Le chien des Baskerville, d’Arthur Conan Doyle

Résultat de recherche d'images pour "le chien des baskerville"Dartmoor, situé au sud-ouest de l’Angleterre, est une lande sauvage, un paysage désolé propice aux légendes… On dit qu’un chien démoniaque y rôde, poursuivant la famille Baskerville de sa malédiction. Le fait est que Sir Charles Baskerville vient de mourir dans des conditions troublantes. Son médecin et ami, le Dr Mortimer, a trouvé près de son corps des empreintes de pattes de chien d’une taille inhabituelle. Diablerie, hasard ou machination ? Or l’héritier du domaine, le jeune Henry Baskerville, doit arriver d’Amérique et le Dr Mortimer est inquiet pour sa sécurité. A qui faire appel sinon au célèbre détective Sherlock Holmes, esprit rationnel et maître dans l’art de la    déduction ?

Mon avis : Voilà un livre qui se lit très facilement et nous tient en haleine d’un bout à l’autre. L’histoire est racontée à la première personne par le Dr Watson, ami de Sherlock Holmes qui l’accompagne dans toutes ses enquêtes. On nage en plein mystère quand Sherlock Holmes a déjà tout compris grâce à des détails qui nous semblent insignifiants. C’est un personnage tout à fait fascinant, à la fois génial et imbu de lui-même, parfois amusant, parfois un peu énervant, et au final très sympathique.

Pour lecteurs confirmés, à partir de la 6ème .

Marion, parent d’élève

Le secret des enfants d’Aumelys, de Véronique Petit

Suite au décès de Léna, la soeur aînée de Sarah, la famille quitte Lyon pour s’installer dans une maison héritée d’un lointain cousin et située dans petit hameau perdu, Aumelys. Aumelys, un lieu étrange où rien ne semble avoir bougé depuis des décennies. Le collège de Sarah se trouve dans la commune d’à côté, à environ 5 km… Pourtant, dès son arrivée, elle ressent une tension : les élèves venant d’Aumelys semblent la toiser, alors que ceux des communes environnantes l’évitent. Seuls les jumeaux, Gabriel et Faustine, récemment arrivés à Aumelys acceptent de l’intégrer dans leur cercle… Une visite du cimetière va mal tourner et Sarah a bien l’impression de sombrer dans la folie… Quel mystère, quelle malédiction plane donc sur ce village ? Qu’essaient de cacher ses habitants ? Est-elle en danger ? En qui peut-elle avoir confiance ?

Un roman fantastique dont l’ambiance m’a vaguement renvoyé au film Les innocents de Jack Clayton, adapté du roman d’Henry James Le Tour d’écrou, peut-être pour la place des enfants dans une malédiction…

Le roman utilise parfaitement les ficelles classiques du genre avec, en plus, une incursion réussie dans un cimetière ! Une situation initiale banale, un cadre bien posé, qui glissent doucement vers le fantastique… ou bien serait-ce seulement la folie du personnage ? La limite entre la réalité, le fantastique, la folie est floue et intrigue le lecteur tout au long de ces 150 pages qui se lisent vite. Le texte court n’empêche pourtant pas à cette histoire d’être suffisamment bien ficelée et construite pour rester compréhensible au lecteur sans effrayer les moins assidus par un nombre de pages trop importants.  Des retours dans le temps avec des passages se situant en 1345 entrecoupent le récit « moderne » et apportent une touche encore plus énigmatique à ce récit.

Une bonne entrée en matière pour les adolescents qui souhaitent découvrir le genre.

 

 

 

Mauve, de Marie Desplechin

Après Verte et Pome, découvrez le troisième volet de cette série, où l’on vit le quotidien de sorcières, qui tentent de passer inaperçues dans un monde humain.

Dans la famille de Verte, on est sorcières de mère en fille !

Ray, le grand-père de Verte est inquiet : Verte, tout comme sa copine Pome, ne semblent pas dans leur état normal depuis quelques temps… Elles claquent les portes, s’enferment dans leur chambre, sont agressives ! Et au collège ! N’en parlons même pas ! Elles sont accusées de semer la zizanie autour d’elles … Serait-ce une crise d’adolescence ? Est-ce si simple, cela ne leur ressemble tellement pas… Tout le monde est inquiet et Anastabote, sa grand-mère sorcière, bien plus encore que ces hommes qui ne connaissent rien de leur monde et de leurs secrets les plus noirs… Car de nouveaux venus sont arrivés dans le quartier, dans la résidence même de Verte et de Pome… et la fille, Mauve, est inscrite au collège ! Harcelée, Pome n’arrive pas à se défendre et c’est elle l’accusée… Comment fait Mauve ? Est-elle capable de manipuler l’esprit de ses camarades ?

Et quand le Mal débarquait, c’était d’abord à nous qu’il s’en prenait. Nous étions les premières à payer la note. Nous, les sorcières.

Et elles vont devoir s’unir, dans le plus des secrets pour essayer de contrer les forces maléfiques … et ce ne sera pas une mince affaire !

A travers un roman fantastique pour la jeunesse, mettant en scène des sorcières, l’auteur arrive à distiller quelques thèmes universels comme la tolérance et le droit à la différence, le pouvoir des foules et le danger de la manipulation, le harcèlement scolaire, mais aussi l’amour et l’amitié, la famille recomposée ou monoparentale. Bref, c’est plus riche qu’on ne pourrait le penser au premier abord, et les personnages, attachants et très variés ne gâchent pas le plaisir !

La construction est la même que pour les précédents tomes : chaque personnage prend la parole le temps d’un chapitre pour raconter les événements de son point de vue. La fin d’un récit devient le début de l’autre avec quelques pages de transition bien ficelée. A prendre en compte pour la lecture des plus jeunes qui peuvent être déboussolés par cette construction s’ils ne la comprennent pas au départ.

Un immense merci aux éditions de l’Ecole des Loisirs, qui a accepté, très spontanément et amicalement de compléter notre trilogie avec ce dernier tome de la série, tant attendu par une petite fan, lectrice de 6ème !

Susan Hopper, 2. Les forces fantômes, de Anne Plichota et Cendrine Wolf

Quand un esprit frappe à ma porte…

Susan Hopper, tome 2 : Les esprits du bois dormant par WolfDans le tome 1, nous avions laissé Susan et Eliot dans une position bien inconfortable : Eliot est entre la vie et la mort. Grâce au bracelet laissé par la maman de Susan depuis le pays des morts, il peut faire semblant de vivre, mais son vrai corps a été déposé chez son grand-père qui les soutient dans leurs mésaventures… Vont-ils encore pouvoir faire longtemps illusion ? Et que cherchent exactement Daniel et Morris, les deux fantômes installés dans la maison voisine et qui font tout pour sympathiser avec Helen, la mère d’Eliot… Les esprits maléfiques sont partout et le danger rôde, de plus en plus présent.

J’avais refermé le premier tome assez enchantée par ma lecture et avais hâte que l’été arrive pour me lancer dans la lecture du second tome… Hélas, l’intrigue peine à démarrer et il faut attendre une bonne centaine de pages et l’entrée des deux adolescents au lycée pour voir l’histoire retrouver son rythme de croisière. A partir de là, on est à nouveau embarqué dans cette histoire de malédiction, de fantômes, même si j’ai peine à trouver crédible l’implication du père de Susan dans le côté obscur de la force au point de vouloir l’anéantissement de sa fille pour assouvir la vengeance d’une sorcière… Mais ça doit être mon côté mère-poule ! Bref, un tome qui clôt cette aventure,  et qui apporte les dernières révélations… A mon avis,  en un seul tome, l’histoire aurait gagné en dynamisme, mais la fin devrait satisfaire les lecteurs !

Enregistrer

Susan Hopper, tome 1 : Le parfum perdu, de Anne Plichota et Cendrine Wolf

Malédiction

Susan Hopper, tome 1 : Le parfum perdu par WolfSusan a perdu ses parents tragiquement à l’âge de 3 ans. Voilà 12 ans qu’elle vit à l’orphelinat, allant de familles d’accueil en familles d’accueil sans jamais être adoptée…Ses réactions violentes et son étrange personnalité ont tendance à effrayer. En fait,  Susan refuse d’être choisie par une famille… Elle veut que ce soit l’inverse. Et pour cela,  elle attend  le bon parfum. Alors, quand elle le reconnaît sur Mme Hopper, elle fera tout pour aller s’installer dans le manoir écossais de Tornshill au sein de cette famille. Elle sympathisera vite avec Elliot, un enfant-lune de son âge qui vit sous une combinaison et derrière des lunettes pour se protéger des rayons du soleil qui lui seraient fatals. Doucement, elle va commencer à réapprendre à vivre, sous le regard bienveillant de Mme Hopper et son mari… Pourtant, une nuit, un rêve terrible vient la hanter… Elle se retrouve en compagnie d’Elliot et de son grand-père dans un cimetière où les morts prennent vie. Mais est-ce vraiment un rêve ? La malédiction qui semble peser sur elle depuis sa naissance n’est elle pas en train de se réaliser ?

Après le succès, jamais démenti par mes élèves, des séries Oksa Pollock et Tugdual, revoici notre duo d’auteures qui nous embarque dans une nouvelle aventure.  Il s’agit là encore d’une série fantastique mais pas du tout dans la même lignée… Et moi, j’ai préféré ! Malédiction, morts-vivants, cimetière, monde parallèle, manoir en Ecosse, sorcellerie et fantômes, tous les ingrédients d’un surnaturel sombre et oppressant sont là. Les personnages des deux adolescents sont touchants de manière très différente. Elliot, du fait de sa maladie, est un jeune garçon solitaire, étrange et comme étranger au monde ; Susan l’orpheline, elle, a un caractère très dur, est manipulatrice, et s’est forgé une carapace que seuls Elliot et sa famille semblent pouvoir briser. Son personnage complexe évolue tout au long de l’histoire d’une manière très attachante. Les autres personnages aussi se révèlent au fur et à mesure et font de cette histoire un roman vraiment bien abouti : Helen Hopper, la mère froide, inabordable qui semble incapable de dévoiler ses sentiments, le grand-père, vieillard loufoque, la chienne totalement fofolle, le père, plus discret.

Malgré peut-être quelques toutes petites longueurs (les élèves me le diront), on se laisse totalement happé par cette histoire très prenante ! Si vous commencez le prologue, des plus accrocheurs, vous aurez du mal à quitter le livre. J’ai vraiment hâte d’avoir le temps de lire le tome 2, gentiment offert par les éditions XO avec le premier ! Heureusement, car on aurait vraiment été frustré, la fin du tome 1 ouvrant tous les possibles !

Tragique, noir, sanglant et captivant, une histoire originale et réussie.

Le tome 1 a déjà trouvé des adeptes et une liste d’attente de prêts a commencé au CDI ! C’est bon signe !!!

Le renard de Morlange, d’Alain Surget

Nuits de pleine lune

Moyen Age. Le seigneur Renaud de Morlange est un seigneur cruel. Un jour, alors qu’il se promène en forêt, il rencontre un vieil ermite qui le menace d’être transformé en renard les soirs de pleine lune, tout en gardant son esprit humain, s’il refuse de faire pénitence et de faire le Bien autour de lui. Cette malédiction va avoir lieu et le rendre vulnérable face aux dangers de la forêt. Va-t-il réussir à changer ? Cette histoire serait une adaptation du lai de Bisclaveret de Marie de France. Il est vrai que le loup-garou est ici transformé en « renard-garou » et que notre seigneur n’a rien de bon, contrairement au récit original. D’ailleurs, cette méchanceté du personnage principal fait que l’on n’arrive jamais à réellement avoir pitié de son sort ni peur pour sa vie… La rédemption finale est-elle plausible ? A-t-on envie d’une fin heureuse, rien n’est moins sûr ! Et je ne vous dirais pas comment cela se termine ! Dans ce livre, on découvre des facettes de la vie médiévale, les élèves s’initient sans difficulté aux joies de la lecture de romans fantastiques. Et ces histoires de pleine lune continuent à fasciner petits et grands, non ?