Quatre filles et un jean, de Ann Brashares

C’est l’histoire d’un pantalon….

1jean.jpg

Quatre filles et un jean met en scène quatre adolescentes inséparables, nées le même mois, différentes mais tellement complémentaires. Il y a Lena la belle, Carmen la butée, Tibby la rebelle et Bridget la sportive. Mais cette année, c’est le drame, pour la première fois, elles vont passer l’été chacune de leur côté. La veille de leur séparation, alors qu’elles sont ensemble pour une dernière soirée, Tibby sort un jean de son placard et le donne à Carmen. Cette dernière demande à ses amies de l’essayer. Bien que leur morphologie soit différente, toutes les adolescentes enfilent ce jean avec aisance. Qu’elle soit enrobée, fine, ronde, petite ou grande, chacune d’elles porte avec élégance et sans difficulté ce pantalon. Elles décident alors de signer un pacte autour de ce jean : elles se promettent de rester ensemble quoiqu’il arrive, le jean sera leur propriété commune, partout où elles iront, il les accompagnera et sera le symbole de leur amitié. Ainsi naît le pacte du jean.

Par conséquent, puisqu’elles seront séparées tout un été, chaque fille gardera le jean une semaine puis l’enverra à l’une qui l’enverra à l’autre. Ce jean qui semble magique sera le lien affectif et physique qui leur permettra de surmonter cette séparation. Il sera là pour les soutenir, il emmènera avec lui un peu de chacune d’elles. Les quatre adolescentes vont alors vivre de leur côté, un été, qui va se révéler éprouvant pour certaines, plein de rencontres pour d’autres. Elles s’échangent des lettres, mais ce n’est pas assez.

A la fin de la saison, les quatre filles se retrouvent et inscrivent sur le tissu bleu ce qui leur est arrivé, en quelques mots ou sous forme de dessins. Le jean est le seul témoin de leurs aventures. Chacune va se livrer, va partager des émotions que seules des vraies amies vont comprendre. Elles auront toute une année pour en parler avant que l’été ne revienne et que le jean ressorte du placard pour une nouvelle histoire….

Quatre filles et un jean est un bon roman qu’apprécieront les adolescentes. Ce n’est pas un roman à l’eau de rose, c’est un roman profond dans lequel l’auteur traite de sujets forts tels que le divorce, la mort, l’amour, l’amitié, le temps qui passe, la vie tout simplement. Un sujet original puisque un jean devient le centre d’un récit. Les personnages sont attachants, et, forts de leurs expériences, ils grandissent. Leur amitié reste intacte, se renforce et cela n’est-il pas le plus important. Peu importe ce que l’on est, comment on est, avoir des amis c’est sacré, savoir leur rester fidèle est important….

Les trois autres volumes qui closent la série sont également disponibles au CDI !

ete.jpg

Présentation de l’éditeur :

Tome 2 : Les vacances approchent. Carmen, Tibby, Bridget et Lena s’apprêtent à ressortir le jean magique, symbole de leur amitié et témoin de leurs aventures. Cette année, l’été s’annonce bien différent…De surprises en émotions, de rires en larmes, les quatre filles vont une nouvelle fois faire l’apprentissage de la vie !

Tome 3 : C’est le dernier été avant la grande séparation. À la fin des vacances, les quatre filles partiront chacune dans une université différente. Plus que jamais, elles se raccrochent au symbole de leur amitié : le jean magique. Mais avec l’été, vient son lot de problèmes. Carmen vit mal la grossesse de sa mère. Lena tente de convaincre sa famille qu’elle est faite pour être une artiste. Bridget, monitrice dans un camp sportif, va être confrontée à ses vieux démons en retrouvant Eric. Tibby, quant à elle, ne sait plus si elle veut faire du cinéma son métier, ni qui elle aime. Un nouvel été riche en enseignements et en rebondissements, chacune des filles mûrissant un peu plus chaque année, sans rien perdre de leur charme et de leur caractère.

Tome 4 : Après leur première année loin de chez elles, à l’université, Carmen, Tibby, Bridget et Lena ont chacune des projets différents pour l’été : Carmen participe à un festival de théâtre. Persuadée de n’être bonne qu’à s’occuper des décors, elle est la première surprise lorsqu’elle se fait repérer pour ses talents d’actrice. Mais Julia, sa nouvelle amie, semble tout à coup bien distante…. Tibby reste au campus à New York pour suivre un séminaire d’écriture de scénarios et file le parfait amour avec Brian, jusqu’à ce que… tout se complique ; Bridget part sur un chantier de fouilles en Turquie tandis qu’Eric rejoint sa famille au Mexique; Lena suit un atelier de dessin en compagnie d’un élève particulièrement doué et plutôt beau garçon, Léo, qui pourrait bien lui faire oublier Kostos… Ce dernier volet laisse les quatre filles au seuil de leur vie d’adulte. C’est l’heure des grandes questions et, parfois, des déceptions. Mais une chose est sûre : avec ou sans le jean, leur amitié restera éternellement dans le bleu.

Hilaire, Hilarie et la gare de Saint-Hilaire, Hélène Montardre

Résultat de recherche d'images pour "Hilaire, Hilarie et la gare de Saint-Hilaire, Hélène Montardre résumé éditeur"Au début de l’histoire Hilaire et Hilarie se rencontrent. Ils deviennent amis. Les jeunes enfants attendent la Micheline de 18h56 tous les jours et ensemble pour voir si la femme du vieil homme reviendra après 60 ans d’absence.

A lire à partir de 9 ans.

Lou, CM2 – une p’tite dévoreuse de livres de Salé Lou Potier

Une chronique des élèves de l’école primaire voisine, l’école Salé Lou Potier. Vous avez, vous aussi, lu le livre ? Alors,  chers lecteurs de ce blog, pour les encourager, n’hésitez pas à poster un commentaire en donnant votre avis !

Présentation de l’éditeur : Hilarie, 10 ans, attend le train de 18h56, cachée dans l’herbe. Comme chaque jour, pendant les vacances, elle vient observer le vieux monsieur qui attend désespérément quelqu’un qui descendrait du train. Mais à chaque fois, il repart seul. Hilarie habite Saint-Hilaire, petit village de campagne. Elle est solitaire dans ce village écrasée sous le soleil, s’ennuie un peu et s’occupe alors à observer ce vieillard. Un jour, elle est rejointe dans l’herbe par Hilaire, un garçon qui vient d’arriver dans le village et qui s’est installé dans la gare désaffectée, terrain de jeux habituel d’Hilarie. C’est le début d’une belle amitié, le temps d’un été.

Une balançoire pour deux, de Nanci Turner Steveson

Une vie contre la montre !

balançoire.jpg

Une balançoire pour deux est l’histoire d’un bel été à la campagne, l’histoire d’une amitié forte entre deux adolescentes Annabel et Catherine. Annabel, 12 ans, souffre de troubles alimentaires et de crises d’angoisse. Ses parents essaient de gérer la situation comme ils peuvent mais ce n’est pas facile. La maman est trop étouffante et Annabel n’en peut plus. Alors sur le conseil du psychologue, la famille va à la campagne pour les vacances estivales et se doit de laisser Annabel prendre un peu de liberté, sans gérer son quotidien à la minute. Pour un moment, adieu les emplois du temps étriqués, imposés par ses parents. Il faut que la jeune fille souffle, respire. Catherine, en vacances chez son grand-père, essaie de comprendre pourquoi sa maman et son papy sont en froid. Elle souhaiterait tant les réconcilier. Son grand-père souffre d’un cancer, la situation est grave et celui-ci risque d’être emporté par la maladie. Le temps presse… Les deux jeunes filles se rencontrent le temps de la belle saison et chacune va aider l’autre à surmonter ce qui la préoccupe.

Vous me direz que c’est un récit banal sur l’amitié de deux jeunes filles pendant l’été. Et bien non. L’histoire est plus profonde. Annabel va changer d’identité et voudra se faire appeler Annie. Catherine fera de même et choisira California. Elles ont chacune quelque chose à régler avec leurs proches et elles vont se soutenir dans leur quête respective. California est énergique, une vraie casse-cou et s’impose face à Annie qui est fragile. Mais la personnalité de son amie va aider Annie à se reconstruire, à prendre confiance en elle, à vaincre ses démons. Elles sont liées comme deux sœurs. Le lecteur va passer tout un été champêtre avec les adolescentes, partager leurs émotions et suivre leur progression. Et puis c’est le choc….Alors qu’on prend plaisir à voir se métamorphoser Annie et entrevoir un espoir pour California, la situation prend une tournure qui nous fauche, qui nous déstabilise. Une fin étonnante qui torture, qui marque par son côté imprévisible. Un coup de cœur. Emotions garanties.

Une Balançoire pour deux laisse une place importante aux liens familiaux. Les personnages sont attachants et le lecteur prend conscience de l’importance d’être entouré par ses proches et ses amis. A tout âge, l’amitié, la vraie, existe et résiste à tout.

Enregistrer

Enregistrer

Enquête au pays de la galette, d’Elsa Devernois

Jeu de piste breton

Comme chaque été, Marion et Romain quittent leur appartement parisien, direction Bénodet en Bretagne, chez leur mamie Suzon. Ils ont hâtent d’y revoir leur amie Corentine qui vient toujours passer ses vacances avec ses parents dans leur résidence secondaire. Corentine est vive, intelligente, dynamique et adore inventer tout un tas de jeux qui font que le trio ne s’ennuie jamais. Mais, lorsqu’ils arrivent, mamie Suzon a une mauvaise nouvelle pour eux : Corentine n’est pas encore arrivée ! Comme l’attente risque d’être longue, surtout entre ces deux frère et soeur qui se chamaillent sans cesse ! Pourtant,  à son dernier passage, Corentine a eu la bonne idée de laisser une enveloppe pour eux… La malicieuse Corentine est  bien décidée à les occuper durant son absence… Une première énigme les emmène dans un  jeu de piste où il va falloir aiguiser leur esprit pour être à la hauteur !  Et au bout, qu’est-ce qui les attend ?

Un petit roman qui se lit vite, avec deux personnages centraux : un jeune frère et sa soeur. Corentine est omniprésente mais on ne la rencontre que très peu même si elle prend toute la place dans cette histoire. On assiste à un jeu d’énigmes et des balades à vélo qui nous font découvrir un petit coin de la Bretagne et ses spécialités culinaires (les galettes, bien entendu, mais aussi le kouin amann). J’avoue que les énigmes sont souvent tirées par les cheveux et il faut faire partie du trio et de ses habitudes pour espérer les comprendre, et j’ai regretté que le personnage de Corentine soit un peu trop porté aux nues par Marion et Romain, alors que le lecteur n’a l’occasion de le rencontrer qu’à la toute fin du roman, mais c’est une petite histoire estivale agréable, pleine d’amitié, pour jeunes lecteurs.