des loups- Yvan Pommaux

lac.jpg

Au royaume des loups,

Yvan Pommaux nous plonge au beau milieu du Moyen-âge, plus exactement dans sa période noire avec les pillages, les bandits, les maladies. Les guerres font rage, dévastant les villages, tuant les paysans qui laissent des orphelins voués à eux-mêmes. La nature envahit les maisons désertées, offrant ainsi un excellent refuge aux loups. L’auteur sait très bien décrire cette page de notre histoire mais, pour la rendre un peu plus douce et accessible, il a créé ce personnage de Angelot. Angelot est en fait le prénom d’un jeune enfant retrouvé un jour, par hasard près d’un lac, par un groupe d’orphelins occupés à multiplier les larcins pour vivre. Ils n’ont pas hésité un seul instant à le protéger des loups et à le recueillir. Ils seront aidés par un couple Coline et Ythier. Angelot sera initié aux petites combines qui l’aideront à se nourrir, à se défendre, à survivre. En grandissant, il apprendra même à manier la fronde. Mais un jour, pris entre deux armées, le groupe va être séparé et Angelot va se retrouver seul sur les routes. Commence alors pour lui un long chemin plein d’aventures.

Angelot du lac – le temps des loups fait partie d’une série de bandes dessinées publiées entre 1995 et 1997. L’intérêt premier sont toutes les références qui y figurent. Tout d’abord les références historiques avec la guerre de cent ans, Jeanne d’Arc, les références sociales de l’époque, puis les références culturelles avec les spectacles existant et enfin les références sur le mode de vie. Un volume complet qui joue sur l’espace temps puisqu’on débute avec Angelot bébé et on termine avec Angelot enfant. Les illustrations sont réellement parlantes, elles explosent sur une double page pour souligner un événement et sont plus ou moins colorées selon les situations. Un bon volume pour les fans d’aventures et de chevaliers.

Je ne suis pas ton esclave !, de Roland Godel

Les éditions Oskar proposent une collection très intéressante présentant des romans courts mettant en scène des situations permettant d’aborder des thématiques de la Convention internationale des droits de l’enfant des Nations Unies du 20 novembre 1989. Ici, le travail forcé des enfants.

Je ne suis pas ton esclaveLoïc a déjà redoublé deux fois et s’endort encore en cours de math… Aucun élève ne s’occupe plus trop de lui, n’ose lui parler, à lui qui a deux ans de retard.  A part la petite Flavie, douce, jolie, studieuse. Elle aimerait bien comprendre Loïc… Pourquoi a-t-il autant redoublé, pourquoi est-il toujours fatigué, pourquoi pique-t-il du pain à la cantine, pourquoi est-il souvent absent, pourquoi sa maman ne se déplace pas aux convocations du maître… Lorsqu’elle découvrira la vérité, il faudra bien qu’elle trouve un moyen de l’aider !

Un très joli texte qui traite du travail des enfants en adoptant un point de vue original. Où l’on attendrait plutôt un roman sur les conditions des enfants dans le monde, on se retrouve en fait dans un petit pavillon de banlieue parisienne. Loïc est le narrateur de cette histoire ce qui nous permet de se sentir très proche de lui. Ce roman parlera forcément aux jeunes lecteurs du fait justement de la proximité du sujet : pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pour trouver des cas d’enfants exploités… parfois, il suffit juste d’être attentif à ce qu’il se passe autour de nous … Ici, le beau-père profite de l’alcoolisme de la mère pour exploiter son beau-fils dans ses trafics de contrebande.  Une belle histoire d’amitié enrobe le tout et fait de ce petit roman un texte au ton juste et émouvant prônant la solidarité et le respect des autres. Ca se lit très vite et met en avant de nombreux thèmes forts et intéressants. A proposer sans hésiter à nos jeunes lecteurs !

A la fin de l’ouvrage, un petit dossier nous explique dans les grandes lignes ce qu’est la Convention internationale des droits de l’enfant.

Les enquêtes de Sam : mystère au sous-sol, de Hervé Mestron

Un toit pour tous…

sa.jpg

Sam est chez sa grand-mère, le temps que sa maman profite d’un séjour à Venise avec son compagnon, Richard. Il est content de se faire dorloter par sa mamie qui lui a fait une belle surprise. Pour lui qui veut devenir musicien, elle lui a acheté une superbe batterie. Sam n’en croit pas ses yeux. Pour qu’il puisse s’entraîner sans gêner le voisinage, sa grand-mère lui a aménagé un local dans une cave. Sam est super content. Un petit bémol cependant, il a peur des sous-sols. Il va réussir néanmoins à surmonter sa phobie pour pouvoir s’adonner à la musique. Pourtant très vite, des bruits bizarres vont l’interpeller, il va même apercevoir des silhouettes. Que se passe t-il ? On dirait bien que Sam n’est pas seul dans ces caves. Le jeune garçon est bien déterminé à percer ce mystère. Mais ce qu’il va découvrir va vraiment le laisser perplexe.

Une histoire qui plaira à nos très jeunes lecteurs qui vont pour un temps s’improviser détectives en herbe auprès de Sam, un garçon attachant et plein de fraîcheur. Hervé Mestron traite ici un sujet de société : les mal-logés, les abus des propriétaires qui exploitent les gens les plus démunis. L’écriture est simple donc facilement abordable par les plus jeunes. Une petite nouvelle bien orchestrée pour sensibiliser ce public à la misère sociale, hélas trop présente. Avoir choisi d’en parler à travers un personnage de leur âge a plus d’impact.

La vie des enfants au temps du Roi- Soleil, de Claude Grimmer

Enfants d’autrefois

roi.jpg

A l’évocation du Roi Soleil, on imagine une période heureuse, chatoyante, le soleil n’étant pas le symbole de la joie ? Louis XIV est devenu roi à 5 ans mais n’a régné qu’à partir de 13 ans, âge de la majorité à cette époque. Il s’est identifié au soleil voulant de la splendeu , ayant toute une cour autour de lui. Il a encouragé les artistes et fait construire de somptueux monuments. Mais derrière tout cela, ce fut un siècle marqué par les épidémies, la famine, la misère. Les enfants en furent les premières victimes.

La majorité d’entre eux vivent à la campagne. Et nombreux meurent de mauvais soins, d’alimentation insuffisante. Dès la naissance, on fait partie d’une catégorie sociale  : celle des parents. Tu nais paysan tu resteras paysan, tu nais noble tu resteras noble.Les enfants le savent. Qu’ils soient fille ou garçon,  ils n’ont pas une éducation semblable et donc sont voués à un destin bien différent.

Ce livre nous raconte leur vie au quotidien à travers des portraits d’enfants de diverses origines sociales .

Tour à tour, on fait la connaissance de Louis le Grand Dauphin, Antoine, l’apprenti orfèvre, Louison la paysanne, Charles-Henri le collégien, Catherine la religieuse, Jean-Marie, demoiselle de Saint- Cyr, Honoré le laquais et Yves le mousse. Le lecteur apprend que l’accès à l’éducation n’était pas chose facile pour tous. Les filles vont rarement à l’école et seuls les plus aisés des garçons y ont accès. Et les jeux d’enfants dans tout ça ? Suivant la catégorie sociale, forcément, les jeux n’étaient pas identiques, faute de moyens.

Un ouvrage très intéressant avec de belles illustrations et photos d’objets d’époque qui va permettre aux enfants d’aujourd’hui de s’interroger sur la vie des enfants d’autrefois. Il faut préciser tout de même que malgré les progrès dans les conditions de vie, les différences sociales sont toujours présentes dans les différentes parties du monde.  Il y a encore des enfants qui souffrent et qui sont maltraités. Dans certains pays, dès leur plus jeune âge les enfants sont même obligés de travailler.