Le buveur d’encre, d’Eric Sanvoisin

Le père d’Odilon est libraire. Il adore les livres, ce qui paraît quelque chose de bien incompréhensible à Odilon… qui, lui, n’aime pas les livres. Durant les grandes vacances, il va néanmoins aider son papa à la librairie, mais il n’a pas le droit de toucher à quoi que ce soit… Alors, il observe les clients, ceux qui n’arrivent pas à se décider, ceux qui prennent au hasard… et même les pickpockets. Un jour, un nouveau client débarque dans la boutique… Il a l’air étrange, il ressemble un peu à un fantôme avec son teint gris et sa drôle de façon de flotter dans les airs. Tout à coup, il sort une paille et aspire les pages d’un livre comme s’il le buvait. Se sentant repéré par Odilon, il sort rapidement… Odilon, ayant remarqué que le texte du livre avait disparu,  décide de le suivre…. Où cette aventure va-t-elle le mener ? Est-il en danger ?

Le buveur d’encre ou une façon détournée de dire au lecteur que lorsqu’on a pris goût à la lecture on ne peut plus s’en passer ! Une très belle image pour un texte facile à lire, qui utlise toutes les ficelles du roman à suspens : une sorte de vampire, une filature, un cimetière, le danger…  On ne décroche de sa lecture une fois qu’on l’a bu jusqu’à la dernière goutte !

Le plus étonnant, c’était que le goût  changeait suivant les mots et les passages du texte. Je ne buais pas de l’encr, mais de l’aventure ! Je ne lisais pas ce qui arrivait, je le vivais…

A lire dès le CE1.

Une collection Premières lectures adaptée pour les enfants dyslexique et ceux qui ont du mal à entrer dans la lecture, utilisant le label Dyscool : une police de caractères adaptée, une mise en page très lisible avec un système de couleur pour repérer les difficultés de lecture ou les personnages, un texte adapté par l’auteur lui-même afin de rendre certains passages plus faciles à comprendre.

Correspondant mystère

4-de-coeurQuatre de coeur, de  Yaël Hassan et Mat7ieu Radenac

Henry est un jeune garçon, plutôt solitaire, il aime passer ses journées dans la librairie de Madeleine. Il faut dire que ses parents sont de grands reporters et sont donc absents une grande partie du temps ! Il a donc été élevé parmi les livres et les aime autant que les gens. Comme chaque jour, le facteur Désiré apporte le courrier. Depuis quelques temps, des lettres d’avocat emplissent le comptoir de Madeleine (la librairie rencontre des difficultés) mais heureusement des cartes postales anonymes lui redonnent le sourire. Un jour, une jolie fillette de l’âge d’Henry fait son apparition et va bouleverser leur petit quotidien…

Ce joli petit roman parle d’amitié, de mystères, d’amour, de l’attachement intergénérationnel… Il m’a beaucoup plu et il plaira à un large public ! Il est très facile à lire, entre autre de part ses courts chapitres et sa grosse écriture. L’histoire est simple, les personnages attachants, des petits rebondissements font son charme ! Le lieu de la librairie est magique et on l’imagine facilement avec ses vieux bouquins. On y trouve de belles citations de romans au travers des cartes postales. Je conseille ce livre qui est accessible à tous !

Enregistrer

Enregistrer