A fond les manettes, de Gép et Edith Chambon

Les dévoreurs de livres d’arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

A fond les manettesA l’école, Elodie rêve du prince charmant ! Lorsqu’elle rencontre Adrien,elle est séduite, sauf que lui, adore les jeux vidéos contrairementà elle. Elle se sent un peu seule ; mais sa copine Sonia, qui adore aussi les jeux vidéos,  lui conseille de s’y mettre pour lui plaire ! Est-ce qu’Elodie va vraiment réussir à séduire Adrien. et Adrien, quant à lui,  va-t-il redescendre un peu sur terre,  décrocher des jeux vidéos et  se préoccuper de son « couple »  ?

Mon avis :

Ce livre est très bien ! Il n’est pas très long, et j’ai beaucoup aimé le style des illustrations. J’aime bien aussi les histoires d’amour, donc le sujet me convient parfaitement … Je recommande vivement ce livre à tout le monde … surtout pour ceux qui ont tendance à jouer un peu trop aux jeux vidéos pour leur rappeler de ne pas risquer de passer à côté de la vraie vie !

Lenny, 12 ans – 5ème, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

 

Last descendants, 2. La tombe de Khan, de Matthew J. Kirby

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Départ sur les chapeaux de roues pour ce nouveau tome ! Nous démarrons notre lecture plongés dans une guerre entre la dynastie des Khan de Mongolie et les Song de Chine. Après avoir été sortie de cette simulation, Natalya retrouva Sean, Grace et David dans le salon de l’Aerie, un complexe templier. Après leur capture par ces derniers dans la base de Monroe, ils ont accepté de travailler pour eux contre rémunération. Ce compromis va beaucoup plaire à Sean qui est, comme on le sait, handicapé des jambes. Cependant, Javier et Owen avaient réussi à s’enfuir lors de l’attaque de templiers et ils étaient partis avec les assassins. Les deux parties en guerre, les Templiers et les Assassins se disputent à présent un même objectif : capturer un morceau d’eden mais pour une raison opposée : les premiers dans le but de supprimer le libre arbitre des gens pour arrêter les guerres et dominer le modne, et les seconds dans le but de les en empêcher et de préserver le libre arbitre. Les six adolescents devront très bientôt choisir leur camp, mais  existe-t-il une trosième solution ?

Ce nouveau volet est époustouflant et vient enchérir l’univers passionnant d’Assassin’s creed. Etant un grand fan de la série, ce second tome de l’histoire des adolescents m’a cloué au sol. Sûrement un de mes livres préférés de part son élaboration, son intrigue et son histoire. On comprend tout de suite les choix des héros et pourquoi ils ont fait cela et pas autre chose comme avec Sean par exemple, ou Owen .
Comme pour Strom, j’ai très hâte que la suite sorte ! Je n’y vois pas beaucoup de défauts sinon qu’il est un peu trop court ! Les personnages et les mentalités évoluent, que ce soit du côté des protagonistes comme des antagonistes mais ils restent tous fidèles à leur psychologie depuis le premier volume. Peut-être que ce bouquin sera difficile à comprendre pour ceux qui ne connaissent pas, ou mal, l’histoire de Assassin’s creed et des précurseurs. Pour finir, je conseille très vivement ce livre mais lisez le tome 1 avant celui-là. A quand la sortie en France du tome 3 ? J’ai hâte…

Aymeric, 4ème – 13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

24 heures sans jeu vidéo, de Sophie Rigal-Goulard

Entrez dans le monde virtuel …

Après avoir lu Dix jours sans écrans, je m’attendais au même genre d’histoire, peut-être un challenge familial pour obliger les enfants à décrocher des jeux vidéos… Que nenni ! Notre chère auteur, Sophie Rigal-Goulard, a su se renouveler et nous emmener dans une histoire totalement différente… Et ceux qui ont adoré Dix jours sans écrans n’accrocheront peut-être pas de la même façon à ce titre, et inversement ! Car ici, il ne s’agit pas du tout d’un récit de vie à l’école, avec les amitiés, les jalousies, les clans, mais une histoire qui vire vers le fantastique… Vous voulez en savoir plus ?

Et bien, nous avons Terence, un ado accro aux jeux vidéo, et sa petite soeur, Blanche, élève de 6ème qui compte bien amadouer son frère pour pouvoir se rendre à la soirée des 3ème avec sa copine. Alors, elle fait des recherches sur le jeu préféré de son frère Dark City Game, une cité où il faut atteindre le dôme, après un parcours semé d’embûches et de dangers, et éliminer le maître des lieux, Moon. Blanche cherche des trucs postés sur internet pour aider son frère à passer les étapes difficiles et ainsi lui permettre de gagner la partie grâce à elle… En remerciement, ne pourra-t-il pas faire en sorte qu’elle se rende à cette soirée  ?!?

Mais quand elle le rejoint dans sa chambre, elle découvre que le siège de l’ordinateur est vide, ce n’est pas possible ! Terence n’en décolle jamais…. Où peut-il être ?  Et c’est qui ce personnage dans le jeu qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau ?

Novice en « jeux débiles », Blanche va devoir s’entourer de vrais gamers, créer des avatars (quoi, de la force ou de l’esprit seront le plus adéquat dans cette situation ?). Même les parents redoublent d’effort pour tenter de trouver une solution et gagner la partie…

Un peu d’amour, beaucoup d’amitié, de la solidarité, les liens familiaux  (des thèmes chers à l’auteur qu’elle a très bien réussi à caser dans cette histoire de jeu vidéo violent) et surtout une bonne dose d’heures aux manettes !

Avec une fin totalement décalée, on finit par se demander quelle force de persuasion émane de ces jeux vidéos pour faire autant d’accro ! Le fantastique (dans le sens littéraire du terme et non pas dans le sens « génial », hein !) n’est-il pas là ?

Le dernier hiver, de Samwise Didier


le-dernier-hiver-world-of-warcraft-404-editions

Sauver Mistgard…

La déesse Sprign est morte, laissant sur son île le peuple Pandyr orphelin et divisé en huit clans ennemis. Lorsqu’une terrible menace pèse sur celui-ci, le temps de s’allier est venu. Cela suffira-t-il à sauver les habitants de Mistgard ?

Dès la couverture, le livre se présente comme une quête épique accessible à tous. Parfois plus proche du conte que du roman, le récit nous emmène à suivre les pérégrinations du peuple Pantyr, parent des Pandarens, menant bataille pour sa survie, une quête à la fois épique et touchante où nous serons emmené à découvrir toute une partie d’un vaste univers. Très joliment illustré, comportant un vocabulaire accessible à tous, une présentation aérée en partie grâce à un découpage en courts chapitres, cet ouvrage se veut clairement facile à aborder pour les plus jeunes. Il faut néanmoins noter que la fiction se déroule en Azeroth, dans l’univers de Wacraft, et que cette histoire n’est ni plus ni moins qu’une (très bonne) porte d’entrée vers les jeux-vidéos de la saga à destination d’un public préadolescent, aucun prérequis n’est donc nécessaire pour profiter pleinement de ce récit. Il est important de saluer le travail de l’éditeur sur cet ouvrage qui a tenu à en faire un objet à part entière, qui sera agréable d’ouvrir pour en regarder les illustrations et détails.

153913199-main

Ezaah, Draeneï prêtresse de l’Ombre au niveau 100.

Warcraft, kézako?

C’est à la base un jeu-vidéo développé à la fin des années 90 dont découle plusieurs suites. L’histoire prend place dans un monde médiéval-fantastique, on y incarne les héros de différents peuples ayant chacun leurs propres objectifs, dirigeants des armées dont les batailles feront progresser le scénario. La saga s’imposera vite comme la référence des jeux de Stratégies en Temps Réel (RTS). En Novembre 2004, Blizzard, l’éditeur de Warcraft, souhaite proposer une nouvelle expérience de jeu : incarner un modeste inconnu qui deviendra un champion en Azeroth sous les bannières de la Horde ou de l’Alliance, un MMORPG nommé World of Warcraft. L’opus, considéré comme le 4ème de la saga Warcraft, deviendra vite le mastodonte du marché des jeux en lignes et aura un succès phénomènale jusqu’en 2012. Encore peuplé de millions de joueurs, WoW propose toujours plus de contenus à travers des extensions payantes sortant tous les 2 à 3 ans. Le modèle économique du jeu est classique : une version d’essai gratuite est disponible, jouable jusqu’au niveau 20. Pour accéder à tout le contenu il est nécessaire d’acheter une licence dans laquelle est inclus un mois de jeu, il faut ensuite payer un abonnnement de 13€ les mois où l’on souhaite jouer. WoW reste un classique par lequel la plupart des joueurs passent mais il est coûteux (14,99€ la licence + 12.99/mois à l’heure où j’écris ces lignes), il est donc nécessaire de bien mesurer la fréquence et durée de jeu des joueurs les plus jeunes.

140784303-main

Xiafey, Pandaren chaman élémentaire de niveau 60.

114366676-main

Daozong, Pandaren moine tisse-brume de niveau 100.

Rocky et Cie, à chaque souci du quotidien, sa solution !

Rocky et Cie, une série de bande dessinée jeunesse au format poche, de Stephan Valentin et Jean-Claude Gibert, pour parler aux enfants de tous leurs tracas ou angoisses du quotidien,

Rocky et la sécurité routière

Lorsque deux policiers se présentent dans la cour de l’école, les élèves se demandent bien ce qu’il se passe… La réponse ? Ils sont venu leur apprendre les règles de sécurité routière. S’ils réussissent le test après la formation, ils obtiendront  le permis  « or »  de la sécurité routière. Anecdotes, petites scènes de la vie quotidienne, questions vont ponctuer cett epetite histoire de la vie de tous les jours; Car la rue est un lieu rempli de danger et, même si Arthur est persuadé de tout savoir, il va vite se rendre compte que ce ‘nest pas vraiment le cas ! L’histoire est complétée de nombreux petits tests que le lecteur peut remplir. Une façon d’apprendre de manière ludique !

Votez Mia !

A chaque élection des délégués de classe, ce sont toujours les mêmes élèves qui sont élus : Lola, parce qu’elle est considérée comme la plus belle, et Victor parce qu’il est le meilleur en math… Pourtant, Mia a plein d’idée et prendrait à coeur cette responsabilité… Mais elle n’est pas très populaire dans la classe et ne pense pas avoir ses chances. Avec l’aide de sa bande d’amis, elle va néanmoins tenter l’expérience !

Un moyen efficace de parler des élections aux enfants et de l’importance du vote dans notre démocratie.

Arthur est amoureux

Un jour d’orage, où notre petite bande d’amis s’est abrité dans une grotte, ils font la connaissance de Laura. La rencontre est brève mais chamboule complètement notre jeune Arthur. Laura a perdu son bracelet et Arthur va tout faire pour retrouver cette inconnue et le lui rendre… Un premier amour qui le remplit d’émotion… mais comment trouver des mots sur ce sentiment jusqu’alors inconnu de lui ?

La reine, c’est moi !

Rosalie est vraiment la reine à la maison. Tout ce qu’elle désire, ses parents le lui cèdent ! Ils n’ont d’ailleurs pas trop le choix, car sinon, Rosalie fait des caprices… Pas le choix, vraiment ? Alors que Rosalie commence à avoir une mauvaise influence sur la bande, les parents vont s’en mêler… Car faire respecter des limites, ce n’est pas vouloir du mal à son enfant, mais lui apprendre les règles de base du « vivre ensemble » et du respect de l’autre.

Enzo adore les jeux vidéo

Avec ses quelques kilos en trop, Enzo n’est pas très bon en sport… Qu’à cela ne tienne ! Sa petite bande de copains va lui proposer de s’entraîner avec lui en dehors de l’école… Mais Enzo va vite abandonner, car, lui, ce qu’il aime, ce sont les jeux video. Pourtant, ses parents refusent de lui céder : il n’aura pas de console… Jusqu’au jour où sa mamie intercède en sa faveur et lui offre une tablette. Mais même si son usage est au départ limité à 30 minutes par jour et uniquement des jeux éducatifs, Enzo va tomber dans l’engrenage et devenir très vite addict… Son comportement devient si inquiétant que ses amis décident d’agir…

A travers le personnage du chien, Rocky, qui suit la bande de copains dans tous les tomes, cette série aborde les grand thèmes de l’enfance et de l’adolescence  : l’amour, la citoyenneté, l’amitié, l’éducation, le « vivre ensemble », etc. Rocky est un peu notre héros, -ou le point de vue extérieur du lecteur  (?) – qui accompagne la petite bande d’enfants. Ceux-ci sont de vrais amis avec chacun un profil différent qui permet au lecteur de s’identifier : Enzo le rondouillard , Arthur, métisse pas très travailleur, maître de Rocky,  Mia, asiatique et excellente élève, toujours pleine de conseils (« l’intello de la bande » comme on dirait !) , Rosalie, une fille de bonne famille qui aime être le centre d’intérêt.  A la fin de chaque tome, trois pages de conseils sous forme de blog avec un dessin illustrant la question soulevée. Les illustrations sont très simples et colorées, les personnages sympathiques et le propos très facile à comprendre sans être moralisateur, tout cela  pour plaire aux jeunes lecteurs.

Ces ouvrages permettent également une piste de dialogue entre les enfants et les parents, un peu à la manière de la série « Max et Lili ». Ils ont vraiment leur place dans tous les CDI de collège, mais également dans les écoles.

Cette collection, dont nous avons aujourd’hui présenté 5 titres en possède 3 autres : Rosalie veut un lapin, Vive la liberté, l’anniversaire d’Enzo. L’auteur, Stephan Valentin est docteur en psychologie, spécialiste de l’enfant.

A lire dès le CE1

Enregistrer

Enregistrer

Frigiel et Fluffy : le retour de l’Ender Dragon, tome 1, de Frigiel et Nicolas Digard

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Frigiel et Fluffy : le retour de l’Ender Dragon,  tome 1, de Frigiel et Nicolas Digard

Frigiel et Fluffy - Frigiel et Fluffy, T1Frigiel, est un Youtuber français qui réalise des vidéos depuis plusieurs années sur Minecraft.

Illustrations de Thomas Frick.
Date de sortie : 27 octobre 2016.
Pages : 300
A partir de 9 ans et +
Edition : Slalom
GENRE LITTÉRAIRE : aventure

L’HISTOIRE :
Alors ce n’est pas une aventure cubique comme on pourrait le  croire !!

Frigiel se voit remettre un coffre par son grand-père lors d’une attaque d’un dragon mais il ne sait pas ce qu’il contient. Et il a l’interdiction de l’ouvrir. Son grand-père disparaît… Frigiel devra parcourir le monde pour le remettre à un certain Valmar, dans la ville de Puaba qui n’est pas toute proche de là où il vit notre petit Frigiel. Sa route va être semée d’embûches. Heureusement qu’il a Fluffy avec lui, un petit chien intelligent.

CRITIQUE DU LIVRE :

L’histoire est sympathique.
Je joue aux jeux vidéo depuis bien plus longtemps que je ne lis des livres mais alors franchement entre la communauté du jeu vidéo et celle des livres, il y a un gouffre spectaculaire ! Même si vous ne connaissez pas trop ou pas du tout le monde du jeu vidéo ce n’est pas un problème pour lire et comprendre : tous les mots tirés du jeu sont expliqués en notes de bas de page. Les explications sont d’ailleurs bien drôles.
On remarque aussi beaucoup de descriptions ( lieux , scènes ….) qui stimulent l’imagination.
L’univers de Minecraft est parfaitement retranscrit.  La fin du tome est terrible parce qu’elle se coupe d’une façon brutale. On est en plein dans une action de folie et c’est la fin ! Il faudra lire les tomes suivants  !
N’hésitez pas à télécharger la map ( lien en fin de livre)

ILLUSTRATIONS 
Un titre en brillant, une carte du monde en couleurs, des illustrations en noir et blanc et une partie des personnages en couleurs sur le rabat de fin. Une écriture lisible car en gros caractère et simple.

Axel, 5ème – 12 ans, un dévoreur de livres d’Arsène

Des compléments d’informations par notre chroniqueur L.

Minecraft, c’est toute une histoire, tout un concept. La première version sort au bout d’une semaine seulement de développement, le 17 mai 2009, c’est alors le début du succès. La version finale sortira finalement le 18 novembre 2011, alors que plusieurs millions d’exemplaires sont déjà écoulés. Le succès est tel que, finalement, en Septembre 2014, Microsoft fini par racheter Mojang, la maison mère du jeu. Alors certes, ça a l’air d’être quelque chose, mais quoi exactement ?

Une sandbox. En effet, dans Minecraft le monde est généré de manière procédurale c’est ensuite au joueur de créer l’architecture & la civilisation du monde en question. Pour cela, deux choix principaux cohabitent: le mode création, qui permet d’avoir accès à toutes les ressources directement ainsi que tous les assemblages (« crafts »). Ce mode permet principalement de préparer des cartes pour le mode survie. Ce dernier donne accès à seulement quelques ressources, il faudra travailler pour s’accaparer les autres, en plus de tout cela il faudra se méfier des animaux et autres bestioles qui tenteront de s’en prendre à vous ou vos constructions.

L’intérêt des constructions c’est également une matière appelée « redstone » qui permet de créer des mécanismes par circuits logiques à des niveaux de très simples à très compliqués. Vous retrouverez quelques exemples ci-dessous avec des farces ayant pour but d’enquiquiner les joueurs.

En plus de tout ça, le jeu est le centre de diverses rumeurs, telle qu’Herobrine, un personnage qui apparaîtrait aléatoirement pour gêner les joueurs. Vous trouverez plus d’infos sur cette légende ici. Je vous laisse découvrir toutes les autres…

Enfin, pour vous permettre de découvrir le jeu et vous rendre compte de ses possibilités en multijoueur, je vous propose quelques serveurs originaux :

  • Nation’s Glory, un ensemble de serveurs où vous pouvez rejoindre ou créer un pays. Le tout reposant sur une économie créée par les joueurs. Intéressera sûrement nos lecteurs les plus âgés.
  • One Piece Minecraft, un serveur ayant pour but de reproduire le monde de One Piece. Plaira sûrement à tous les grands fans du mangas !
  • Minefrench, un serveur semi-RP, soit à moitié Jeu de Rôle pour les anglophobes. Vous y découvrirez les joies de la magie et d’un système d’aventures.

Je remercie Mr_Panday et bigT pour leurs conseils.

Et l’avis de Mu, lectrice totalement inculte dans cet univers et ne jouant à aucun jeu vidéo… :

Frigiel est un orphelin élevé par son grand-père. Lors d’une fête de village, un énorme dragon apparaît, semant la panique chez les villageois. Frigiel et son grand-père se réfugient dans un souterrain secret où ce dernier remet à Frigiel un coffre. La consigne : ne pas l’ouvrir et la remettre à un certain Valmar, à Puaba. Puis, le grand-père sort, bien décidé à affronter le dragon. Frigiel part sur les routes sans se douter que le coffre attire la convoitise et lui attirera bien des aventures !

Je ne connais absolument pas les jeux video et ce livre, en cela, était finalement très intéressant pour moi. Grâce au livre, on entre dans un univers inconnu, fait de constructions et de personnages cubiques. Dragons et autres personnages étranges peuplent cet univers (endermen, squelettes, zombies, etc) mais tous les termes inconnus sont bien expliqués et cela ne gêne en rien la lecture pour les non initiés ! Plein d’aventures, de batailles et de suspens, ce livre devrait ravir au plus haut point les fans du jeu Minecraft et des romans d’aventure de style héroïc fantasy. En tout cas, il a été mis en circulation au CDI avant même que j’ai le temps de l’équiper et la liste d’attente est déjà bien longue ! Cet ouvrage a même attiré des élèves de 3ème qui ne passaient plus très fréquemment ma porte et n’empruntaient plus !!! En tant que documentaliste, je suis donc ravie de posséder cet ouvrage et  je remercie donc vraiment notre nouveau partenaire, les éditions Slalom, pour leur confiance et leur soutien à notre projet !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sim survivor, de Loïc Le Borgne

simsurvivor_une-okLorsque le virtuel n’en est plus…

Sandro a 17 ans. Elevé dans l’opulence et la tranquillité du Second Cercle, il s’ennuie, décroche des cours, et finit par hanter les boîtes de nuit à la recherche de planants toujours plus forts. Seulement, lorsqu’il rencontre la belle Ambra, il ne se doute pas que ce qu’elle lui promet n’est ni plus ni moins que la participation forcée au populaire jeu Sim Survivor. Alors, quand en plus, il apprend que le jeu n’a rien de virtuel et que l’adolescente fait partie des rebelles qui souhaitent faire tomber le régime en place, le jeune homme se retrouve au pied du mur. Avec pour seule arme son sens des affaires, forcé de choisir un camp, Sandro va devoir affronter dragons, vampires, spectres et pire que tout : lui-même.

Si le synopsis peut dans un premier temps faire penser à Sword Art Online ou Log Horizon, ce livre est en fait un croisement entre Divergente et Hunger Games. C’est une véritable quête initiatique pleine de retournements de situations, qui est entreprise par le protagoniste et le poussera à devenir peu à peu lui-même à travers ses choix. Le jeu tel qu’il est présenté dans le livre avec tout ce qui l’entoure est une analogie intéressante de la télé-réalité et du monde des divertissements utilisés dans notre société. L’univers d’anticipation sera apprécié par les amateurs du genre, cependant, n’étant pas trop présent, il n’y a pas besoin d’apprécier le genre pour plonger dans ce livre, qui sera lu en quelques heures.

TL;DR:

  • Points forts:
    • des rebondissements qui forgent les personnages.
    • un univers intéressant.
    • un parallèle avec la télé-réalité qui peut emmener le lecteur à s’interroger sur le monde actuel et l’usage des médias.
  • Points faibles:
    • des dialogues assez inégaux.
    • les retranscriptions des pensées sont parfois surfaites.
    • dans la lignée d’Hunger Games & Divergente, donc final prévisible.

Enregistrer