Lou après tout, 2. La communauté, de Jérôme leroy

Survivre pour un nouveau bonheur ?

lou et la com.jpg

Nous retrouvons le monde noir dans lequel nos héros essaient tant bien que mal de survivre. La douleur et l’incertitude d’un futur auquel on ne croit plus, la question de l’utilité ou non de se battre pour survivre est de nouveau le thème de ce nouveau volet.

Les personnages sont tout aussi touchants, fragiles, attachants et tellement vrais. On retrouve également les alternances passé-présent. Autant d’ingrédients qui font qu’on ne peut se détacher de ce roman qui, pour moi, est un véritable coup de cœur. La communauté serait elle peut-être un début d’espoir. Il nous renvoie au collectif, alors y aurait-il de la lumière dans ce futur si sombre ?

Je ne peux vous en dire plus sur ce tome 2 de peur de trop dévoiler le premier. J’étais à la fois excitée et curieuse de me lancer à l’assaut de ce second roman, le second d’une trilogie. Je n’ai pas été déçue et je ne peux que vous le conseiller.

Je tiens également à préciser que les deux tomes font souvent référence à Guillaume Apollinaire. La poésie restera tout au long du périple de nos héros, un refuge, une aide à la survie, une sorte de protection intellectuelle pour supporter la déchéance. J’avoue que les vers cités, font du bien et quelque part apaisent non seulement les survivants mais aussi les lecteurs. C’est une sorte de bol d’oxygène dans ce dédale de cadavres, dans ces odeurs de sang.

Toufdepoil et La folle cavale de Toufdepoil, de Claude Gutman

Toufdepoil, de Claude Gutman

Quand la belle-doche débarque….

toufdepoil.jpg

Bastien est un jeune garçon qui vit avec son père. Sa mère les a laissés pour partir vivre dans le midi. Bastien ne la voit presque plus. Le quotidien s’organise alors à deux. Le père et le fils font beaucoup de choses ensemble, partagent tout. A chacun de ses anniversaires, Bastien reçoit un cadeau de sa mère. Un jour, un colis énorme arrive et quelle n’est pas sa surprise de voir sortir un chien plein de poils ! Le jeune garçon est fou de joie et lui donne immédiatement comme nom « Toufdepoil ». Tout semble respirer le bonheur jusqu’à l’arrivée de Céline, la nouvelle copine de son père.

Toufdepoil est un roman jeunesse touchant et attendrissant, comme notre petit héros Bastien. Une histoire d’amitié entre un jeune garçon et son chien, qui essaie de trouver la lumière au beau milieu de querelles d’adultes. Toufdepoil c’est aussi le divorce des parents, la présence d’une belle-mère qui va vite devenir une ennemie, un père dépassé par la situation. Il est nécessaire de lire la folle cavale de Toufdepoil qui est la suite des aventures de Bastien.

La folle cavale de Toufdepoil,  de Claude Gutman

LA FOLLE CAVALE.jpg

L’ambiance à la maison est toujours aussi tendue avec une belle-mère qui ne fait toujours pas de concessions et qui ne cessent d’imposer ses choix et ses  volontés.

 

Une petite lumière pour la nuit, de Lisa Thompson

En pleine nuit, Nate est réveillé par sa mère. Ils doivent prendre la route, rapidement… Ils fuient Gary,  le beau-père violent qui les martyrise psychologiquement depuis des mois. Nate et sa mère trouvent refuge dans une vieille maison isolée et abandonnée, à la lisière d’un parc de château. Ils venaient là en vacances, il  y a des années, lui rappelle sa mère… La maison appartenait à William, un ami de sa grand-mère, jardinier au château. Ils vont devoir s’adapter à ces nouvelles conditions de vie, se cacher le temps d’être sûrs que Gary ne les retrouve pas. Après avoir tenté de rendre la maison délabrée à peu près vivable, la maman de Nate décide de s’absenter le temps d’aller faire quelques courses… Pendant ce temps, Nate doit entretenir le feu, seul moyen de chauffage en ce mois d’hiver particulièrement rigoureux. Mais sa maman tarde à revenir, les minutes passent, puis les heures, bientôt les jours… L’angoisse monte…  Sa maman est-elle retournée vivre avec Gary, l’a-t-elle abandonnée ici ? Nate décide alors de prendre son courage à deux mains et sortir explorer les alentours. Dans le parc du château, il rencontre Kitty, la jeune voisine, qui l’embarque dans une drôle de chasse au trésor… Nate va-t-il trouver le moyen d’affronter sa peur de la solitude et du noir ? Comment va-t-il faire pour puiser en lui les ressources nécessaires pour surmonter cette terrible épreuve ? 

Un roman qui combine de nombreux genres avec beaucoup d’aisance : récit de vie sur la violence familiale, aventure, fantastique, récit initiatique d’un enfant qui doit prendre en main son destin avec courage et détermination. L’ami imaginaire de Nate, qui apparaît lorsque sa mère disparaît, est la matérialisation de la volonté de l’enfant de s’en sortir, le moyen d’affronter sa solitude et d’être capable de prendre les bonnes décisions. Plusieurs histoires s’imbriquent qui laissent ce récit sans aucun temps mort et permet à tout lecteur de trouver son compte : la chasse au trésor dans l’immense parc du château, avec ses recoins et son labyrinthe, la relation entre Nate et son ami imaginaire, sorte de psychothérapie personnelle, le passé avec l’histoire du château et de ses habitants, des drames qui s’y sont joués. Et l’histoire de Nate et de sa mère…

La description de la violence psychologique vécue dans le foyer est particulièrement réaliste pour qui connait ce sujet si délicat : le beau-père est passé au fil des mois de l’homme parfait, qui fait croire à Nate et à sa mère que tout est à nouveau possible, à un véritable monstre. Mais les choses sont invisibles de l’extérieur : tout se fait une fois la porte fermée, ou sous couvert de bienveillance, et les amis démissionnent au fur et à mesure, sans véritablement se rendre compte du pourquoi. Les victimes sont alors isolées et ont de moins en moins l’énergie de se défendre. C’est souvent là que le drame arrive. Mais la maman de Nate a eu le courage de fuir, probablement poussée par un instinct de survie et par son amour maternel. 

Un très beau roman et un petit coup de coeur !

Coupable en liberté, de Pascale Perrier

Une disparition bien mystérieuse…

coupable.jpg

Carla et Tristan ont une existence des plus banales et sans soucis. Ils vivent avec leur mère et leur beau-père Josselin. Ce soir, ils sont seuls car leur maman et Josselin passent la soirée en amoureux, à l’extérieur. Ils rentreront tard. C’est l’occasion rêvée pour les enfants, de regarder leur émission favorite, dont tout le monde parle au collège : Coupable en liberté. Ils se préparent à passer une bonne soirée. Générique sombre pour des images choc, l’émission revient sur l’assassinat d’une jeune fille, sept ans auparavant et met en lumière les personnes qui ont été au cœur de l’affaire. Les enfants sont troublés quand ils apprennent que c’est arrivé dans leur région et sont submergés d’effroi quand le portrait robot vieilli du suspect est dévoilé. Il ressemble trait pour trait à leur beau-père ! Ce n’est pas possible, pas lui ! Dès le lendemain, la presse, les forces de l’ordre se pressent à leur domicile. Josselin n’est pas là. Il n’est d’ailleurs pas rentré avec leur mère, la veille au soir. L’enquête est relancée avec une grande chasse à l’homme. En plein doute, Tristan va tout entreprendre pour percer le mystère qui entoure ce crime. Un crime qui alimente déjà les rumeurs les plus folles…

Coupable en liberté emmène le lecteur en pleine enquête criminelle. Un crime non élucidé depuis sept ans, un assassin qui court toujours, la famille de la victime qui ne peut faire le deuil, tant que l’auteur du meurtre ne sera pas retrouvé. Et puis, il y a l’élément qui vient tout bouleverser, qui vient relancer une affaire qui était au point mort…Tous les ingrédients d’un bon polar jeunesse sont là. Mais attention aux rumeurs, aux jugements trop hâtifs qui peuvent être souvent lourds de conséquence.

Cul- Blanc, de Dick King-Smith

Destin doré

cul blanc.jpg

Le destin n’a pas été très gentil avec Cul-Blanc puisqu’à sa naissance, Cul-Blanc avait une tâche sur les fesses alors que tous les membres de sa famille en ont une sur le dos. Cul-Blanc est devenu le vilain petit canard. Même sa maman l’ignore, le rejette. Il doit partir de la ferme puisque personne ne l’aime. Il trouve refuge dans la forêt auprès d’un chat. Mais quand l’hiver arrive, le chat part en ville et Cul-Blanc le suit. Sur le chemin, les animaux croisent des soldats qui l’emmènent à la caserne. Est ce que c’est la fin de l’aventure pour ce porcelet, va-t-il se retrouver transformé en rôti ?

C’est l’histoire d’un petit cochon pas comme les autres qui aura un incroyable destin.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La femme noire qui montra le chemin de la liberté : Harriet Tubman, de Eric Simard

Une cicatrice comme symbole de la lutte contre l’esclavage

Harriet Tubman, la femme noire qui montra le chemin de la libertéL’histoire de Harriet, esclave, racontée par sa cicatrice.

Harriet est née esclave, en 1822, dans l’Etat du Maryland au nord-est des Etats-Unis. Louée, battue, travaillant dur et sans relâche pour avoir à peine de quoi ne pas mourir de faim, sa vie est misérable. Un jour, alors qu’un esclave prend la fuite, elle reçoit par accident, un poids de balance lancé par le contremaître sur le fuyard. Son crâne fracturée, sa vie ne tient plus qu’à un fil. Pourtant elle survivra et la cicatrice qu’elle gardera sur sa tête sera à la fois ce qui aidera ses poursuivants à l’identifier mais aussi le symbole de son devoir de lutte contre l’esclavage.

Car toute l’originalité de ce récit à la première personne est qu’il est narré à travers la « voix » de cette fameuse cicatrice : « Je suis née d’un choc violent ».

Harriet Tubman a vraiment eu un destin hors du commun : esclave en fuite, elle n’a eu de cesse toutes sa vie de libérer des esclaves en organisant leur évasion par des réseaux clandestins. Elle a intégré le « Comité de vigilance »(groupe de personnes abolitionnistes qui aident les esclaves à s’échapper) et est devenue « conductrice » du « chemin de fer clandestin ». Elle a ainsi sauvé des centaines d’esclaves, puis est devenue infirmière,  éclaireuse, espionne lors de la guerre civile (guerre de Sécession 1861-1865) qui opposait les Etats du sud, partisans de l’esclavage, aux Etats du nord, abolitionnistes. Elle a ensuite fait de sa maison un refuge pour les personnes démunies, a donné des conférences pour revendiquer le droit de vote des citoyennes américaines.

Bref, un destin hors du commun qu’il est intéressant de connaître, de manière très accessible grâce à ce livre.

Un dossier documentaire sur l’esclavage, la guerre de Sécession, Abraham Lincoln, etc. complète très judicieusement l’histoire et apporte un éclairage très intéressant sur le contexte dans lequel elle se situe.