Les chaussures, de Gigi Bigot et Pepito Matéo – ill. Isabelle Chatellard

« Elles », ce sont les chaussures…

Perdues, ne voulant plus avancer… Pourquoi ? C’est la guerre. Après une vie glorieuse, on leur a demandé de raser les murs, puis de ne plus sortir du tout, puis de se cacher, et finalement de partir.

Un album tout en finesse et en suggestions, où les chaussures sont une métaphore de l’enfance. Ni date, ni lieu. Nous sommes dans « les rues d’une ville sans nom ».

A travers les non-dits, sont évoqués des thèmes très graves comme la guerre et l’exode, mais également l’entraide et la solidarité. Car les chaussures finiront par trouver un cordonnier pour les réparer et une petite fille pour les porter. Les illustrations aux tons sépia, aux contours anguleux, aux ombres menaçantes donnent à cet album au message historique une sorte de portée universelle à l’image d’un conte. Et à la limite de la poésie…

Marche aujourd’hui marche demain, à force de marcher les souliers sont arrivés dans une ville où les maisons blessées se remettaient debout tant bien que mal, où les trottoirs défoncés guidaient malgré tout les pas sans se tromper à travers le dédale des rues cabossées.

 

Les auteurs reversent leurs droits à la CIMADE (le Comité Inter-mouvements auprès des evacués).

Le grand départ : sur la piste des Indiens Cherokees, de Isabelle Wlodarczyk et Xavière Broncard

Exode…

Amarok et Chilala sont frère et soeur. Ils sont Indiens Cherokees, vivent au 19e siècle et vont assister, impuissants à des moments bouleversants de l’Histoire de leur tribu. En effet, des Hommes Blancs arrivent et s’installent. Peu à peu, ils occupent des terres, proposent aux Indiens des maisons, leur apprennent l’alphabet… Jusqu’au jour où une loi d’expulsion est votée, obligeant les Indiens à l’exode… Chacun vit ces événements d’un point de vue différent, la soeur dans l’acceptation, le frère dans la rébellion.

Un petit album à couverture souple qui laisse une large place à l’illustration avec un texte aéré. Un texte émouvant et poétique, qui en quelques pages dresse un aperçu poignant sur cette période sombre de l’Histoire des Indiens Cherokees d’Amérique et la souffrance d’un peuple chassé de ses propres terres. Une fratrie déchirée par un enjeu qui les dépasse.

Tout un dossier pédagogique instructif suit le texte pour apporter un éclairage plus détaillé sur ces événements et leur déroulement. Seul petit bémol peut-être : le dossier documentaire n’est pas adapté aux lecteurs les plus jeunes à qui l’histoire est destinée, mais plutôt à des élèves à partir de 4e jusqu’à l’âge adulte.

Enfants d’ici, parents d’ailleurs, de Carole Saturno

Qui sommes-nous vraiment ?

parents enfants.jpg

Nous ne sommes pas tous des « pures souches ». Dans nos veines coule un sang « multicolore » … Certains de nos ancêtres ont fui leur pays à cause de la guerre, à cause des crises économiques, ou d’un régime politique. Bref, la population a bougé, a franchi des frontières, est passée de la campagne à la ville et vice versa. Aujourd’hui, on en est toujours au même point avec des populations qui fuient la misère de plus en plus grande de leur pays. Car fuir son pays est pour certains une manière de rester en vie, ce n’est pas un choix mais une obligation. L’immigration soulève aussi le problème de l’intégration, de la place pour la culture différente. Comment ces enfants vivent-ils la différence ?

Ce très beau livre nous livre le témoignage d’enfants de France, nous explique l’exode rural, la révolution industrielle en balayant les années de 1850 à nos jours .A chaque fois, il y a le récit de l’enfant, des précisions historiques, des lettres, des photos d’époque. Au fil du temps, la France s’est façonnée un nouveau visage, un visage multi-culturel.

Un ouvrage très bien réalisé, juste, vrai, facile d’accès. Un sujet toujours d’actualité, un sujet délicat qui soulève beaucoup d’intérogations, parfois de contestations.

Il serait intéressant  que chacun fasse, un jour, son propre arbre généalogique, nous serions peut être surpris de découvrir nos origines…