Un monde horribilis, six courtes pièces d’humour noir, de Claude Broussouloux

Un monde obscur…monde.png

Claude Broussouloux nous présente six pièces à l’humour très noir où s’entremêlent des situations plus sombres les unes que les autres : un restaurant où la nourriture peut vous réserver des surprises, une opération chirurgicale qui tourne au vinaigre, une discussion mouvementée qui remet en cause la guerre de cent ans… Rien ni personne n’est préservé. Un humour cash qui nous tombe dessus et qui nous laisse pantois. Des chutes toujours aussi surprenantes, un style direct et qui nous charme toujours autant.

Contes pour enfants pas sages, de Jacques Prévert

Et si les animaux prenaient le pouvoir ?

jacques p.jpg

Contes pour enfants pas sages est un recueil de petites histoires d’animaux. Jacques Prévert met en scène des animaux qui n’ont pas peur de parler. Ils crient haut et fort pour dénoncer la cruauté du monde adulte et défendre les enfants. Chaque conte fait réfléchir et malgré un ton léger, le lecteur découvrira des sujets graves et sérieux comme l’esclavage, l’abandon des enfants, le racisme… Jacques Prévert attaque les hommes à travers la parole des bêtes. L’humour et la fantaisie restent néanmoins présent pour dresser le tableau d’un monde de folie, un monde pas sage du tout !

Tizombi, 1. Toujours affamé, de Cazenove et William

Gothique…

Tizombi - Tizombi, T1Un jour, la jeune Margotik fugue de chez elle et trouve refuge dans un cimetière. C’est là que vit Tizombi et toute sa bande de zombies. Leur occupation principale : dévorer tout ceux qui se présente à eux, en particulier les cadavres du cimetière ! Comment Margotik va-t-elle faire pour les dissuader de l’engloutir ? En proposant d’écrire un livre sur Tizombi, tout simplement… car Tizombi c’est le dernier zombie à être né zombie  !

Une bande dessinée des plus gothiques, à l’humour  noir, écrit sous forme de plusieurs petits sketchs même si l’histoire elle-même se suit.   Les scènes de cadavres dévorés sont des plus parlantes ! Sanglant et divertissant avec des personnages haut en couleur… A destination d’un public averti pour les dessins.

Pour les amateurs du genre !

 

 

Les contes : la vérité vraie !, de Gudule

Les contes de fées comme tu ne les liras jamais

Afficher l'image d'origineDans ce livre, tu découvriras des contes de fées revisités de manière assez loufoques. Tu vas vite te détacher des contes ordinaires. Suis Max Fox, le détective qui va t’éclairer sur de nombreux points très magiques. Ce livre est un mélange d’humour et de réalité puisqu’il te conduira à ne pas croire tout ce qu’on te raconte. Les illustrations sont bien plus laides que celles que tu as l’habitude de voir : un chaperon à deux têtes, une princesse aux pieds qui sentent horriblement mauvais …

Humour noir et décalé

Zombillénium, 3. Control Freaks, de Arthur de Pins

Descente aux enfers

Ce troisième opus noZombillenium-Tome-3-Control-Freaks-Zombillenium-626762-d256us révèle enfin la présence de Gretchen au sein du parc d’attractions Zombillénium. Sa propre mère serait prisonnière des enfers. La jeune sorcière veut donc renverser à tout prix Behemoth, chef et propriétaire des lieux mais aussi du parc, et pour cela elle compte sur notre cher démon Aurélien. Or, ce dernier n’est pas dans son assiette. Il souffre de Blues Post Mortem, phase normale après la découverte de son immortalité et qui dure entre 20 et 50 ans… Bref, il déprime. Et comme s’il n’était pas suffisamment perturbé, un consultant arrive, chargé de seconder Francis, le patron du parc. Envoyé par le big boss lui-même, il n’est pas seulement là pour accroître le chiffre d’affaire de la société mais aussi pour augmenter le nombre d’âmes englouties par le parc. Car ce lieu d’amusement envoie directement les âmes des défunts à Behemoth et ce dernier a faim.

Cette série est un des grands succès du CDI, sans cesse empruntée, et le tome 3 ne déroge pas à la règle avec son univers toujours aussi décalé et drôle. Il nous amène à découvrir les bas-fonds du parc, ses profondeurs et son fonctionnement réel. Il nous révèle aussi la logique financière des actionnaires qui veulent toujours plus de profits et sont prêts à tout pour cela : magouilles les plus sombres, pression sur les employés …. Finalement, cette bande dessinée humoristique n’est pas si loin de la vérité…. A consommer sans modération en attendant le tome 4 ! Et l’année 2016 nous réserverait une belle suprise pour les amateurs de la série : une adaptation au cinéma !

L’île du crâne, Anthony Horowitz

Humour noir à l’anglaise

 David Eliot, jeune garçon de 13 ans, vient d’être renvoyé de son collège. Que va-t-il devenir ? Son père lui promet une correction mémorable. Il va être aidé en cela par une lettre invitant David dans un nouvel établissement, sur une île perdue, avec une seule journée de vacances par an et où les parents ne sont même pas admis pour les visites : l’école de Groosham Grange … L’idéal pour se débarrasser de son rejeton ! Dans le train qui l’emmène sur la sinistre Île du crâne, David fait la connaissance de Jill et Jeffrey qui rejoignent la même destination que lui. Ils sont accueillis à la gare par Gregor, un bossu à qu’un œil, puis par le capitaine Baindesang qui leur fait faire la traversée jusqu’à l’île… Tout cela n’augure rien de bon ! L’école s’avère vraiment bizarre : on y signe le registre d’entrée avec son propre sang, les élèves portent des noms d’emprunts, les professeurs sont en fait des vampire, loup-garou, fantôme, et chaque nuit, les élèves disparaissent étrangement. Quels mystères cachent cette école de sorcellerie hors du commun ? Tout ce que l’on peut imaginer n’est rien comparé à la réalité…

Les romans d’Anthony Horowitz sont souvent pleins de surprises. Ici, l’humour noir est omniprésent, ce qui peut parfois dérouter les jeunes lecteurs : c’est surtout les personnages des parents de David qui ont des comportements totalement incongrus : un père en fauteuil roulant qui fait systématiquement du mal à sa femme sans réellement s’en rendre compte et qui menace de pendre son fils par les pieds… Tout est décalé et l’atmosphère mystérieuse et inquiétante nous cache des meurtres des plus sordides. Malgré tout, ce livre s’adresse aux jeunes lecteurs (10-13 ans) par l’écriture et la façon de traiter la thématique des sorciers, ainsi que par les personnages adolescents. Cela n’est pas sans rappeler la série des Harry Potter. Ecrit en 1991 (mais paru qu’en 2007 en France), ce livre aurait en effet inspiré J.K. Rowling, l’auteure de la célèbre série, pour imaginer sa fameuse école de sorciers. L’île du crâne a également une suite, disponible au CDI : Maudit Graal, qui, je l’avoue m’a un peu moins passionné…