Qui a tué Archimède ?, de Sophie Séronie-Vivien

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

De long mois après le début du siège de Syracuse, la ville tombe enfin aux mains des Romains, commandé par le consul Marcellus. Cependant, le consul n’est pas aux réjouissances : alors que celui-ci avait demandé qu’on l’épargne, un légionnaire a tué Archimède, le grand savant, physicien, mathématicien et inventeur de génie ! Il suspecte un complot par un fonctionnaire de haut rang et il charge son fils, Publius, de l’enquête. A sa demande, il autorise l’élève préférée du savant, Myrrha, à y participer. En échange, elle devra apprendre à Publius les sciences et les découvertes de son maître adoré. Ils découvrent alors de sombres affaires… Ils découvrent aussi que les gens les plus estimés ne sont pas toujours les meilleurs…

J’ai beaucoup aimé ce livre, historique et mystérieux. Je le conseille aux petits lecteurs, mais aussi aux dévoreurs de livres ! Ce n’est parce que le livre est petit qu’il n’est pas bien ! Il parle d’un grand savant grec du IIIème siècle av. J.C. : Archimède et on y apprend beaucoup de choses de manière ludique. 

Archimède n’était pas qu’un ingénieur capable de fabriquer des machines de guerre, lui avait-elle révélé. Il était également maître dans l’exercice de la géométrie. […] A force de calculs, il est parvenu à démontrer que le volume de la sphère est égal aux deux tiers de celui du cylindre qui la contient. Obtenir cette preuve lui a valu tant d’efforts qu’il a demandé que l’on grave sur sa tombe ce schéma et la formule reliant les deux volumes.

Eléa, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

100 infos insolites sur les nombres, les ordinateurs et les codes – Auteurs : Collectif

100 infos insolites sur les nombres, les ordinateurs et les codes127 pages
dès 9 ans

Ce livre contient 100 anecdotes insolites sur les chiffres et les nombres, les ordinateurs, les codes et la programmation informatique. Les curieux trouveront la réponse à de nombreuses questions dans ce livre original et instructif. Il est illustré avec humour et riche en anecdotes et en informations insolites.

Mon avis :

 On peut apprécier la mise en page des livres de cette collection. Il y a beaucoup de couleurs, des encadrés, des fonds à motifs, des tas d’illustrations sur chaque page.. C’est à la fois bien rempli mais très clair et compréhensible. C’est un livre que l’on peut lire ou feuilleter en prenant une page au hasard. Chaque info commence d’abord par un gros titre en gras puis viennent les explications et les précisions accompagnées d’illustrations colorées qui rendent les faits plus clairs.

Par exemple : Saviez-vous  que le logo bluetooth vient de la fusion des deux initiales d’un roi danois du Xème siècle, Harold 1er, surnommé « Harold Bluetooth » à cause de ses dents bleues. Il a unifié les peuples comme le bluetooth a unifié les appareils, selon les dires des inventeurs de cette technologie !

Ou encore qu’à l’heure actuelle il est devenu  impossible de battre un ordinateur aux échecs, ou encore qu’une personne a oublié de se suicider trop captivée par le théorème de Fermat ! Et que, d’après la légende, c’est en observant une mouche au plafond que Descartes a inventé le système des coordonnées cartésiennes encore utilisé aujourd’hui pour relever les positions géographiques partout dans le monde.

C’est un livre complet, diversifié et instructif.  A la fin de l’ouvrage on retrouve une table des matières, un glossaire ainsi que des liens internet. Une nouvelle façon d’apprécier les nombres de manière ludique !

Il existe plusieurs livres sur le même principe tels que les sciences, le corps humain, les aliments, l’espace… 

Axel, 3ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Les mathématiques en scène, collectif – sous la direction de Dominique Mégrier

Jouer avec les mathématiques…

scene.jpg

Dominique Mégrier est comédienne et professeur de théâtre. Elle est persuadée que l’art et la culture peuvent faire bon ménage et ainsi sauver de biens des maux ceux qui s’y collent. Les mathématiques en scène en est la preuve. Tout peut se jouer, une mise en scène pour résoudre des énigmes, des opérations, pour comprendre les nombres. Un bon moyen pour se réconcilier avec les mathématiques, une façon très originale d’aborder le monde du calcul. On ne s’attend pas du tout à rencontrer des mathématiques comme fil conducteur de pièces de théâtre et pourtant le résultat en vaut la chandelle. Le théâtre au service des sciences, pari réussi.

Pour chaque pièce, des contraintes ont été données à l’auteur : le nombre de pages, le thème mathématiques, le style d’écriture, l’action et la citation. Ce recueil ne se substitue pas aux leçons mais peut compléter ou consolider des acquis. Il se lit avec plaisir et avec une certaine curiosité.

Neuf ou le message chiffré, de Pierre Vauconsant

Drôle de numéro…

img075.jpg

Avec beaucoup d’humour, Olivier Vauconsant nous dresse le portrait du chiffre neuf. Alors que tous les mathématiciens font l’éloge des chiffres et des nombres, voilà que Neuf n’a pas la cote. Le Dix par exemple est plus convoité car plus pratique pour le dénombrement. Que dire du Douze, qui permet de multiples subdivisions, comme pour une année décomposée en 12 mois, à chaque mois un signe du zodiaque sur lequel travaillent astrologues et autres prédicateurs ! Jésus a eu 12 apôtres, donc même dans la religion le douze est un symbole. Et le neuf dans tout ça ? Thomas Number, un mathématicien, décide alors d’aller à la recherche du neuf. Il découvre que le chiffre neuf est devenu un nom propre, un adjectif, un nom commun, inondant ainsi notre quotidien. Grâce au neuf, il est possible aussi de jouer sur les mots. Le neuf aurait-il retrouvé ses galons ?

Je vous invite à parcourir le livret, plein d’humour,  d’Olivier Vauconsant sur lequel vous poserez un regard neuf sur le destin des chiffres.

Le zéro d’Oxymoron, de Pierre Moessinger

Un espace vide plein de ressources

zero.jpg

Oxymoron, mathématicien dans la Grèce Antique, fut le premier à additionner des loups et des chèvres. Jusqu’à présent, il n’était pas concevable d’additionner ce qui ne se ressemblait pas. Par exemple, un loup additionné à une chèvre n’était pas possible car le loup mangeant la chèvre il ne pouvait que faire un. Oxymoron ne se lassait pas de dire qu’additionner c’est assembler. Mais beaucoup avait du mal à le suivre. Alors, quand il fut question de soustraire ce fut encore une autre paire de manche… Surtout quand le zéro fit son apparition ! Effectivement, soustraire deux quantités égales donne rien… Mais, là encore, la notion de rien perturbe car pour beaucoup il y a toujours quelque chose quelque part. Oxymoron s’arrache les cheveux en entendant de telles « niaiseries ». Sa théorie est remise en cause et fait peur. Il sera même exclu de l’Académie. Quelques siècles plus tard, ses idées sont reprises et l’utilité du zéro est reconnue.

Les personnages sont pures fiction mais les réflexions sont bien réelles.

Il faut dire que c’est difficile de concevoir que rien c’est quand même quelque chose alors que le zéro non.

Ce livre est plutôt un conte philosophique alimenté de discussions de sages, chacun argumentant à sa façon. On s’aperçoit combien le zéro était source de tracasseries.

La lecture est facile malgré le sujet car le ton est léger sur fond d’une petite histoire très abordable avec de belles illustrations sur l’Antiquité.

Enregistrer

Compter le monde : la naissance des nombres, Nouchka Cauwet

Raconte moi les nombres

Ce livre débute par un conte chinois qui nous montre que, depuis la nuit des temps, les hommes ont toujours eu besoin de compter, de mesurer et chacun a essayé d’inventer un système pour y arriver. On peut dire que les systèmes de calcul ont été inventés avant l’écriture. Au fait, savez-vous que le mot calcul vient de « cailloux » ?

A chaque époque, les hommes étaient ingénieux et très imaginatifs : pour compter,  ils se servaient de billes, de cailloux, de cônes et j’en passe .C’est finalement en Inde au Vème siècle que les chiffres de 0 à 9 furent inventés.

Cet ouvrage va nous faire voyager à travers les nombres qui vont être utilisés aussi par les peintres et les poètes.

L’auteur consacre une double page pour chaque nombre de 0 à 10 et le lecteur va de stupéfaction en stupéfaction. On est bluffé ! Ce livre est étonnant. Pour nous, le nombre zéro ne représente rien et pourtant il a révolutionné le système de calcul !

Nouchka Cauwet, l’auteur,  nous emmène avec facilité dans ce tourbillon de nombres si fascinant, elle nous apprend beaucoup de choses et se permet même d’inclure de petits jeux. Le lecteur est actif, s’amuse à résoudre des énigmes. Des illustrations colorées, des photos de portraits, d’oeuvres viennent compléter à merveille un texte clair et aéré. Le nombre est partout, dans l’art, la langue, il faut savoir le déchiffrer.

Un livre qui passionnera autant les enfants que les adultes.

Et si on jouait avec les maths : stratégie, calcul, géométrie, Collectif

Les maths ? Un jeu d’enfant…

Afficher l'image d'origineUn livre-jeu cartonné où chaque double pages représente un plateau de jeu… Et ce qui est servi sur ces plateaux ? Des maths, accessibles dès le CE1 pour deux d’entre eux : on aditionne, on soustrait, on multiplie, on divise, on apprend les figures géométriques, grâce à des petits volets qui s’ouvrent, mais aussi grâce à des jetons et des dés (fournis). Les tout premiers concepts mathématiques n’auront plus de secret pour vous !

En tout, 8 jeux pour rendre les maths ludiques et joyeuses et pour s’amuser en famille dès 7 ans et jusqu’en 6ème.