Léonard de Vinci, un drôle d’oiseau, de Mano Gentil

Léonard de vinciUne autobiographie fictive, écrite à la première personne, où le narrateur serait Léonard de Vinci âgé de 63 ans.

Né le 15 avril 1452, enfant illégitime à qui l’on a donné une formation d’artisan, Léonard de Vinci a très vite été remarqué par ses dons exceptionnels.

Souvent mes maîtres m’ont dit que j’avais ce je ne sais quoi qui me laissait à part des autres élèves, qui m’élèverait ou me ferait tomber. En cela, ils disaient vrai. Je suis passé tout au long de ma vie par des hauts et des bas que je vous conterai plus loin, si vous prenez le temps d’écouter l’histoire de ma vie.

Alors, écoutons ce parcours extraordinaire d’un homme hors du commun, génie universel de la Renaissance, qui fut à la fois peintre, architecte, ingénieur, musicien, etc., mais dont le parcours ne fut pas tracé en ligne droite. Car le plus grand défaut de Léonard de Vinci était qu’il avait du mal à finir ce qu’il commençait… probablement parce que son cerveau allait trop vite ! Passionné par tout, perfectionniste,  il ne pouvait s’arrêter à une chose, malgré la pression et les attentes des mécènes et des clients… quitte à décevoir !

-Ton plus gros défaut est ta fainéantise ! Tu commences tout et tu ne finis rien. Mais peut-être me diras-tu qu’il ne s’agit pas de flemme, mais plutôt de ne pas finir pour ne jamais toucher à la perfection. – Le perfection n’existe pas ! […]Toute ta vie, tu vas osciller entre le travail et l’oisiveté. En cela, tu es un vrai fainéant ! Tu commences avec beaucoup d’enthousiasme, et tu laisses tomber pour vite t’intéresser à autre chose…

Une biographie intéressante qui, en prenant le parti pris de la première personne, nous rendent Léonard de Vinci proche de nous. Ses faiblesses ne nous sont pas caché, ni sa situation familiale atypique et moderne ou sa rivalité envers Miche-Ange, ce qui nous le rend très humain. 

A la fin de l’ouvrage, un petit lexique et un dossier très intéressant complètent le récit : biographie de Léonard de Vinci, mais également reproduction de tableaux et de croquis, des informations sur les découvertes scientifiques et techniques de l’époque (astronomie avec Copernic et Galilée, médecine, imprimerie avec Gutenberg, etc), sur les idées qui circulent, mais aussi quelques faits historiques. 

Les enquêtes de Ninon et Paul : le secret de Chambord, de Chantal Cahour

Ninon et Paul partent avec leurs parents visiter le château de Chambord. Un souvenir inoubliable de petite fille pour la maman qui rêve de partager l’émerveillement qu’elle avait vécu avec ses propres enfants. Au moment de prendre les billets pour la visite guidée, un orage éclate et une coupure d’électricité survient… les deux derniers tickets qui sortent de la machine semblent alors différents. Qu’à cela ne tienne, la visite commence et bientôt, l’ascension de l’escalier monumental à double révolution les transporte…. vers un autre temps. Ninon et Paul se retrouvent en 1534, sous le règne de François Ier en visite justement au château. C’est le début d’une incroyable aventure pour Ninon et Paul qui vont faire la connaissance de Marco, un jeune serviteur de 10 ans qui vient de se faire voler des plans de Léonard de Vinci dans un coffre chez son père… Il faut absolument mener vite l’enquête et découvrir le coupable avant que le méfait soit révélé au grand jour !

Un récit sans temps mort pour découvrir les coulisses du plus grand des châteaux de la Loire… que personnellement je viens de revisiter avec mes propres enfants et pour notre plus grand plaisir il y  a à peine quelques mois ! En profiter bien évidemment pour pousser jusqu’au Clos Lucé à Amboise pour découvrir l’univers de Léonard de Vinci.

Un petit quiz en fin d’ouvrage revient sur quelques notions clés… et la recette  des pommes à la cannelle  de la table royale de Chambord nous met en appétit.

100 % bio, Léonardo : la vie géniale (et super drôle) du grand Léonard de Vinci, de Cécile Alix

Génialissimo Léonardo !

Vous avez tous déjà entendu parler de Léonard de Vinci, j’espère ? Ce génie italien du XVème siècle qui était tout à la fois peintre, sculpteur, ingénieur, architecte, inventeur,  exceptionnel dans tous les domaines ? S’il avait fait tout ça en vingt vies, cela aurait déjà été incroyable, mais en quelques décennies … Si vous souhaitez mieux le connaître, ou le découvrir, n’hésitez pas à ouvrir ce roman. Mélissa, notre narratrice a créé une chaîne You tube 100 % bio(graphie)  pour parler de cet  homme illsutre de la Renaissance, que lui a fait découvrir, un peu par hasard, Clotaire, le bibliothécaire. Elle qui adore dessiner des plans, fabriquer des objets insolites (elle est sur le projet d’un pédalobrouteur (le vélo tondeuse de pelouse)… alors, vous pensez bien, Léonard de Vinci, c’est son idole et son enthousiasme va être vraiment contagieux. en quittant ce livre, on l’adore tout simplement, avec ses qualités et se défauts ! Un livre drôle, ludique, très bien documenté (j’ai pas tout vérifié, mais je pense qu’il est parfaitement fiable !) aux illustrations en noir et blanc vivantes et sympathiques. Een refermant ce livre, on a qu’une hâte… Avoir un week-end prolongé pour partir en famille  au château du Clos Lucé, près d’Amboise, dédié à Léonard de Vinci et dans lequel on trouve, entre autrse, des maquettes de ses inventions. Un bonus sur le site de l’éditeur Poulples fictions permet de compléter nos informations par des vidéos et autres infos diverses. Un petit coup de coeur, je me suis régalée à lire cette biographie qui est tout sauf austère, on apprend plein de choses sans s’en rendre compte !

Et un immense merci à Cécile Alix pour nous avoir dédicacé le livre ! J’ai hâte de découvrir d’autres titres de cet auteur.

Un nouvel éditeur à ne pas hésiter à acheter pour les CDI, les romans édités ont tous beaucoup de succès ici.

Mortelle Venise, de Michel Honaker

Meurtre à l’italienne mortelle venise image.jpg

Venise 1536, au temps des guerres de pouvoir. Un crime est commis au pied du Palais des loges. Le célèbre embaumeur Marcello Benvolio est retrouvé mort. Puis c’est au tour de son assistant Abelardo. Tout semble laisser croire qu’une créature diabolique est responsable de ces mystérieux assassinats qui hantent les canaux de Venise. C’est le chevalier Ardani, en exil depuis quelques années, qui sera chargé de l’enquête. Homme provocateur, malin, il rencontrera beaucoup d’obstacles. Mais remarquablement secondé par son page Piccolmano, il va devoir faire preuve de beaucoup d’audaces pour parvenir à démêler cette sombre histoire.

Mais quel est le mystère qui entoure la mort de Benvolio ? Qui avait intérêt à le voir disparaître ?

Joli petit roman à la fois policier et fantastique emmené par un duo attachant. D’un côté Ardani, homme intelligent fan des sciences criminelles, fou de peinture en particulier de Léonard de Vinci et de l’autre Piccolmano, peureux mais qui a le verbe facile. Le héros est un fervent défenseur de la justice. D’ailleurs, son retour à Venise sera aussi pour lui l’occasion de faire la lumière sur une affaire de vol dont son père fut accusé. Il a un caractère bien trempé, il est courageux mais tourmenté.

Le roman commence par un meurtre qui va déclencher l’enquête. Tout s’enchaîne rapidement. Pas de temps mort !

Un récit dynamique, plein d’humour, rythmé où se mêlent complots et attaques. Le style épuré de l’auteur nous entraîne brillamment dans l’époque des capes et des épées avec des références historiques et géographiques très soignées. On sent que Venise tient une place importante dans le récit avec ses sombres ruelles et ses îles mystérieuses. Venise est une grande dame énigmatique pleine de surprise.

Le lecteur en prend plein la vue et passe un moment de pur bonheur.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer